Navigation – Plan du site
Librairie

Antoine Vitkine, Mein Kampf, histoire d’un livre

Anne Roche
p. 182-184
Référence(s) :

Antoine Vitkine, Mein Kampf, histoire d’un livre, Paris, Flammarion, Coll. « Champs histoire », 2013, 332 p.

Traduction(s) :
Antoine Vitkine, Mein Kampf, histoire d’un livre

Texte intégral

1L’originalité de l’étude d’Antoine Vitkine est de s’intéresser au livre Mein Kampf en tant que tel, c’est-à-dire à l’histoire de sa publication, et de sa réception, en Allemagne et hors d’Allemagne, à l’époque et aujourd’hui. Cela l’amène à traverser à la fois la biographie d’Hitler comme « écrivain », la montée du nazisme, la Seconde Guerre mondiale, toujours sous l’angle des effets de ce livre qui n’est pas comme les autres : non pas tellement par ses thèses (qui reprennent les thèmes de l’extrême droite de son temps, en particulier l’antisémitisme) que par son impact.

2L’auteur étudie d’abord les ventes du livre, importantes dès avant la prise de pouvoir, et son accueil en Allemagne. En 1925, en dehors de la mouvance Völkisch, Mein Kampf est accueilli avec indifférence ou mépris. Aucun groupe, aucun parti ne semble prendre la mesure de l’événement, que ce soit le parti communiste, les Églises, ou même la presse juive. Mais en 1933, quand Hitler devient chancelier, un million d’Allemands achètent Mein Kampf, avant même que l’État ne lance une campagne de propagande. Les mairies l’offrent aux jeunes mariés ; le parti national-socialiste, mais aussi l’armée, les entreprises en conseillent l’achat ou l’offrent. L’endoctrinement de la jeunesse étant une priorité des nazis, on publie des livres d’images qui en citent des extraits, des récits de la vie de Hitler.

3À l’étranger, après 1933, le livre est traduit, mais dans des versions expurgées de ce qui touche à la politique étrangère. « Si j’avais pu deviner en 1924 qu’un jour je deviendrais chancelier, jamais je n’aurais écrit Mein Kampf » aurait confié Hitler à un proche : le texte dévoile en effet des visées expansionnistes dont la diffusion peut le gêner, du moins tant que le rapport de forces n’est pas en faveur de l’Allemagne. Il veut donc restreindre l’accès des pays étrangers à son texte. Ceux-ci s’alignent parfois sur les désirs de l’éditeur allemand : c’est ainsi qu’aux USA et en Grande-Bretagne, les éditeurs publient d’abord une version censurée par Eher-Verlag.

4En 1933, l’Italie mussolinienne achète fort cher les droits de traduction. Le traducteur, Angelo Treves, étant juif, Bompiani fait disparaître son nom. Les motivations de l’éditeur sont obscures : s’agit-il d’avertir les Italiens d’un danger, ou de les endoctriner ? La même ambiguïté se retrouvera en France.

5En effet, la France est particulièrement attaquée dans Mein Kampf. Or Hitler veut rassurer l’opinion française : ainsi, en novembre 1933, interviewé par Fernand de Brinon (futur collaborateur) pour Le Matin, il s’affirme pacifiste et minimise Mein Kampf, « un livre plein d’imprécations écrites en prison. » Et il refuse l’offre de traduction de Sorlot, le directeur des Nouvelles Éditions latines. Celui-ci est un curieux personnage : attiré par le fascisme, il a adhéré au mouvement franciste de Bucard. Motivations commerciales ou politiques ? Il décide de passer outre au refus, soutenu par son réseau au ministère d’Anciens Combattants, [Au passage, Vitkine fait justice d’une légende : la phrase souvent citée de Lyautey, « Tout Français doit lire ce livre », qui a été reproduite en bandeau sur certaines éditions. Or, après le procès, la Confédération des contribuables, puissante association très à droite, patronnée par Lyautey, publie une brochure, Mein Kampf ou le livre interdit aux Français. Les auteurs disent approuver le chancelier « sur près de deux tiers » de ses idées, en particulier sur les Juifs, le marxisme, le bolchevisme, la franc-maçonnerie, la presse. Et Lyautey les en félicite… ce qui donne à sa phrase une certaine ambiguïté] et par la LICA (Ligue internationale contre l’antisémitisme, ancêtre de la LICRA), qui lui préachète secrètement cinq mille exemplaires. Ces exemplaires sont envoyés à des parlementaires, ministres, avocats, etc. À ce propos, André Calmettes, l’un des traducteurs, témoigne : « Sorlot a fait un copieux service de presse au Parlement. Nos députés n’ont pas le temps de lire les exemplaires que nous retrouvons en grand nombre chez les bouquinistes sur les quais. » [Témoignage familial, inédit]

6Hitler porte plainte ; la Société des gens de lettres s’associe à sa plainte. Lors du procès, en juin 1934, l’avocat de Sorlot souligne l’intérêt de faire connaître les idées du chancelier et notamment sa haine de la France. Le tribunal ne le suit pas. Mais l’interdiction, très relayée dans la presse, accroît l’intérêt pour le livre. Sorlot publie une brochure d’extraits, portant un bandeau « Le livre interdit aux Français » et contre-attaque : « Les droits d’auteur de Hitler ? Mais qui s’est donné le ridicule de songer aux droits d’auteur des écrivains français dont on a interdit la lecture et brûlé publiquement les ouvrages ? » L’argument est bon, même si Sorlot n’est guère antinazi, comme la suite le prouvera. Il éditera désormais des ouvrages favorables à Pétain et à la collaboration, mais continuera à vendre Mein Kampf clandestinement, ce qui lui servira à la Libération lors de son procès : d’Astier de la Vigerie témoignera qu’il « a fait son devoir de Français en servant à éclairer la Résistance en livrant les exemplaires de la bible nazie. »

7Comment les Français reçoivent-ils cette lecture, intégrale ou en extraits ? On est frappé, à près de quatre-vingts ans de distance, de l’inadéquation des réactions. Les politiques pensent qu’il s’agit d’un livre « de jeunesse », écrit avant d’être au pouvoir ; l’armée y voit un simple remake du projet bismarckien, de la volonté de puissance prussienne. Certains pensent qu’Hitler en veut surtout au communisme et à l’URSS, ce qui n’est pas pour leur déplaire. L’aveuglement n’est pourtant pas général. Dès décembre 1933, Trotski, qui vit en exil en France, analyse les dangers de la politique de Hitler, et démonte son prétendu pacifisme, dans son journal La Vérité, dont l’audience est surtout militante. De même Cachin dans L’Humanité, en novembre 1934, Suarès dans La Revue littéraire, mais ils ne sont guère entendus. En 1938, peu avant Munich, l’éditeur de Hitler, Eher-Verlag, fait publier Ma Doctrine, chez Fayard. Il s’agit d’une sorte de « version autorisée » de Mein Kampf, rédigée par deux journalistes qui offrent toutes garanties : l’un est à Candide, l’autre à Je suis partout ! Le texte est toujours antisémite, mais efface toute agressivité vis-à-vis de la France. D’ailleurs, deux mois après Munich, le 6 décembre, est signé un accord franco-allemand de coopération et d’amitié…

8Avec la guerre, l’intérêt pour Mein Kampf s’intensifie : en mai 1940, on ne compte en France pas moins de quarante-cinq ouvrages de résumés, extraits, analyses. Certains sont des mises en garde, d’autres, comme les Éclaircissements sur Mein Kampf de Benoist-Méchin, des éloges du « visionnaire » Hitler ; l’auteur sera condamné à mort à la Libération.

9Après la défaite de l’Allemagne, lors des procès de Nuremberg, le livre est utilisé comme preuve à charge. Mais les Allemands, qui l’ont presque tous possédé, l’ont-ils lu ? C’est difficile à établir, vu l’importance de la dénégation qui se met en place dès 1945. [Cf. L’article d’Ingeborg Rabenstein-Michel, « Adolf Hitlers Mein Kampf, gezeichnete Erinnerungen an eine große Zeit : Kurt Halbritter et la déconstruction du tabou du suiveur par et dans la BD », in Témoigner entre histoire et mémoire, n° 113]. Ce qui explique en partie qu’il y ait peu d’études sur la diffusion et la réception réelle. D’autre part, on l’a vu, il existait de nombreux résumés, sous diverses formes, qui ont « imprégné » l’ensemble de la population, même sans une lecture intégrale du livre. Certes, et l’auteur le souligne, l’idéologie antisémite qui a préparé la destruction des Juifs d’Europe ne se trouvait pas uniquement dans Mein Kampf. Mais le livre a contribué à banaliser les futurs crimes de masse, il a fondé leur « acceptabilité » (Jean-Pierre Faye.) Et l’auteur rappelle à juste titre les limites de la « dénazification » : si les hauts dignitaires du régime ont été exécutés à Nuremberg, bien d’autres ont pu se reconvertir, dans le privé ou dans la politique. Ainsi, le secrétaire général de la chancellerie d’Adenauer, Globke, fut un des rédacteurs des lois raciales de Nuremberg.

10L’auteur examine pour finir le destin du livre hors d’Allemagne, après la guerre. Hitler étant résident bavarois, c’est l’État de Bavière qui reçoit le copyright du livre pour l’Allemagne entière et la mission d’en interdire la diffusion, y compris à l’étranger, car il donnerait une mauvaise image de l’Allemagne. Mais les situations sont très diverses.

11Dans certains pays, Mein Kampf est interdit, au moins en théorie. L’État de Bavière, régulièrement interpellé par les ambassades allemandes, a réussi à faire retirer le livre de la vente en Russie, au Portugal, en République tchèque, en Pologne, en Turquie ; pour autant, il continue à y circuler. En Russie, où trois éditions ont été publiées ces dernières années, le livre est un objet-culte de l’extrême droite.

12Dans d’autres pays, l’achat du livre est légal : en Italie, aux USA, en Angleterre. En France également, alors que beaucoup croient encore qu’il est interdit. Sorlot, réhabilité en 1948, publie des textes de l’extrême droite, y compris négationniste (Rassinier) et continue à vendre Mein Kampf, d’abord discrètement, puis, après 1960, ouvertement. En 1978, dans un contexte de montée de l’antisémitisme (déclarations de Faurisson, de Darquier de Pellepoix), la LICRA porte plainte pour faire interdire Mein Kampf, alors qu’elle avait payé pour sa publication. Le tribunal ne prononce pas d’interdiction, mais exige l’encart d’un avertissement dans chaque exemplaire. Fayard prépare une édition critique pour 2016.

13En Allemagne, le livre reste interdit, sauf aux chercheurs et historiens accrédités ; seule est autorisée la publication d’extraits commentés, dans un but scientifique. Mais en 2015, le livre tombera dans le domaine public. L’Institut d’histoire contemporaine de Munich prépare une version intégrale commentée.

14Hors d’Europe, « dans des pays où le nationalisme s’exprime sans la retenue que donne l’expérience de l’Histoire » (comme le dit gentiment l’auteur), Mein Kampf a un succès populaire : en Inde, en Asie, en Afrique francophone, dans le monde arabe. L’auteur rappelle que dans les années 1930, le nationalisme arabe et le nazisme ont des ennemis communs : l’Angleterre, la France, les Juifs. Si Les Protocoles des Sages de Sion sont un best-seller, loin devant Mein Kampf, ce dernier se vend toujours dans le monde arabo-musulman, surtout sous forme d’extraits. Une enquête de terrain faite par l’auteur en Turquie montre que, si peu de lecteurs l’ont réellement lu, ils s’y réfèrent, de façon confuse certes, mais dans le contexte de leur vision du conflit israélo-palestinien.

15Antoine Vitkine a défini son travail, dans une interview, en termes modestes : « Ce n’est pas un livre d’historien à proprement parler, plutôt un livre de journaliste qui fait de l’histoire. » Il s’appuie en effet, et le dit, sur des sources allemandes et françaises, au premier chef l’enquête d’Othmar Plöckinger, Geschichte einese Buches : Mein Kampf 1922-1945 (Oldenburg, 2006), la thèse d’Emmanuel Debono, le DEA de Josselin Bordat. Mais son ouvrage a le mérite de mettre ces informations à la disposition du public, de façon claire et argumentée. Et il prend parti dans le débat sur l’interdiction : à ses yeux, il ne faudrait pas interdire Mein Kampf, mais le décoder, comprendre les conditions historiques de son apparition. Et en même temps, savoir que l’histoire ne se répète pas, ne pas faire des années 1930 un cadre de référence absolu, être capable de comprendre la nouveauté d’un événement. On ne peut qu’être d’accord avec ce programme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « Antoine Vitkine, Mein Kampf, histoire d’un livre », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 182-184.

Référence électronique

Anne Roche, « Antoine Vitkine, Mein Kampf, histoire d’un livre », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1036

Haut de page

Auteur

Anne Roche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals