Navigation – Plan du site
Laboratoire mémoriel

Rwanda (épisode 2)

Les Églises-charniers du génocide : le cas de Kibeho
Rwanda (episode 2): The churches-ossuaries of the genocide: the case of Kibeho
Rwanda (aflevering 2). De kerken-massagraven van de genocide: Kibeho
Rémi Korman
p. 223-225
Traduction(s) :
Rwanda (aflevering 2)

Notes de la rédaction

Cette chronique régulière vise à présenter la façon dont se construit le souvenir du génocide des Tutsi au Rwanda depuis 1994. Elle prendra en compte les spécificités du modèle mémoriel rwandais, mais aussi les nombreux liens tissés avec des institutions travaillant sur la mémoire de la Shoah, sur le génocide des Arméniens ou encore le génocide cambodgien.

Texte intégral

  • 1 Cf. Hélène Dumas, Le Génocide au village : Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, 2014.

1L’une des spécificités du génocide des Tutsi au Rwanda est d’avoir été commis au grand jour, devant toute la population, et surtout avec la participation d’une partie d’entre elle. Cette dimension populaire du génocide a eu lieu sur tout le territoire. Des centaines de milliers de Tutsi ont ainsi été assassinés par petits groupes sur leurs collines par leurs voisins1. Mais au cours du génocide, des massacres collectifs de grande envergure ont aussi été organisés.

2Après l’attentat du 6 avril 1994 ayant coûté la vie au président Juvénal Habyarimana, de nombreux Tutsi se réfugièrent, parfois encouragés par les autorités, au sein de lieux publics. Ce fut principalement le cas dans les écoles, dans les stades, mais aussi dans les lieux de culte et en particulier les églises catholiques. Avant 1994, celles-ci avaient servi de refuge aux civils tutsi menacés. Mais pour la première fois, au cours des trois mois du génocide, nombre d’entre elles ont été transformées en lieu de massacre.

3Au-delà des interrogations sur les éléments ayant rendu possible un tel renversement des valeurs morales et religieuses dans un pays considéré alors comme le plus chrétien d’Afrique subsaharienne, se posa après le génocide la question du devenir de ces sites. Comment en effet reprendre le culte au sein des églises-charniers du génocide ? Fallait-il que ces dernières soient désacralisées et transformées en mémoriaux, ou fallait-il au contraire les « purifier » et reprendre le culte.

  • 2 Jean-Pierre Chrétien et Rafiki Ubaldo, « L’Église de Kibeho, lieu de culte ou lieu de mémoire du gé (...)

4Afin de statuer sur le devenir de ces lieux, une commission mixte fut instituée entre l’Église catholique et l’État rwandais en 19962. Cette dernière fut chargée de trouver un accord convenant aux deux parties. Si l’Église catholique rwandaise était conciliante et prête à certaines concessions, le Vatican s’opposa de façon radicale à la désacralisation de lieux de cultes. Au final, seules les églises de Nyamata et Ntarama situées dans le Bugesera furent transformées en lieux de mémoire, après un douloureux conflit. Le point de discorde entre l’Église catholique et l’État porta sur un site en particulier, celui de Kibeho.

Église de Kibeho, 27 mars 2014.

Église de Kibeho, 27 mars 2014.

© Rémi Korman.

Des apparitions mariales au massacre dans la paroisse

  • 3 Cf. Émilie Brébant, La vierge, la guerre, la vérité. Approche anthropologique et transnationale des (...)

5Situé dans le sud du Rwanda au sein du district actuel de Nyaruguru et anciennement dans la préfecture de Gikongoro, Kibeho fut un lieu d’apparitions mariales au cours des années 1980. Officiellement, ces dernières commencèrent le 28 novembre 1981 pour se terminer le 28 novembre 1989, soit un peu moins d’un avant le début de la guerre civile3. Quelques années plus tard, le site de Kibeho fut transformé en un important lieu de massacre.

6Comme en de nombreux endroits au Rwanda, plusieurs milliers de Tutsi pensèrent trouver refuge au sein de la paroisse. Le 14 avril 1994, ils furent attaqués par des soldats et miliciens dirigés par le sous-préfet Damien Biniga. Afin d’y pénétrer, ces derniers détruisirent les murs de l’église à l’aide de grenades et d’armes à feu. Le massacre se déroula sur plusieurs jours, le bâtiment étant finalement incendié, brûlant les corps des victimes, l’intérieur du bâtiment ainsi que le toit.

Les mémoires multiples du site de Kibeho

7Après le génocide, le gouvernement rwandais et certaines associations de rescapés demandèrent la transformation de l’église en mémorial, ce qui fut refusé par l’évêché et la conférence épiscopale. Devant ce refus à Kibeho, mais aussi ailleurs dans le pays, le gouvernement rwandais choisit en 1999 la confrontation directe avec l’Église catholique. Le 7 avril 1999 au cours de la cinquième commémoration nationale du génocide, le président Pasteur Bizimungu accusa publiquement Mgr Misago, l’évêque de Gikongoro, d’avoir participé au génocide. Il déclara enfin : « si l’Église regrette les briques et les vitres qui ont servi à la construction de cette église, l’État rwandais voulant en faire un mémorial, que l’Église nous le dise et nous construirons un autre bâtiment ».

