Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121Laboratoire mémorielRwanda : Épisode 5 - Rivières et ...

Laboratoire mémoriel

Rwanda : Épisode 5 - Rivières et marais rwandais : lieux de mémoire du génocide ?

Rwanda aflevering 5. Rwandese rivieren en moerassen: herinneringsplekken van de volkerenmoord?
Rémi Korman
p. 182-185
Traduction(s) :
Rwanda aflevering 5. Rwandese rivieren en moerassen: herinneringsplekken van de volkerenmoord? [nl]

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Rwanda, mémoire, génocide
Haut de page

Notes de la rédaction

Cette chronique régulière vise à présenter la façon dont se construit le souvenir du génocide des Tutsi au Rwanda depuis 1994. Elle prendra en compte les spécificités du modèle mémoriel rwandais, mais aussi les nombreux liens tissés avec des institutions travaillant sur la mémoire de la Shoah, sur le génocide des Arméniens ou encore le génocide cambodgien.

Texte intégral

Rémi Korman

Rémi Korman

© DR

1Après 1994, la politique de mémoire mise en place par l’État rwandais est centrée sur la question des corps des victimes. Leur exhumation et inhumation en dignité est alors au cœur du processus commémoratif. Mais pour les rescapés, comment organiser une cérémonie du souvenir en l’absence de corps ? Est-il possible de commémorer de façon plus symbolique ? Que signifie célébrer la mémoire lorsqu’il n’y a ni corps et ni site mémorial consacré ?

2C’est autour de ces questions qu’apparaissent depuis le milieu des années 2000 de nouvelles formes commémoratives du génocide. En dehors des cérémonies mises en place par l’État, des associations de survivants essayent de se souvenir autrement des victimes du génocide contre les Tutsi, en organisant des commémorations thématiques. On peut citer le cas du Groupement des anciens de l’association des étudiants rescapés du génocide, plus connu sous le nom de GAERG, qui organise chaque année une commémoration pour les familles entièrement disparues (Imiryango yazimye muri jenoside yakorewe abatutsi). Mais aussi, et ce sera l’objet de cet article, le cas des commémorations organisées par de nombreuses associations de rescapés, comme Dukundane Family, en mémoire des Tutsi jetés dans les cours d’eau, les lacs et les marais.

La rivière Nyabarongo ou « Par le Raccourci »

La rivière Nyabarongo depuis la colline de Nyarusange à Shyorongi

La rivière Nyabarongo depuis la colline de Nyarusange à Shyorongi

© Hélène Dumas, juin 2010

3Revenir sur le rôle des rivières au cours du génocide, c’est revenir sur l’histoire des représentations de la population rwandaise produites à l’époque coloniale. Le Rwanda, décrit dès la fin du 19e siècle comme le pays des Sources du Nil dont la Nyabarongo serait l’un des principaux affluents, est considéré par les colonisateurs comme un royaume particulier. L’aristocratie tutsie impressionne fortement les premiers Européens, qui élaborent ensuite diverses théories sur le peuplement et les migrations au Rwanda. Largement fantasmées et le plus souvent délirantes, ces théories présentent la population tutsie comme une « race » extérieure au Rwanda. L’idéologie développée, que le chercheur Jean-Pierre Chrétien nomme l’idéologie hamitique, consiste à voir dans les Tutsi un peuple originaire d’Éthiopie ou d’Abyssinie (Chrétien ; Kabanda, 2013). Cette idéologie, qui était en partie positive, les Tutsi étant classifiés comme des « faux-nègres », voit son sens renversé aux abords de l’indépendance. Ce qui était vu alors comme une qualité est devenue un stigmate. Les Tutsi sont alors décrits comme des envahisseurs, et plus tard, comme des parasites.

4Dès les premiers massacres en 1959, des Tutsi sont jetés dans les cours d’eau au Rwanda, en particulier dans les affluents de la Nyabarongo. Mais c’est véritablement au début de la guerre civile que la Nyabarongo devient dans les discours politiques un lieu de l’expression génocidaire. À l’occasion d’un meeting organisé à Kabaya en 1992, l’intellectuel rwandais Léon Mugesera prononce un discours désormais célèbre, appelant à renvoyer les Tutsi en Éthiopie, » par le raccourci ». Il dit ainsi :

« Ne sais-tu pas donc ni écouter ni lire ? Moi, je te fais savoir que chez toi, c’est en Éthiopie, que nous vous ferons passer par la Nyabarongo pour que vous parveniez vite là-bas. »

5De fait, au cours du génocide, plusieurs dizaines de milliers de Tutsi sont jetés dans les cours d’eau, morts ou vivants. Les cadavres arriveront par milliers dans le lac Victoria en Ouganda, à plus de 1 000 km de distance. Le destin singulier de ces victimes a fait l’objet d’un documentaire par l’artiste rwandais, lui-même rescapé du génocide, Dady de Maximo. Intitulé « Par le raccourci », en référence à l’expression utilisée au cours du génocide, ce film est peu diffusé en dehors du Rwanda, en raison de la répétition lancinante de scènes d’une grande violence. Dady de Maximo revient longuement sur l’histoire de la Nyabarongo, de ses représentations, et des massacres qui s’y sont déroulés. Surtout, il raconte l’histoire de ces dizaines de milliers de corps repêchés du lac Victoria, et enterrés par des pêcheurs ougandais.

6Si plusieurs sites mémoriaux existent en Ouganda depuis 1994, l’État rwandais souhaite construire trois grands monuments à Ggolo, Kanseselo et Lambu. Déjà, la diaspora rwandaise en Ouganda y organise chaque année des commémorations. Des pèlerinages sont aussi préparés depuis le Rwanda. C’est dans ce contexte que la Nyabarongo est devenue, selon l’historien Philibert Gakwenzire, « un lieu de mémoire » (Gakwenzire, 2010).

Affiche du documentaire de Daddy Maximo, Par le Raccourci, 2009

Affiche du documentaire de Daddy Maximo, Par le Raccourci, 2009

© DR

Ibishanga ou les marais rwandais

7Rivières et autres cours d’eau ne sont pas les seuls sites naturels transformés en lieux de massacre. Le rôle des marais dans le génocide commis dans la commune de Nyamata située dans le Bugesera a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses recherches et d’une intense production littéraire.

8Scholastique Mukasonga raconte dans Inyenzi ou les cafards, l’histoire de la déportation de nombreux Tutsi en 1959, à l’époque coloniale, dans cette région marécageuse (Mukasonga, 2006). Ce déracinement forcé, qui n’a pas encore fait l’objet d’étude historique, explique la forte concentration de population tutsie dans la commune de Nyamata au moment du génocide.

9Jean Hatzfeld y revient dans son premier ouvrage publié en 2000, Dans le nu de la vie : récits des marais rwandais. Dans tous les récits des rescapés qu’il interroge, les marais reviennent aussi comme une frontière indépassable de la commune, bordée par les rivières Akanyaru, Mwogo et Nyabarongo. Pour les rescapés, les marais sont un lieu ambivalent. Il s’agit en 1994 d’un lieu de cachette et de survie, il est possible d’y apaiser sa soif grâce à l’eau contenue dans la canne à sucre. Mais c’est aussi et surtout un lieu de mort, avec l’eau stagnante, le risque de la malaria, et les tueurs qui pourchassent et attaquent tous les jours.

10Une rescapée interrogée, Berthe Mwanankabandi raconte ainsi :

Nous avons couru sans réflexion pour atteindre les marais de Nyamwiza. Le soir, la pluie se déversait sans jamais s’interrompre et nous avons cherché refuge à l’école de Cyugaro, dans le bois d’eucalyptus, non loin des marais. Cela devait délimiter notre programme de marche pendant un mois : les marais, l’école, les marais. […] Tous les matins, je préparais aux enfants de la nourriture avec des aliments arrachés des parcelles ; ensuite je les emmenais à l’avance se dissimuler sous les feuillages des papyrus en compagnie des grandes personnes qui avaient épuisé leur énergie. Il fallait, les jours de soleil, changer d’endroit, à cause des empreintes de pied laissées dans la boue séchée. Quand les massacreurs arrivaient, ils chantaient ; et c’était notre tour d’aller nous éparpiller dans les marais. (Hatzfeld, 2000, p. 176)

11Combien sont morts dans les marais rwandais à Nyamata, et ailleurs ? Quelle sépulture symbolique pour ces victimes dont les corps ne peuvent être exhumés des marais ? Là encore, de nouvelles formes commémoratives ont émergé ces dernières années.

12En avril 2015, des stèles ont ainsi été érigées

« à la lisière du marais mouvant de Ntarama qui a englouti plus de 2 000 Tutsis pendant le génocide de 1994. […] Également appelé “marais de Rwimpiri (ou le repère des vipères)”, ce marais, morne au pied d’un bois d’eucalyptus sur le sol rocailleux d’une colline abrupte, fut effectivement le repère de la mort en avril 1994. » (Rugiririza, 2015)

13Ces commémorations jusque-là inconnues montrent la prise en compte par les associations de rescapés, mais aussi par l’État rwandais, de tous les types de sites concernés par le génocide. Elle va à l’encontre de la politique de mémoire centralisée menée depuis 1994 qui a surtout consisté en la construction d’importants mémoriaux nationaux sur les sites de massacre, ayant chacun une symbolique propre. Le mémorial de Nyanza de Kicukiro symbolise l’inaction de l’ONU en 1994, le site de Bisesero la résistance des populations tutsies. Les sites de Nyamata, Ntarama ou encore Nyarubuye rappellent les massacres dans les églises catholiques. Le mémorial de Murambi dénonce lui le rôle de la France, le site ayant été le siège de l’opération Turquoise.

14Face à cette production de symbolique nationale et diplomatique, les nouvelles formes commémoratives rendent compte d’une décentralisation des pratiques mémorielles et d’une volonté par les associations de rescapés de revenir sur les multiples formes d’exécution du génocide au niveau local.

Plaque commémorative des victimes du génocide au Rwanda

Plaque commémorative des victimes du génocide au Rwanda

© Archives de la CNLG

Haut de page

Bibliographie

Chrétien, Jean-Pierre ; Kabanda, Marcel (2013) : Rwanda, racisme et génocide : l’idéologie hamitique, Paris, Belin.

De Maximo, Dady (2009) : Par le raccourci, Kigali, Dadmax.

Gakwenzire, Philibert (mars 2010) : « Nyabarongo, une rivière du supplice », in Dialogue no 190, p. 8‑23.

Hatzfeld, Jean (2000) : Dans le nu de la vie. Récits des marais rwandais, Paris, Le Seuil.

Rugiririza, Ephrem (21/04/2015) : « Un marais mouvant érigé en mémorial du génocide », in Agence Hirondelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rémi Korman
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/3597/img-1.png
Fichier image/png, 293k
Titre La rivière Nyabarongo depuis la colline de Nyarusange à Shyorongi
Crédits © Hélène Dumas, juin 2010
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/3597/img-2.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Affiche du documentaire de Daddy Maximo, Par le Raccourci, 2009
Crédits © DR
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/3597/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Plaque commémorative des victimes du génocide au Rwanda
Crédits © Archives de la CNLG
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/3597/img-4.png
Fichier image/png, 4,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Korman, « Rwanda : Épisode 5 - Rivières et marais rwandais : lieux de mémoire du génocide ? »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 121 | 2015, 182-185.

Référence électronique

Rémi Korman, « Rwanda : Épisode 5 - Rivières et marais rwandais : lieux de mémoire du génocide ? »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 121 | 2015, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/3597 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.3597

Haut de page

Auteur

Rémi Korman

EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales).
Il effectue des recherches universitaires sur la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda où il se rend régulièrement. Il développe en parallèle des projets de transmission publique de cette mémoire avec l’association Ibuka à Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search