Navigation – Plan du site
Dictionnaire testimonial et mémoriel

Muselmann

Muselmann
Muselmann
Paul Bernard-Nouraud
p. 149-150

Texte intégral

1« Musulmans », en allemand Muselmann, forme vieillie de l’allemand moderne Moslem, en yiddish : Musulman, en polonais : Muzułman...

2Dans le contexte des camps nazis, le terme de « musulman » dénommait les déportés de toutes catégories qui, parvenus à un état de faiblesse et de cachexie extrêmes, semblaient s’être résignés à la déchéance et à la mort auxquelles les vouait le système concentrationnaire. Aux yeux des autres déportés, cette résignation constituait un péril qui justifiait que les « musulmans » soient rejetés en marge des stratégies de survie collectives et individuelles. En d’autres termes, et compte tenu de la finalité des camps de concentration nazis (produire des sous-hommes et les éliminer), si les « musulmans » constituaient des exceptions dans les camps, ils menaçaient d’en devenir la règle. Sur le plan de l’analyse historique, les « musulmans » sont représentatifs de ce qui résulte, de façon exemplaire, de l’idéologie nazie.

3Dans les témoignages, on peut noter que la plupart des survivants ont fait mention de cette figure sans avoir été pour autant en mesure d’en expliciter clairement l’origine de la dénomination.

Muselmanner

Muselmanner

Mieczyslaw Koscielniak, Muselmanner, 1944, KL Auschwitz, 16 x 12 cm, encre sur papier.

© Musée d’Auschwitz.

4Toutefois, que celle-ci se réfère aux musulmans réels paraît indéniable. Un fonds de représentations a sans doute rendu possible ce rapprochement entre des musulmans décrits depuis le milieu du XIXe siècle par l’iconographie et la littérature colonialistes et orientalistes occidentales, et les « musulmans » des camps nazis. Ce fonds partagé, ainsi que la proximité phonétique du mot dans la plupart des langues européennes a contribué à la diffusion du terme dans les différents camps du système concentrationnaire nazi.

5Si rien n’indique que l’attestation première soit le fait des déportés plutôt que des gardiens, sa première occurrence documentée est le fait d’un déporté du camp de Sachsenhausen. Il s’agit d’une chanson intitulée (en polonais et en allemand) Muzułman Kippensammler (Musulman ramasseur de mégots). Elle a été écrite et interprétée en juillet 1940 pour ses codétenus par le déporté polonais Aleksander Kulisiewicz. D’après la plupart des témoignages, il semble cependant que ce soit ensuite depuis le camp d’Auschwitz-Birkenau que le terme se soit diffusé au gré des transferts de déportés.

6Dès l’après-guerre, les représentations graphiques de déportés, notamment dans les monuments commémorant la déportation, se sont plus ou moins explicitement inspirées des corps des « musulmans ». L’entrée des « musulmans » dans le champ de la littérature testimoniale est plus récente. C’est en particulier à la suite des pages que Primo Levi leur a consacrées dans Les Naufragés et les rescapés qu’ils ont pu apparaître comme représentatifs des déportés qui ont péri sans avoir pu témoigner. En ce sens, ils deviennent un symbole fort – incarnation décharnée – du silence testimonial que recèlent les camps. Les réalités historique et testimoniale sont plus contrastées : de nombreux témoignages écrits portent la trace plus ou moins explicite d’une reconnaissance, voire d’une identification avec les déportés dénommés « musulmans ».

Haut de page

Bibliographie

Paul Bernard-Nouraud, Figurer l’autre. Essai sur la figure du « musulman » dans les camps de concentration nazis, Paris, Kimé, coll. « Entre Histoire et Mémoire », 2013.

Primo Levi, Les Naufragés et les rescapés [édition italienne : 1986], traduit de l’italien par André Maugé, Paris, Gallimard, coll. « Arcades », 1989.

Wolfgang Sofski, L’Organisation de la terreur [édition allemande : 1993], traduit de l’allemand par Olivier Mannoni, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Muselmanner
Légende Mieczyslaw Koscielniak, Muselmanner, 1944, KL Auschwitz, 16 x 12 cm, encre sur papier.
Crédits © Musée d’Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bernard-Nouraud, « Muselmann », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 149-150.

Référence électronique

Paul Bernard-Nouraud, « Muselmann », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1211 ; DOI : 10.4000/temoigner.1211

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals