Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115LibrairieDaniel Rancour-Laferriere, The Si...

Librairie

Daniel Rancour-Laferriere, The Sign of the Cross / Joseph Ratzinger, Jésus de Nazareth

Frans C. Lemaire
p. 170-175
Référence(s) :

Daniel Rancour-Laferriere, The Sign of the Cross. From Golgotha to Genocide, Piscataway, Transaction Publishers, 2011, 299 p.

Joseph Ratzinger – Benoît XVI, Jésus de Nazareth. Tome 2 : De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, Monaco, Le Rocher – Groupe Parole et Silence, 2011, 448 p.

Texte intégral

  • 1 « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui [...] (...)
  • 2 Le même évangile de Jean l’annonce vingt versets plus loin (Jn, 3, 36) : « Qui refuse le Fils ne ve (...)

1La Croix est devenue le symbole millénaire qui associe à la crucifixion de Jésus de Nazareth une double dimension, d’abord celle d’une mort volontaire apportant la rédemption des péchés et même la vie éternelle à chaque homme qui reconnaît en Jésus le fils de Dieu1, ensuite celle de cette même mort comme voulue par les Juifs au prix d’une malédiction qui scellera définitivement le sort du « peuple déicide »2. Il faudra deux mille ans et des millions de morts pour que l’ambiguïté de ce double symbole soit enfin dénoncée. Mais l’est-elle véritablement ? Tel est l’objet d’un livre particulièrement impressionnant, car son parcours « du Golgotha au Génocide » est soutenu par plus de mille notes renvoyant à une bibliographie de près de 800 titres.

2L’auteur de ce travail a fait carrière comme professeur de langue russe à l’Université de Californie de Davis, particulièrement réputée dans le domaine de la recherche scientifique. Il a publié plusieurs ouvrages sur la culture russe, des Icônes à Tolstoï, en mettant particulièrement l’accent sur la relation avec le christianisme. Accédant à l’éméritat, il a entrepris ce travail gigantesque non tant par le nombre de pages (217 pour le texte proprement dit) que par l’importance, déjà soulignée, de la documentation qui le supporte. Ce livre s’adresse donc à la fois au spécialiste intéressé par des sources aussi nombreuses et pas toujours connues et à la fois au lecteur qui s’attachera davantage aux grandes lignes de l’argumentation.

3Trois mots reviennent sans cesse dans la première partie, presque au risque de lasser : masochism, paranoia et proxy. En rappelant la Crucifixion, la Croix est le symbole de la doctrine de repentir et de Rédemption qui en a été tirée par Paul de Tarse et les auteurs des évangiles, les Pères de l’Église et toute la tradition ensuite. Se plaçant en dehors des travaux sur le Jésus historique, le professeur Rancour-Laferriere se concentre sur la double éthique issue d’une théologie de la Croix alimentant à la fois les remords masochistes du chrétien et la malédiction paranoïaque des Juifs.

4Après un premier chapitre consacré à une typologie des représentations de la Croix, l’auteur développe cette interprétation psychanalytique qui voit dans la Crucifixion, « un grandiose masochisme moral » (chapitre 2), annoncé et voulu par un Jésus ordonnant ainsi lui-même ses humiliations, ses souffrances et sa mort dans une éthique de non-résistance. Inspiré par ce modèle, le chrétien exemplaire, lecteur de L’Imitation de Jésus-Christ, doit porter la croix de ses repentirs, de ses renoncements, bref de sa soumission, mais la doctrine adoucit ce masochisme en célébrant, en particulier dans la liturgie et dans son discours théologique, la prise en charge par Jésus des péchés des chrétiens qui deviennent ainsi (chapitre 3) des Masochists by Proxy (masochistes par procuration).

5Le Chapitre 4 est plus particulièrement consacré à la Résurrection comme Victoire de la Croix, tandis que le Chapitre 5 s’arrête sur les Croisades, dérive majeure transformant la Croix en épée (chapitre 5) malgré toutes les contradictions que cela entraîne vis-à-vis d’une doctrine d’amour du prochain, ennemis y compris.

  • 3 Il s’en faut de beaucoup puisque celui qui voyait en Hitler le Sauveur, le Père et le Messie en 193 (...)

6Les trois derniers chapitres se penchent sur les conséquences de cette non-doctrine qui, en faisant des Juifs les ennemis perpétuels du christianisme, a justifié toutes les représailles. Le chapitre 6, intitulé Paranoia versus Paranoia by Proxy: The Cross and Christian Antisemitism, passe en revue les étapes de cette condamnation à perpétuité, en particulier telle qu’elle est exprimée dans les écrits accusateurs qui vont de Méliton de Sardes et Tertulien jusqu’à Drumont et Mein Kampf en passant par d’innombrables Adversus ou Contra Judaeos. L’accomplissement final auquel ils ont mené a sa propre croix que le chapitre 7 (The Holocaust: The Hooked Cross and Christian Antisemitism) analyse à travers les relations du christianisme avec le nazisme. Du côté protestant, les Deutsche Christen participent à l’aryanisation des écrits et de la liturgie en créant un Institut à cette fin, mais du côté catholique certains excès ne sont pas moindres, déclarant que Hitler est « le Sauveur, le Père et le Messie de la terre » et que la lutte contre le judaïsme fait du peuple allemand « le peuple élu de la promesse du Nouveau Testament. » Dix ans plus tard, le monde débarrassé définitivement de Hitler n’a pas, pour autant, tiré toutes les leçons de deux millénaires d’erreurs liées à la doctrine de la Croix (chapitre 8 : Unresolved Aftermath of the Holocaust)3.

  • 4 Nostra Aetate en 1965, Jean-Paul II à Mayence en 1980.
  • 5 Pas un seul d’entre eux n’a été exclu de la communauté chrétienne par une excommunication, mais bea (...)
  • 6 Lasst uns beten auch für die Juden, dass Gott, unser Herr, ihre Herzen erleuchte, damit sie Jesus (...)

7Le supersessionisme (théologie revendiquant la substitution définitive du judaïsme par une « nouvelle » Alliance, un « nouveau » Testament) se trouve au cœur de ce drame. Même si cette théologie de la substitution semble remise en question, voire abandonnée par certaines déclarations4, elle est toujours présente et particulièrement à Auschwitz-Birkenau en s’efforçant de substituer une image victimiste chrétienne à la réalité historique d’un lieu où ce ne sont pas les victimes qui étaient chrétiennes, mais bien l’immense majorité des bourreaux5. On sait comment Jean-Paul II a multiplié les efforts en ce sens, brandissant une croix de 8 mètres de haut comme un signe de victoire là même où le christianisme a connu la plus grande défaite de son histoire. Si la manière de Benoit XVI est différente, elle n’en est pas moins ambiguë, révélant, au-delà de paroles de circonstances, très peu d’empathie et beaucoup d’incompréhension vis-à-vis des sensibilités juives. Vouloir à la fois béatifier Pie XII et écrire le texte d’une nouvelle prière pour que Dieu éclaire les Juifs afin qu’ils abandonnent le judaïsme6, témoigne de la permanence du refus de déraciner véritablement l’antijudaïsme chrétien.

8Pour l’auteur de The Sign of the Cross, les textes évangéliques qui racontent le drame de la Croix et leur interprétation antijudaïque sont à la base d’une « paranoïa par procuration » accompagnant « le masochisme par procuration » de la doctrine rédemptrice. Dans les dernières lignes de sa conclusion (p. 259), Daniel Rancour-Laferriere ne cache pas son scepticisme vis-à-vis des tentatives de rapprochement œcuménique, en particulier judéo-chrétien, aussi longtemps que ne sera pas ouvertement posé le problème des textes évangéliques eux-mêmes et de leur contenu accusateur.

9Après avoir fait durant dix-neuf siècles du Nouveau Testament une parole de Dieu et de Dieu seul et ainsi, de la foi, la source de toute vérité, le christianisme romain se trouve confronté au renversement de ses postulats. La vérité est devenue plus importante que la foi ou en tout cas, le mépris de la vérité si souvent pratiqué au nom de la foi n’est plus accepté. La résistance reste forte cependant, surtout lorsqu’il s’agit de la responsabilité fondamentale liée aux textes évangéliques et à ce que la « tradition » a fait durant près de deux mille ans d’un antisémitisme qui aurait pu rester une simple rivalité sectaire anecdotique. « De larges sections du Nouveau Testament devraient être censurées ou, à tout le moins, réécrites. Mais après cela, restera-t-il encore des « Écritures » ? », demande Rancour-Laferrière en posant ainsi la question ultime de leur banalisation parmi les milliers d’autres textes « sacrés » issus de l’imagination humaine.

  • 7 Il s’agit de l’exégète Rudolf Pesch qui a interrompu en 1984 une brillante carrière universitaire p (...)

10Il est intéressant de rapprocher ces réflexions conclusives de la constatation faite par Christian Stückl, régisseur depuis 1990 de la Passion d’Oberammergau. Lorsqu’il accède à ce poste grâce à la confiance que lui accorde une municipalité qui avait été dominée jusqu’alors par d’anciens nazis non repentis, opposés à tout changement, Stückl fait de l’élimination de l’antisémitisme du spectacle un de ses premiers objectifs. Il arrive très vite à la conclusion que le problème n’est pas tant dans le livret de l’ancien curé d’Oberammergau, Alois Daisenberg, utilisé depuis 1850, que dans les textes évangéliques eux-mêmes, en particulier le fameux verset 27, 25 de Matthieu : « Que son sang retombe sur nous et nos enfants. » Informée de cette orientation, la Conférence des évêques allemands envoie à Oberammergau un proche7 du cardinal Ratzinger qui s’oppose à tout changement dans ce sens et ce n’est finalement qu’en 2010, 55 ans après la Shoah, qu’un spectacle pleinement débarrassé de ses stéréotypes antisémites, y compris évangéliques, a pu être réalisé.

  • 8 Mathias Drude, Für deine Ehre habe ich gekämpft, gelitten. Stationen der Passion Jesu (2000) pour s (...)
  • 9 Haim Cohn [juriste israélien d’origine allemande (1911-2002)], The Trial and Death of Jesus, New Yo (...)

11Du côté protestant, une initiative remarquable a eu lieu à Dresde en l’an 2000 avec la présentation d’un nouvel oratorio de la Passion8 dont le livret établi par le théologien Hartwig Drude, oncle du compositeur, intègre les résultats d’une étude sur le procès de Jésus, récemment publiée en allemand9. Pour la première fois, ce ne sont plus les Juifs qui sont responsables de la crucifixion et la mort de Jésus. Après un choral et un prologue dans le style luthérien, le récitant avertit le public du changement apporté au récit de la Passion :

12À la base de cette musique de la Passion se trouvent des récits et des prières de la Bible. Ils ne suivent cependant pas, sans réserve, les rédactions des évangélistes. Ces récits ne font pas que rapporter ce qui s’est passé, ils veulent aussi expliquer. Face à la mort de Jésus, ils veulent disculper le pouvoir romain. C’est pourquoi ils présentent Pilate (Pilate Poncius, préfet romain de Judée de 26 à 37 è.c) comme un simple exécutant, un homme hésitant, voire un philosophe raffiné. Il était, en réalité, tout à fait différent. Malgré cela, les narrateurs chrétiens font paraître, contre toute vérité ou vraisemblance, « les Juifs » et même « le peuple juif tout entier » comme les forces déterminantes de la mort de Jésus.

  • 10 A Marginal Jew, Rethinking the Historical Jesus, tel est le titre d’un monumental ouvrage en quatre (...)

13« Contre toute vérité et toute vraisemblance. » Nous voilà loin des évangiles dont Dieu serait le seul auteur. L’exégèse biblique catholique s’est dans sa grande majorité ralliée ces dernières décennies10 à cette lecture historique-critique, entamée deux siècles plus tôt dans les milieux intellectuels luthériens et, selon laquelle les textes du Nouveau Testament sont humains et rien qu’humains, pour le meilleur et pour le pire, ce pire dont ce nouveau livre entreprend l’analyse et la psychanalyse.

  • 11 Tome 1, Du baptême dans le Jourdain à la Transfiguration, Paris, Flammarion, 2007. Tome 2, De l’ent (...)

14Est-ce pour autant l’heure de vérité pour le Vatican ? Si la publication d’un Jésus de Nazareth en deux volumes11 par Benoit XVI est, ainsi qu’il le souligne lui-même, l’œuvre personnelle d’un cardinal et non celle d’un pape, il n’en reste pas moins que les convictions qu’il affirme, largement opposées à l’exégèse historique-critique, ne peuvent qu’être celles du magistère actuel dénonçant régulièrement le « relativisme » et le « pluralisme ». Comment dans ce contexte, le cardinal Ratzinger résout-il le problème du conflit opposant les Juifs à Jésus, tel qu’il est raconté par les auteurs des évangiles. Bien que la volonté des Juifs de tuer Jésus apparaisse dès le verset 5, 18 dans l’évangile de Jean, cet aspect est ignoré et ce n’est qu’à la page 213 qu’est posée pour la première fois la question : « Qui étaient les accusateurs, qui a insisté pour que Jésus soit condamné à mort ? » Passant en revue les réponses que l’on trouve dans chacun des évangiles, l’auteur affirme que, « contrairement à ce que le lecteur moderne serait tenté d’interpréter », l’expression « les Juifs » que l’on rencontre un grand nombre de fois chez Jean, « n’indique en aucune manière le peuple d’Israël comme tel [...], mais a une signification précise et rigoureusement limitée : il désigne par-là l’aristocratie du Temple. » On ne peut affirmer davantage le contraire de l’évidence puisque le texte de Jean fait clairement la distinction entre « les Juifs » mentionnés 61 fois et les prêtres et scribes du Temple spécifiés séparément 21 fois, sans parler des Pharisiens désignés 19 fois. Dès le tout premier verset qui parle des Juifs (1, 19), Jean désigne séparément les prêtres et les lévites.

