Navigeren – Plan van de website

HomeNuméros118ChroniquesLa plaque d’identité de David Jac...

Chroniques

La plaque d’identité de David Jacob Zak

David Jacob Zak’s identity plaque
Het identiteitsplaatje van David Jacob Zak
Danielle Pinedo
Vertaling van Philippe Mesnard
p. 21-22

Samenvattingen

In Sobibor stierven duizenden Joden uit Nederland. Archeologen ontdekten een metalen identiteitsplaatje met daarop de naam van David Jacob Zak: ‘het voelt alsof zijn ziel voortleeft’.

Hoofding

Noten van de redactie

Titre original : « De jongen die voortleeft door dit naamplaatje », NRC Handelsblad, mercredi 12 juin 2013.

Tous nos remerciements à la rédaction de NRC pour leur autorisation de reproduction.

Integrale tekst

De jongen die voortleeft door dit naamplaatje.

De jongen die voortleeft door dit naamplaatje.

© NRC Handelsblad.

1David Jacob Zak, plus connu sous le diminutif de « Deddie », ne correspondait pas à l’image stéréotypée du jeune garçon juif. Il avait des yeux bleus et des cheveux blonds qu’il peignait avec une raie sur le côté. « Durant la guerre, il aurait pu se cacher facilement », déclare sa cousine Lies Caransa, aujourd’hui âgée de 74 ans. « Grâce à son physique, personne n’aurait fait attention à lui ».

2Jusqu’à la moitié de la guerre, David habitait avec ses parents à Uitwaardenstraat à Amsterdam. Son père était diamantaire. Sa mère, femme au foyer. Sur une photo datant de 1939, David se trouve entre ses parents, bien campé sur ses jambes, en bas d’un escalier. Son père, Simon, le tient par l’épaule et sa mère, Judith, regarde l’objectif de façon peu assurée.

3Le week-end dernier [8-9 juin 2013], on apprend que deux archéologues ont trouvé une plaque d’identité au nom de Deddie dans le camp d’extermination de Sobibor en Pologne. Ces deux archéologues, un Polonais et un Israélien, faisaient des recherches non loin d’une fosse, lorsque, à deux mètres sous terre, ils trouvèrent un objet métallique. « C’est une plaque artisanale avec des lettres bien formées », explique l’archéologue polonais Wojciech Mazurek. Ce dernier et son collègue, Yoram Haïmi, essaient de reconstituer la lugubre réalité de Sobibor.

  • 1 Le chiffre des Juifs qui ont pu s’évader reste approximatif, quelques centaines, trois cents enviro (...)

4La trouvaille est exceptionnelle, car peu d’objets personnels des victimes ont été conservés. Après l’insurrection du 14 octobre 1943, pendant laquelle environ 300 prisonniers1 ont fui le camp, quasiment toutes les traces de l’extermination nazie ont été effacées. « Par contre, on a trouvé l’année dernière la plaque d’identité de Léo Judith de la Penha, une jeune fille d’Amsterdam. La TV néerlandaise a fait une reconstitution de sa vie, Léa avait juste six ans quand elle a été gazée », explique Wojciech Mazurek.

  • 2 Situé au Nord-Est des Pays-Bas, le camp de Westerbork était le principal camp de rassemblement des (...)
  • 3 Un des camps de concentration sous contrôle de la SS dans le Sud des Pays-Bas, non loin de Bois-le- (...)

5David et ses parents partirent le 6 juin 1943 avec un transport d’enfants de Westerbork2. Selon Carensa, cousine de David, ils ont été raflés le 3 avril à leur domicile pour être conduit au Hollandsche Schowburg, lieu de rassemblement pour la déportation des Juifs non loin du parc zoologique d’Artis à Amsterdam. De là, ils ont été dirigés vers le camp de Vught3 où ils ont séjourné un mois. Caransa elle-même, ce même 3 avril, arriva au Hollandsche Schowburg, mais parce qu’elle était de quatre ans plus jeune que son cousin, qui en avait huit, elle a été placée dans la crèche. « Pendant ce cours moment, nous parcourions ensemble le bâtiment, il avait une attitude protectrice à mon égard », se souvient-elle. Ça grouillait de gens. Elle montait sur la scène et courrait entre les chaises. « Il m’empêchait de tomber et m’appelait “petite sœur”. Deddie me protégeait toujours. »

6Caransa survécut à la guerre en étant cachée. Plus tard, elle apprit que son cousin et ses parents avaient été gazés dès leur arrivée à Sobibor. Que signifie la découverte de cette plaque pour elle ? « Je considère que c’est comme un cadeau du ciel », dit-elle. « J’ai le sentiment que son âme continue à vivre et qu’au bout de soixante-dix ans, il me protège toujours. » Elle voudrait entrer en possession de l’objet, déclare-t-elle lors de l’émission Knevel & van den Brink de Martin van Rijn4. Or, si le secrétaire d’État du ministère de la santé, du bien-être et des sports néerlandais est tout à fait disposé à jouer un rôle de médiateur dans cette démarche, l’État polonais a, de son côté, une attitude peu coopérative.

7La plaque est pour Carensa la preuve la plus tangible de l’existence de son cousin. Il la portait avant sa déportation en Pologne, parce que ses parents avaient peur qu’il se perde en chemin. « C’était courant à l’époque que les enfants portent une telle plaque. Il l’a portée pendant des années », explique-t-elle.

8Wojciech Mazurek suppose que Deddie porta sa plaque autour de son cou jusqu’à sa mort, parce qu’elle a été abîmée et que l’on a également retrouvé des cendres à proximité de sa plaque. On devra faire plus de recherche afin d’obtenir une image complète de ce qui s’est passé, mais de toute façon c’est une découverte remarquable. Il n’arrive pas souvent que, ici, nous puissions mettre un visage sur un objet. Les deux archéologues ont encore fait une autre découverte. Ils trouvèrent un tunnel sous le camp, il est possible qu’il ait été creusé par des détenus qui devaient participer au processus d’extermination. « On a également trouvé les ossements de six squelettes dans une fosse, une cruche de genièvre néerlandais et un tube de pâte dentifrice », ajoute Mazurek. Selon l’archéologue, il y a encore beaucoup à faire !

Hoofding

Noten

1 Le chiffre des Juifs qui ont pu s’évader reste approximatif, quelques centaines, trois cents environ, car la plupart n’a pas survécu à la guerre. Néanmoins, après-guerre, c’est une quarantaine de rescapés qui ont témoigné (cf. Sila Cehreli, Témoignage du Khurbn. La résistance juive dans les centres de mise à mort – Chelmno, Belzec, Sobibor, Treblinka, Paris, Kimé, « Entre Histoire et Mémoire », 2013).

2 Situé au Nord-Est des Pays-Bas, le camp de Westerbork était le principal camp de rassemblement des Juifs hollandais avant leur déportation, équivalent de Drancy pour la France, la caserne Dossin pour la Belgique et Fossoli pour l’Italie.

3 Un des camps de concentration sous contrôle de la SS dans le Sud des Pays-Bas, non loin de Bois-le-Duc et proche de la Belgique. Sur les 31 000 détenus, 15 000 Juifs y ont séjouné. Les 5 et 6 juin 1943 tous les enfants du camp ont été déportés, via Westerbork, à Sobibor où ils ont tous été assassinés.

4 http://www.eo.nl/tv/knevelenvandenbrink/artikel-detail/lies-caransa/

Hoofding

Illustratielijst

Titel De jongen die voortleeft door dit naamplaatje.
Illustratierechten © NRC Handelsblad.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1231/img-1.jpg
Bestand image/jpeg, 46k
Hoofding

Om dit artikel te citeren

Referentie papier

Danielle Pinedo, «La plaque d’identité de David Jacob Zak»Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 21-22.

Elektronische referentie

Danielle Pinedo, «La plaque d’identité de David Jacob Zak»Témoigner. Entre histoire et mémoire [Online], 118 | 2014, Online op 01 octobre 2015, geraadpleegd op 09 mai 2021. URL: http://journals.openedition.org/temoigner/1231; DOI: https://doi.org/10.4000/temoigner.1231

Hoofding

Auteursrechten

Tous droits réservés

Hoofding
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search