8Une semaine après, Mgr Misago fut arrêté. En réaction, le Vatican publia des textes négationnistes à travers son journal, l’Osservatore Romano, et critiqua durement le gouvernement rwandais. Le procès public qui suivit fut l’objet de nombreuses attentions nationales et internationales. Finalement acquitté le 15 juin 2000, Mgr Misago reconnut officiellement une année plus tard les apparitions mariales de Kibeho des années 1980, marquant une nouvelle étape dans le développement du site.

Mur latéral droit de l’église de Kibeho, 2014.

Mur latéral droit de l’église de Kibeho, 2014.

Mur latéral droit de l’église. Les parties grisées présentent les endroits où pénétrèrent les tueurs.

© Rémi Korman.

  • 4 Émilie Brébant, « Le jardin de la vierge. Rapports à l’espace marial de Kibeho au Rwanda », in Topo (...)

9La situation s’apaisa par la suite. Un compromis fut trouvé en 2003 pour l’église de Kibeho, transformé en un « lieu de mémoire hybride »4. La dimension cultuelle du site a été conservée tandis que la dimension mémorielle reste présente, avec la mise en place d’un mémorial contenant des restes humains, dans une pièce au sein de l’église. La matérialisation de la mémoire du génocide se retrouve aussi à travers l’inscription de versets bibliques évocateurs à l’entrée du bâtiment. Quant aux pans de murs détruits en 1994 à la grenade et par où rentrèrent les tueurs, ils furent reconstruits et peints en violet, couleur du deuil pour l’Église catholique depuis le concile de Vatican II. En 2013, ces derniers sont repeints en gris, le gouvernement rwandais décidant de changer la couleur du deuil au niveau national. Enfin, un mémorial attenant à l’Église a été bâti, dans lequel sont exposés des corps et ossements des victimes du génocide.

Intérieur de l’église de Kibeho, 27 mars 2014.

Intérieur de l’église de Kibeho, 27 mars 2014.

© Rémi Korman.

10Symbole du difficile travail de mémoire entre l’Église catholique et le gouvernement rwandais dans la période qui suivit le génocide, Kibeho est finalement devenu un sanctuaire visité au niveau national et international. Un véritable enjeu financier pour l’État rwandais qui souhaite maintenant y développer un important tourisme religieux.

Haut de page

Notes

1 Cf. Hélène Dumas, Le Génocide au village : Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, 2014.

2 Jean-Pierre Chrétien et Rafiki Ubaldo, « L’Église de Kibeho, lieu de culte ou lieu de mémoire du génocide de 1994 ? », Génocides. Lieux (et non-lieux) de mémoire, juillet-décembre 2004, Revue d’histoire de la Shoah, n° 181, p. 277-290 ; Hélène Dumas et Rémi Korman, « Espaces de la mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda », Afrique contemporaine, 15 décembre 2011, n° 238, n° 2, p. 11-27.

3 Cf. Émilie Brébant, La vierge, la guerre, la vérité. Approche anthropologique et transnationale des apparitions mariales rwandaises, thèse de doctorat inédite, ULB, 2011.

4 Émilie Brébant, « Le jardin de la vierge. Rapports à l’espace marial de Kibeho au Rwanda », in Topographie du sacré. L’emprise religieuse sur l’espace, Alain Dierkens et Anne Morelli, Bruxelles, 2008, p. 191-206.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Église de Kibeho, 27 mars 2014.
Crédits © Rémi Korman.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Mur latéral droit de l’église de Kibeho, 2014.
Légende Mur latéral droit de l’église. Les parties grisées présentent les endroits où pénétrèrent les tueurs.
Crédits © Rémi Korman.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Intérieur de l’église de Kibeho, 27 mars 2014.
Crédits © Rémi Korman.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Korman, « Rwanda (épisode 2) », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 223-225.

Référence électronique

Rémi Korman, « Rwanda (épisode 2) », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1077 ; DOI : 10.4000/temoigner.1077

Haut de page

Auteur

Rémi Korman

EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales). Il effectue des recherches universitaires sur la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda où il se rend régulièrement. Il développe en parallèle des projets de transmission publique de cette mémoire avec l’association Ibuka à Lyon.

Articles du même auteur

  • Rwanda (épisode 3) [Texte intégral]
    Les Arts et la représentation du génocide des Tutsi au Rwanda
    Paru dans Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014
  • Rwanda (episode 3) [Texte intégral]
    The arts and the representation of the genocide of the Tutsi in Rwanda
    Paru dans Témoigner. Entre histoire et mémoire, 119 | 2014
  • Rwanda, Épisode 1 [Texte intégral]
    Vingt ans après : Mémoire du génocide des Tutsi
    Paru dans Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals