Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123LibrairieÉlise Fontenaille-N’Diaye. Blue book

Librairie

Élise Fontenaille-N’Diaye. Blue book

Paris, Calmann-Lévy, 2015
Jean-Pierre Pisetta
p. 206-207
Référence(s) :

Élise Fontenaille-N’Diaye. Blue book. Paris, Calmann-Lévy, 2015, 209 p.

Traduction(s) :
Élise Fontenaille-N’Diaye. Blue book [nl]

Texte intégral

1On a souvent reproché aux Juifs – mais ils n’ont pas attendu, du reste, qu’on le leur reproche pour s’en repentir amèrement eux-mêmes – de s’être livrés corps et bien aux autorités allemandes, de n’avoir pas soupçonné la barbarie dont elles étaient capables, de s’être fiés à la civilité d’un peuple de haute culture.

2Il est probable, si pas certain, que, si ces mêmes autorités n’avaient pas occulté les atrocités qu’elles avaient commises trente ans plus tôt en Afrique de l’Ouest, les Juifs auraient eu moins confiance, ils auraient pris davantage de précautions ou, en tout cas, ils seraient partis pour les camps sans se faire d’illusions sur le sort que ces autorités pouvaient leur réserver.

3Or, plus d’un siècle après les événements que relate Élise Fontenaille-N’Diaye dans ce désormais incon­tournable Blue Book, l’Allemagne n’a toujours pas reconnu officiellement ses torts – pour le moins au plus haut niveau de l’État – dans ce que l’on considère comme le premier des « génocides ».

4Tout commence à la fin du XIXe siècle. L’Afrique de l’Ouest, ou Sud-Ouest africain, est une terre qui, aux yeux de l’Occident, n’appartient à personne puisqu’elle n’est occupée que par des populations de pasteurs, que des missionnaires venus du Cap ont pourtant évan­gélisées depuis des décennies. L’ethnie principale de ces pasteurs, celle des Hereros, compte quelque 80 000 âmes, celle des Namas, appelés aussi Hottentots, environ 20 000.

5Des marchands allemands s’y installent à cette époque et, pour qu’ils puissent commercer et cultiver sans entraves, les autorités de leur mère patrie, qui ont jeté leur dévolu sur ces terres sous la houlette de l’empereur Guillaume Ier, envoient, en 1885, un certain Heinrich Göring – le futur père du tristement célèbre Hermann – les administrer et surtout en acheter le plus possible aux pasteurs qui les détiennent jalousement. C’est bientôt chose faite, les cultures et le commerce démarrent et, simultanément, les abus de pouvoir aussi.

6La colonisation progresse ainsi au même rythme que les tensions et une vingtaine d’années plus tard, en 1904, l’irréparable se produit : une centaine de fermiers sont massacrés par des Hereros en révolte.

7L’empereur Guillaume II, petit-fils du premier colonisateur, va montrer de quel bois se chauffent les Allemands lorsqu’une race inférieure (Eugen Fischer, mentor de Joseph Mengele, est en train d’élaborer ses fameuses théories pour lesquelles il viendra bientôt chercher des confirmations dans la colonie) s’en prend à leur grandeur. Cinq mois plus tard, 15 000 soldats font route vers le Sud-Ouest africain, armés – lourdement et démesurément, vu l’armement rudimentaire des révoltés – jusqu’aux dents.

8Le reste est décrit, avec force détails insoute­nables – on croit relire la description des massacres de Juifs perpétrés dans l’Est européen au début du second conflit mondial –, dans le livre d’Élise Fontenaille-N’Diaye. Quatre années de tueries, de viols, de coups, de travail forcé, entre autres dans six camps de concentration, feront disparaître presque totalement les Hereros (à peine 1/5 de leur population survivra) et près de la moitié des Hottentots (qui ne s’étaient rebel­lés que sur le tard), quatre années au bout desquelles l’empereur, pour fêter ses trente ans de règne, eut la bonté de mettre un terme à sa répression génocidaire et de fermer les camps de concentration.

9En 1917, après que les autorités allemandes eurent été chassées du territoire par les Anglais, le major Thomas O’Reilly rédigea un rapport accablant sur le génocide, rapport qu’il remit à ses supérieurs en 1918.

10Ce texte – qu’Élise Fontenaille-N’Diaye nous pré­sente sous le titre de Blue Book, mais sans nous donner aucune information sur cette appellation colorée – ainsi que d’autres à charge des Allemands concernant leurs faits et gestes dans les territoires occupés d’Europe durant la Grande Guerre devaient servir à faire perdre à l’Allemagne toute prétention coloniale.

11Et puis ? Et puis il fallut rapidement interrompre les investigations sur les exactions que les Allemands avaient commises en Afrique parce que, disait-on, ceux-ci étaient en train de préparer un White Book sur les mauvais traitements dont se rendaient coupables les autres Occidentaux dans leurs propres colonies.

12C’est ainsi que le génocide des Hereros et des Hot­tentots tomba presque aussitôt dans l’oubli et que l’ordre fut donné, dans les années 1920, de détruire tous les exemplaires (Élise Fontenaille-N’Diaye en a pourtant déniché un à Pretoria) du Blue Book de Thomas O’Reilly, mort étrangement à l’âge de 36 ans quelques mois à peine après avoir terminé son enquête.

13Hermann Göring pouvait aller de l’avant en toute quiétude : on ne parlerait pas dans les journaux de ce qu’avait amorcé son père à l’autre bout du monde. Eugen Fischer, fort de ses conclusions sur les dangers mortels du métissage qu’il avait ramenées de la future Namibie, pouvait instruire le plus scientifiquement du monde le docteur Mengele.

14Quant aux descendants des Hereros et des Hotten­tots, ils scrutent encore l’horizon dans l’espoir de voir apparaître, après le vaisseau qui leur avait amené le sanguinaire général Lothar von Trotha muni de son Vernichtungsbefehl (« ordre d’extermination »), celui d’un chancelier porteur d’une reconnaissance officielle de ces méfaits (reconnaissance qui, depuis la sortie du livre, semble enfin près d’aboutir).

15Le Blue Book d’Élise Fontenaille-N’Diaye, sous-titré « récit », se lit effectivement davantage comme une histoire que comme un essai et met ainsi à la portée d’un chacun ce que ne savait jusqu’à ce jour qu’une poignée de gens bien informés. Des extraits significatifs du Blue Book de Thomas O’Reilly sont traduits et pré­sentés dans la seconde partie du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Pisetta, « Élise Fontenaille-N’Diaye. Blue book »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 123 | 2016, 206-207.

Référence électronique

Jean-Pierre Pisetta, « Élise Fontenaille-N’Diaye. Blue book »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 123 | 2016, mis en ligne le 02 novembre 2021, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/5487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.5487

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Pisetta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search