Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115LibrairieÉric Alary et Bénédicte Vergez-Ch...

Librairie

Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon, Dictionnaire de la France sous l’Occupation

Léon Strauss
p. 166-168
Référence(s) :

Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon, Dictionnaire de la France sous l’Occupation, Paris, Larousse (Coll. À présent), 2011, 447 p.

Texte intégral

1Dans une collection destinée au grand public et aux étudiants, deux historiens spécialistes de la France de 1939 à 1945 présentent sous une forme assez succincte l’état actuel des connaissances sur la France de Vichy et de l’Occupation. Leur ouvrage est divisé en trois parties : la première « L’Occupation en questions » présente onze questions qui de 1940 à nos jours, des responsabilités de la défaite de 1940 à la survie du général de Gaulle dans le champ de la mémoire nationale ont préoccupé et/ou divisé l’opinion française et aussi la littérature politique et historique. Ensuite, « Les temps forts » présentent les grandes phases de la période : 1939, l’engrenage vers la guerre ; 1940 : les conséquences de la défaite et les premières dissidences ; 1940-1942 : un chapitre sur la collaboration d’État et le collaborationnisme, un autre sur la naissance de la Résistance ; le tournant relatif de novembre 1942 ; 1943-1944 : un chapitre consacré à l’insécurité annonciatrice de la guerre civile, un second à la bataille pour la légitimité menée par de Gaulle et la Résistance ; 1945 : la Libération et la victoire ; le dernier chapitre présente les soubresauts de la mémoire de 1944 à nos jours. Le dictionnaire proprement dit ne commence qu’à la 103e page. Les entrées parfois très sommaires (comme Alsace-Lorraine qui sous-estime la part du ralliement initial au nazisme dans ces régions annexées de fait), parfois relativement développées (Hitler et la France) sont très variées et couvrent la plupart des champs de l’historiographie. On sera particulièrement attiré par les articles qui résument les travaux antérieurs des deux auteurs. Ils avaient publié ensemble avec Gilles Gauvain en 2006 un ouvrage sur la vie quotidienne des Français de 1939 à 1949 : on en retrouve la trace à partir de thèmes aussi variés que : abri, Ausweis, Boche, BOF, chanson, couvre-feu, école primaire ou marché noir, queue, rutabaga, ticket. Eric Alary traite évidemment les exodes, la ligne de démarcation, la gendarmerie nationale et Mme Vergez-Chaignon est particulièrement qualifiée pour rédiger les notices sur l’hôtel du Parc et sur Vichy, sur les vichysto-résistants, sur les cours de justice et l’épuration.

2On s’arrêtera ici sur ce qui concerne la persécution et l’extermination des Juifs. L’une des questions soulevées dans la première partie par Bénédicte Vergez-Chaignon est celle de la complicité éventuelle de la France dans la « Solution finale ». Elle découle de la constatation que la très grande majorité des Juifs qui furent déportés de France vers les camps d’extermination ont été arrêtés et gardés par la police ou la gendarmerie françaises, qui se prêtèrent à cette tâche le plus souvent comme s’ils exécutaient n’importe quel travail. La police allemande ne disposait ni des effectifs, ni de la connaissance du pays et des gens nécessaires pour identifier et arrêter seule les Juifs. L’historienne souligne l’autonomie de décision du régime de Vichy qui, dès octobre 1940, entend exclure les Juifs français de l’État et de la société et favoriser la ré-émigration des Juifs étrangers. Le deuxième Statut en juin 1941, qui lui résulte de demandes allemandes, est décidé par Darlan et son gouvernement pour faire preuve de sa volonté sincère de collaboration au moment où la suprématie nazie apparaît pérenne en Europe, mais aussi pour ne pas se laisser distancer en matière d’antisémitisme par l’occupant. Le recensement, les spoliations et les mesures d’internement préparent les premières déportations de 1942 en attendant que l’accord Oberg-Bousquet ne confie l’arrestation des Juifs étrangers et de leurs enfants en zone occupée et en zone libre aux forces de l’ordre de l’État français pour les envoyer, selon une note de Laval, dans un prétendu État juif que les Allemands voulaient constituer à l’Est de l’Europe. Par la suite, les protestations de certaines autorités religieuses et la désapprobation de l’opinion publique en zone libre conduisirent le gouvernement à limiter, mais non à supprimer, le concours de ses administrations et de sa police à de nouvelles arrestations. Mais, à partir de janvier 1944, la mainmise de la Milice sur le pouvoir répressif renforça les possibilités de déportation et de massacre, qui connurent un nouveau pic dans les mois qui précédèrent la Libération.

3L’historienne insiste sur la responsabilité de l’appareil d’État français dans la déportation de 76 000 Juifs vivant en France (dont 19 500 citoyens français, 14 000 enfants), à laquelle il faut ajouter 3 000 Juifs morts dans les camps d’internement français et un millier de personnes exécutées ou massacrées en France par les Allemands ou leurs auxiliaires français. Le développement d’une violente campagne antisémite favorisée par Pétain et Laval dès l’été 1940 empêcha l’élan spontané de solidarité qui aurait pu se faire jour à ce moment, comme il se produisit à l’été 1942. Le fait même que les mesures antijuives aient été édictées par le Maréchal et son gouvernement contribua à abuser les Juifs eux-mêmes et à les inciter à adopter, contre leur intérêt vital, une attitude légaliste en se déclarant dans les commissariats ou les mairies.

4Si les trois quarts des Juifs de France ont échappé à l’extermination, ce n’est pas aux gouvernements successifs de Vichy qu’ils le doivent, mais à l’étendue du pays qui permit à beaucoup d’entre eux de se cacher efficacement avec l’aide active de nombreux Justes, alimentée par la désapprobation massive de l’opinion après les rafles de 1942.

5Ces quelques pages constituent un abrégé très efficace de la part de la question juive dans l’histoire du régime de Vichy, mais la suite de l’ouvrage y revient à plusieurs reprises. Mme Vergez- Chaignon avait souligné dans l’exposé précédent qu’à l’époque de l’épuration, les policiers et gendarmes les plus compromis dans la traque aux Juifs ne furent punis que s’ils avaient fait preuve d’un zèle outrancier ou tiré profit personnellement de leur activité antijuive. Dans la seconde partie, elle rappelle la place centrale acquise au début des années 1980 par la mémoire de la Shoah, les procédures judiciaires pour crimes contre l’humanité, la reconnaissance par le président Chirac de la responsabilité de l’État français dans la déportation des Juifs, la création d’une mission sur la spoliation des biens juifs et celle de la Fondation pour la mémoire de la Shoah.

6Enfin, le dictionnaire comprend un grand nombre de mises au point qui permettent au lecteur d’approfondir ses connaissances sur de nombreux points. Signalons les principaux articles concernant la persécution et l’extermination : aryanisation, Auschwitz, camps d’internement, Commissariat général aux questions juives, dénaturalisation, Drancy, étoile jaune, affaire du fichier juif, Justes, affaire Papon, sauvetages, Solution finale, statut des Juifs, Union générale des Israélites de France, Vel d’Hiv. D’autres notices apportent des données supplémentaires : attentats, Barbie, Bousquet, catholiques, délation, déportation, gendarmerie, Gestapo, otages, Pétain, polices, protestants, rafles, SNCF, Tsiganes.

7Au total un travail très utile, complété par une bibliographie substantielle et un index.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léon Strauss, « Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon, Dictionnaire de la France sous l’Occupation »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 115 | 2013, 166-168.

Référence électronique

Léon Strauss, « Éric Alary et Bénédicte Vergez-Chaignon, Dictionnaire de la France sous l’Occupation »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 115 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/617 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.617

Haut de page

Auteur

Léon Strauss

Université de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search