Navigation – Plan du site
Librairie

José Gotovitch, Du Communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques

Michel Enaudeau
p. 104-105
Référence(s) :

José Gotovitch, Du Communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden, 2012, 433 p.

Texte intégral

1Commençons par un aveu : un lecteur français même intéressé par les mouvements ouvrier et communiste européens est plutôt ignorant des affaires du Parti communiste belge (PCB) tant le communisme en Europe a été dominé par la vie des partis allemand, français, italien et espagnol, ce dernier luttant de nombreuses années dans la clandestinité contre la dictature franquiste. C’est pourquoi le livre de José Gotovitch universitaire belge, historien des mouvements de résistance, du mouvement ouvrier en terre belge mérite l’attention.

2En entreprenant ce travail, l’auteur a bien conscience de combler le vide historiographique dont pâtit la connaissance du communisme en Belgique. Le constat est lourd : la plupart des études est le fait de travaux d’étudiants, car le communisme intéresse peu les historiens institutionnels. De plus, la pratique historienne marxiste manque. D’ailleurs, José Gotovitch est-il marxiste ? La question est permise au motif du sous-titre de son livre, « Approches critiques ». Sans se reporter au titre de quelques ouvrages de Marx où figure le mot, Gotovitch n’entend pas critique au sens de retournement ou de renversement d’un fondement de la réalité. « Critique » s’entend en un sens plus courant, celui de « esprit critique », examen des sources, souci de la preuve et de l’argumentation tel que le rationalisme du XVIIIe, l’a mis en œuvre et transmis. Les articles, contributions, conférences ou interventions dans des colloques telle est l’origine, indiquée en bas de page, de ce dense ensemble de textes procèdent de cet esprit dix huitièmiste. Quatre thèmes organisent les quatre parties du livre : « Synthèses », rapports avec l’Internationale communiste et les « partis frères » ; « Le PCB acteur politique, social et culturel » ; « Guerre, clandestinité, résistance » ; enfin, « Parcours militants ».

3Fondé en 1921, le parti communiste belge s’étiole en 1989, année de la chute du Mur de Berlin. À partir de 1935, la lutte antifasciste lui confère tout son prestige. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, il compte 87 000 adhérents. Mais ce pic est de brève durée : ils ne sont plus que 24 000 en 1950. On est tenté de dire aujourd’hui que les raisons de ce déclin sont assez ordinaires, même si l’auteur ne le dit pas ainsi : rôle des dissensions internes ; rapports difficiles avec le mouvement ouvrier et syndical belges, en particulier lorsque les conflits sociaux sont vigoureux dans le Borinage et les mines. La violence de classe s’exerce à nu contre les ouvriers, les mineurs comptant souvent leurs morts sans que pour autant parvienne à s’établir un durable et solide lien entre l’initiative sociale et le PCB. Outre le manque de moyens financiers et matériels, l’historien met en avant l’incompétence des cadres, les rapports compliqués et brutaux avec l’Internationale communiste et le Komintern, au point qu’il se demande : de quel parti est-on l’adhérent en 1936 ? Un lecteur peu au fait de l’histoire du Parti communiste français sera étonné d’apprendre que le PCB a été mis, sinon sous tutelle, du moins sous la surveillance idéologique du PCF. Un dirigeant connu, Étienne Fajon, en fut chargé. Un des membres les plus illustres du PCF, Jacques Duclos, réservait à la presse du Parti ses attaques les plus violentes contre les communistes belges. (Gotovitch, sauf erreur, n’indique pas si ces faits sont rapportés par les historiens français du PCF tels Jacques Fauvet, Pierre Juquin, Philippe Robrieux, Marc Lazar, ou d’autres). Surveillance idéologique donc, car le congrès de 1954 du PCB dénonce les dérives sectaires du parti entre 1945 et 1954 (période qui correspond à l’impressionnante chute du nombre d’adhérents). Sans parler de l’inévitable soupçon de trotskisme. Du point de vue de la vie politique belge, la fracture importante sera la rupture avec la sociale-démocratie. Le motif est de taille : la reconnaissance par le gouvernement belge du régime du général Franco.

4José Gotovitch apporte infatigablement une masse de détails et de précisions qui sont tour à tour d’ordre démographique, social, géographique, économique, donnant ainsi une description en quelque sorte très intime de ce communisme et des communistes belges, grands ou petits, pendant ou après la guerre. Mais cette minutieuse investigation peine à faire émerger une problématique politique d’envergure à laquelle relier l’ensemble de ces sortes d’études monographiques. On regrette quelques propos qui tranchent vivement avec le sérieux et l’ampleur de l’information, tel celui-ci (p. 83) : « Fille aînée de l’Église communiste en Europe occidentale, le PCF...) Comment reprendre, sans guillemets, cette vulgate commune (le communisme est une Église), ce faux et faible discrédit du communisme, quand on consacre autant de temps et de pages à en rendre compte ? De même, José Gotovitch écrit : « précurseur d’un Amnesty International de gauche... » Y aurait-il deux Amnesty International, un de gauche, un de droite ? D’où l’historien tient-il cela ? Nous ne le savons pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Enaudeau, « José Gotovitch, Du Communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 116 | 2013, 104-105.

Référence électronique

Michel Enaudeau, « José Gotovitch, Du Communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 116 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/383

Haut de page

Auteur

Michel Enaudeau

Journaliste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals