Navigation – Plan du site

AccueilNuméros118ChroniquesEntretien avec Reinhard Flender, ...

Chroniques

Entretien avec Reinhard Flender, directeur de Peermusic Classical

Interview with Reinhard Flender, director of the Peermusic Classical
Interview met Reinhard Flender, directeur van de Peermusic Classical
Reinhard Flender
p. 38-39
Traduction(s) :
Interview with Reinhard Flender, director of the Peermusic Classical [en]

Résumés

Peermusic Classical est la branche musique classique européenne du groupe Peermusic fondé en 1928 et aujourd’hui le plus grand éditeur mondial de musique avec 600 000 œuvres à son catalogue. ResMusica a rencontré son directeur Reinhard Flender, parlant un français parfait, à propos de La Passagère de Weinberg.

Haut de page

Notes de la rédaction

Propos recueillis par Jean-Christophe Le Toquin (ResMusica) le 17 octobre 2011.

Texte intégral

Reinhard Flender.

Reinhard Flender.

© Peerclassic.

ResMusica. Mieczyslaw Weinberg fait aujourd’hui partie des compositeurs importants de votre catalogue. Comment avez-vous découvert ce compositeur qui a fait l’essentiel de sa carrière à l’époque soviétique ?

Reinhard Flender : C’est par le Quatuor Danel, en 1999, et le premier mouvement du Quatuor n° 7. Je n’ai pas été très impressionné au début, car ce mouvement pris isolément ne permet pas de savoir qui est Weinberg. C’est avec le Quintette que j’ai décidé d’aller à Moscou. Trente œuvres avaient été publiées par Sikorski, et tout le reste était libre. Il fallait aller vite, car ça avait traîné depuis des années et un autre éditeur s’y intéressait. On a commencé par les quatuors et le Quintette.

Et La Passagère ?

Reinhard Flender : Ce n’est qu’ensuite qu’on a entendu parler d’un opéra avec un thème, comment dire… qui nous regarde, qui concerne les Allemands. J’ai été très impressionné par la partition, écrite avec une telle intensité. Et il existe aussi un enregistrement où Weinberg chante lui-même l’intégralité de l’opéra en jouant lui-même au piano. On comprend qu’il a tout dans la tête !

Comment l’opéra a-t-il été monté, et pourquoi à Bregenz ?

Reinhard Flender : J’ai fait une proposition à tous les opéras, y compris Bregenz. David Pountney, que je n’avais jamais rencontré, était le directeur de ce festival. J’ai eu un choc car il m’a répondu directement : « On va faire l’opéra, apportez-moi la partition ». C’est plus tard que j’ai compris que Pountney connaissait tout le pays, parlait le russe. C’était un cadeau du ciel, il a travaillé de manière perfectionniste, est allé à Auschwitz, a dépensé beaucoup d’argent, il s’est pris de passion pour l’opéra. Il y avait à l’époque 17 CD de Weinberg, il les a tous achetés et, en 2006, l’opéra a été joué en version de concert à Moscou et on lui a envoyé un enregistrement. Il l’a aimé tout de suite.

La Passagère.

La Passagère.

© Giselle Allen & Leigh Melrose.

En raison de son livret ?

Reinhard Flender : Le fait que Marta [c’est-à-dire Zofia Posmysz, auteure du texte source, cf. supra] soit encore vivante, cela ajoutait quelque chose. Son livre est incroyable, très riche, pas polémique. Il y a eu plein de théories, Chostakovitch aurait lu le roman de Zofia et l’aurait donné à Weinberg, mais ce n’est pas sûr. La scène finale, où Tadeusz joue la Chaconne de Bach au lieu d’une valse, est une idée du librettiste Alexandre Medvedev. Zofia n’en était pas trop contente, mais c’était nécessaire.

Weinberg a composé huit opéras, La Passagère étant le premier. Quelle place cet opéra tient-il dans l’œuvre du compositeur ?

Reinhard Flender : On savait déjà que La Passagère était une œuvre-clé, Weinberg a dit lui-même que tout était lié, tout ce qu’il a écrit avant et après. Plus on connaît ses symphonies, plus on voit qu’il y a dans l’opéra une maîtrise incroyable. Il est le prédécesseur de Schnittke sur le polystylisme. On retrouve le thème de la Leningrad de Chostakovitch, et des citations de Kurt Weill. Le plus révolutionnaire, c’est dans les scènes des baraquements : quand les soldats allemands entrent, on entend à chaque fois le thème initial de la Cinquième de Beethoven, déformé, militarisé. Cette association systématique de l’armée et de Beethoven, c’est complètement fou… Si les musiciens avaient conscience de cela, ils pourraient le rendre plus clairement. Il y a aussi beaucoup de citations, il faut un bon travail d’analyse pour les entendre toutes. Et, comme Bach qui se cite lui-même dans ses Passions, Weinberg fait du recyclage.

L’œuvre a été jouée à Bregenz, Varsovie et désormais Londres. Y a-t-il eu des différences d’approche ?

Reinhard Flender : Les musiciens anglais ont joué avec plus d’individualité, j’ai entendu des détails que je n’avais pas remarqués avant. C’était impressionnant.

La suite est-elle déjà connue ?

Reinhard Flender : La prochaine interprétation sera à Karlsruhe, avec une nouvelle production. Et puis Tel Aviv, Houston, New York. Je n’ai pas réussi à trouver de maison d’opéra intéressée en France, et je me demande pourquoi…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Reinhard Flender.
Crédits © Peerclassic.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre La Passagère.
Crédits © Giselle Allen & Leigh Melrose.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reinhard Flender, « Entretien avec Reinhard Flender, directeur de Peermusic Classical »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 38-39.

Référence électronique

Reinhard Flender, « Entretien avec Reinhard Flender, directeur de Peermusic Classical »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/1248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.1248

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search