Skip to navigation – Site map

HomeNuméros121LibrairieDavid Foenkinos. Charlotte

Librairie

David Foenkinos. Charlotte

Paris, Gallimard, 2014
Colette Gutman
p. 202-203
Bibliographical reference

David Foenkinos. Charlotte. Paris, Gallimard, 2014, 224 p.

Full text

1Ce roman s’inspire de la vie de Charlotte Salomon, peintre allemande assassinée à vingt-six ans, alors qu’elle était enceinte. Il raconte sa brève vie, celle d’une artiste-peintre morte en déportation, en laissant derrière elle une œuvre picturale autobiographique d’une extrême modernité. Lorsqu’elle a 8 ans, elle perd sa mère, reste seule avec son père Albert, nommé professeur à l’Université de médecine de Berlin. David Foekinos, comme obsédé par son souvenir, réussit à nous faire connaître celle qui, parmi des millions, a disparu à jamais sans sépulture – mais a cependant réussi à laisser des traces : ses tableaux encore visibles aujourd’hui, au Musée juif d’Amsterdam. Il a retrouvé une photo de classe de Charlotte enfant où « Toutes les jeunes filles fixent l’objectif. Mais les yeux de Charlotte sont tournés dans une autre direction. » Devenue adolescente, elle refuse l’idée de grandir, car rien ne dure et « Il faut vivre à l’abri des déceptions possibles. » David Foekinos rôde autour d’elle, comme si aujourd’hui encore elle était le point fixe de son imaginaire. Sur la route de Charlotte, des hommes, des femmes, ceux et celles qu’elle a connus, sa belle-mère Paula, célèbre et courtisée cantatrice.

2Charlotte lit beaucoup, avec passion, Goethe, Hesse, Remarque, Nietzsche, Döblin. Elle a peur de l’amour (vivre à l’abri des déceptions), mais elle aime d’un unique amour Alfred, qui va hanter son œuvre, peinte et écrite. Vient le temps de l’affreuse exclusion. Sa vie devient un champ de bataille. Il faut partir. En France. En juin 1940, elle arrive au camp de Gurs, dont elle sera finalement libérée deux mois plus tard, Walter Benjamin se donnera la mort. Elle s’enfuit dans la région de Nice, avec son protecteur, compagnon et bientôt amant, Alexander, sans passion, car elle n’aime qu’un seul homme. Elle a vingt-six ans. Il lui faut du temps pour admettre qu’elle pourrait avoir une vie heureuse, ou du moins normale. Elle attend un enfant. Ils se marient. Mais en 1943, les Allemands prennent le contrôle de la zone, avec Aloïs Brunner, le SS peut-être le plus cruel de tous. Il déporte, il déporte. Elle est sans doute dénoncée par quelqu’un du village. Drancy, séparation. Fin de l’histoire. Convoi n° 60. Après la guerre, revenus de la mort, Albert et Paula envoient à Alfred le catalogue de l’exposition de Charlotte, avec une brochure et une notice biographique. En découvrant les dessins, il se voit représenté partout, et il comprend la place qu’il occupait. Il meurt, en1962, tout habillé sur son lit, avec, dans la poche intérieure près du cœur, la brochure de l’exposition du Musée juif d’Amsterdam – que l’on peut voir aujourd’hui.

Top of page

References

Bibliographical reference

Colette Gutman, David Foenkinos. CharlotteTémoigner. Entre histoire et mémoire, 121 | 2015, 202-203.

Electronic reference

Colette Gutman, David Foenkinos. CharlotteTémoigner. Entre histoire et mémoire [Online], 121 | 2015, Online since 01 October 2016, connection on 27 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/temoigner/3667; DOI: https://doi.org/10.4000/temoigner.3667

Top of page

About the author

Colette Gutman

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search