Navigation – Plan du site

AccueilNuméros116LibrairieTimothy Snyder, Terres de sang. L...

Librairie

Timothy Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline

Anne Roche
p. 108-113
Référence(s) :

Timothy Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat, Paris, Gallimard, 2012, 705 p.

Notes de la rédaction

Édition soutenue par une subvention de la Fondation Auschwitz attribuée aux éditions Gallimard.

Texte intégral

1Dans l’abondante littérature consacrée à la période de 1933-1945, l’ouvrage de Timothy Snyder est appelé à faire date, par l’ampleur de sa documentation et par l’ambition du projet. Le lecteur intéressé par l’histoire du siècle dernier croit connaître la question, mais Snyder fait plus que compléter le déroulement des faits, il en propose une articulation à la fois neuve et nuancée, aussi éloignée des raccourcis ou des équivalences polémiques qu’engagée dans une perspective humaniste au meilleur sens du terme.

2Il s’agit en premier lieu de renouveler les découpages habituels, politiques et géographiques, en focalisant l’étude sur les « terres de sang », celles où vivaient la plupart des Juifs d’Europe et où les plans impériaux de Hitler et de Staline se chevauchèrent : Pologne, pays baltes, Biélorussie soviétique, Ukraine soviétique, frange occidentale de la Russie soviétique.

3Les crimes de Staline sont souvent associés à la Russie, et ceux de Hitler à l’Allemagne. Or la partie la plus meurtrière de l’Union soviétique était sa périphérie non russe, et les nazis tuèrent généralement au-delà de l’Allemagne. On situe habituellement l’horreur du XXe siècle dans les camps. Or ce n’est pas dans des camps de concentration que la plupart des victimes du nazisme et du stalinisme trouvèrent la mort. Ces malentendus concernant les sites et les méthodes du meurtre de masse nous empêchent de percevoir l’horreur du siècle.

4À partir de ces nouveaux découpages, l’auteur ne propose rien moins que de fonder une nouvelle historiographie. Il suggère en effet, ce qui peut surprendre et même choquer, que notre façon de penser est contaminée par les pouvoirs de l’époque : penser que « les crimes du régime nazi [sont] si grands qu’ils se situent hors de l’histoire », c’est un écho de la croyance hitlérienne du triomphe de la volonté sur les faits. Justifier les crimes de Staline par la nécessité de créer un État moderne, c’est suivre l’idée de Staline que l’histoire ne suit qu’un seul cours. « À moins d’une histoire construite et défendue sur des fondements entièrement différents, nous constaterons que Hitler et Staline continuent de définir pour nous leurs propres œuvres. » Cette nouvelle histoire repose sur des principes apparemment simples : postuler qu’« aucun événement du passé n’est au-delà de la compréhension historique ni hors de portée de l’investigation historique », porter une attention rigoureusement chronologique aux meurtres de masse, et admettre que l’être humain a une marge de liberté, comme le montrent les nombreux gestes de résistance ou de simple solidarité humaine au cœur des situations les plus dramatiques.

5Il est bien difficile de résumer en quelques pages la richesse de l’ouvrage, nécessaire néanmoins d’en donner une brève idée. L’auteur organise son propos selon un ordre chronologique : partant de la guerre de 1914-1918, qui est à l’origine plus ou moins directe des régimes nazi et soviétique, et allant jusqu’au « complot des blouses blanches » et à la mort de Staline (1953). Le chapitre Famines soviétiques analyse la grande famine de 1933, résultat du premier plan quinquennal, avec la liquidation des koulaks en tant que classe, les déportations vers la Sibérie ou le Kazakhstan, la collectivisation brutale des terres, les réquisitions irréalistes qui obligent les paysans à livrer leurs semences, compromettant ainsi les futures récoltes. Des récits terrifiants font état de cannibalisme, de parents tuant leurs enfants… À l’automne 1933, Roosevelt est alerté par des activistes ukrainiens, alerte sans résultat : en novembre, les USA reconnaissent officiellement l’URSS. (On ne peut que songer, mutatis mutandis, aux démarches de Jan Karski auprès du gouvernement des États-Unis et à leur peu d’effet). Le recensement soviétique de 1937 dénombre 8 millions de personnes de moins que prévu. Réaction de Staline, il fait exécuter les démographes…

6Par une sorte d’alternance ironique de l’histoire, le chapitre Terreur de classe occulte en quelque sorte le précédent : « La montée de Hitler au pouvoir en Allemagne éclipsa la seconde révolution de Staline en Union soviétique, la collectivisation et la famine qu’elle provoqua. » Hitler utilise la famine en Ukraine, « la plaçant au cœur d’un débat idéologique avant que sa vérité historique ne soit établie. » Mais à l’inverse, la ligne stalinienne de « classe contre classe » sert Hitler, en interdisant l’union des communistes et des sociaux-démocrates qui, réunis, avaient une base populaire plus large que les nazis. La ligne sera abandonnée en 1934 au profit de l’« antifascisme », mais trop tard pour les gauches allemandes. On pourrait croire que l’antifascisme est une politique d’union et d’ouverture, ce fut – relativement – le cas en France avec le Front populaire, mais en URSS il coïncide avec des purges sanglantes au sein de l’armée, du parti et du NKVD, prélude à la Grande Terreur stalinienne qui, en 1937-1938, allait coûter la vie à des centaines de milliers de personnes pour des raisons de classe ou de nation. De même la terreur nazie de 1936-1938 cible des groupes sociaux définis pour ce qu’ils étaient (et non ce qu’ils auraient pu faire) : desdits « asociaux » (homosexuels, vagabonds, alcooliques…), les Témoins de Jéhovah. Les nazis créent tout un réseau de camps de concentration, mais la comparaison des chiffres est parlante : fin 1938, le Goulag compte plus d’un million de déportés, et 380 000 condamnations à mort ont été prononcées, alors que du côté nazi, les camps comptent environ 20 000 personnes, et seulement 267 condamnations à mort.

7Après la Terreur de classe, la Terreur nationale. Staline met en place le meurtre de masse de plusieurs nationalités soviétiques, en premier les Polonais, boucs émissaires des échecs de la collectivisation en Ukraine. Or, l’image de l’URSS était celle d’un État multiculturel et tolérant : « la tuerie ethnique eut l’effet d’un choc » y compris au plan intérieur, car le NKVD est multiculturel et incarne une sorte d’internationalisme. Ici encore, des chiffres qui font réfléchir : 1937, un tiers des officiers supérieurs du NKVD sont juifs. En 1938, ils ne sont plus que 20 %, et en 1939, moins de 4 %. Après l’Ukraine, la Biélorussie est « épurée » de ses « espions » polonais : « les Polonais représentent un huitième des victimes de la Grande Terreur […] un pourcentage renversant au regard de l’infime minorité de Polonais qui vivaient en Union soviétique : moins de 0,4 % de la population. » L’épuration polonaise servit de modèle à toute une série d’autres « actions nationales » visant les diasporas de Lettonie, Estonie, Finlande.

8Ici l’auteur nous oblige à reconsidérer nos évidences historiques : à l’époque, en Europe occidentale, on ne voit – dans le meilleur des cas – que les grands procès et les purges du parti et de l’armée, mais ces événements furent moins meurtriers que l’action contre les koulaks et contre certaines minorités nationales. De même, toujours en Europe occidentale, on est au courant de l’oppression des Juifs en Allemagne, mais on ignore généralement qu’« à la fin de l’année 1938, l’URSS avait tué près de 1 000 fois plus de gens que l’Allemagne nazie pour des raisons ethniques. En fait, les Soviétiques avaient tué à cette date beaucoup plus de Juifs que les nazis. […] non parce qu’ils étaient Juifs, mais pour la simple raison qu’ils étaient les citoyens du régime le plus meurtrier de l’époque. »

9Le chapitre L’Europe de Molotov et de Ribbentrop commence par l’invasion de la Pologne, d’abord par les Allemands, puis par les Soviétiques. La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à l’Allemagne, mais sans lancer d’action militaire significative, et la Pologne combat seule : l’auteur rappelle la défense héroïque de la poste de Dantzig, épisode immortalisé par Günter Grass dans Le Tambour. Peu après, les Soviétiques à leur tour entrent en Pologne, déportent les officiers, décapitant ainsi la société polonaise. Hitler pensait de même : « seule peut être réduite en esclavage une nation dont on a détruit les couches supérieures. » Or, Hitler avait déjà élargi le Reich avec l’Autriche et la Tchécoslovaquie, mais jamais en intégrant des territoires peuplés d’une aussi forte population non allemande. Paradoxalement, « dans sa croisade pour la pureté raciale, l’Allemagne était devenue fin 1939 le deuxième État multinational d’Europe. Le premier, bien entendu, était l’Union soviétique. » C’est aussi en Pologne que sont exécutés des patients d’hôpitaux psychiatriques (octobre-novembre 1939), procédure qui va être étendue à l’Allemagne : plus de 70 000 Allemands seront gazés pour « vie indigne d’être vécue. » Les Soviétiques de leur côté exécutent des officiers prisonniers de guerre polonais, à Katyn. Mais en juin 1941, quand l’Allemagne attaque l’Union soviétique, « d’ennemies, la Pologne et l’Union soviétique se transformèrent soudain en alliées. »

10Le chapitre Économie de l’apocalypse marque le début d’une nouvelle période, que l’on peut récapituler comme suit :

  • 1933-1938 : l’URSS est responsable des tueries de masse.

  • 1939-1941 (alliance soviéto-nazie) : « carnage équilibré ».

  • 1941-1945 : l’Allemagne est responsable de la quasi-totalité des tueries de masse.

« La collectivisation avait produit la famine en Ukraine. […] Hitler, en revanche, planifia délibérément de faire mourir de faim des populations soviétiques indésirables. […] À la fin de 1941, le premier groupe de victimes mortelles du pouvoir allemand en Pologne n’était ni les Polonais ni les Juifs, mais les prisonniers de guerre soviétiques. »

11Dans le chapitre Solution finale, l’auteur analyse comment Hitler reformule les buts de guerre : il ne s’agit plus de détruire l’URSS, mais d’exterminer les Juifs. Cette politique va se trouver mise en œuvre notamment dans les pays baltes, d’abord incorporés à l’URSS : dès l’invasion allemande en juin 1941, des pogroms sont organisés, avec l’aide des populations locales, en Lituanie, en Lettonie, en Estonie. « Cette nazification psychique aurait été bien plus difficile sans les preuves tangibles des atrocités soviétiques. » En septembre 1941, c’est le massacre de Babi Yar à Kiev, « premier effort pour assassiner toute la population juive autochtone d’une grande ville. » En octobre 1941, des installations de gazage sont en chantier à Chelmno et à Belzec. Le chapitre Holocauste et vengeance est focalisé sur la Biélorussie, centre de l’affrontement entre Allemagne et URSS. Nombre de Juifs à Minsk, devenus partisans pour résister aux Allemands, soutiennent de fait une politique soviétique qui attirait des représailles sur les civils : « la guerre de partisans en Biélorussie fut un effort perversement interactif de Hitler et de Staline. »

12Usines de la mort nazies rappelle la chronologie de la mise en œuvre des camps : Belzec, Sobibor, Treblinka, Auschwitz. Résistance et incinération est consacré à la résistance polonaise et juive, avec une analyse précise des forces en présence, des divergences politiques et stratégiques, et relate le soulèvement du ghetto de Varsovie (avril 1943) puis l’insurrection de Varsovie (1er août 1944) et la férocité de la répression. Ici encore, l’auteur renouvelle la perspective : les Américains qui libérèrent Bergen-Belsen et Buchenwald crurent avoir découvert les horreurs du nazisme, mais comme le savaient les Juifs et les Polonais de Varsovie, et comme le savaient Vassili Grossman et les soldats de l’Armée rouge, ils étaient loin de la vérité. Le pire était dans les ruines de Varsovie, dans les champs de Treblinka, les marais de la Biélorussie ou les fosses de Babi Yar. L’Armée rouge libéra tous ces lieux, et la totalité des terres de sang. Tous les sites du carnage et toutes les villes mortes se retrouvèrent derrière un rideau de fer, dans une Europe que Staline fit sienne tout en la libérant de Hitler.

13Dans le chapitre Nettoyages ethniques, on constate que la fin de la guerre n’a nullement été la fin des politiques d’épuration raciale. En janvier 1945, quand l’Armée rouge atteint les restes de Varsovie, Staline a le projet d’une Pologne communiste et ethniquement homogène. C’est ainsi que le gouvernement polonais s’efforce de rendre la vie impossible aux Allemands pour qu’ils partent vers l’Ouest : en Silésie l’allemand est interdit dans les lieux publics, les écoles allemandes fermées, les biens allemands saisis. L’auteur souligne une fois de plus la terrible articulation entre le régime hitlérien et le régime stalinien : « Comme souvent, c’est la politique hitlérienne qui rendit possibles les crimes staliniens. […] Les nazis avaient négligé d’organiser des évacuations systématiques. » Les exactions contre les civils allemands, évoquées par Günter Grass dans En crabe, ne sont que trop réelles, mais l’auteur rappelle également que beaucoup plus de citoyens soviétiques et polonais moururent en fuyant les Allemands, que d’Allemands en fuyant les Soviétiques. […] La fuite, l’évacuation et le travail forcé se soldèrent, directement ou indirectement, par la mort de quelques millions de citoyens soviétiques et polonais. […] La conduite de maints soldats soviétiques fut certainement tolérée par le haut commandement et espérée par Staline ; mais l’Armée rouge n’aurait jamais pénétré en Allemagne si la Wehrmacht n’avait pas envahi l’URSS.

  • 1 L’assassinat de Mikhoels est évoqué dans le roman d’Arkadi Vaïner et Gueorgui Vaïner, La Corde et l (...)

14Le chapitre Antisémitisme stalinien commence par l’assassinat de Solomon Mikhoels, directeur du théâtre yiddish de Moscou1, qui avait tenté d’alerter Staline sur le sort des Juifs pendant la guerre, et qui en 1947 intervint auprès de Jdanov pour autoriser la publication du Livre noir sur l’extermination des Juifs, documents et témoignages réunis par Vassili Grossman, Ilia Ehrenbourg et d’autres. Mais « la culture soviétique de l’ère Jdanov ne pouvait approuver une histoire juive de la guerre », car elle entre en contradiction avec l’histoire de la Grande Guerre patriotique. Soviétiques et Alliés étaient d’accord pour ne pas présenter la guerre comme une guerre de libération des Juifs. En version éclairée : « hésitation de principe à l’idée d’endosser la vision du monde raciste de Hitler. » En version moins éclairée : « concession à l’antisémitisme populaire, très présent en Union soviétique, en Pologne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. » Alors que les dirigeants soviétiques avaient plutôt soutenu l’État d’Israël au moment de sa création, fin 1948-début 1949 se fait un virage antisémite : la Pravda exclut ses collaborateurs juifs, des officiers juifs sont renvoyés de l’armée, des activistes juifs écartés des postes de direction dans le parti. Une centaine d’écrivains et d’activistes juifs sont arrêtés comme « nationalistes juifs » et « cosmopolites déracinés ». En Pologne, les communistes juifs les plus en vue, en raison de l’antisémitisme de Staline (et de l’antisémitisme populaire polonais) en viennent à nier l’importance de l’Holocauste. La mort de Jdanov, qui avait précisément bloqué la publication du Livre noir sur l’extermination des Juifs permet à Staline de lancer l’idée d’un « terrorisme médical juif ». À Prague, Slansky, censé incarner le « nationalisme bourgeois juif » est arrêté et exécuté. La mort de Staline met fin au « complot des blouses blanches ». Mais de toute façon, cet antisémitisme stalinien n’a pas l’efficacité de la « Grande Terreur », et les successeurs de Staline délaissèrent la terreur de masse.

15Les grandes lignes de ce résumé ont déjà permis de faire apparaître le bouleversement historiographique proposé par Snyder. Pour le rappeler en une formule de la conclusion, « dans cette concurrence des mémoires, l’Holocauste, les autres politiques allemandes de tuerie en masse et les massacres staliniens devinrent trois histoires différentes, alors même que, dans la réalité historique, ils appartenaient au même espace et à la même époque. » L’auteur se situe par rapport aux analyses d’Arendt sur le totalitarisme et à celles de Vassili Grossman, la différence entre les deux approches étant liée à l’époque à laquelle elles ont été formulées : Arendt écrit à un moment où l’URSS et l’Allemagne nazie sont alliées, Grossman au moment où elles sont en guerre.

« Grossman entendait non pas unifier analytiquement les deux systèmes au sein d’une même grille sociologique (comme le totalitarisme d’Arendt), mais les délivrer des explications idéologiques qu’ils donnaient d’eux-mêmes, et ce faisant lever le voile sur leur inhumanité commune. »

Et l’auteur enfin prend position sur la « filiation » qui ferait remonter nazisme et stalinisme aux Lumières, comme l’ont suggéré en leur temps Adorno et Horkheimer, en soulignant que « la catastrophe de 1941 […] est moins liée à l’héritage intellectuel des Lumières et davantage aux possibilités de l’impérialisme. »

16Dans les controverses qui ont suivi la parution de Bloodlands, certains historiens anglo-saxons ont critiqué ce qu’ils percevaient comme une équivalence entre le génocide nazi et les meurtres de masse sous Staline. Il nous semble que cette critique n’est pas fondée. Snyder précise : « Seule l’acceptation franche des similitudes entre les systèmes nazi et soviétique permet d’en comprendre les différences » et, à aucun moment, il ne suggère une assimilation totale. Son refus de « l’incompréhensible », sa mise en garde sur l’identification aux victimes, sur les limites des commémorations, son insistance sur le rôle de la mémoire et de l’histoire, font de son livre un outil extrêmement précieux.

Haut de page

Notes

1 L’assassinat de Mikhoels est évoqué dans le roman d’Arkadi Vaïner et Gueorgui Vaïner, La Corde et la pierre, Paris, Gallimard (Coll. Série noire), 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « Timothy Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 116 | 2013, 108-113.

Référence électronique

Anne Roche, « Timothy Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 116 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/389 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.389

Haut de page

Auteur

Anne Roche

Université Aix-Marseille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search