Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123ÉditorialÉditorial

Éditorial

Éditorial

Redactioneel
Frédéric Crahay
p. 4
Traduction(s) :
Redactioneel [nl]

Texte intégral

1En tant que partenaire officiel du programme de Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies, un projet de l’université de Yale, la Fondation Auschwitz dispose d’un fonds d’archives audiovisuelles considé­rable. Devant nos caméras, des survivants ont témoigné de leur déportation et des conditions de vie dans les camps de concentration. La création d’une série de films documentaires nous permet ces dernières années d’exploiter ces archives et de les rendre disponibles, parfois en traduction, à un public large – et jeune. Ce numéro de Témoigner s’attache à la thématique de la traduction, justement. Le dossier « Traduire le témoignage » propose une analyse critique des processus d’archivage et de traduction de témoignages, non pour mettre en question leur pertinence, mais pour étudier leur rôle précis dans le travail de mémoire dans des contextes variés. La Fondation Auschwitz comprend mieux que quiconque l’importance des témoignages pour l’éducation mémorielle. Elle n’a jamais cessé d’en souligner la valeur pour la transmission d’un certain savoir historique à de nouvelles générations.

2La traduction permet de surmonter les barrières linguistiques et culturelles dans ce travail de transmission, tout en suscitant des questions éthiques concernant la représentation du trauma et de la souffrance indi­viduelle. Qu’ils soient victimes de la terreur nazie ou d’autres formes de violence politique, les témoins s’expriment de différentes manières dans différentes situations : non seulement dans des interviews comme pour le projet Fortunoff, mais aussi dans des romans ou des lettres, sur Youtube, dans un tribunal ou une autre instance officielle. Le rôle de la traduction varie également : elle est un élément rassembleur destiné à des liens de solidarité, un facteur de transmission mémorielle, un instrument de pouvoir ou de résistance, un moyen pour faciliter ou, au contraire, complexifier la communication entre communautés et générations.

3Un autre thème qui revient plusieurs fois dans ce numéro et que nous connaissons tous, sans toujours en maîtriser les tenants et les aboutissants, est le conflit en ex-Yougoslavie dont on commémore cette année les 25 ans. Cette guerre qui était très présente dans les médias au cours des années 1990 et qui fut la première vraie guerre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale n’est aujourd’hui plus médiatisée, mais les séquelles qu’elle a provoquées sont toujours bien vives dans les pays qui ont émergé des ruines yougoslaves. Voilà un réel challenge pour ces jeunes pays et pour l’Europe qui depuis 2004 les accueille les uns après les autres au sein de l’Union. En Croatie, en Bosnie-Herzégovine et en Serbie toutefois, la braise de la haine couve toujours sous la cendre. La question sera abordée dans plusieurs rubriques de ce numéro afin de mettre en évidence les mémoires parfois conflictuelles de cette période turbulente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Crahay, « Éditorial »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 123 | 2016, 4.

Référence électronique

Frédéric Crahay, « Éditorial »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 123 | 2016, mis en ligne le 02 novembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/5030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.5030

Haut de page

Auteur

Frédéric Crahay

Directeur de la rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search