Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122Dossier. Révisionisme et négation...Négationnisme et erreurs historio...

Dossier. Révisionisme et négationisme

Négationnisme et erreurs historiographiques

Negationism and historiographical errors
Negationisme en historiografische fouten
Valérie Igounet
p. 94-100
Traduction(s) :
Negationisme en historiografische fouten [nl]

Résumés

Depuis plus de quarante ans, Robert Faurisson officie dans le négationnisme. Cet enseignant de lettres, pour qui le génocide est une « sinistre farce », s’attaque à l’histoire du génocide des Juifs pour la dénaturer. Il entend mettre au jour la « tromperie » des chambres à gaz. Le négationnisme existait bien avant lui. Pourquoi ce propagandiste a-t-il réussi là où ses prédécesseurs avaient échoué ? Celui qui se fait passer pour un spécialiste de la « question des chambres à gaz » s’est avancé à visage couvert. Il s’est approprié le négationnisme sous un double angle : technique et historique. Et justement sa « méthode » de décryptage des textes et ses « références historiques » figurent au centre de son discours.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une première version de cet article a été publiée en décembre 2013 dans la Revue Enjeu, histoire et mémoires vivantes. Revue de la Fondation pour la mémoire de la Déportation. L’auteure l’a révisée pour cette édition.

Texte intégral

  • 1 Robert Faurisson, « “Le problème des chambres à gaz” : ou “La rumeur d’Auschwitz” », Le Monde, 29 d (...)

1Robert Faurisson occupe une place centrale dans l’histoire du négationnisme en France. Il a apporté à cette propagande ce dont elle avait besoin pour ne plus végéter et ressembler à un discours digne de ce nom. En 1978, il parvient à faire parler de lui, en France, par la publication d’une partie de ses thèses dans Le Monde1. Il est alors maître de conférences en littérature du XXe siècle à l’université de Lyon II. À partir de ce moment, Robert Faurisson s’inscrit comme le chef de file du négationnisme. Ses écrits s’exportent à l’étranger. Les traductions de ses thèses se multiplient. Ses passages en Europe, aux États-Unis et, au début des années 2000, en Iran, illustrent la réception et la diffusion de ses thèses.

Couverture de l’ouvrage de Valérie Igounet : ROBERT FAURISSON, portrait d’un négationniste

Couverture de l’ouvrage de Valérie Igounet : ROBERT FAURISSON, portrait d’un négationniste

© D. R.

2L’affaire Faurisson n’est pas arrivée par hasard. Depuis des années, cet homme tentait de s’imposer dans l’espace public français avec une image : celle d’un chercheur, animé par le seul désir de faire entendre ses thèses « historiques ». En quelques années, il réussit à structurer et à instrumentaliser un discours, à le rendre présentable et à le diffuser à un niveau international. Avec lui, le « révisionnisme » ne puiserait pas ses origines dans l’antisémitisme, mais dans une soi-disant recherche scientifique objective. Son portrait, dressé par ses hagiographes, laisse apparaître un homme banal : un père de famille quelconque, sportif accompli, qui réside à Vichy. Un enseignant de littérature qui, un jour, découvre presque par hasard, un sujet historique : celui du génocide des Juifs. Un homme apolitique dont le parcours révélerait peu d’engagement si ce n’est une adhésion au sein d’un syndicat d’enseignement de gauche et quelques actions pouvant se revendiquer de cette obédience. Enfin, une personne qui aimerait par-dessus tout une chose : la vérité.

3Mais un aspect doit être précisé. L’idéologue a construit sa vie comme il a élaboré son discours : sur le mensonge. Il occulte son passé et ses engagements politiques à l’extrême droite. Il s’agit de revenir sur sa méthode de décryptage des textes et, par extension, sur la démarche des négationnistes. La genèse de la négation faurissonienne et son élaboration sont significatives. Elles font apparaître comment l’homme de lettres utilise l’erreur historique, la manipule et fait dire au texte l’inverse de ce qu’il affirme exposer.

La découverte des « mythes »

4Au début des années 1960, Robert Faurisson explique découvrir deux « mythes », un historique et l’autre littéraire. Le premier concerne les « chambres à gaz ». À l’été 1960, Robert Faurisson lit la lettre de Martin Broszat dans le journal allemand Die Zeit. Elle est intitulée « Keine Vergasung in Dachau ». Le directeur de l’Institut d’Histoire de Munich explique que la chambre à gaz de Dachau, inachevée à la libération du camp, n’a jamais été utilisée pendant la guerre à des fins exterminatrices. L’historien poursuit :

  • 2 Die Zeit, 19 août 1960.

L’extermination massive des Juifs par l’emploi des gaz a commencé en 1941-1942 et a eu lieu exclusivement en quelques rares emplacements choisis à cet effet et pourvus des installations techniques correspondantes, avant tout dans le territoire polonais occupé (mais en aucun endroit de l’Ancien Reich) : à Auschwitz-Birkenau, à Sobibór – sur-Burg, à Treblinka, Chełmno et Bełżec2.

5Le raisonnement de Robert Faurisson détourne l’essence même des propos de Martin Broszat. Il se résume à ces quelques lignes : depuis le procès de Nuremberg, la chambre à gaz de Dachau a été utilisée afin de prouver l’existence des camps d’extermination. En 1960, sa fonction exterminatrice serait remise en cause par Martin Broszat, autorité scientifique reconnue. Robert Faurisson se pose alors la même question pour les autres camps. Auschwitz-Birkenau devient son centre d’intérêt :

  • 3 Entretien de Valérie Igounet avec Robert Faurisson, 9 avril 1996.

Je trouve que, lorsqu’on a à faire à un vaste sujet, comme on n’est pas capable de l’embrasser, il faut en chercher le cœur, puis le cœur du cœur, explique-t-il. « Or, le cœur du cœur de ce vaste sujet (…) (l’Holocauste, la Shoah, le génocide ou l’extermination physique des Juifs), c’est Auschwitz. Donc je me suis intéressé à Auschwitz. Et le cœur d’Auschwitz, ce sont les prétendues chambres à gaz3. »

6Le second « mythe » – littéraire – concerne Arthur Rimbaud et Le Sonnet des Voyelles. L’homme de lettres affirme que les sonnets écrits par le poète n’ont qu’un sens : il est érotique. Fin 1961, il se fait connaître par « l’affaire Rimbaud ». Celle-ci éclate dans la presse et expose les talents de provocateur de Robert Faurisson. Elle montre également les réactions mitigées vis-à-vis de « l’analyse » textuelle de l’enseignant. Si certains affirment leur étonnement à la suite du décryptage proposé, d’autres critiquent les propos de cet homme, qui se prétend spécialiste de Rimbaud et qui livre des analyses pour le moins inacceptables. L’affaire Rimbaud va jusqu’à opposer l’universitaire René Etiemble et l’enseignant de Vichy dans les colonnes du Monde. Deux faits sont à retenir de ces épisodes. Le premier est que les analyses littéraires et historiques de Robert Faurisson s’inscrivent dans une démarche intellectuelle similaire : celle de la remise en cause. Provocatrices et novatrices, elles tendent vers une unique interprétation. Elles montrent également leurs limites intellectuelles. Par ses propositions d’interprétation, Robert Faurisson veut être le premier à déconstruire ce qu’il considère comme le grand mensonge interprétatif sur Rimbaud et, plus tard, celui sur les chambres à gaz.

  • 4 Paul Rassinier (1906-1967), ancien militant pacifiste, communiste, socialiste et anarchiste, a été (...)

7Le glissement vers la négation historique s’opère progressivement. Au milieu des années soixante, Robert Faurisson recherche des références en la matière. Il les trouve dans deux milieux rigoureusement opposés. Ses premières lettres adressées à Paul Rassinier4 datent de 1964. Robert Faurisson a entendu parler de cet homme qu’il va vite considérer comme un historien. Près de dix années après sa sortie (et donc tardivement), Robert Faurisson lit l’ouvrage de Rassinier, Le Mensonge d’Ulysse (1950), un ouvrage capital dans la littérature négationniste. Il entre en contact avec lui. Les deux hommes ont en commun cette interprétation qui nie le génocide des Juifs. Robert Faurisson lui pose de nombreuses questions. Il se dit convaincu par l’attitude et les réponses de son interlocuteur. Mais leur relation reste au stade de la correspondance (1964-1967). Paul Rassinier meurt subitement en juillet 1967.

  • 5 Olga Wormser-Migot (avec Vercors), Assez mentir ! Paris, Ramsay, 1979, p. 78.
  • 6 17 juillet 1974.

8À peu près au même moment, Robert Faurisson écrit à des historiens pour leur demander ce qu’ils pensent de l’existence des chambres à gaz d’Auschwitz. Olga Wormser-Migot raconte que dès 1965, elle reçoit des lettres de cet enseignant dont elle ignore tout. Elle vient de publier Quand les Alliés ouvrirent les portes, un ouvrage écrit pour le vingtième anniversaire de la libération des camps5. En septembre 1974, ils se rencontrent au domicile de l’historienne. Son entreprise s’inscrit dans une démarche globale. Car, en parallèle, Robert Faurisson s’adresse à d’autres spécialistes de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et à d’anciens déportés comme Charlotte Delbo, pour leur demander leur sentiment personnel « sur un point particulièrement délicat de l’histoire contemporaine : les chambres à gaz hitlériennes vous semblent-elles avoir été un mythe ou une réalité ? » et leur « opinion sur la possibilité d’existence de ces chambres à gaz. » Sa stratégie est évidente. Inconnu au moment de l’écriture de ses lettres (il est enseignant de littérature dans le supérieur), dont une est publiée par Le Canard enchaîné6 – il entend faire réagir et surexploiter les réponses des quelques destinataires. L’historienne Olga Wormser-Migot en fait partie.

  • 7 Sur ce point, cf. aux travaux d’Annette Wieviorka et à l’article de Thomas Fontaine et Bertrand Ham (...)

9Pour quelles raisons Robert Faurisson a-t-il décidé de contacter l’historienne ? Le négationniste considère trouver dans l’itinéraire d’Olga Wormser-Migot des ressemblances avec le sien. L’historienne est l’auteure d’une thèse (première thèse d’histoire en langue française), publiée en 1968, sur « Le système concentrationnaire nazi (1933-1945) » dans laquelle elle revient, entre autres, sur l’utilisation des témoignages. Dans un chapitre intitulé « Le problème des chambres à gaz », elle affirme, à tort, leur inexistence dans les camps de l’Ouest, notamment à Ravensbrück et Mauthausen ; une erreur corrigée ensuite par les anciens déportés Germaine Tillion et Serge Choumoff7.

10Robert Faurisson ne tient pas seulement à exploiter les erreurs d’Olga Wormser-Migot afin de valider son raisonnement et d’affirmer sa thèse. Il veut aussi s’approprier d’autres aspects de la vie de l’historienne : les critiques des déportés à propos de ses écrits, la souffrance de l’historienne et l’attitude de l’université qui ont suivi. Surtout, il tente de la manipuler et de l’utiliser comme caution scientifique. Un échange de lettres suit leur entrevue. La plupart d’entre elles seront diffusées sur papier dans un premier temps et, ensuite, sur le site internet de Robert Faurisson.

Chambre à gaz de Dachau en 2011 : Chambre à gaz située dans le nouveau crématoire (Baracke X) dans le camp de concentration de Dachau. Des gazages en ce lieu ne sont à ce jour pas démontrables. Les gazages de prisonniers de Dachau étaient effectués au château de Hartheim

Chambre à gaz de Dachau en 2011 : Chambre à gaz située dans le nouveau crématoire (Baracke X) dans le camp de concentration de Dachau. Des gazages en ce lieu ne sont à ce jour pas démontrables. Les gazages de prisonniers de Dachau étaient effectués au château de Hartheim

© D. R.

11Dans cette perspective, un des tracts fondateurs de la méthode faurissonienne reprend le titre du chapitre choisi par l’historienne : « Le problème des chambres à gaz » ; ce que Robert Faurisson n’oubliera pas de mentionner. Il l’envoie, à la fin des années soixante-dix, à plusieurs spécialistes de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il ne manque pas d’y préciser sa fonction de maître de conférences à Lyon II et sa spécialité : « critique de textes et de documents ». La forme du texte est soignée. L’organisation textuelle reprend les règles de présentation du travail scientifique : notes en bas de pages, références à des auteurs éminents, utilisations canoniques de citations et usages – abusifs – de guillemets. L’apparence de scientificité veut fonder l’honorabilité du négationnisme.

  • 8 Robert Faurisson, « “Le problème des chambres à gaz” : ou “La rumeur d’Auschwitz” », Le Monde, 29 d (...)

12Son papier paraît dans Le Monde8. Nous sommes en pleine affaire Faurisson. Le jour même, le quotidien publie un article de Georges Wellers intitulé « Abondance de preuves ». Le lendemain, c’est Olga Wormser-Migot qui prend elle-même la plume pour évoquer « La Solution finale ». L’historienne ne s’adresse nullement à Robert Faurisson, qui n’est pas nommé. Elle fait une mise au point historique sur l’histoire de l’extermination par les nazis. Pour autant, elle ne revient pas sur ses propres travaux et sur son erreur datant de la publication de sa thèse. Ces deux papiers ne font pas que combattre le négationnisme. Ils contrecarrent ces thèses.

Le négationnisme, entreprise de perversion intellectuelle et morale

13Dans la démarche intellectuelle de Robert Faurisson, il faut voir une cohérence de Rimbaud à Auschwitz. Pour lire et interpréter les documents historiques, Robert Faurisson se met dans la peau d’un profane et ne tient aucunement compte du contexte historique. Il isole chaque mot ou information donnés par les documents et leur confère un sens unique, à partir d’un postulat originel : les chambres à gaz n’ont jamais été utilisées pour gazer des hommes. Une fois établi, le négationniste s’engage à faire « parler » les documents exclusivement dans le sens qui sert sa thèse. À partir de là, s’il rencontre des preuves qui l’invalident, il détournera leur signification. Il ne falsifie donc pas les documents au sens propre du terme. Il ne les rature pas ou n’en change pas les termes. Il en détourne la signification majeure. En littérature, la polysémie est son ennemi rhétorique ; en histoire, aussi.

14Au centre de cette instrumentalisation, figure le témoignage historique et la soit-disant mise au jour d’erreurs historiques. Parce qu’elles constituent un document incontournable, les sources orales deviennent une des cibles privilégiées des négateurs de la Shoah. Venant des témoins directs de l’événement, elles sont, dans leur ensemble, disqualifiées. Il s’agit de mettre en évidence leurs contradictions, entendues dans la bouche des survivants, qualifiées d’incohérences et interprétées comme une erreur factuelle. Feignant l’hypercriticisme, le négationnisme vide et dépouille les témoignages de leur substance pour n’y voir que des dissemblances et / ou des inventions.

  • 9 Après avoir assisté à une exécution par chambre à gaz dans le camp d’extermination de Bełżec, le SS (...)
  • 10 Les « Confessions » de Kurt Gerstein. Étude comparative des différentes versions. Édition critique, (...)

15Cette négation est spécifique aux années 1980-1990. Ceux qui l’incarnent (les Français Robert Faurisson, Henri Roques, les Américains Arthur Butz, Fred Leuchter, etc.) exploitent les erreurs historiographiques et/ou insistent sur un angle technique afin de prouver l’impossibilité du fonctionnement des chambres à gaz des camps d’extermination. Le cas d’Henri Roques est tout aussi emblématique que celui de Robert Faurisson. Il sait qu’en s’attaquant au témoignage Gerstein9, il s’inscrit dans la continuité des travaux de ses prédécesseurs. Sa thèse10 consiste à relever et à montrer certaines incohérences du rapport Gerstein. Par exemple, des déclarations de l’ancien S S – prises isolément – font apparaître une impossibilité évidente entre les dimensions de la pièce qu’il mentionne et le nombre de victimes qui y sont enfermées ; un article du Monde Juif (janvier-mars 1964) rapporte qu’entre 700 et 800 personnes sont présentes dans une pièce de 93 mètres carrés. La méthode négationniste ne vise pas seulement à mettre au jour cette erreur. Elle la surexploite tout en aboutissant à la nullité du témoignage Gerstein et, par extension, à l’impossibilité de prendre en compte l’ensemble des témoignages dans l’établissement de l’histoire de la Shoah… sachant que l’exploitation de certaines erreurs historiographiques se réalise dans un contexte mémoriel et scientifique précis.

16Faut-il voir un lien entre l’émergence du négationnisme en France, à la fin des années soixante-dix et le volume de la production française historiographique sur l’histoire du génocide des Juifs ? Après les années de guerre, les premiers récits des déportés apparaissent. À partir des années cinquante, quelques historiens suivent et inscrivent leurs travaux dans l’histoire de la Solution finale. L’ouvrage du Français Léon Poliakov, Le Bréviaire de la Haine (1951), fait référence pendant un long moment. Pendant les années 1960 et 1970, la production scientifique française sur l’histoire de la Shoah contraste avec celle des travaux américains, allemands et israéliens. En 1979, le nombre d’ouvrages français sur ce thème augmente de nouveau ; ce qui peut être vu comme une sorte de mise au point face au négationnisme. Certains titres ne trompent pas. La Solution finale et la mythomanie néo-nazie. L’existence des chambres à gaz et le nombre de victimes (1979), de Georges Wellers, s’adresse aux personnes de « bonne foi ignorant les faits réels et qui risquent, pour cette raison, de prêter l’oreille aux dénigrements et aux affirmations gratuites des apologistes du nazisme. » Raul Hilberg, auteur de La destruction des Juifs d’Europe (1961), perçoit dans le négationnisme une sorte de stimulation pour la recherche historique :

  • 11 « Les archives de l’horreur », Le Nouvel Observateur, 3-9 juillet 1982, p. 71.

Je dirai que, d’une certaine manière, Faurisson et d’autres, sans l’avoir voulu, nous ont rendu service. Ils ont soulevé des questions qui ont eu pour effet d’engager les historiens dans de nouvelles recherches. Ils ont obligé à rassembler davantage d’informations, à réexaminer les documents et à aller plus loin dans la compréhension de ce qui s’est passé. (…) Les chambres à gaz, c’est évidemment l’accusation la plus terrible. Les gens qui les ont construites et qui ont opéré dans les camps ont pris soin de ne rien laisser derrière eux après la guerre. Ils savaient qu’on leur demanderait justice, puisque c’est principalement par ce moyen que s’est opérée l’extermination11.

17Les travaux scientifiques sur l’histoire de l’extermination nazie ont apporté de nombreuses connaissances et précisions sur ce thème. C’est certainement aussi pour cette raison que le discours faurissonien a mué. Depuis le début des années 2000, les officines comme l’Institut d’Histoire Révisionniste de Los Angeles voient leurs commandes de livres sur le thème du négationnisme « traditionnel » chuter. Le discours « scientifique », « technique », a disparu pour laisser place à une rhétorique, strictement politique, basée sur un « antisionisme » radical. Celui-ci relie les mouvances islamistes et les milieux néo-nazis et annonce une diffusion vers certaines couches de la population, issues de l’immigration. Cette orientation scelle, notamment en Iran, les unions entre islamistes radicaux et les ultra-sionistes / antisémites.

18Le négationnisme du XXIe siècle s’inscrit dans le courant islamiste radical. Le contexte israélo-arabe agit de plein fouet dans l’internationalisation du discours antijuif et dans son évolution. À partir du début des années 2000, les attentats à New York (11 septembre 2001) et la seconde Intifada (2002) réactivent le négationnisme. Pour l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad, la Shoah n’est qu’un prétexte à l’existence d’Israël. En se concentrant sur la dénonciation du « sionisme », le négationnisme ne souligne plus les incohérences d’une histoire technique du génocide des Juifs, il ne relève plus certaines erreurs… Mais il met en avant l’aspect conspirationniste et montre la dangerosité du « pouvoir judéo-sioniste », incarné en premier lieu par l’État d’Israël.

19Si la négation de la Shoah a voulu s’imposer dans le champ de l’historiographie comme un discours soi-disant scientifique, porté par le désir de pointer les erreurs historiographiques liées à l’histoire de l’extermination des Juifs, de nombreux aspects ont immédiatement montré la nullité de ses prétendues aspirations. Dès ses origines, le négationnisme dévoile un discours à trois composantes idéologiques : l’antisémitisme, l’antisionisme et l’anticommunisme. Réhabiliter un passé, dédouaner Vichy et se substituer à l’antisémitisme recouvrent ses principaux objectifs. Véritable entreprise idéologique, le négationnisme sert, aujourd’hui, de « marquage » au sein des courants extrémistes. Il est un des fondamentaux du patrimoine discursif de l’extrême droite.

20Sur ce point, une précision doit être apportée. Un des premiers gestes de Marine Le Pen, présidente du Front national depuis le Congrès de Tours (janvier 2011), s’inscrit dans la reconnaissance du génocide juif : « Tout le monde sait ce qui s’est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s’y est passé est le summum de la barbarie. » Pourquoi le F N s’affranchit-il aujourd’hui officiellement du négationnisme, un des fondamentaux lepénistes ? Pour Marine Le Pen, cette étape est indispensable pour une éventuelle normalisation ; la dédiabolisation du F N ne pouvant être mise en œuvre que si certaines thématiques, comme l’antisémitisme et le négationnisme, étaient reniées et / ou abandonnées.

Haut de page

Notes

1 Robert Faurisson, « “Le problème des chambres à gaz” : ou “La rumeur d’Auschwitz” », Le Monde, 29 décembre 1978.

2 Die Zeit, 19 août 1960.

3 Entretien de Valérie Igounet avec Robert Faurisson, 9 avril 1996.

4 Paul Rassinier (1906-1967), ancien militant pacifiste, communiste, socialiste et anarchiste, a été déporté en Allemagne et fut député après la guerre. Il est reconnu comme un des pères fondateurs du négationnisme. Sur Paul Rassinier, cf. Florent Brayard, Comment l’idée vint à M. Rassinier : naissance du révisionnisme, Paris, Fayard, 1996 ; Nadine Fresco, Fabrication d’un antisémite, Paris, Seuil, 1999.

5 Olga Wormser-Migot (avec Vercors), Assez mentir ! Paris, Ramsay, 1979, p. 78.

6 17 juillet 1974.

7 Sur ce point, cf. aux travaux d’Annette Wieviorka et à l’article de Thomas Fontaine et Bertrand Hamelin…

8 Robert Faurisson, « “Le problème des chambres à gaz” : ou “La rumeur d’Auschwitz” », Le Monde, 29 décembre 1978.

9 Après avoir assisté à une exécution par chambre à gaz dans le camp d’extermination de Bełżec, le SS Kurt Gerstein rédige un rapport dans lequel il fait une description de ce qu’il a vu. Ce rapport sera utilisé notamment pendant le procès de Nuremberg.

10 Les « Confessions » de Kurt Gerstein. Étude comparative des différentes versions. Édition critique, thèse de lettres, université de Nantes, 1985. Suite à la soutenance de cette thèse (15 juin 1985), Alain Devaquet, ministre délégué chargé de la Recherche, demande une enquête au recteur de l’Académie de Nantes. Celle-ci aboutit à l’annulation de la soutenance pour irrégularités administratives le 2 juillet 1986.

11 « Les archives de l’horreur », Le Nouvel Observateur, 3-9 juillet 1982, p. 71.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de l’ouvrage de Valérie Igounet : ROBERT FAURISSON, portrait d’un négationniste
Crédits © D. R.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/4292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Chambre à gaz de Dachau en 2011 : Chambre à gaz située dans le nouveau crématoire (Baracke X) dans le camp de concentration de Dachau. Des gazages en ce lieu ne sont à ce jour pas démontrables. Les gazages de prisonniers de Dachau étaient effectués au château de Hartheim
Crédits © D. R.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/4292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Igounet, « Négationnisme et erreurs historiographiques »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 122 | 2016, 94-100.

Référence électronique

Valérie Igounet, « Négationnisme et erreurs historiographiques »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 122 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/4292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.4292

Haut de page

Auteur

Valérie Igounet

Historienne, chercheuse associée à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP, CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search