Navigation – Plan du site
Librairie

Valentina Pisanty, Abusi di memoria

Frediano Sessi
Traduction de Benedicte Cavanna
p. 181-182
Référence(s) :

Valentina Pisanty, Abusi di memoria, Milan, Bruno Mondadori, 2012, 152 p.

Traduction(s) :
Valentina Pisanty, Abusi di memoria

Texte intégral

1Auteure, parmi d’autres ouvrages, d’essais sur le négationnisme et la culture du racisme antisémite italien, Valentina Pisanty se penche à nouveau, après 14 ans, sur les formes que prend le « désaveu » historique et mémoriel du génocide des Juifs et de ses conséquences, en s’interrogeant – comme le fit déjà Tzvetan Todorov (cf. Les Abus de la mémoire, Arleà, 1995) – sur les différentes expressions des dérives de la mémoire.

2Après une brève introduction sur le rapport entre la mémoire et l’histoire – rapport qui n’a pas toujours été compris et interprété correctement dans les célébrations officielles – l’auteure choisit de s’attarder sur trois formes d’expression des dérives de la mémoire dans le discours public : la négation, la sacralisation et la banalisation. Elle les examine dans trois chapitres distincts dont elle montre toutefois les connections : « Ces trois abus s’emboîtent comme les pièces d’un puzzle, et s’interpellent l’un l’autre. » Et cela, sans même que les protagonistes de ces tendances mémorielles ne s’en rendent compte.

3En résulte une mémoire collective (qui ne concerne pas seulement l’Italie) « exposée aux feux croisés » de facteurs de formation et d’information aux motivations diverses, dont l’action suscite, en général, des controverses, des conflits ou des déformations de l’histoire (sans parler de la mémoire). Et c’est aussi la raison pour laquelle la mémoire collective tend vers la superficialité, en renonçant à approfondir (du moins dans le débat public et dans l’usage courant) le rapport entre notre présent et notre histoire, nationale et européenne.

4La reconstruction de ces trois formes majeures de dérives de la mémoire se présente comme une reconnaissance synthétisée des différentes étapes qui ont marqué leur apparition sur la scène publique. Mais, (à part quelques épisodes) on n’y trouve rien ou peu sur le débat critique que ces étapes ont provoqué, par exemple chez Primo Levi (pourtant cité), ou sur les études historiques italiennes, françaises, anglaises et allemandes. Études qui, au cours de cette décennie, ont accompagné une réflexion critique sur les ouvrages des auteurs du négationnisme, de la sacralisation et de la banalisation. On n’y trouve de même aucune trace des oeuvres, notamment celles des négationnistes, qui ont généré par opposition des nouvelles études et de nouveaux acquis, par exemple en matière de fonctionnement des chambres à gaz ou de recherches « archéologiques » sur les sites du génocide.

5En conclusion, l’œuvre de Valentina Pisanty est un bon outil de vulgarisation. Mais, contrairement à certains de ses autres ouvrages, le texte n’offre pas d’éléments dont on peut tirer parti pour des recherches ultérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frediano Sessi, « Valentina Pisanty, Abusi di memoria », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 181-182.

Référence électronique

Frediano Sessi, « Valentina Pisanty, Abusi di memoria », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1034

Haut de page

Auteur

Frediano Sessi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals