Navigation – Plan du site
Dictionnaire testimonial et mémoriel

Récit de soi

Self-narrative
Zelfvertelling
Isabelle Galichon
p. 150

Texte intégral

1Le récit de soi ne relève pas d’un genre littéraire, mais procède d’une pratique d’écriture qui trouve ses racines dans les exercices spirituels antiques. Le sujet-écrivant ne vise pas une simple connaissance de soi, il cherche davantage à « faire monde », dans une compréhension de l’existence que l’on peut rapprocher de l’idée de voisinage chez Stanley Cavell. Se différenciant d’un savoir, ce mouvement de compréhension fait de l’expérience le motif et le moteur du récit. Si le récit de soi est initié par une interpellation de l’autre, implicite ou signifiée, il s’inscrit par là même dans le cadre d’une réflexion spécifiquement éthique qui le différencie essentiellement d’une écriture autobiographique égotique. Il se caractérise par un processus de subjectivation qui comporte une dimension thérapeutique/psychologique, mais ne s’y limite pas : c’est dans l’exercice de soi, exercice du quotidien et de l’ordinaire, que le sujet-écrivant parvient à saisir la singularité de son expérience par un effet de familiarisation. L’écriture acquiert ainsi une fonction éthopoiétique : la réalité y est transfigurée pour atteindre une signification éthique. Le récit de soi ne se réduit pas non plus à sa dimension spécifiquement testimoniale : c’est une pratique protéiforme qui peut s’exprimer à travers la poésie (les Feuillets d’Hypnos de René Char), l’écriture diariste (Journal de deuil de Roland Barthes). Notons que plus le sujet-écrivant est confronté à une situation d’altérité radicale (dans des contextes de violence extrême), plus la vocation testimoniale de l’écriture est revendiquée (le Journal d’Hélène Berr).

2Deux types de récits de soi, hic et nunc et a posteriori, peuvent être caractérisés en fonction de l’évolution dans le temps de la pratique de l’écriture. Le récit de soi hic et nunc met en évidence une pratique d’écriture synchrone à l’expérience où le sujet-écrivant se pense dans une communauté humaine dont il a pu être séparé ; ce récit peut alors revêtir une dimension politique. Le récit de soi a posteriori met en place une distance éthique et esthétique par rapport à l’expérience vécue. Il procède d’une pratique de soi et, s’il est pratiqué généralement dans une temporalité qui suit le temps de l’événement, il peut arriver qu’il soit concomitant à l’expérience : c’est un récit où la « transfiguration » de la réalité vers une dimension éthique est sous-tendue par un geste esthétique.

3Le récit de soi est à la fois un « texte en devenir » inscrit dans le cadre d’une pratique et un « texte de devenir » puisqu’il porte en lui une potentialité de résistance.

Haut de page

Bibliographie

Judith Butler, Le récit de soi, Paris, PUF, Paris, 2007.

Stanley Cavel, Dire et vouloir dire [1976], Paris, Cerf, « Passages », 2009.

Michel Foucault, « L’écriture de soi » [1983], Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1994.

Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Galichon, « Récit de soi », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 150.

Référence électronique

Isabelle Galichon, « Récit de soi », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1212 ; DOI : 10.4000/temoigner.1212

Haut de page

Auteur

Isabelle Galichon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals