Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115LibrairieBernard Dan, Le Livre de Joseph

Librairie

Bernard Dan, Le Livre de Joseph

Albert Mingelgrün
p. 169-170
Référence(s) :

Bernard Dan, Le Livre de Joseph, La Tour d’Aigues, L’Aube (Coll. Regards d’ici), 2011, 208 p.

Texte intégral

1Le titre retenu pour ce roman dissimule en fait le vrai héros-narrateur de l’histoire c’est-à-dire le dentiste parisien Jean-Paul Rakover, venu à Varsovie participer à un congrès scientifique et qui se voit, en raison d’une grève surprise, bloqué au moment du retour à l’aéroport de la ville qu’il ne pourra donc quitter qu’après un certain temps. Et c’est ici que le titre de l’ouvrage commence à donner signification au personnage de Rakover. Celui-ci va mettre en effet à profit son attente forcée pour entreprendre via son ordinateur portable et grâce aux liens électroniques, une véritable quête d’identité, retrouvant son grand-oncle Yosl Rakover alias Joseph Rakover, lequel a combattu les nazis dans le ghetto de Varsovie avant d’y mourir et laissé précisément le livre intitulé Yosl parle à Dieu. À partir de là et au fil d’extraits cités du livre en question, Jean-Paul va se retrouver lui-même imaginer son propre livre de bord : La vie et les étranges aventures de Jean-Paul Rakover de Paris, dentiste ; reconnaître les membres de sa famille en dehors de sa mère et se représenter en Israélien, bref se reconstituer en quelque sorte avant de reprendre l’avion pour Paris, à l’issue de la grève. Ce sera dès lors au cours de ce vol que s’accomplira l’ultime métamorphose et que surviendra l’ultime révélation. Métamorphose en effet puisqu’il affirme : « Mon cher Yosl, je sens ta main tendue vers moi : ta main tendue, c’est ce est – Rakover est Rakover, c’est-à-dire Yosl Rakover est Jean-Paul Rakover. Ou bien, Jean-Paul Rakover est Yosl Rakover. Notre contrat est scellé par ce petit verbe est » (p. 180-181) ; révélation également dans la mesure où « Yosl Rakover n’est qu’un personnage de fiction inventé de toutes pièces. Inventé par un écrivain qui s’est échappé » (p. 181). Et voilà comment un dentiste de stricte obédience professionnelle et au prénom papal est amené à s’inscrire dans la lignée des combattants du ghetto de Varsovie. L’humour et l’alacrité du style contribuent de leur côté à valider cette épopée identitaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Mingelgrün, « Bernard Dan, Le Livre de Joseph »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 115 | 2013, 169-170.

Référence électronique

Albert Mingelgrün, « Bernard Dan, Le Livre de Joseph »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 115 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/622 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.622

Haut de page

Auteur

Albert Mingelgrün

Président de la Fondation de la Mémoire Contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search