Navigation – Plan du site

AccueilNuméros122LibrairieMarceline Loridan‑Ivens, Judith P...

Librairie

Marceline Loridan‑Ivens, Judith Perrignon, Et tu n’es pas revenu

Anne Roche
p. 180-181
Référence(s) :

Marceline Loridan-Ivens, Judith Perrignon, Et tu n’es pas revenu, Paris, Grassert, 2015, 112 p.

Texte intégral

1En 1962, dans Chronique d’un été de Jean Rouch, Marceline Loridan montrait sur son bras la marque du camp de concentration. Joris Ivens a voulu la rencontrer après avoir vu le film, et ils ne se sont plus quittés, jusqu’à la mort d’Ivens en 1989. Ce n’est pourtant pas à son compagnon de vie qu’elle s’adresse, mais à son père, qu’elle a perdu, alors qu’ils ont été déportés ensemble, en 1944 : « Toi à Auschwitz, moi à Birkenau. » Pour le lecteur d’aujourd’hui, ces deux noms, reliés d’un tiret, sont proches, voire confondus. Pour la jeune fille de quinze ans, ce sont deux univers qui ne communiquent pas, ou presque : une fois, le père, au prix de quels sacrifices, lui fait parvenir une lettre, une autre fois, les deux commandos se croisent, le père et la fille peuvent s’étreindre brièvement, avant qu’elle ne perde connaissance sous les coups des S S. Et c’est à lui qu’elle relate ce quotidien du camp où ils sont séparés, les coups, la faim, la peur, les rencontres qui l’illuminent malgré tout : Anne-Lise Stern, Simone (Veil) dont elle a déjà parlé dans son autobiographie Ma vie balagan (Laffont, 2008) : témoignage qui, en un sens, ne nous apprend rien, et qui pourtant demande à être écouté comme si c’était quelque chose de jamais entendu – pour ne pas cesser d’en être atteint.

2Elle avait déjà raconté son histoire, et presque dans les mêmes termes, dans le film, dans son autobiographie. Pourquoi cette forme de lettre au père ? Tentative d’expliquer à un mort, depuis le nouveau siècle, tant d’événements, de phénomènes qu’il n’a pas connus. Tentative aussi d’évoquer une vie qui n’aurait sans doute pas eu son approbation : trop « libérée », avec des choix politiques et existentiels qui l’auraient choqué. Comme Chronique d’un été a choqué la famille, qui n’a pas voulu aller voir ce film où « Marceline se montre. » Elle se montre en effet, au sens de : se mettre en jeu, s’engager. En prison à Avignon, antichambre de Drancy puis de Birkenau, Marceline se dispute avec une co-détenue communiste, qui lui demande pourquoi elle ne l’est pas, communiste : « Parce que je n’aime pas le peuple, c’est lui qui fait les pogroms » avait répondu l’adolescente. Après guerre, les choses ont changé, elle est passée à « l’universalisme révolutionnaire », au communisme puis au maoïsme, avant de remettre en question, aujourd’hui, ce qu’elle appelle ses illusions, à moins qu’il ne s’agisse de celles de son père : « Je me sens l’héritière trompée de tes illusions », celle entre autres d’une France accueillante aux étrangers, d’une France-creuset. Livre de désenchantement alors ? Pas tout à fait : à sa belle-sœur, déportée aussi, qui lui dit « On n’aurait pas dû revenir », elle répond : « j’espère que si la question m’est posée à mon tour juste avant que je ne m’en aille, je saurai dire oui, ça valait le coup. » C’est le dernier mot du texte.

3Le livre a été co-écrit avec Judith Perrignon : pratique courante aujourd’hui, dont on aimerait pourtant mieux connaître la répartition des paroles, les opérations de réécriture. Les ethnologues, les sociologues, les historiens « oralistes » ont des protocoles là-dessus, dont les journalistes pourraient s’inspirer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « Marceline Loridan‑Ivens, Judith Perrignon, Et tu n’es pas revenu »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 122 | 2016, 180-181.

Référence électronique

Anne Roche, « Marceline Loridan‑Ivens, Judith Perrignon, Et tu n’es pas revenu »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 122 | 2016, mis en ligne le 30 septembre 2021, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/4769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.4769

Haut de page

Auteur

Anne Roche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search