Navigation – Plan du site

AccueilNuméros118ChroniquesLe Carnaval des Ombres

Chroniques

Le Carnaval des Ombres

Le Carnaval des Ombres
Le Carnaval des Ombres
Daniel Weyssow
p. 34-35
Traduction(s) :
Le Carnaval des Ombres [nl]

Résumés

Théâtre. En grande pompe et fanfare, ce one man show traite d’une question toujours délicate et épineuse : quelle fut exactement l’attitude des habitants des « cantons rédimés »

Haut de page

Texte intégral

1La région d’Eupen–Malmedy–Saint-Vith, appareillée à la Belgique par le traité de Versailles à titre de réparation pour les dommages de guerre subis lors du précédent conflit mondial, aurait-elle failli en 1940-1945 ? Il se trouve en effet que le 23 septembre 1941, elle est annexée au Reich, à l’instar de l’Alsace et de la Lorraine. S’est-on suffisamment rendu compte des conséquences de l’événement ? Huit mille conscrits furent alors intégrés à la Wehrmacht et envoyés sur le front de l’Est. Près de la moitié n’en revint pas. Autre conséquence tangible pour la population, la destruction quasi complète de Saint-Vith et de Malmedy, durant la Bataille des Ardennes, qu’il s’agissait de reprendre aux Allemands.

2À l’origine de la pièce, Serge Demoulin, passablement dépité et le cœur serré, devait être bien fatigué de devoir répondre aux remarques désobligeantes qui l’accablaient régulièrement lorsqu’il énonçait son lieu de naissance. « Non camarade, je ne viens pas de chez les boches, je viens de chez les Belges, je viens des Cantons de l’Est, belges depuis 1920, mais qui ont été annexés par l’Allemagne nazie pendant la guerre. […] Le reste de la Belgique a été occupé jusqu’en 1944, occupé, pas annexé. » La nécessité de lever le malencontreux malentendu devint pour lui évidente.

Serge Demoulin.

Serge Demoulin.

© Alessia Contu.

3La pièce suit un parcours de mise en lumière et de vérité au travers des brumes induites par les festivités du carnaval. Car l’on y chante et l’on y boit jusqu’à ce qu’explosent les feux d’artifice et les faux-semblants que symbolisent les masques. L’innocence retrouvée jointe aux sédiments de l’histoire enfin décantés, les consciences finissent par s’alléger.

4Non les « cantons rédimés » n’étaient pas à la solde des nazis. Bien sûr, nombreux sont ceux qui obéirent à l’occupant, mais il n’y eut au final pas plus de condamnations pour collaboration que dans les provinces occupées. Les dispositions d’esprit et d’appartenance n’ont pas été battues en brèche, comme le fait comprendre l’histoire de l’enfant violenté par son instituteur parce qu’il refusait de saluer le portrait d’Hitler. Compatissant, un voisin bien intentionné lui glissa : « écoute-moi mon petit poyon [poussin] et retiens bien ceci : trois litres, en allemand, drei liter. Demain quand tu passes devant le portrait du fou, tu t’arrêtes, et tu le salues en disant drei liter ! Comme ça tes parents et toi vous aurez la paix. »

Serge Demoulin.

Serge Demoulin.

© Alessia Contu.

5Peu connu, le problème, selon le dramaturge, remonte au gouvernement belge en exil à Londres. L’annexion de la région n’ayant pas été dénoncée, sur quelle base reconnaître aujourd’hui l’enrôlement forcé dans les légions allemandes ? Cette allégeance historique, peu ou prou oubliée, semble avoir suscité de nombreux désordres et incompréhensions au sein des familles et de la population en général. Des remarques blessantes fusent encore. On comprend dès lors la susceptibilité des intéressés et leur souhait de revenir sur le détail et les conséquences de cette annexion. Le théâtre, en évoquant comme ici ce malaise par un jeu de scène à la fois pénétrant et tonitruant, acerbe et gouailleur, s’avère un bon moyen de sensibilisation. Mais au-delà de celui-ci un geste politique serait, de l’avis de l’auteur, le bienvenu. Le silence du gouvernement en septembre 1941 pourrait-il être comblé par une déclaration relatant précisément les faits ? Une telle démarche permettrait sans doute de dénouer plus facilement les fils de l’écheveau. En attendant, le spectacle, original et interprété avec brio, circule régulièrement depuis bientôt deux ans à Bruxelles et dans le sud du pays. Une performance à portée pédagogique où les scènes carnavalesques et grotesques s’enchaînent pour le plus grand plaisir des spectateurs.

6En pratique :
Une production du Rideau de Bruxelles en coréalisation avec le Festival Paroles d’hommes et l’Amapac (Malmedy).
Prochaines représentations : du 19 au 20 juin 2015 au Théâtre Le Public, rue Braemt, 64-70, 1210 Bruxelles. Infos et réservations : +32 (0)800 944 44.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Serge Demoulin.
Crédits © Alessia Contu.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Serge Demoulin.
Crédits © Alessia Contu.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Weyssow, « Le Carnaval des Ombres »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 34-35.

Référence électronique

Daniel Weyssow, « Le Carnaval des Ombres »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.1243

Haut de page

Auteur

Daniel Weyssow

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search