Navigation – Plan du site

AccueilNuméros118ChroniquesDanser le réel

Chroniques

Danser le réel

Dancing the real
Lo Real volgens Israel Galván
Isabelle Galichon
p. 32-33
Traduction(s) :
Lo Real volgens Israel Galván [nl]

Résumés

Rencontre. Exercice du corps, au sens spirituel et chorégraphique, pour un récit sans parole sur la persécution des Tsiganes.

Haut de page

Texte intégral

1Après avoir assisté dans les arènes de la Maestranza de Séville à Arena (six chorégraphies sur la tauromachie), Georges Didi-Huberman associait la danse d’Israel Galván à « une dialectique du montage » : « Il faut un acte qui réunisse la cruauté d’un découpage, c’est-à-dire d’une mise à mort, et la suavité d’une danse ou d’une mise en mouvement » (Le danseur des solitudes, Paris, Minuit, 2006, p. 178). Dans son dernier ballet, Lo real / Le réel / The real, Israel Galván renoue avec cette tension dramatique qui, toujours selon Didi-Huberman, serait à l’origine de l’œuvre d’art, en questionnant la persécution et l’extermination des Gitans par les nazis. Il se saisit d’un temps qui n’est plus celui de la danse ni même un temps abstrait auquel il s’intéressait dans La fin de cet état de choses, sa dernière œuvre sur l’Apocalypse de Jean de Patmos, mais d’un temps réel, celui de l’histoire. Il rompt alors avec cette forme de solitude qui caractérise ses chorégraphies et sculpte son corps autant que son art pour en livrer une quintessence : il vise l’épure pour « un danser ensemble » (ibid., p. 15). Ce thème qu’il puise dans une histoire qu’il n’a cessé d’entendre depuis son enfance, le mène sur le terrain périlleux de la mise en scène de la barbarie du nazisme. Si la déportation des Gitans demeure un sujet peu présent dans le champ culturel, le bailaor, danseur sévillan, parvient à dépasser le caractère problématique de la représentation de la violence en plaçant l’art au cœur de son propos : seul le flamenco, mémoire et virtuosité du peuple gitan, pouvait alors exprimer cette réalité historique.

Israel Galván.

Israel Galván.

© Javier Del Real.

  • 1 Terme espagnol de tauromachie qui caractérise le ralentissement du rythme que le torero impose à la (...)

2Le premier tableau, « Préface : on tranche l’air », place d’emblée le spectateur dans la geste flamenca que revisite Galván. Mais ici, nul temple1, nulle domestication du flux par l’art où le temps s’étire dans une sorte de dilatation du mouvement : le bras s’allonge et fend l’espace jusque dans la main qui oublie les circonvolutions pour une linéarité parfaite. L’air, l’espace, le réel sont battus, flagellés et l’énergie du mouvement fonde le geste. Le réel ici n’est pas la quête d’un sens, mais ce qu’il en reste. Tout est fulgurance qui éclate, dans le silence de cette première scène. L’austérité de ce temps premier cède le pas à un ensemble plus disparate et c’est dans l’assemblage et la confluence que le sens se donne. Galván ne suit aucun récit et préfère tisser musique, chorégraphie et image dans un montage singulier. Les voix naturelles et Lainas, ces envolées flamencas qui gravissent les aigus, accompagnent la danse en resserrant peu à peu le cercle autour du bailaor. Guitares et palmas partagent, avec les piano et percussions, des reprises telles une interprétation originale de « Hitler in my heart » d’Antony and the Jonhnsons, ainsi que des créations de Juan Gomez « Chicuelo » qui, selon l’intensité chorégraphique, peuvent glisser du lamento du canto jondo vers le free jazz, jusqu’à des accords dissonants. La référence à l’image et à sa version cinématographique font aussi partie du dispositif scénique : des panneaux annoncent le changement de scène comme dans un film muet, la projection d’un extrait du film de Tony Gatlif, Canta Gitano, diffusées sur ce qui fait office de wagon et la référence au Tiefland de Leni Riefenstahl – pas tant pour le propos du film que pour son « utilisation » des Tziganes – questionnent la représentation de l’extermination par l’image. Alors qu’elle n’est incorporée à l’ensemble que de façon périphérique. Notons enfin deux passages d’une grande virtuosité : Israel Galván dansant « le train » sur une plaque métallique qui fait résonner les taconeos dans une frénésie sauvage, et Isabel Bayon endossant le rôle de Carmen joué par Leni Riefensthal dans un retournement gitan du cabaret allemand. Galván ne lâche jamais son spectateur, dans une tension/attention sans cesse renouvelées, jusqu’au tableau ultime où, redressant des panneaux, il enclot la scène, la refermant sur le camp, après avoir pointé du doigt la salle d’un geste interrogateur. Quand le réel rattrape le présent.

3Plus d’infos :
Lo real / Le réel / The real
Une production du Teatro Real de Madrid en coproduction avec le Théâtre de la Ville de Paris
Danseurs : Israel Galván, Belen Maya et Isabel Bayon
Guitare : Juan Gomez « Chicuelo »
Piano : Alejandro Rojas Marcos
Danse, chant et jaleos : Caracafé, Bobote et Uchi

4Torobaka, la dernière pièce d’Israel Galván et d’Akram Khan, passera en première en Belgique le 8 octobre 2014 (Concertgebouw de Bruges), au Royaume-Uni le 3 novembre 2014 (Sadler’s Wells, Londres) et aux Pays-Bas le 2 février 2015 (Stadsschouwburg d’Amsterdam). Le spectacle se jouera encore à Paris à partir du 15 décembre (Théâtre de la Ville).

Haut de page

Notes

1 Terme espagnol de tauromachie qui caractérise le ralentissement du rythme que le torero impose à la charge du taureau.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Israel Galván.
Crédits © Javier Del Real.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Galichon, « Danser le réel »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 32-33.

Référence électronique

Isabelle Galichon, « Danser le réel »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1239 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.1239

Haut de page

Auteur

Isabelle Galichon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search