Navigation – Plan du site
Actualités

« Seul dans Berlin »

Alone in Berlin
Alleen in Berlijn
Isabelle Galichon
p. 21

Résumés

Amandiers. Quand le metteur en scène flamand, Luk Perceval, rencontre le texte de Fallada. Comprendre sans pathos, excellence de la mise en scène.

Haut de page

Texte intégral

1Du 28 janvier au 2 février dernier, le théâtre des Amandiers à Nanterre proposait pour quatre représentations, l’adaptation de Seul dans Berlin de Hans Fallada, par le metteur en scène flamand Luk Perceval. En 1947, Fallada publie son roman à Berlin-Est. Il s’inspire de la résistance civile d’Elise et Otto Hampel qui déposaient des cartes postales pour éveiller la conscience des Berlinois ; si une version cinématographie en a déjà été réalisée par Alfred Vohrer en 1975, aucune adaptation n’avait jusqu’alors été portée à la scène.

2Dans une mise en scène épurée, Luk Perceval semble mettre à nu les personnages afin que seule ne paraisse plus que la singularité de leur trajectoire. La scénographie repose sur un immense panneau mural représentant la maquette d’un quartier de Berlin dressée à la verticale comme une photo aérienne, et sur une table placée au centre de la scène. Unique accessoire, celle-ci marque une séparation de l’espace scénique et se décline à l’envi comme table de cuisine, bureau d’interrogatoire, table de torture. Seuls en scène, les acteurs livrent une performance remarquable qui, du burlesque au tragique, tel un feu roulant, emporte le spectateur pendant quatre heures trente, sans qu’il les voie passer. On note plus précisément dans le duo d’Anna et Otto Quangel que la ressemblance physique de ce dernier avec la description donnée dans le roman de Fallada d’un homme au « visage en lame de couteau » résonne avec le caractère minimaliste de son jeu.

La fidélité de Luk Perceval

3Mais la prouesse réside certainement dans le travail effectué sur le texte. Luk Perceval parvient à garder la structure et la couleur du roman avec une étonnante fidélité : on ne perçoit pas le passage du texte à la scène. Conversion parfaitement maîtrisée. Au-delà du texte, c’est au respect de la langue élaborée par Fallada et de l’énonciation auquel le metteur en scène s’est attelé. Ainsi, la voix narrative reprise par les acteurs eux-mêmes et prononcée à la troisième personne du singulier face au public laisse entendre une parole neutre et impersonnelle aux échos blanchotiens.

4Si Brigitte Salino (Le Monde, 30 janvier 2014) regrette une trop grande distance prise par Perceval face au contexte, il semble néanmoins que le spectateur ne puisse ignorer ni où, ni quand se déroule l’action. Lorsqu’elle précise « on ne sent pas la ville sous influence, on ne respire pas l’ambiance de la montée d’escaliers de l’immeuble de la rue Jablonski où vivent les personnages centraux […], on ne transpire pas à l’idée que la compromission, la lâcheté, la brutalité et la peur ne laissent aucun répit, à aucun moment, dans aucun endroit de ce Berlin-là », comment alors interpréter les jeux de lumière, le travail sonore avec ses assauts de sirènes, à la limite du supportable ? De même, ce que Brigitte Salino prend pour une mise à distance excessive permet, au contraire, de ne pas se complaire dans une surreprésentation qui ne convient guère à la période du nazisme – lequel s’y est absolument complu. En disparaissant derrière la parole nue de ses acteurs – qu’il dépouille, certes, mais qu’il rend authentiques – Luk Perceval nous épargne la fuite en avant vers le pathos, nous préserve d’une identification et d’une empathie malsaines puisqu’il s’agit de comprendre et non de vivre-avec, ce que Fallada visait déjà dans son roman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Galichon, « « Seul dans Berlin » », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 21.

Référence électronique

Isabelle Galichon, « « Seul dans Berlin » », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1201 ; DOI : 10.4000/temoigner.1201

Haut de page

Auteur

Isabelle Galichon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals