Navigation – Plan du site

AccueilNuméros120LibrairiePierre Schoentjes, Fictions de la...

Librairie

Pierre Schoentjes, Fictions de la Grande Guerre. Variations littéraires sur 14-18

Aurélia Kalisky
p. 196-197
Référence(s) :

Pierre Schoentjes, Fictions de la Grande Guerre. Variations littéraires sur 14-18, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIsiècles », 2009, 276 p.

Traduction(s) :
Pierre Schoentjes, Fictions de la Grande Guerre. Variations littéraires sur 14‑18 [nl]

Texte intégral

1En cette année de commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, le livre de Pierre Schoentjes, Fictions de la Grande Guerre. Variations littéraires sur 14-18, publié il y a cinq ans chez Classiques Garnier, prend une actualité nouvelle. L’intéressant parti-pris de cette étude consiste à faire de la Première Guerre un thème traité dans la littérature de fiction par vagues successives : une première vague pendant la guerre elle-même, une seconde durant l’entre-deux-guerres, une troisième, enfin, débutant dans les années 1960 et se prolongeant jusqu’à nos jours, dont on peut dire qu’elle relève de la fiction « intégrale », soit d’une écriture fictionnelle qui ne repose en rien sur une expérience vécue par l’auteur. Et c’est en effet par l’inclusion de textes pour certains fort récents, comme ceux de Marc Dugain, de Pierre Miquel, d’Alice Ferney ou encore de Philippe Claudel, que le livre de Pierre Schoentjes revendique son aspect d’étude avant tout thématique, prenant résolument le contrepied d’autres travaux récents sur le corpus issu de 14-18 s’étant davantage penchés sur les aspects testimoniaux de la littérature de guerre et limités, de fait, à l’écriture d’auteurs si ce n’est témoins et acteurs, du moins contemporains de l’événement.

2Se distançant donc d’avec l’histoire littéraire (on peut évoquer Jean-Louis Jeannelle et son travail sur les Mémoires), mais aussi de démarches historiographiques attachées à l’analyse des dimensions historiques, idéologiques, voire sociologiques du geste scripturaire des combattants du front (voir par exemple les travaux de Frédéric Rousseau, Nicolas Beaupré), le livre souhaite s’interroger sur « les traits spécifiquement littéraires des fictions de guerre » (« Introduction », p. 13). Concernant les ouvrages écrits pendant le conflit ou juste après, il s’agit d’abord de démarquer la lecture de l’influence des œuvres canoniques consacrées depuis la Grande Guerre, en attirant le regard sur des textes peu ou prou négligés par la critique parce que ne se prêtant pas à une grille de lecture rétrospective de type pacifiste. Ainsi en va-t-il des œuvres d’écrivains « patriotes » ou « nationalistes », mais aussi des auteurs ayant pu passer de l’élan d’enthousiasme patriotique au plus grand désabusement (Jean-des-Vignes Rouges, Elie Faure, Alain, mais aussi Max Deauville, Georges Duhamel…). Le « pacifisme » et le « patriotisme » comptent ainsi parmi des catégories auxquelles l’étude de Schoentjes tente de restituer toute leur complexité. On peut toutefois regretter que ce programme de relativisation du canon ne soit appliqué que concernant la France, et non lorsqu’il s’agit d’opérer des incursions dans la littérature européenne à travers la prise en compte de certains grands textes (entre autres ceux d’Arnold Zweig, Erich Maria Remarque, Robert Graves, Humphrey Cobb, Ernest Hemingway, Emilio Lussu…).

3Fictions de la Grande Guerre se veut donc avant tout une étude transversale portant sur les aspects spécifiquement littéraires de la production romanesque et, plus largement, fictionnelle relative au conflit. Il ne s’agit pas de la première entreprise de ce type dans le paysage critique : on peut rappeler ici les importants ouvrages de Léon Riegel et de Maurice Rieuneau concernant la littérature française dans les années 1970 [Guerre et littérature. Le bouleversement des consciences dans la littérature romanesque inspirée par la Grande Guerre (littératures française, anglaise, anglo-saxonne et allemande) 1910-1930, Paris, Klincksieck, 1978 et Guerre et révolution dans le roman français de 1919 à 1939 (1974), Genève, Slatkine, 2000]. Ce dernier ouvrage traitant d’un sujet plus large, comme son titre l’indique : les mouvements révolutionnaires et la guerre d’Espagne, ou le petit livre synthétique de Micheline Kessler-Claudet embrassant un champ « occidental » (La Guerre de quatorze dans le roman occidental, Paris, Nathan, 1998). Mais l’auteur de Fictions de guerre, prenant ses distances d’avec l’histoire des idées, centre résolument son propos sur des questions de poétique, en quoi il peut rappeler Poétique du récit de guerre de Jean Kaempfer [Paris, José Corti, 1998], ce dernier ouvrage embrassant toutefois un champ plus vaste, de César et Polybe à Claude Simon en passant par Napoléon, Tolstoï et Chateaubriand.

4Fictions de la Grande Guerre propose donc un « panorama » de la littérature issue de 14-18 tout en analysant les « images » que la littérature en renvoie (« Introduction », p. 15). Ainsi, après un premier chapitre proposant un compte-rendu synthétique des problématiques spécifiques au corpus aussi bien qu’un état des lieux des ouvrages critiques qui lui sont consacrés (chapitre 1, « Écrire la guerre ») et un second chapitre s’intéressant à la question de l’ironie dans le traitement de la guerre (l’ironie constituant par ailleurs un des terrains de recherche privilégiés de l’auteur), l’ouvrage décline des « images » liées à la mort violente (chapitre 4, « Des jaillissements de sang » ; ch. 5, « Il a tué » ; ch. 8, « Stations sur le chemin du peloton »), mais aussi, et c’est là peut-être une des plus grandes originalité de l’étude, les images liées au genre et à la sexualité (ch. 7, « Parfois on entrevoyait une femme »), à la mort par le gaz (ch. 9, « Un drôle de brouillard »), ou encore à la présence des troupes coloniales et l’imaginaire qui leur est associé (ch. 6, « Les forces noires », où Schoentjes se penche plus particulièrement sur le texte d’inspiration colonialiste de René et Jean Tharaud, La Randonnée de Samba Diouf [1922]). Quant à la question de l’écriture de l’horreur, aux chapitres 4 et 5, elle donne lieu à des développements intéressants consacrés aux débats littéraires de l’époque, entre le parti-pris du « sensationnalisme », le choix d’un « réalisme héroïque » ou celui d’un « réalisme de la banalité ».

5L’examen de cette dernière question s’inscrit fort bien dans la logique du projet d’ensemble qui, en s’interrogeant sur les raisons qui ont pu pousser « des hommes désireux de porter témoignage » vers l’écriture de « fictions pour raconter la guerre » (p. 46), s’attache à démontrer une thèse qui va à l’encontre des idées reçues : la guerre ne marque pas un tournant dans l’histoire du roman européen, et le traitement de l’événement « s’inscrit davantage dans une logique de continuité que dans un esprit de rupture » (p. 23). Ainsi, rappelle Schoentjes, en France et, plus largement en Europe, ce ne sont pas les fictions de guerre qui innovent au plan formel. L’avant-garde, y compris européenne, est ailleurs, chez Proust, Musil, ou encore Joyce, qui restent bien loin du front et de ses images. Le relatif classicisme formel des fictions issues de la Grande Guerre, s’appuyant sur des procédés naturalistes et réalistes, n’empêche pourtant pas un profond renouvellement des thèmes liés à l’irruption de formes de violence inédites, ainsi que des innovations aux plans narratologiques et poétologiques liées à une volonté largement partagée de rendre compte d’une expérience collective. Mais cette dernière semble avant tout s’écrire dans les genres factuels, ce que certains chercheurs interprètent par ailleurs comme l’émergence du genre testimonial.

6Or, c’est peut-être ici que l’on touche aux limites des propositions défendues dans Fictions de la Grande Guerre. Car plutôt que de s’employer à analyser ce paradoxe d’une continuité de la fiction au sein de laquelle émergent, y compris au plan poétologique, des éléments d’une profonde nouveauté parfois précisément liés à l’impact du « témoignage », paradoxe qui concerne avant tout la période 1914-1939, l’auteur a tenu à offrir de brèves incursions dans des œuvres bien plus récentes, datant pour certaines des années 2000. Revendiquant une approche poétologique centrée sur l’écriture de la guerre, la démarche court ainsi le risque de perdre l’ancrage toujours historique et politique des questionnements esthétiques. Un ancrage que l’étude démontre pourtant à tout instant, en insistant sur l’importance, au début du XXe siècle, du rôle de l’imaginaire guerrier dans la réflexion sur la création littéraire. Or, la relation entre guerre et création semble aujourd’hui décidément bien étrangère à l’approche des auteurs du XXIe siècle. Le paradoxe entre rupture et continuité reste ainsi entier. Et même si Schoentjes revient en conclusion sur l’effet forcément fascinatoire de la violence dans les films et les fictions modernes d’inspiration essentiellement pacifiste, le lien entre des corpus extrêmement divers, liés à des situations d’écriture irréductibles les unes aux autres, n’est pas assez clair au plan théorique, de la même façon que certaines notions ne sont pas explicitées, à commencer par le terme de « témoignage » (tantôt entre guillemets, tantôt non) lorsqu’il est opposé aux « fictions » du titre. Justifiée par la thèse de la continuité de l’imaginaire lié à une guerre dont la mémoire serait essentiellement transmise par la littérature, l’inclusion des œuvres récentes pose ainsi des problèmes certains, problèmes que l’intérêt de l’entreprise parvient tout de même à relativiser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélia Kalisky, « Pierre Schoentjes, Fictions de la Grande Guerre. Variations littéraires sur 14-18 »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 120 | 2015, 196-197.

Référence électronique

Aurélia Kalisky, « Pierre Schoentjes, Fictions de la Grande Guerre. Variations littéraires sur 14-18 »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 120 | 2015, mis en ligne le 01 avril 2015, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/2661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.2661

Haut de page

Auteur

Aurélia Kalisky

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search