Navigation – Plan du site

AccueilNuméros120VariaL’(auto ?)-libération des prisonn...

Varia

L’(auto ?)-libération des prisonniers du camp de concentration de Buchenwald vue par les historiens allemands

De (zelf?)bevrijding van de gevangenen uit het concentratiekamp Buchenwald door de ogen van Duitse historici
The (self?)liberation of the Buchenwald concentration camp prisoners as viewed by German historians
Jean-Louis Rouhart
p. 150-159
Traduction(s) :
The (self?)liberation of the Buchenwald concentration camp prisoners as viewed by German historians [en]

Résumés

Faut-il parler de la libération ou de l’auto-libération du camp de Buchenwald ? Soixante-dix ans après les faits, le présent article tente de faire le point sur la question et analyse les différentes versions proposées par les historiens allemands.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1S’il est un dossier qui suscite la polémique encore de nos jours parmi les historiens allemands, c’est la question de la libération du camp de concentration national-socialiste de Buchenwald intervenue le 11 avril 1945.

2Pendant des années, la thèse qui a prévalu, du moins dans l’ancienne RDA, fut celle de l’auto-libération du camp par les prisonniers communistes, jusqu’à ce que, suite à l’effondrement du régime de la République Démocratique Allemande en 1989 et la réunification de l’Allemagne en 1990, des historiens s’appliquent à déconstruire ce qu’était devenu, selon eux, un mythe. La nouvelle version des événements, nettement moins héroïque, était basée sur une libération du camp par les troupes américaines, les résistants jouant un rôle accessoire et anecdotique. À côté de ces deux versions opposées, il s’est trouvé, même peu de temps après le déroulement des faits, des témoins et des historiens plus modérés pour corriger les outrances des uns et des autres et proposer des interprétations qui semblent à première vue plus ajustées à la réalité des faits.

3Dans le présent article, nous nous proposons d’examiner plus en détails ces différentes versions des événements présentées par les historiens allemands et de tenter, en partant de la confrontation de leurs points de vue, de mieux comprendre les tenants et les aboutissants d’un dossier qualifié par un historien allemand de « conflit de Buchenwald » (Zimmer, 1999).

4L’article ne prétend certes pas apporter une réponse définitive à la question de savoir si et dans quelle mesure les prisonniers de Buchenwald se sont libérés eux-mêmes, sans l’intervention des forces armées américaines. Pour obtenir, le cas échéant, des éléments de solution déterminants, une étude approfondie et exhaustive, englobant l’imposante littérature primaire et secondaire relative au sujet et prenant en compte l’avis de tous les historiens sur la problématique générale du camp de Buchenwald, devrait être entreprise. Vu son ampleur, cette étude, du reste fort attendue (Neumann, 2012, 18), dépasserait largement le cadre de notre propos consacré uniquement à l’analyse de l’historiographie allemande sur la question de la libération du camp de Buchenwald.

Scène de ladite « auto-libération » du camp conforme à l’idéologie communiste de RDA, sur laquelle se conclut Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Scène de ladite « auto-libération » du camp conforme à l’idéologie communiste de RDA, sur laquelle se conclut Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Film de Frank Beyer (1963), adaptation du roman éponyme de Bruno Apitz (1958)

© DR

5Quand on assemble les témoignages des anciens prisonniers communistes ayant vécu les événements et les interprétations post-événementielles des historiens est-allemands, on parvient assez aisément à restituer la version des faits telle qu’elle a été propagée pendant de nombreuses années et enseignée dans les écoles en RDA. Cette version, qualifiée de « Miracle de Buchenwald » (« Wunder von Buchenwald », Fein & Flanner, 1987, 239) était, dans les grandes lignes, la suivante.

6À l’approche des premiers éléments blindés américains, l’après-midi du 11 avril 1945, des groupes de combat (« Kampfgruppen »), qui avaient été formés par l’ILK (Internationales Lagerkomitee, Comité International du Camp) auraient pris d’assaut la « tour », c’est-à-dire le grand portail d’entrée du camp (Fein & Flanner, 1987, 233), fait des trouées dans les clôtures électriques, conquis les miradors en se saisissant des gardes SS qui s’y trouvaient, les auraient désarmés, puis hissé un drapeau blanc sur la « tour ». Équipés d’armes dérobées dans les arsenaux des SS, 1 500 prisonniers auraient fait une grande chaîne de protection autour du camp et poursuivi les SS qui s’étaient enfuis dans les bois environnants, jusqu’à que, deux jours plus tard, des unités de l’armée de Patton prennent la direction du camp.

7Selon cette version, les troupes américaines n’auraient pas libéré le camp de Buchenwald, ce seraient les prisonniers politiques eux-mêmes qui auraient préparé délibérément, puis déclenché et exécuté la révolte armée (Drobisch, 1967, 157). Le camp se serait libéré lui-même (Ritscher, 1985, 146 ; Fein & Flanner 1987 ; Drobisch, 1967 ; Walter Bartel & Kurt Trossdorf, 1960 ; Günter Kühn & Wolfgang Webert, 1976,…).

8Jusqu’à nos jours, les défenseurs de cette thèse, dont certains furent des témoins directs des événements, font inlassablement référence au journal de guerre du Quartier Général de la 4Division Blindée du VIIIème corps de la 3e armée de Patton, dans lequel deux éclaireurs de l’armée américaine, le lieutenant Emmanuel Desnard et le sergent Paul Bodot, notaient à la date du 11 avril 1945 :

[…] special assault groups had been organised to over-power the guards. Before our arrival the guard posts were taken and 125 SS were captd and are still in the custody of the camp. The leadership of the camp is in the hands of a well organised committee comprising all nationalities represented » (Desnard & Bodot, traduction de l’auteur : « [...] des groupes de combat avaient été organisés pour maîtriser des gardiens. Avant notre arrivée, les postes de garde avaient été pris et 125 SS avaient été capturés et sont toujours gardés dans le camp. La direction du camp est aux mains d’un comité bien organisé dans lequel toutes les nationalités sont représentées.)

9Il faut remarquer que ce texte n’a pas vraiment de force probante, étant donné qu’il émane de militaires américains qui, arrivés après les événements, avaient reçu et reproduit des informations de personnes, qui, selon certains historiens pro-occidentaux, envisageaient déjà à ce moment et pour différentes raisons, d’exagérer la portée des actes posés par les révoltés communistes.

10Quoi qu’il en soit, cette version, renforcée par des témoignages d’anciens prisonniers (Ritscher 1985, Fein & Flanner 1987, Bartel & Trossdorf 1960), fut la seule version officielle admise et enseignée par les instances du régime communiste en Allemagne de l’Est, et ce jusqu’aux derniers jours de la RDA.

11Après la chute du Mur, les historiens ouest-allemands, en premier lieu Hasko Zimmer, contestèrent vigoureusement l’interprétation des faits qui avait prévalu jusqu’alors et critiquèrent vivement l’action des résistants communistes, en particulier ceux qui avaient réussi à exercer des fonctions dirigeantes au sein du camp, à savoir les « Kapos ». Ils leur reprochèrent d’avoir collaboré passivement et activement avec les SS, d’avoir commis certains délits sur d’autres prisonniers et d’avoir fait preuve de discrimination à l’égard des détenus non-communistes à Buchenwald. Ils révélèrent en outre, qu’en 1948, avant que ne se tiennent les procès de Dachau et de Buchenwald, des anciens résistants communistes, devenus cadres du parti communiste au pouvoir (la SED) dans la zone d’occupation soviétique en Allemagne (SBZ), craignaient d’être inquiétés pour le rôle qu’ils avaient joué durant leur détention à Buchenwald. Selon les historiens ouest-allemands, ces anciens détenus communistes auraient alors décidé de monter en épingle les actions qu’ils auraient ou avaient réellement entreprises lors de la libération du camp afin de ne pas être traduits devant les tribunaux. Toujours selon ces historiens, après l’insurrection du 17 juin 1953 en RDA, l’action des résistants communistes aurait été amplifiée, transformée en mythe pour affermir l’idéologie de la RDA et lui donner une légitimation historique, fondée sur une révolte héroïque, symbole de l’affirmation triomphale des valeurs collectives socialistes (Zimmer, 1999 ; Niethammer, 1994 ; Knigge, 1993 ; Zimmering, 2000).

Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Film de Frank Beyer (1963)

© DR

12Cette mythisation aurait eu des conséquences en RDA pour certains historiens est-allemands qui, tenus de respecter les dogmes, n’auraient pu ni accéder ni exploiter certaines sources et mettre en question la version officielle des faits. Il en aurait résulté une stagnation dommageable pour l’historiographie est-allemande qui n’aurait pas pu pendant des années, pour des raisons politiques, progresser scientifiquement sur ce point. À propos d’autres faits historiques également, comme par exemple le mythe de l’enfant caché dans le camp par les résistants communistes, les historiens est-allemands n’auraient pas pu se prononcer librement (Niven, 2007).

13Dans leur souci de renverser les constructions mythiques et idéologiques des historiens est–allemands et de faire prévaloir leur propre interprétation des événements, les historiens allemands occidentaux ne se contentèrent pas d’expliquer de leur point de vue les raisons de la naissance du mythe de l’auto-libération au camp de Buchenwald, ils avancèrent également leur propre argumentation.

14C’est ainsi qu’ils opposèrent le témoignage des soldats américains Egon W. Fleck et Eduard A. Tenenbaum à celui des militaires E. Desnard et P. Bodot cités plus haut. Dans leur rapport détaillé, long de plusieurs pages, les soldats Fleck et Tenenbaum, arrivés parmi les premiers à Buchenwald le 11 avril 1945, faisaient état de leur perplexité face aux affirmations contradictoires qu’ils entendaient. Ils notaient que, selon le groupe communiste, il y aurait eu une prise d’assaut des tours de guet occupés par les SS mais que, selon d’autres témoignages, on aurait assisté à une prise de contrôle de la région par les troupes américaines sans confrontation armée entre les détenus et les SS. Ils reconnaissaient certes que les prisonniers rebelles avaient capturé un certain nombre de gardes dans les bois situés dans les environs du camp, mais excluaient, en raison de la disproportion des forces en présence – un petit groupe de révoltés insuffisamment armés face à une troupe régulière de 1 700 SS, pouvant être renforcée par un détachement de 4 300 hommes casernés à Weimar (Overesch, 1995, 158) – toute éventualité de confrontation directe entre gardes et révoltés dans l’hypothèse où les SS seraient restés en grand nombre dans le camp et n’auraient pas quitté leur poste (Fleck & Tenenbaum, cités par Overesch 1985, 160).

15Par ailleurs, les historiens ouest-allemands contestèrent le fait que des membres de l’IMO (Internationale Militärorganisation), le bras armé de l’ILK (voir supra), aient pris d’assaut la « tour » (le portail d’entrée du camp), comme l’avaient écrit par exemple les historiens Drobisch, Kühn & Weber et Bartel & Trossdorf, cités plus haut. En s’appuyant sur d’autres témoignages de prisonniers non-communistes, notamment ceux de Max Mayr et de Max Bräucker, ils arrivèrent à la conclusion que cet épisode de l’assaut de la « tour » avait été une affabulation, « une pure vision », comme l’avait écrit Max Mayr, qui se gaussait par ailleurs du dessin héroïque intitulé « Assaut de la tour » réalisé par un « camarade » de captivité russe (Mayr, 1970, cité par Overesch 1995, 72). Par la suite, ils arrivèrent à imposer leur version des faits et la thèse de la prise d’assaut fut progressivement abandonnée ; il faudra toutefois attendre 2003 pour que l’historien de l’ancienne RDA Ulrich Peters reconnaisse que le soi-disant assaut de la « tour » était en fait une « légende » (Peters, 2003, 415 ; 417).

16On s’accorde actuellement sur le fait que quelques prisonniers, – quelques douzaines, selon Jorge Semprun (Semprun, 1984, cité par Peters, 2003, 421) –, se soient dirigés rapidement, sans rencontrer de résistance, vers la « tour » (Stein, 2000, 232). Parmi eux se serait trouvé Fritz Freudenberg qui, selon ses dires (Freudenberg, cité par Overesch, 1981, 671), se serait d’abord assuré, de visu et en donnant des coups de fil téléphoniques, que les SS avaient quitté le camp. Il serait alors monté à l’aide d’une échelle sur le toit de la « tour « pour s’emparer d’une mitrailleuse, puis se serait fait expliquer le maniement d’un bazooka par son ami Max Bräucker. Après quoi, il se serait trouvé nez à nez avec un soldat de la Wehrmacht désarmé, qui se serait rendu sans résistance. Revenu à la « tour », non défendue, l’électricien Otto Roth lui aurait expliqué le mécanisme d’ouverture. Des prisonniers armés se seraient alors engouffrés par cette porte vers l’extérieur et seraient allés à la recherche des SS qui s’étaient enfuis dans les bois avoisinants.

17Concernant la question de savoir s’il y avait eu un assaut dirigé sur les miradors entourant le camp, les historiens communistes allemands avaient prétendu qu’il y avait eu des combats violents entre des résistants et des gardiens SS pour la conquête de ces miradors (Hackett, 1996). Ils parlaient d’insurgés qui auraient attaqué et désarmé les SS (Ritscher, 1985, 147) et se référaient aux rapporteurs américains Desnard et Bodot (voir supra) pour affirmer que ces gardes avaient été maîtrisés (« overpower » en anglais) (Hackett, 1996). Après la Réunification, les historiens ouest-allemands s’employèrent à réfuter cette opinion. Ils évoquèrent d’abord le témoignage de Franz Eichhorn, le « kapo » des coiffeurs, qui, interrogé par des officiers de la NVA (Nationale Volksarmee), avait fait part d’un entretien entre le doyen des prisonniers Hans Eiden et le commandant du camp Pister le 10 avril 1945, vers 10 heures, avant que celui-ci ne quitte le camp de Buchenwald. En présence du témoin Franz Eichhorn, Pister aurait confié officiellement la direction du camp à Eiden afin d’éviter qu’il y ait une panique et que l’ordre soit maintenu après le départ des gardes jusqu’à l’arrivée des troupes américaines (Eichhorn, 1978, cité par Overesch, 1995, 38). Selon Franz Eichhorn, le chef du Comité International du Camp (ILK) Walter Bartel lui aurait fait promettre de ne jamais parler de cet entretien et, de fait, il ne fut jamais mentionné par les historiens est-allemands (Eichhorn, 1978, cité par Overesch, 1995, 63). Sur base de ce document, qui n’avait pas pu être consulté par les chercheurs de la RDA, les historiens ouest-allemands affirmèrent que les gardiens SS n’avaient pas reçu l’ordre exprès de s’opposer par la force à d’éventuels insurgés et qu’il n’y avait pas eu de confrontation entre eux.

Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Film de Frank Beyer (1963).

© DR

18En outre, les mêmes historiens ouest-allemands contestèrent le nombre de sentinelles SS présentes au moment de la révolte et estimèrent, contre l’avis de leurs collègues de l’Est, qu’au moment de la prise du camp par les insurgés, le camp n’était plus gardé par les SS. Pour étayer leur thèse, ils s’appuyèrent e.a. sur le témoignage de Fritz Freudenberg (Freudenberg, 1971, cité par Overesch, 1995, 79), le journal intime de Ernst Thape (Thape s.d., cité par Overesch, 1995, 65 sqq.) et sur un rapport établi à la demande des autorités américaines par une commission de prisonniers sous la direction d’Eugen Kogon. Selon ces témoins, au moment où les chars et les canons américains se seraient fait entendre vers 12 heures, tous les SS auraient été invités par la voix d’un haut-parleur à rejoindre leurs casernes en dehors du camp. Ceux qui seraient restés auraient occupé les miradors jusqu’à ce qu’ils entendent, un peu avant 15 heures, les bruits des moteurs des véhicules américains venant de Hottelstedt (Freudenberg, 1971, 79, cité par Overesch, 1995, 70) et se seraient enfuis dans les bois, surtout lorsqu’ils auraient aperçu les premiers blindés (Fein & Flanner, 1987, 233).

19Selon cette interprétation, il n’y aurait pas eu d’affrontement avec les SS dans les tours de guet, la prise de celles-ci se serait déroulée sans violences et sans victimes. L’avance rapide des blindés américains aurait provoqué une véritable débandade parmi les sentinelles SS et aurait joué ainsi un rôle déterminant, dans la libération du camp. En outre, l’arrivée imminente des troupes américaines aurait été le « signal » (Girnd s.d., 3) qui aurait déclenché la révolte, les insurgés ayant eu conscience que les blindes alliés n’étaient plus très loin. Au moment de l’ouverture du portail d’entrée, des chars américains et des colonnes de véhicules seraient passés par la zone des casernes des SS en direction de Weimar (Freudenberg, 1971, cité par Overesch, 1995, 81). Un peu plus tard, les prisonniers auraient taillé des brèches dans les barbelés électriques (Peters, 2003, 408) et lorsque les premiers tanks auraient atteint ces barbelés, ils se seraient lancés à la chasse des gardiens SS disséminés dans les bois. Quand les prisonniers seraient revenus avec leurs premiers prisonniers, les blindés américains seraient montés en grand nombre à cent mètres des miradors (Fonteyne, 1948, 58) et auraient été acclamés en libérateurs (Girnd s.d., 3).

20Aux différents stades de la révolte, l’armée américaine aurait été présente, soit qu’elle eût été audible, soit visible du camp et dans ces conditions, selon les historiens ouest-allemands, il était hors de question d’évoquer une « auto-libération » des prisonniers de Buchenwald, comme l’avaient tenté de faire les historiens communistes pendant des années. En prétendant ou en suggérant que l’avancée des troupes américaines n’avait eu pratiquement aucune influence sur le déroulement des événements (Ritscher, 1985, 146 ; Drobisch, 1967, 157), ils auraient, toujours d’après les historiens ouest-allemands, entretenu une politique de propagande en vue de mettre en valeur les anciens résistants communistes, devenus par la suite des hommes politiques occupant des postes à responsabilité dans la RDA.

21Après les années 1990, l’interprétation des historiens d’Allemagne de l’Ouest, qui faisait la part (trop ?) belle aux libérateurs américains, fut quelque peu ajustée, notamment par l’historien du Mémorial de Buchenwald Harry Stein, et il fut admis que des gardes SS (sans précision) seraient restés à leur poste dans le camp lors de la rébellion (Stein, 2000, 232). Surpris par celle-ci, ils n’auraient pas eu le temps de fuir et se seraient rendus à des groupes d’insurgés allemands, autrichiens et néerlandais (Fein & Flanner ; Kühn & Weber), sans opposer de résistance (Mayr, 1970, cité par Overesch, 1995, 73). Cette affirmation est attestée par le prisonnier politique Herbert Morgenstern qui note en outre dans son Journal que beaucoup de « petits » [nazis] se réjouissaient du fait que la guerre était finie pour eux (Morgenstern, 1945) ; elle est corroborée par des témoignages d’autres anciens prisonniers, notamment celui d’Ernst Thape qui parle de tours qui étaient encore « occupées » (« besetzt », Thape s.a., cité par Overesch, 1995, 47). Quant à Marcel Ruby, il mentionne que des sentinelles SS qui étaient « restées dans les miradors [furent] désarmées et faites prisonnières » (Ruby, 1995, 67). Ainsi, le camp n’aurait pas été totalement vidé de ses occupants SS au moment de la révolte, comme l’avaient prétendu ou suggéré certains historiens pro-occidentaux de façon assez péremptoire.

22Selon cette nouvelle interprétation, les prisonniers n’auraient pas joué qu’un rôle mineur, accessoire dans la libération du camp. Il leur avait fallu au contraire un certain courage, voire de l’héroïsme, pour s’assurer que les gardiens avaient effectivement pris la fuite, capturer les SS qui demeuraient encore dans le camp, poursuivre ceux qui s’étaient enfuis dans les bois.et les capturer, parfois aux termes de véritables combats. En outre, les résistants avaient dû effectuer un long travail de préparation afin évaluer les risques d’une insurrection, désigner des responsables fiables, élaborer un plan de bataille adapté aux circonstances et amasser clandestinement des armes, au péril de leur vie. Cette volonté de fomenter une révolte et de s’opposer à l’ennemi ne justifiait certes pas que l’on puisse parler dans ce cas d’« auto-libération », mais attestait que, pour le chef des meneurs, il y avait eu un plan délibéré de révolte pour libérer le camp et que seule l’attente d’une occasion propice avait retardé le moment du déclenchement des hostilités. Pour avoir nié ces faits et minimisé le rôle des insurgés, les historiens pro-occidentaux se virent reprocher d’avoir discrédité la Résistance communiste dans les années 1990 pour tenter de déconstruire le « mythe » de Buchenwald, légitimer l’exclusion de l’héritage communiste des fondements du nouvel état allemand réunifié et le remplacer par le seul héritage historique ouest-allemand (Niven, 2007, 256).

Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)

Film de Frank Beyer (1963).

© DR

23Empruntant des arguments des historiens de l’Est et de l’Ouest, les historiens penchèrent désormais, comme Harry Stein, vers une libération à la fois de l’extérieur et de l’intérieur (« Befreiung von außen und von innen », Stein, 2000, 232), c.-à-d. une libération de l’extérieur par les troupes de l’armée américaine appuyée par une libération des prisonniers de l’intérieur.

24En fait, cette version n’était pas neuve, elle renvoyait aux sources écrites datant des premières heures ou des premiers jours suivant la libération du camp. Ainsi, le détenu communiste Herbert Morgenstern, déjà cité, avait consigné à la date du 11 avril 1945 dans son carnet de bord qu’il y avait eu une fusillade désordonnée lorsque les blindés américains étaient arrivés en vue. Il y avait donc eu, selon lui, un échange de coups de feu dans le même temps où se profilaient les chars américains. En outre, les comités et les associations d’anciens prisonniers, qui avaient été constitués sitôt le camp libéré, s’étaient empressés d’affirmer dans des communiqués et des résolutions que les insurgés avaient bel et bien collaboré activement à la libération du camp. Ainsi, le texte lu le 11 avril 1945 lors du premier appel suivant la libération et la note rédigée à l’intention des visiteurs du camp (dont la population de Weimar) et intitulée « Die Zehn Gebote » (les Dix Commandements) font état d’une participation active des détenus communistes à la libération du camp de Buchenwald. « Wir, die internationalen Antifaschisten von Buchenwald, haben mitgeholfen an der Befreiung des Lagers » (Overesch, 1995, 69) ; « deutsche Antifaschisten […] waren aktiv an der Befreiung beteiligt » (Krahulec, 1994, 143). Pour ces anciens détenus, le camp avait été certes libéré par les troupes alliées, mais avec l’appui actif des prisonniers qui y avaient été internés (Jahn, 29 sq.). Profitant de la couverture (« Rückendeckung », Brand, 1985, cité par Krahulec, 1994, 132) que leur offraient les chars américains, ils auraient procédé au « désarmement et à l’arrestation de nombreux SS et au maintien de l’ordre dans le camp » (Communiqué). Conjointement avec l’armée américaine, ils auraient libéré le camp (Résolution).

25Cette interprétation, alliant les intérêts des uns et des autres, allait se voir écartée dans les années qui suivirent, pour des raisons de propagande communiste en RDA, puis par réaction aux outrances de cette même propagande dans l’Allemagne réunifiée. Elle est revenue au premier plan aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Bartel, Walter & Trossdorf, Kurt (Hg.) (1960) : Buchenwald. Mahnung und Verpflichtung. Dokumente und Berichte, 1. Auflage, Berlin, Kongress-Verlag.

Brand, Heinz (1985) : Ein Traum, der nicht entführbar ist. Mein Weg zwischen Ost und West, Frankfurt am Main, Fischer TB.

Communiqué de l’Assemblée Générale des Belges de Buchenwald réunie le 17 avril 1945, Fort Breendonk, archives n° 326.

Desnard, Emmanuel & Bodot, Paul (11 avril 1945) : Journal de guerre du Quartier Général de la 4ème Division Blindée du VIIIème corps de la 3ème armée de Patton. Document conservé au Washington National Archief RG 331, WW II 17 8, historical report April 1945 et NND 70038. Copie aux Archives du Mémorial de Buchenwald.

Drobisch, Klaus (1967) : Widerstand in Buchenwald, Berlin, Dietz Verlag.

Eichhorn, Franz (octobre 1978) : Interview réalisé par les officiers Weber et Kühn de la NVA (Nationale Volksarmee est-allemande). Archives de Buchenwald, Protokoll Nr. 41, p. 21f.

Fein, Erich & Flanner, Karl (1987) : Rot-Weiss-Rot in Buchenwald, Wien, Europaverlag.

Fleck, Egon W. & Tenenbaum, Eduard A. : Rapport rédigé pour le quartier Général du 12ème groupe d’armée (Général Omar N. Bradley), classé « SECRET », cité par Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, Dokument 68, p. 154-178.

Fonteyne, Jean (1945) : Buchenwald, choses vues, Bruxelles, Nouvelle Revue Belgique.

Freudenberg, Fritz : « Häftlingsnummer 1656, Der Letzte Tag vom KZ Buchenwald am 11.4.1945 », in Overesch, Manfred, Ernst Thapes (1981), Buchenwalder Tagebuch von 1945, Dokument 2, Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, Heft 4, p. 631- 672.

Freudenberg, Fritz : « Der letzte Tag vom KZ–Buchenwald am 11 4 1945 (aufgezeichnet am 31 Januar 1971) », in Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, Dokument 16, p. 78-81.

Freudenberg, Fritz : « Bericht über Buchenwald, erstellt im amerikanischen Auftrag von einer Häftlingskommission unter der Leitung Eugen Kogons (Auszug) », in Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, Dokument 13, p. 70-71.

Girnd, Max : Die letzten Stunden des 1000-jährigen Reichs Adolf Hitlers im Konzentrationslager Buchenwald, tapuscrit, s.d., Archief Niod, Amsterdam, C/23/8, doos nr. 10, Buchenwald 16/17, Archief nr. 250K.

Hackett, David A. (Hg.) (1996) : Der Buchenwald-Report. Bericht über das Konzentrationslager Buchenwald bei Weimar, München, Verlag Beck, traduit de l’américain The Buchenwald Report (1995), San Francisco ; Oxford, Westview Press ; Boulder.

ILK (Internationales Lagerkomitee, Comité International du Camp) : Texte lu le 11 avril 1945 lors du premier appel suivant la libération du camp de Buchenwald, cité par Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, Dokument 12, p. 69.

ILK (Internationales Lagerkomitee, Comité International du Camp) : Die Zehn Gebote (Les Dix Commandements), note remise aux visiteurs du camp (y compris la population de Weimar) après la libération de celui-ci. Document conservé aux Archives du Mémorial de Buchenwald, cote 772/3.

Jahn, Rudi (ca.1950) : Das war Buchenwald ! : ein Tatsachenbericht, Leipzig, Verlag für Wissenschaft und Literatur, (3. Auflage).

Knigge, Volkhard : « Antifaschistischer Widerstand und Holocaust : Zur Geschichte der KZ-Gedenkstätten in der DDR », in Erinnerung : Zur Gegenwart des Holocaust in Deutschland-West und Deutschland-Ost, Bernhard Moltamann e.a. (Hg.) (1993), Frankfurt am Main, Haag/Herchen Verlag, p. 67-77.

Krahulec, Peter & Schopf, Roland & Wolf, Siegfried (1994) : Buchenwald-Weimar : April 1945. Wann lernt der Mensch ? Ein Grundlagenbuch für Gruppenarbeit und Selbststudium, Münster ; Hamburg, Lit Verlag.

Kühn, Günter & Weber, Wolfgang (1976) : Stärker als die Wölfe. Ein Bericht über die illegale militärische Organisation im ehemaligen Konzentrationslager Buchenwald und den bewaffneten Aufstand, Berlin, Militärverlag.

Mayr, Max : Lettre du 25 août 1970 à August Bräucker, citée par Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, Dokument 14, p. 71-76.

Morgenstern, Herbert : Journal intime rédigé durant la nuit du 10 au 11 avril 1945 sous forme de lettre adressée à sa sœur Hilde. Manuscrit non publié, Archives du Mémorial de Buchenwald, cote 52-11-652.

Neumann, Philippe (2012) : Das Internationale Komitee Buchenwald - Dora und Kommandos. Geschichte eines politischen Erinnerungsaktivs überlebender KZ-Häftlinge (1952-2005). Dissertation, Friedrich-Schiller-Universität Jena.

Niethammer, Lutz (Hg.) (1994) : Der „gesäuberte” Antfaschismus. Die SED und die roten Kapos von Buchenwald, Berlin, Akademie Verlag.

Niven, Bill (2007) : The Buchenwald-Child, Truth and Propaganda, New-York, Camden House.

Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht.

Overesch, Manfred (1981) : « Ernst Thapes Buchenwalder Tagebuch von 1945 », Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte, Heft 4, Dokument 2, p. 631- 672.

Peters, Ulrich (2003) : Wer die Hoffnung verliert, hat alles verloren. Kommunistischer Widerstand in Buchenwald, Köln, PapyRossa Verlag.

Résolution du 19 avril 1945 signée par les représentants de onze partis communistes du camp de Buchenwald, citée par Peter Krahulec & Roland Schopf & Siegfried Wolf (1994) : Buchenwald-Weimar : April 1945. Wann lernt der Mensch ? Ein Grundlagenbuch für Gruppenarbeit und Selbststudium, Münster ; Hamburg, Lit Verlag, 1994, p. 129.

Ritscher, Bodo : « Zum organisierten Widerstandskampf deutscher Antifaschisten im KZ Buchenwald », in Eiber, Ludwig (Hg.) (1985) : Verfolgung, Ausbeutung, Vernichtung : die Lebens- und Arbeitsbedingungen der Häftlinge in deutschen Konzentrationslagern 1933-1945, Hannover, Fackelträger-Verlag, p. 130-148.

Ruby, Marcel (1995) : Le livre de la déportation, Paris, Robert Laffont.

Semprun, Jorge (1984) : Was für ein schöner Sonntag !, Frankfurt am Main, Suhrkamp Taschenbuch Verlag.

Stein, Harry (2000) : Konzentrationslager Buchenwald 1937-1945. Begleitband zur Ausstellung, Gedenkstätte Buchenwald (Hg.), Göttingen, Wallstein Verlag, Zweite Auflage.

Thape, Ernst : « Buchenwalder Tagebuch (Auszüge) », in Overesch, Manfred (1995) : Buchenwald und die DDR oder die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, Dokument 10, p. 65 - 68.

Zimmer, Hasko (1999) : Der Buchenwald-Konflikt. Zum Streit um Geschichte und Erinnerung im Kontext der deutschen Vereinigung, Münster, agenda Verlag.

Zimmering, Raina (2000) : Mythen in der Politik der DDR, Opladen, Leske & Budrich.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Scène de ladite « auto-libération » du camp conforme à l’idéologie communiste de RDA, sur laquelle se conclut Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)
Légende Film de Frank Beyer (1963), adaptation du roman éponyme de Bruno Apitz (1958)
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/2235/img-1.png
Fichier image/png, 736k
Titre Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)
Légende Film de Frank Beyer (1963)
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/2235/img-2.png
Fichier image/png, 652k
Titre Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)
Légende Film de Frank Beyer (1963).
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/2235/img-3.png
Fichier image/png, 605k
Titre Nu parmi les loups (Naked unter Wölfen)
Légende Film de Frank Beyer (1963).
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/2235/img-4.png
Fichier image/png, 699k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Rouhart, « L’(auto ?)-libération des prisonniers du camp de concentration de Buchenwald vue par les historiens allemands »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 120 | 2015, 150-159.

Référence électronique

Jean-Louis Rouhart, « L’(auto ?)-libération des prisonniers du camp de concentration de Buchenwald vue par les historiens allemands »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 120 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/2235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.2235

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Rouhart

Haute École de La Ville de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search