Navigation – Plan du site
Librairie

Max Weinreich et Samuel D. Kassow, Hitler et les professeurs

Michel Enaudeau
p. 184-185
Référence(s) :

Max Weinreich, Samuel D. Kassow, Hitler et les professeurs, Martin Gilbert (Préface), Isabelle Rozenbaumas (Trad.), Paris, Belles Lettres, 2013, 393 p.

Texte intégral

1Qui mentionne l’impressionnant travail de Max Weinreich ? À scruter les index bibliographiques d’ouvrages qui ont connu (et connaissent toujours) un renom certain, tel La Destruction des Juifs d’Europe de Raul Hilberg (3 tomes, trad. par Marie-France de Palomera, André Charpentier, Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Gallimard, Coll. Folio Histoire, 2006 [Fayard, 1988]), ou qui ont nourri la controverse, tels l’ouvrage de Daniel Jonah Goldhagen, Les Bourreaux volontaires de Hitler (trad. par Pierre Martin, Paris, Le Seuil, 1997), et, plus récemment, le livre de Christian Ingrao, Croire et détruire (Paris, Fayard, 2010) – dont le sous-titre est Les intellectuels dans la machine de guerre SS –, la tentation est forte de répondre personne ou presque, tant brille par son absence le nom de Max Weinreich. Pourtant, quand Raul Hilberg commence en 1948 ses travaux de recherches qui lui permettront de publier en 1985, aux États-Unis, sa somme, le livre de Max Weinreich est paru depuis deux ans à New York, en yiddish – Hitlers profesorn – et en anglais – Hitler’s Professors – traduit selon toute vraisemblance par l’auteur lui-même du yiddish en anglais. Aussi la publication de ce livre aux éditions Les Belles Lettres (Paris, 2013) dans la traduction d’Isabelle Rozenbaumas ne déroge pas au caractère savant sinon érudit qui est la marque de cet éditeur. Membre important du YIVO, l’Institut scientifique yiddish de Vilna, et précurseur par ce travail de bien des recherches consacrées aux stratégies du national-socialisme, on peut penser, a priori, mais faussement que ce livre composé en 1945-1946 date, car depuis plus de soixante ans, historiens, témoins et rescapés ne sont pas restés « à bras croisés ».

2Les quelques noms familiers en France d’intellectuels ou de docteurs d’Université compromis avec une idéologie en train de conquérir les esprits et les masses – Jünger, Carl Schmitt, Heidegger – disparaissent ensevelis sous le nombre grandissant des petits maîtres et docteurs. Zélés gens de savoir, ils s’activent, dès les premières années qui suivent la fin de la Première Guerre mondiale, à anticiper les attentes de légitimation des thèses rampantes du nazisme. Weinreich montre bien comment les professeurs de toutes disciplines (biologie, histoire, droit, sociologie, préhistoire, philosophie) font sans hésitation le décisif premier pas en direction de l’hitlérisme. Pour quelles raisons ? Ce point pour Weinreich est hors de propos. Souci de carrière ou affinité idéologique, ou les deux réunis, cela ne compte guère. Compte ce qui en résulte : à partir de 1933 une stupéfiante prolifération d’instituts, de centre d’études et de documentations, de fondations destinés à formuler et à valider une science des races, à développer l’étude de la question juive, à fabriquer une science anti-juive, à étudier l’influence juive sur « la vie ecclésiastique en Allemagne ». On n’en finit pas de recenser ces lieux, ces tribunes où se prépare la caution déclarée scientifique et savante aux concepts de race, d’espace, d’espace vital, de sang, de Juif et qui vont nourrir le programme de conquêtes des territoires à l’Est du Reich et les effroyables menées exterminatrices qui les accompagnent.

3Max Weinreich ne problématise pas, au sens où on l’entend aujourd’hui, la documentation qu’il a rassemblée. La perspective chronologique lui suffit. « Établir les faits » est son mot d’ordre. Les faits ce sont bien sûr les actes criminels organisés, les conquêtes territoriales, les massacres. Sont également de l’ordre des faits les directives, les instructions, les prescriptions, la langue du Troisième Reich selon Victor Klemeperer, « le jargon de l’authenticité » comme disait Adorno. Il y a aussi les hommes, aux noms bien connus : Goebbels, Rosenberg, Himmler, et tellement d’autres. Ils dirigent des instituts concurrents et rivaux de « la science allemande ». Car le Reich semble n’avoir jamais son compte d’organismes producteurs de rapports ; jamais assez de centre de prétendues recherches, de théoriciens pour débusquer, traquer à l’insu même du plus aryen des hommes, ce qui est juif. Il y a les textes, les faits et par ailleurs les scènes : ce sont les conférences comme celle de Francfort en mars 1941, les congrès jusqu’en 1944 comme l’ultime (?) congrès international antijuif de Cracovie en 1944. On admire que des milliers de documents aient été si vite sélectionnés, maîtrisés, ordonnés. Le livre reproduit certains originaux, mais surtout Weinreich cite, annote, commente, donne ses sources et références. Il n’écrit pas dans la langue des assassins, mais dans celle des victimes, langue parlée, lue, dans les familles et les rues, écrite par les poètes et les romanciers : le yiddish. Langue particulièrement à l’honneur à Vilna (Vilnius, Lituanie) avant l’invasion nazie, langue qu’à son tour la traductrice, Isabelle Rozenbaumas, a célébrée dans un beau film documentaire – Une langue sans peuple pour un peuple sans langue.

4C’est cela que dit en presque dernière phrase de son livre, au bout d’un travail mû par la colère et la protestation furieuse, l’arpenteur Max Weinreich :

À supposer que l’on plaçât les individus assassinés en ordre de marche, la file de squelettes s’étendrait de New York à San Francisco, puis encore une fois de San Francisco à New York, et enfin de New York jusqu’à Chicago. Et si jamais ces victimes de « l’Ordre nouveau » pouvaient seulement jeter un regard sur l’Europe de l’après-guerre, elles seraient en droit d’être saisies d’une amère ironie : nous qui étions, paraît-il, la cause de tous les maux ne sommes plus là, pourquoi n’y a-t-il toujours pas de quiétude ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Enaudeau, « Max Weinreich et Samuel D. Kassow, Hitler et les professeurs », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 184-185.

Référence électronique

Michel Enaudeau, « Max Weinreich et Samuel D. Kassow, Hitler et les professeurs », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1038

Haut de page

Auteur

Michel Enaudeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals