Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros118LibrairieIvan Jablonka et Annette Wieviork...

Librairie

Ivan Jablonka et Annette Wieviorka, Nouvelles Perspectives sur la Shoah

Anthony Michel
p. 186-187
Version(en):

Ivan Jablonka, Annette Wieviorka, Nouvelles Perspectives sur la Shoah, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « La Vie des Idées », 2013, 128 p.

Volltext

1Le champ d’études qu’est la Shoah est abordé et traité de différentes manières du fait d’une multitude de sources, de questionnements et de formes d’écriture. Ainsi, elle peut être abordée d’un point de vue comparatiste, de l’histoire économique, du rôle des administrations, de la microhistoire ou bien encore de l’enquête familiale. Les possibilités sont nombreuses. C’est justement l’objet de cet ouvrage coordonné par Ivan Jablonka et présenté par Annette Wieviorka : la présentation des nouvelles tendances de l’historiographie et du renouvellement de la mémoire qu’elles impliquent.

2Annette Wieviorka installe le cadre de ces nouvelles recherches en énumérant trois verbes très évocateurs pour la mémoire : comprendre, témoigner et écrire. Après une explicitation des différents termes pour qualifier l’histoire juive, tristement célèbre, elle souligne « le véritable boom de la mémoire de la Shoah » [p. 6] apparu dès 1980 sous différentes formes : institutions, mémoriaux, films, expositions, etc. En présentant les pionniers des recherches, à savoir Raul Hilberg et Léon Poliakov, elle explique que les questionnements migrent selon les générations d’historiens. Si les premiers travaux restent confidentiels, l’ouverture des archives en 1997 a multiplié les études et leur publication, par exemple l’« aryanisation » en Isère.

3Annette Wieviorka insiste aussi sur le fait que les victimes et rescapés de la Shoah sont les premiers historiens, puisque ce sont eux qui ont entrepris des actions de témoignages au sein même des lieux de concentration et d’extermination. Le ghetto de Varsovie en est un exemple. Une étude est cependant novatrice. C’est celle de Saul Friedländer, L’Allemagne nazie et les Juifs (1998-2008), puisqu’il y crée le concept d’« antisémitisme rédempteur » [p. 13]. En effet, il s’agit d’une histoire écrite de tous les points de vue : celui des Allemands, d’Hitler aux Allemands ordinaires, celui des sociétés dans lesquelles vivent les Juifs persécutés et celui des victimes. C’est la mise en parallèle de deux historiographies.

4Toutes les études sont désormais possibles pour les nouveaux historiens puisqu’ils bénéficient des travaux de leurs aînés défricheurs, d’une large ouverture d’archives et de la possibilité d’aller consulter témoins et archives à l’autre bout du monde. De ce fait, on trouve de plus en plus de quêtes familiales sur la vie de membres peu ou pas connus.

5Jean-Marc Dreyfus s’est lui intéressé aux archives nazies en Allemagne, dans la ville de Bad Arolsen. C’est là que se trouve le Service international de recherche (SIR). Cette institution, créée en 1948, devait terminer le travail de recherche des personnes disparues et de réunion des familles entrepris dès avant la fin de la guerre. L’objectif premier de ce service était une priorité donnée aux recherches des familles et non aux historiens. Existant encore aujourd’hui, « elle témoigne de l’incessante quête de mémoire, du travail de deuil jamais interrompu, mais aussi des procédures de réparations allemandes. » [p. 19] Les activités du SIR sont nombreuses : recensement des tombes et fosses communes, dédommagements des victimes, classification d’archives venant de divers organismes… Ainsi, les archives (on ne comptabilise pas moins de 17 millions de documents !) du SIR sont ouvertes à la recherche depuis 2008. Si les documents n’ouvriront probablement pas de nouveaux champs d’investigation, ils permettront cependant de compléter les recherches existantes et seront une source première pour entamer une nouvelle recherche.

6Tal Bruttmann s’est penché sur la Shoah dans les bureaux et, plus précisément, l’application de la politique antisémite des administrations sous Vichy. Il s’agit de documents où apparaît, à un degré ou à un autre, la discrimination : instructions, correspondances entre services ainsi que des formulaires. « Chaque administration, dans le cadre de ses missions, a été amenée à intégrer l’antisémitisme. » [p. 41] En effet, aucun employé des services administratifs n’a laissé de récit de son activité professionnelle durant l’Occupation. Cette intégration va même, en 1941, jusqu’à l’apparition sur un formulaire de la question : « L’intéressé est-il juif ? » Celle-ci est parfois distinguée dans les formulaires. Les études concernent ici tous les échelons de la pyramide administrative. Les documents identifiant les Juifs sont devenus le principal instrument de leur arrestation. « Ressource de l’historien et enjeux de la mémoire juive, l’instrument bureaucratique apparaît comme un tragique paradoxe. » [p. 48]

7La méthode quantitative pour la communauté juive de Lens est le sujet traité par Ivan Jablonka. Trois moments ont permis d’identifier et de quantifier les Juifs : le recensement de la fin 1940 (par auto-déclaration), l’aryanisation des biens et la rafle du 11°septembre 1942. C’est par ce biais que le processus d’extermination commence et la logique qui la suit aussi, à savoir « Un Juif est un Juif, et le sentiment patriotique et l’intégration n’y changent rien. » [p. 56]

8L’étude d’Audrey Kichelewski porte sur un ouvrage traitant des relations polono-juives, dans lesquelles les premiers auraient participé aux crimes des seconds avec comme motivation principale l’appât du gain. L’appropriation des biens commence dès la phase de ghettoïsation jusqu’à la dernière dent en or du défunt. Ce sont « les moissons macabres » [p. 63]. Pour Emanuel Ringelblum, il fallait déshumaniser les voisins juifs pour rendre possible ce type de comportement ultra-violent à leur égard. Cependant, la causalité économique de ces actes est relative puisque les Allemands s’étaient, au préalable, déjà servis. D’après des archives, c’est la campagne moyenne qui a pris part au crime et non des marginaux, comme le martelait l’historiographie de la Pologne communiste. Pour qualifier ces actes, on utilise le terme de « chasse aux Juifs » [p. 74], désignant ainsi l’extermination de ceux qui ont échappé à la déportation. C’est ici que l’on a le plus besoin du concours de la population locale polonaise. Enfin, un tabou demeure à ce jour : l’assourdissant silence de l’Église polonaise, synonyme d’assentiment à ce qui se passait.

9Pour Florence Heymann, les ghettos auraient peut-être été des lieux de résistance juive. Pour autant, le ghetto représentait une étape préparatoire à la Solution finale. Aussi la vie qui règne à l’intérieur de ces espaces est différente. Cela est dû au rôle des Conseils juifs, au degré d’auto-administration, à la solidarité (ou à son absence) et aux différentes stratégies de survie. Pour Moshé Kahanovich, les Juifs enfermés dans les ghettos ne se seraient pas soulevés, car « ils savaient qu’ils ne pourraient pas survivre longtemps dans les forêts en raison de l’hostilité de la population. » [p. 88]

10Ivan Jablonka conclut cet ouvrage en évoquant une nouvelle mémoire pour chaque nouvelle histoire. Ainsi, la recherche historique empêche la mémoire de s’enfermer sur elle-même et de se racornir. De plus, en ces temps de relativisme moral, « l’Holocauste sert de boussole : c’est un absolu, un absolu du mal. » [p. 93] Mais à l’égard de la Shoah, cinq dérives sont possibles : l’obnubilation, l’anti-intellectualisme, la banalisation, la fermeture et la bonne conscience morale. Cela soulignerait ainsi le caractère artificiel et moralisateur du devoir de mémoire, soit la transformation du souvenir en obligation. Pourtant, le renouvellement de l’historiographie nourrit une autre manière de se souvenir. Le seul devoir qui s’impose à tous est celui de la vérité. C’est pourquoi un tout nouveau travail est porté sur la mémoire, et celui-ci provient des « petits-enfants » [p. 102].

11Les réflexions menées par ces historiens, à partir d’études d’ouvrages, permettent ainsi de constater le caractère inépuisable des sources donc des investigations que l’on peut mener à partir d’elles. C’est ce qui mènerait ainsi à de nouvelles générations d’historiens qui actualiseraient perpétuellement de nouvelles mémoires.

Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

Anthony Michel, Ivan Jablonka et Annette Wieviorka, Nouvelles Perspectives sur la ShoahTémoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 186-187.

Online-Version

Anthony Michel, Ivan Jablonka et Annette Wieviorka, Nouvelles Perspectives sur la ShoahTémoigner. Entre histoire et mémoire [Online], 118 | 2014, Online erschienen am: 01 Oktober 2015, abgerufen am 16 Mai 2021. URL: http://journals.openedition.org/temoigner/1040; DOI: https://doi.org/10.4000/temoigner.1040

Seitenanfang

Autor

Anthony Michel

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Urheberrechte

Tous droits réservés

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search