Navigation – Plan du site
Librairie

Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence

Frediano Sessi
Traduction de Benedicte Cavanna
p. 168-169
Référence(s) :

Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence, Paris, PUF, 2011, 1 546 p.

Texte intégral

1Presque quatre cents mots répertoriés, deux cents collaborateurs, ainsi qu’une grande quantité de croisements possibles permettant d’approfondir les fiches, caractérisent ce Dictionnaire, issu d’un projet interdisciplinaire, avec des rubriques dédiées à des penseurs (philosophes, anthropologues, psychanalystes, écrivains, etc.) qui ont élaboré des conceptions spécifiques de la violence ; d’autres rubriques qui développent des concepts tels que la barbarie, la fureur, la haine, la mort, l’animalité, etc. ; et d’autres encore, constituant de véritables essais rédigés par des spécialistes de secteurs particuliers, qui ont passé des années à étudier leur domaine ; enfin, des rubriques concernant des artistes tels que Picasso, Goya, Artaud, etc. ; le tout enrichi d’une vaste bibliographie où ont été sélectionnés les ouvrages de recherche les plus importants au niveau international sur les thèmes traités, ainsi qu’une série de renvois pour approfondir les idées dans le cadre du dictionnaire.

2Pour lire et comprendre la violence, phénomène complexe, mais vieux comme le monde, de nouvelles questions se présentent à nous, maintenant que le problème de la violence est posé de façon entièrement nouvelle et inédite dans nos sociétés démocratiques, et que notre attention aux formes de vulnérabilité a augmenté dans le monde entier, tout comme s’est accrue la prise de conscience relative aux droits de l’homme.

3Peut-on nourrir l’espoir, préconisé par les philosophes du Siècle des Lumières, d’éradiquer du monde toute violence, ou bien doit-on se résigner définitivement à la présence d’une ambivalence intrinsèque à l’être humain, qui ne serait donc jamais tout à fait bon ni tout à fait mauvais ? Vu que de nos jours, tout comme au XXe siècle, la violence destructrice s’est déchaînée en partant de contextes extrêmement civilisés et cultivés, à l’intérieur desquels les êtres humains semblent faire partie de la communauté dans le respect des lois et de la raison au nom de valeurs universelles largement partagées, la question qui se pose n’investit pas seulement les individus, mais aussi les peuples et les nations de l’Occident comme de l’Orient, pour ne citer qu’un des contrastes culturels qui est d’une extrême actualité ; et cela concerne également les religions ainsi que la façon dont on les considère au sein de la vie quotidienne, dans les migrations et dans les confrontations ou dans les conflits entre collectivités et individus.

4Le Dictionnaire a pour but principal d’essayer de fournir au lecteur des instruments de compréhension au sein de parcours disciplinaires et de langages différents, qui gardent néanmoins un lien étroit et une synergie. Comme le souligne la directrice de l’ouvrage dans son introduction, parler de violence veut dire entre autres s’interroger sur les frontières qui existent entre le moi et les autres, ainsi que sur l’ambiguïté de toute existence. Ces questions morales, existentielles et sociales prévalent toutefois sur les aspects liés à l’histoire, la sociologie et l’anthropologie. Le Dictionnaire attribue plus de poids et d’attention à la philosophie de la violence, à l’éthique et à la psychologie/psychanalyse. Les rubriques historiques et anthropologiques sont rares et ont souvent un espace limité. Ceci n’empêche pas le Dictionnaire de la violence de se révéler un instrument de travail utile, qui ne peut manquer dans une bonne bibliothèque. Le recours final à l’index des noms et des thèmes ainsi que des concepts, tout comme les biographies des auteurs des fiches, sont importants, car ils nous permettent d’approfondir les thèmes traités en recourant aux ouvrages monographiques des auteurs en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frediano Sessi, « Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 115 | 2013, 168-169.

Référence électronique

Frediano Sessi, « Michela Marzano (dir.), Dictionnaire de la violence », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 115 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/619

Haut de page

Auteur

Frediano Sessi

Université de Mantoue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals