Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122ÉditorialÉditorial

Éditorial

Éditorial

Redactioneel
Frédéric Crahay
p. 4
Traduction(s) :
Redactioneel [nl]

Texte intégral

1Le Conseil d’Administration de l’ASBL Mémoire d’Auschwitz a décidé de me nommer directeur de l’ASBL, j’ai également repris les fonctions de rédacteur en chef de la revue francophone Témoigner. Entre histoire et mémoire et de la revue néerlandophone Getuigen. Tussen geschiedenis en herinnering.

2Notre revue est arrivée à un tournant de son évolution. Notre désir est de sans cesse améliorer notre réflexion à la croisée entre l’histoire qui se doit être une science humaine factuelle et rigoureuse, et la mémoire qui, à défaut d’être systématiquement un devoir, se veut être un travail contre l’oubli ou la banalisation. Tel l’arbre de la connaissance qui ne cesse de croître, la revue proposera dorénavant des dossiers et des articles plus axés sur l’historiographie, sans toutefois en exclure la littérature, la philosophie ou encore l’archéologie. Avec l’aide d’un Comité de rédaction partiellement renforcé, un des nouveaux buts de la revue sera d’accorder la parole aux chercheurs belges francophones, néerlandophones et anglophones et de faire écho de ce qui se passe à l’étranger.

3Par la même occasion, nous voulons rendre hommage à l’un des membres du Comité de rédaction : le professeur Janos Frühling qui nous a quitté le 28 novembre dernier. Membre actif du Conseil d’administration de l’A S B L Mémoire d’Auschwitz depuis de nombreuses années, le professeur Frühling suivait, entre autres de par son origine hongroise, attentivement les récents développements politiques dans son pays natal. Rescapé de la Shoah, le train qui devait le mener à Auschwitz-Birkenau, en fut détourné, ce qui lui évita le sort funeste de centaines de milliers de Juifs hongrois durant l’été 1944.

4Le premier numéro de la nouvelle mouture de la revue propose d’emblée un thème assez ardu dans son dossier, en s’arrêtant sur le négationnisme et le révisionnisme, étapes ultimes du génocide, qui n’ont de cesse de réapparaître quel que soit le génocide concerné. Le sujet est d’autant plus d’actualité, en cette période charnière qui voit se raréfier les rescapés et les témoins directs de la Shoah. Le philosophe belge Étienne Vermeersch, connu pour ses prises de positions toutes sauf politiquement correctes, estime encore en janvier 2016 que le négationnisme doit être possible au nom de la liberté de parole. Il ajoute que, par pudeur, une interdiction du négationnisme est compréhensible, par respect pour les rescapés qui ont perdu des membres de leur famille lors du génocide, mais que cette interdiction est amenée à disparaître une vingtaine d’années après le trépas des derniers rescapés. L’historien négationniste britannique, David Irving, a fait une tournée de conférences en Belgique en des lieux tenus secrets durant le mois de février 2016… Vu le contexte actuel, un travail rigoureux d’historiographie est donc plus que jamais nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Crahay, « Éditorial »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 122 | 2016, 4.

Référence électronique

Frédéric Crahay, « Éditorial »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 122 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/3944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.3944

Haut de page

Auteur

Frédéric Crahay

Directeur de la rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search