Navigation – Plan du site

AccueilNuméros125PortfolioMémoire(s) en Ukraine : de l’unit...

Portfolio

Mémoire(s) en Ukraine : de l’unité à la diversification

De Tweede Wereldoorlog herdenken in Oekraïne: eenheid en versplintering
Frédéric Crahay
p. 40-49
Traduction(s) :
De Tweede Wereldoorlog herdenken in Oekraïne: eenheid en versplintering [nl]

Texte intégral

1L’histoire de l’Ukraine est ancienne et riche. La période qui caractérise ce pays dans les années 1930 et 1940 ne l’est pas moins. Après avoir goûté à un semblant d’autonomie à la fin de la Première Guerre mondiale, l’Ukraine, dont le nom signifie étymologiquement « frontière », se retrouve englobée dans l’Union soviétique dominée par les Russes. L’idée d’une indépendance insufflée par des hommes comme Simon Petlioura continuera cependant à faire son chemin. Pour mater le peuple ukrainien, Staline n’hésitera pas à provoquer une famine meurtrière en 1932 et 1933, appelée Holodomor en Ukraine et que l’on qualifie souvent de génocide dans ce pays. L’aspect intentionnel de cette famine fait encore parfois débat, mais l’ampleur du désastre est reconnue jusqu’en Occident depuis la publication en 1973 de LArchipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne. L’arrivée des troupes nazies en juin 1941 divisera les Ukrainiens en différents camps : un premier groupe appelé Organisation des nationalistes ukrainiens et commandé par l’idéologue Stepan Bandera, choisira de collaborer avec l’envahisseur allemand, tout en rêvant d’une Ukraine indépendante. Cette volonté d’indépendance sera toutefois rejetée par l’occupant. De nombreux soldats ukrainiens issus de l’Armée rouge seront également mis au travail de façon volontaire dans les centres d’extermination de l’Opération Reinhardt qui vise à exterminer les Juifs du Gouvernement général. On parlera alors de Hilfswilliger, de Trawniki Männer ou encore d’Askaris. Un deuxième groupe combattra les nazis tout en étant farouchement anticommuniste et un troisième groupe, lui, joindra ses forces aux efforts de l’Armée rouge jusqu’au retour de celle-ci en 1944, date à laquelle la plus grande partie de l’Ukraine sera réintégrée à l’Union soviétique. Les indépendantistes ukrainiens continueront le combat contre l’URSS sous forme de guérilla jusqu’en 1954. Parmi tous ces acteurs l’antisémitisme était au rendez-vous. Outre les exactions contre la population juive accusée par les nationalistes ukrainiens d’être à la solde des bolchéviques, les nazis ont perpétré en Ukraine ce que l’on appelle souvent la « Shoah par balles ». Bien que dispersées sur les pays baltes, la Pologne, et le reste de l’Union soviétique envahie par les nazis, ces tueries par balles orchestrées par les Einsatzgruppen sont souvent symbolisées par le nom de Babi Yar, le ravin près de Kiev où 33 771 Juifs trouvèrent la mort entre le 29 et le 30 septembre 1941. Les historiens estiment ainsi qu’entre 1941 et 1944, près d’un million et demi de Juifs d’Ukraine ont été assassinés lors de l’invasion de l’Union soviétique par l’Allemagne nazie.

2La mémoire de la période 1931-1945 se présente de différentes façons dans l’Ukraine actuelle. À côté d’une mémorialisation influencée par les Soviétiques dès 1945, d’autres mémoires ont été mises à l’honneur depuis l’indépendance de l’Ukraine en 1991. Les mémoriaux au souvenir du Holodomor ont commencé à apparaître, chose impensable à l’ère communiste. Depuis les années 2000, la mémoire du peuple juif ukrainien assassiné trouve également une place timide dans le martyrologue ukrainien, il en va de même – de façon encore plus discrète – pour la mémoire des Tsiganes exterminés par les nazis, souvent avec l’aide d’Ukrainiens. La recherche concernant les Juifs en Ukraine lors de la Seconde Guerre mondiale a connu une visibilité accrue avec le travail de recensement des sites d’exécution mené par l’Organisation Yahad – In unum dirigée par le père Patrick Desbois. À Kiev, le Ukranian Centre for Holocaust Studies, mené par Anatoly Podolsky tente d’intéresser le public ukrainien à ce passé douloureux, les subsides de ce centre de ressources ukrainien viennent cependant exclusivement de l’étranger. À l’autre extrémité, des symboles nazis ont refait leur apparition lors de la Coupe UEFA en 2012 organisée par la Pologne et l’Ukraine dans les rangs des supporters ukrainiens. Plus inquiétant encore, des milices arborant les mêmes symboles se montrent au grand jour depuis la crise du Donbass en 2013.

Gare de Rawa Ruska, d’où furent déportés les Juifs de Galicie vers Bełżec

Gare de Rawa Ruska, d’où furent déportés les Juifs de Galicie vers Bełżec

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Monument constitué de pierres tombales juives sur une fosse commune à Rawa Ruska. Photo prise lors de la construction du mémorial en octobre 2013

Monument constitué de pierres tombales juives sur une fosse commune à Rawa Ruska. Photo prise lors de la construction du mémorial en octobre 2013

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Monument soviétique datant de 1976 à Babi Yar. Les inscriptions en russe, ukrainien et yiddish parlent de civils en omettant le fait que les victimes étaient essentiellement juives

Monument soviétique datant de 1976 à Babi Yar. Les inscriptions en russe, ukrainien et yiddish parlent de civils en omettant le fait que les victimes étaient essentiellement juives

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Monument dédié à la femme résistante à Babi Yar

Monument dédié à la femme résistante à Babi Yar

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Monument ajouté en 2001, dédié aux enfants victimes du génocide à Babi Yar

Monument ajouté en 2001, dédié aux enfants victimes du génocide à Babi Yar

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Babi Yar, monument dédié aux Tziganes

Babi Yar, monument dédié aux Tziganes

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Babi Yar, ruines de l’ancien cimetière juif, détruit lors de la Shoah

Babi Yar, ruines de l’ancien cimetière juif, détruit lors de la Shoah

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz

Vestiges du cimetière juif de Lviv

Vestiges du cimetière juif de Lviv

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Mémorial inauguré en 2008 à Kiev, dédié au souvenir du Holodomor.

Mémorial inauguré en 2008 à Kiev, dédié au souvenir du Holodomor.

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Monument commémoratif de l’ancienne synagogue Rose d’Or, détruite par les nazis à Lviv

Monument commémoratif de l’ancienne synagogue Rose d’Or, détruite par les nazis à Lviv

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Détail du mémorial de la synagogue Rose d’Or à Lviv

Détail du mémorial de la synagogue Rose d’Or à Lviv

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Le mémorial dédié aux victimes du ghetto juif de Lviv.

Le mémorial dédié aux victimes du ghetto juif de Lviv.

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Tombes des soldats ukrainiens de la division SS « Galizien » au cimetière Lychakiv

Tombes des soldats ukrainiens de la division SS « Galizien » au cimetière Lychakiv

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Ancienne synagogue à Jovkva

Ancienne synagogue à Jovkva

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Synagogue de Drohobytch, restaurée en 2017

Synagogue de Drohobytch, restaurée en 2017

© Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gare de Rawa Ruska, d’où furent déportés les Juifs de Galicie vers Bełżec
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Monument constitué de pierres tombales juives sur une fosse commune à Rawa Ruska. Photo prise lors de la construction du mémorial en octobre 2013
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Monument soviétique datant de 1976 à Babi Yar. Les inscriptions en russe, ukrainien et yiddish parlent de civils en omettant le fait que les victimes étaient essentiellement juives
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Monument dédié à la femme résistante à Babi Yar
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Monument ajouté en 2001, dédié aux enfants victimes du génocide à Babi Yar
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Babi Yar, monument dédié aux Tziganes
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Babi Yar, ruines de l’ancien cimetière juif, détruit lors de la Shoah
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Vestiges du cimetière juif de Lviv
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Mémorial inauguré en 2008 à Kiev, dédié au souvenir du Holodomor.
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Monument commémoratif de l’ancienne synagogue Rose d’Or, détruite par les nazis à Lviv
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Détail du mémorial de la synagogue Rose d’Or à Lviv
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Le mémorial dédié aux victimes du ghetto juif de Lviv.
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Tombes des soldats ukrainiens de la division SS « Galizien » au cimetière Lychakiv
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Ancienne synagogue à Jovkva
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Synagogue de Drohobytch, restaurée en 2017
Crédits © Frédéric Crahay / Fondation Auschwitz.
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/6065/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Crahay, « Mémoire(s) en Ukraine : de l’unité à la diversification »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 125 | 2017, 40-49.

Référence électronique

Frédéric Crahay, « Mémoire(s) en Ukraine : de l’unité à la diversification »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 125 | 2017, mis en ligne le 24 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/6065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.6065

Haut de page

Auteur

Frédéric Crahay

Directeur de la rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search