Navigation – Plan du site

AccueilNuméros118LibrairieJean-Claude Snyders, Secret d’enf...

Librairie

Jean-Claude Snyders, Secret d’enfance

André Rauch
p. 174
Référence(s) :

Jean-Claude Snyders, Secret d’enfance, Paris, Le Manuscrit, 2012, 317 p.

Texte intégral

1Ce nouveau livre de Jean-Claude Snyders prend la forme d’un récit. Sur le mode d’une parabole, il commence à raconter la vie d’un homme étrange qui s’isole dans un paysage, dans des habitudes, dans ses pensées, dans son silence. Bref, il tait sa souffrance. Peut-être lui est-il arrivé des choses si sombres qu’il s’abstient de les considérer : « Y a-t-il un seul être dont il souhaiterait la proximité ? » se demande alors l’auteur du livre, frère de centaines de milliers d’autres dont les parents ont été déportés dans des camps par les nazis.

2Curieusement, l’émotion que pourrait éprouver, voire manifester cet homme, si étrange qu’il en semble étranger, devient pour lui une faiblesse, tout soutien amical, un leurre, pour ne pas l’appeler une ruse. Même l’affection de son enfant lui inspire de la méfiance. Elle risque de le faire changer, de briser son isolement, son refuge. Cet homme, c’est, pour ainsi dire, le fantôme de Georges Snyders, le père de l’auteur, déporté à Auschwitz durant la Seconde Guerre mondiale.

3Ce livre pourrait rester un témoignage, celui de ces enfants confrontés au silence de leurs parents sur leur séjour dans les camps de déportation et d’extermination nazis. Mais il est bien plus que cela, car il a valeur d’introspection, de plongée en soi-même et, à ce titre, valeur universelle : celle du secret enserré dans l’enfance. L’enfance de l’auteur débute par un sentiment de culpabilité, un premier « péché » : quel mal t’ai-je fait, se demande l’enfant confronté au silence du père : « puisque le mal est en moi, même si je m’y efforce je ne peux pas cesser d’être mauvais » [p. 48], pense-t-il. La colère de ce père est le Jour de la colère. Ce fils porte aussi en lui une mission. Celle de venir à son secours, d’atténuer son mal, celui d’avoir été humilié, blessé, détruit.

4La scène se renverse, plus tard, lorsque l’enfant, devenu père à son tour, est entouré de ses propres enfants et qu’à leur contact, il repense à cette partie de sa vie. Ce n’est déjà plus sa propre enfance qu’il revisite, mais l’enfance en soi. Ce lieu des espoirs et des désespoirs, des amours et des haines, des désirs et des interdictions, des larmes et des rires. Jean-Claude Snyders développe ainsi, à partir de cette grande souffrance incompréhensible pour lui, une réflexion sur la genèse des passions d’amour et de haine, d’affection et de détestation. Il les tire des plus petites expériences de la vie quotidienne ou des plus grands événements de l’histoire : « Les choses hideuses que j’ai perçues jadis, écrit-il, qui sont entrées en moi, m’ont convaincu de mon horreur profonde ; depuis longtemps j’essaie d’enlever de moi cette horreur, sans y parvenir. » [p. 131]

5Ce n’est pas le moindre intérêt du livre de Jean-Claude Snyders que de décrire le chemin qui conduit de ces terribles souvenirs à une forme de dépassement, peut-être de résurrection, chemin caillouteux, dans un paysage austère, exposé aux vents et aux rafales des épreuves et des passions. Ces souvenirs incluent pourtant la tendresse, la bienveillance, l’affection d’un père pour son enfant. Avec, en creux dans ce message, tout ce qui a manqué à d’autres enfants dont les pères ne sont jamais revenus.

6On l’aura compris, le livre de Jean-Claude Snyders se situe au carrefour des Mémoires, de la psychologie et de la philosophie de l’éducation. Mais au plus profond de lui-même, il est surtout une remontée vers l’espoir pour tous ceux et toutes celles qui ont souffert de la souffrance que les parents leur ont léguée. Le livre se termine sur un texte de Georges Snyders, père de l’auteur, paru dans Le Monde pour le cinquantenaire de la libération du camp d’Auschwitz. Texte terrifiant et émouvant à la fois, dans son incroyable concision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Rauch, « Jean-Claude Snyders, Secret d’enfance »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 174.

Référence électronique

André Rauch, « Jean-Claude Snyders, Secret d’enfance »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.1019

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search