Skip to navigation – Site map

HomeNuméros120ChroniquesEntretien avec Catherine Fay, tra...

Chroniques

Entretien avec Catherine Fay, traductrice de L’Affaire Eszter Solymosi

Interview with Catherine Fay, translator of L’Affaire Eszter Solymosi
Interview met Catherine Fay, vertaalster van L’Affaire Eszter Solymosi
Vincent Petitjean
p. 25-27
Bibliographical reference

Gyula Krúdy, L’Affaire Eszter Solymosi, Paris, Albin Michel, « les Grandes Traductions », 2013

Abstracts

Catherine Fay translated several of Sándor Márai’s works from Hungarian to French, as well as Gyula Krúdy’s novel L’Affaire Eszter Solymosi.

Top of page

Index terms

Index de mots-clés :

traduction, Catherine Fay, littérature, Hongrie
Top of page

Editor's notes

Propos recueillis par Vincent Petitjean d’octobre à novembre 2014

Full text

Catherine Fay

Catherine Fay

© Vincent Petitjean

Vincent Petitjean : En quoi la parution de L’Affaire Eszter Solymosi est-elle un événement et pourquoi a-t-il fallu attendre aussi longtemps pour voir ce roman traduit en français ?

Catherine Fay : Déjà, il a fallu attendre une quarantaine d’années pour que le roman soit publié en tant que tel, d’un seul tenant, en Hongrie ! C’était en 1975 chez l’éditeur Magvető. Pourquoi n’a-t-il pas été traduit plus tôt en français ? À vrai dire, je n’ai pas de réponse précise. Cela tient sans doute à ce que les précédents romans de Krúdy traduits et publiés en France n’ont pas été soutenus par un éditeur en particulier : or cette forme d’engagement éditorial joue un rôle essentiel pour tous les écrivains et particulièrement pour les auteurs étrangers. Cela tient aussi peut-être au fait que le livre était presque introuvable en Hongrie jusqu’à sa réédition en 2003. Moi-même, je n’en ai eu connaissance qu’en 2008. Je l’ai alors proposé à mon interlocutrice chez Albin Michel, Dominique Autrand, qui m’a soutenue pour la publication.

Quelle est la place de ce roman et de son auteur dans le paysage littéraire hongrois ?

Catherine Fay : En répondant à cette question, je réponds un peu en même temps à la question précédente concernant le destin de ce livre. En Hongrie, ce roman est considéré comme étant un peu à part dans l’œuvre (monumentale) de Krúdy. On le tiendrait presque comme un texte mineur parce qu’il diffère du reste des romans de l’auteur : « Eszter » est fondé sur un fait-divers et par conséquent précisément daté alors que les romans de Krúdy baignent dans une atemporalité où l’imaginaire et le réalisme magique jouent un rôle primordial. Ici, Krúdy s’appuie sur des comptes rendus, des articles de journaux, des mémoires de l’époque : il a fait un véritable travail de recherche, je dirais, historique et sociologique. Mais je pense que les caractéristiques de l’art de Krúdy se retrouvent parfaitement dans « Eszter » : des passages lyriques et poétiques, des personnages hauts en couleur, des situations tragi-comiques, et le roman est traversé par l’ironie et la tendresse de l’écrivain ainsi que par l’onirisme, cette vision qu’il avait de « la vie comme songe »... Krúdy est considéré comme l’un des plus grands écrivains hongrois modernes en Hongrie et en éclat, en influence, en prolixité, comme, en France, un Victor Hugo ou un Balzac. C’est un homme impressionnant, sur le plan intellectuel et sur le plan physique également (il était très grand !). C’était un personnage de roman lui-même qui hantait (comme dans ses livres) les cafés de Budapest et, d’ailleurs, c’était un grand buveur, un grand séducteur… Toujours à court d’argent… Mais un écrivain au souffle puissant et un modèle pour les générations suivantes. D’ailleurs, de façon générale, les écrivains et les poètes ont (ou avaient…) en Hongrie une reconnaissance populaire plus grande qu’en France. Beaucoup de gens connaissent des poèmes de Petőfi ou d’Arany par cœur. Maintenant, je ne sais pas ce qu’il en est pour les générations futures…

Vous soulignez à la fin de votre postface que des mouvements extrémistes font leur réapparition dans la Hongrie contemporaine, qu’en est-il ?

Catherine Fay : C’est marcher sur des œufs que d’émettre des certitudes quant à l’influence réelle du parti extrémiste Jobbik en Hongrie. Il a progressé jusqu’à avoir 20 % des voix aux dernières élections législatives (avril 2014) et, en conséquence, il a des députés au Parlement. Il bénéficie également de trois députés à l’Assemblée européenne. C’est un parti qui fonctionne ouvertement sur un antisémitisme renouvelé et « décomplexé » comme on dit, sur le ressentiment relativement partagé par la population contre les Tziganes, nombreux en Hongrie, sur un chauvinisme passéiste revendiquant la révision du traité de Trianon, sur une imagerie magyare, fière (référence à Attila par exemple et à un oiseau mythique, sorte d’aigle appelé turul, etc.). Il y a toute une nébuleuse fascisante qui fait parler d’elle par des actions d’éclat (comme de défiler au pas de l’oie en formation paramilitaire dans les villages à majorité tzigane), mais elle reste pour l’instant minoritaire bien que bruyante.

La Hongrie a du mal, je crois, à accepter l’idée de la transition démocratique. Libéré du système soviétique, le pays a retrouvé une liberté de parole et d’expression, mais en même temps, les vieux démons qui couvaient sous la cendre n’ont pas tardé à se réveiller : le nationalisme chauvin et à courte vue du gouvernement actuel, conservateur de droite, qui manie un discours qui n’est jamais franchement raciste ou antisémite, mais qui gouverne avec le parti Jobbik tout de même. Par exemple, un député de ce parti a demandé en avril 2012 la réouverture du procès de Tiszaeszlár (celui qui est décrit dans L’Affaire Eszter Solymosi) dans une intervention au Parlement (où le mot « juif » n’apparaissait pas une seule fois, mais où tout fonctionnait sur le non-dit). Cela dit, je crois que, une fois de plus, cet extrémisme et cette droitisation en Hongrie reposent à la fois sur une sorte de tradition nationale, sur la situation économique désastreuse du pays et sur une déception concernant l’adhésion à l’Europe (qui semble n’avoir profité qu’à une minorité). Cette exacerbation et la recherche de bouc émissaire ne me semblent pas, hélas, le monopole de la Hongrie. Maintenant, je crois que tous les Hongrois n’approuvent pas les extrêmes, heureusement. Cependant, l’opposition démocratique, mise à mal ces dernières années et divisée, manque de politiciens suffisamment forts et crédibles pour contrer Viktor Orbán dont la stratégie démagogique (à court terme…) lui assure les voix d’un peuple laminé par la crise économique. Toutefois, des protestations finissent par se lever, comme le tollé provoqué par la proposition du gouvernement d’instaurer une taxe sur internet par exemple, qui paraît peut-être une revendication mineure, mais il faut savoir que depuis la loi sur la presse limitant la liberté de celle-ci, beaucoup d’échanges, notamment politiques, se font par internet.

Quelle est aujourd’hui la situation de la littérature hongroise ?

  • 1 László Krasznahorkai, Guerre et guerre, traduction de Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2014.
  • 2 Péter Esterházy, Harmonia Caelestis, traduction de Joëlle Dufeuilly et Agnès Jarfas, Paris, Gallima (...)
  • 3 Péter Nádas, Histoires parallèles, traduction de Marc Martin, Paris, Plon, 2012.

Catherine Fay : La situation de la littérature hongroise de façon générale, je ne sais pas vraiment, mais ce que je sais, c’est qu’il y a de très grands écrivains hongrois contemporains… Pour n’en citer que quelques-uns, László Krasznahorkai1, Péter Esterházy2, Péter Nádas3, Imre Kertész (qu’on ne présente plus !) Je sais que beaucoup de livres sont publiés en Hongrie, mais que certaines maisons d’édition se trouvent tout de même dans des situations difficiles et mettent la clé sous la porte. N’en est-il pas de même en France ? Il existe aussi des revues littéraires et artistiques (dont Élet és Irodalom : Vie et littérature et Holmi, par exemple) d’un excellent niveau et qui témoignent d’une vie culturelle et artistique riche et inventive.

Comment est-elle perçue en France ?

Catherine Fay : Il y a un intérêt en France pour les auteurs hongrois, c’est certain. Moins grand qu’en Allemagne ou en Italie, où l’on traduit beaucoup plus d’auteurs hongrois. Mais il y a de plus en plus de traducteurs du hongrois vers le français et, en plus des « grandes » maisons d’édition, des éditeurs comme par exemple Cambourakis, les Syrtes, Circé, prennent des risques et éditent des auteurs hongrois, connus ou pas. Il en est de la littérature hongroise comme de la littérature française, le lectorat existe. Le choix est peut-être moins grand en ce qui concerne la littérature hongroise, mais la sélection est plus sévère : en général, les traducteurs ne proposent que des œuvres qui valent la peine d’être connues pour leur valeur littéraire, historique, documentaire, scientifique. Disons qu’il y a nettement moins de livres inutiles traduits du hongrois que de livres français publiés par tous les éditeurs réunis… Cela dit, la littérature « classique » hongroise, très riche, est loin d’être épuisée. Il reste encore beaucoup de livres à faire découvrir au public francophone !

Quelles sont les particularités de la langue hongroise et qu’est-ce que cela implique dès lors que l’on veut traduire du hongrois en français ?

Catherine Fay : La langue hongroise est une langue agglutinante, c’est-à-dire que l’on ajoute à un radical un morphème pour modifier sa fonction. Les noms se déclinent, comme en latin, mais en hongrois, il y a 25 cas, avec des suffixes. Il n’y a pas de genre grammatical. L’ordre des mots est différent. Il y a beaucoup de préverbes : plus de quarante. Et puis, on dit « la langue hongroise », mais la langue d’un Krúdy n’est pas la même que celle d’un Márai ou celle d’un Krasznahorkai !

Quant à la traduction, les difficultés sont multiples et tiennent en partie au fait même de traduire, au fait même de faire passer des idées, des couleurs, des rythmes, des contenus, des idiosyncrasies, etc. d’une langue à une autre ! Quelque chose de plus spécifique au hongrois et qui me pose problème et, je crois, pose problème à tous les traducteurs de hongrois vers le français est la question du temps et des aspects : par exemple, il y a un seul temps en hongrois pour désigner le passé et le traducteur est confronté à un choix en français entre le passé simple, le passé composé et l’imparfait, et parfois même le présent narratif. Il en est de même pour le conditionnel : les deux conditionnels existent en hongrois, mais le conditionnel dit « présent » a souvent une valeur d’irréel ou de passé. Le hongrois passe aussi plus facilement du passé au présent dans un même paragraphe et ces « sautes » sans transition posent parfois problème en français. Le vocabulaire hongrois est très riche en adjectifs et il n’est pas rare de trouver un mot qualifié par deux, trois adjectifs alors que le français est plus chiche : comment rendre les nuances sans avoir l’impression d’être dans une répétition ? Le français n’aime pas la répétition, le hongrois n’en est pas gêné. Il y a aussi beaucoup plus de préverbes en hongrois qu’en français, ce qui crée de nouveaux mots que l’on est obligé de traduire par une périphrase.

Pouvez-vous nous parler du dernier ouvrage de Sándor Márai que vous avez traduit et qui est sorti récemment ?

  • 4 Confessions d’un bourgeois, traduction Georges Kassai et Zéno Bianu, Paris, Albin Michel, 1993.
  • 5 Traduction de Georges Kassai, Paris, Albin Michel, 1993.

Catherine Fay : Petite parenthèse : puisque vous évoquez Márai, juste une petite remarque en passant pour dire l’immense admiration que Márai éprouvait pour Krúdy ! Le dernier livre de Márai que j’ai traduit est un essai ou une chronique, le troisième tome retrouvé de Confessions d’un bourgeois4, intitulé « Ce que j’ai voulu taire ». Malgré son incomplétude (l’histoire du manuscrit est assez complexe : Márai avait toujours eu l’intention de rajouter un troisième tome à ses Confessions – on le sait grâce à son Journal –, mais les hasards de sa vie et de son écriture en ont décidé autrement), c’est un témoignage très intéressant, écrit au début des années 1950, presque « à chaud », un retour sur les années ayant suivi le traité de Trianon en 1920, l’avènement du règne de l’amiral Horthy, la montée du fascisme en Hongrie, le très bref rattachement des territoires perdus (en Transylvanie, Slovaquie et Serbie), l’alliance de la Hongrie avec l’Allemagne, la déportation des Juifs de Hongrie, l’avènement à l’automne 1944 d’une brève « république de Salo » avec les Croix fléchées, d’une sauvagerie extrême, et l’issue de la guerre, avec l’attente d’un avenir incertain sous domination soviétique. L’ouvrage donne un éclairage particulier à cette période ô combien tragique : Márai l’a vécu, y a survécu et il y applique une analyse sans concession, y compris pour lui-même. L’ouvrage d’István Bibó, Misère des petits États d’Europe de l’Est5, offre des éclairages pertinents sur ces événements.

Ne peut-on pas dire que Krúdy et Márai incarnent, au-delà de leur talent littéraire, une forme de conscience face aux accommodements avec l’inacceptable ?

Catherine Fay : Il faut faire attention, comme je l’ai dit plus haut, le roman de Krúdy, L’Affaire Eszter Solymosi, n’est pas typique de l’œuvre de Krúdy : il n’a pas coutume de s’emparer de faits réels, en tout cas, pas de cette façon « journalistique » alors que Márai, par goût, par inclination, a une propension à analyser et commenter son époque. Je ne dis pas que Krúdy ne s’intéressait pas à la politique et à l’histoire, c’était un homme d’une immense culture, mais je crois que dans l’ensemble, il était davantage tourné vers la recréation d’un monde perdu. Son univers et son imaginaire sont très différents de ceux de Márai. Maintenant, l’un comme l’autre étaient des humanistes et je pense que, dans cette mesure-là, ils garantissaient un rempart contre toute forme de sauvagerie. Mais n’est-ce pas le rôle que jouent l’art et les artistes de façon générale ? Si vous lisez les témoignages de Primo Levi, de Robert Antelme et de bien d’autres survivants de cette époque-là, vous voyez que beaucoup d’entre eux ont réussi à préserver un semblant d’humanité en se remémorant et en échangeant des poèmes, des fragments de livres, des pièces de théâtre, des morceaux de musique, etc. Toute façon de transcender « l’inacceptable » est une victoire sur la barbarie, quelle qu’elle soit. D’autres écrivains en Hongrie perpétuent la tradition : les grands que j’ai déjà cités portent très haut cette conscience du monde.

Top of page

Notes

1 László Krasznahorkai, Guerre et guerre, traduction de Joëlle Dufeuilly, Paris, Cambourakis, 2014.

2 Péter Esterházy, Harmonia Caelestis, traduction de Joëlle Dufeuilly et Agnès Jarfas, Paris, Gallimard, 2001.

3 Péter Nádas, Histoires parallèles, traduction de Marc Martin, Paris, Plon, 2012.

4 Confessions d’un bourgeois, traduction Georges Kassai et Zéno Bianu, Paris, Albin Michel, 1993.

5 Traduction de Georges Kassai, Paris, Albin Michel, 1993.

Top of page

List of illustrations

Title Catherine Fay
Credits © Vincent Petitjean
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/1924/img-1.png
File image/png, 1.5M
Top of page

References

Bibliographical reference

Vincent Petitjean, Entretien avec Catherine Fay, traductrice de L’Affaire Eszter SolymosiTémoigner. Entre histoire et mémoire, 120 | 2015, 25-27.

Electronic reference

Vincent Petitjean, Entretien avec Catherine Fay, traductrice de L’Affaire Eszter SolymosiTémoigner. Entre histoire et mémoire [Online], 120 | 2015, Online since 01 April 2015, connection on 19 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/temoigner/1924; DOI: https://doi.org/10.4000/temoigner.1924

Top of page

About the author

Vincent Petitjean

By this author

Top of page

Copyright

The text and other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search