15Le problème de la foule qui réclame la mort de Jésus devant Pilate est transformé de la même façon en un « groupe de partisans de Barabbas qui se sont mobilisés pour l’amnistie [...], mais pas le peuple juif comme tel » (p. 214) alors qu’en réalité Matthieu dit bien explicitement en 27, 25 « tout le peuple » et lui fait revendiquer toute la responsabilité de son crime : « que son sang soit sur nous et nos enfants. » Pour écarter un sens aussi évident, le cardinal Ratzinger affirme (p. 215) que contrairement à Jean et Marc, « Matthieu n’exprime pas un fait historique, et quant au sang, il ne s’agit ni de vengeance, ni de punition, mais de réconciliation [...], c’est en fonction de la foi qu’il faut lire la parole de Matthieu sur le sang. Ce n’est pas une malédiction, mais une rédemption, un salut » (p. 216).

16Que durant dix-neuf siècles, l’Église n’ait pas lu ces paroles en fonction de la foi, mais en fonction de la haine issue de sa doctrine, se trouve ici totalement passé sous silence. C’est, une fois de plus, l’image du christianisme tel qu’il devrait être et non pas tel qu’il a été.

  • 12 C’est ce que réalise notamment l’auteur aux ordres, Rudolf Pesch, écrivant en 1990 un texte niant l (...)

17Nous nous trouvons donc en présence d’un type de pensée pour laquelle l’exaltation de ce qui n’appartient pas à l’histoire – la Résurrection, l’Ascension, la parousie, la venue du Royaume de Dieu et du salut des hommes – s’accompagne du silence sur ce qui s’est effectivement produit, voire de sa négation12, une attitude que l’on retrouvera pleinement dans la volonté de béatifier un Pie XII présenté comme tel qu’il aurait dû être pour mieux effacer ce qu’il a été.

Haut de page

Notes

1 « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui [...] obtiendra la vie éternelle » (Jn, 3, 16), cité par Benoît XVI au début de sa première Lettre encyclique Dieu est amour, p. 5 (Salvator/Fidélité, 2006).

2 Le même évangile de Jean l’annonce vingt versets plus loin (Jn, 3, 36) : « Qui refuse le Fils ne verra pas la vie, la colère de Dieu demeure sur lui », ce que confirmera le célèbre verset de Matthieu (27, 25) : « Que son sang retombe sur nous et nos enfants », mais de cela la Lettre encyclique Dieu est amour de Benoit XVI ne fait aucune mention.

3 Il s’en faut de beaucoup puisque celui qui voyait en Hitler le Sauveur, le Père et le Messie en 1934 (Deutsche Sendung dans Werkblätter von Neudeutschland Älterenbund, n° 6, 1933/1934) n’est autre que Rudolf Graber, devenu après la guerre évêque de Regensburg et proche de Joseph Ratzinger qui en fera le concélébrant de la cérémonie l’intronisant archevêque de Munich en 1977.

4 Nostra Aetate en 1965, Jean-Paul II à Mayence en 1980.

5 Pas un seul d’entre eux n’a été exclu de la communauté chrétienne par une excommunication, mais beaucoup ont été aidés à fuir la justice.

6 Lasst uns beten auch für die Juden, dass Gott, unser Herr, ihre Herzen erleuchte, damit sie Jesus Christus als den Heiland aller Menschen erkennen“ (Benoit XVI, 6 février 2008)

7 Il s’agit de l’exégète Rudolf Pesch qui a interrompu en 1984 une brillante carrière universitaire pour travailler à plein temps pour le cardinal Ratzinger à travers le mouvement des Katholische Integrierte Gemeinde qu’il soutient depuis 1978 et l’Institut de théologie opposé aux facultés universitaires récemment créé à la Villa Cavaletti de Castel Gandolfo.

8 Mathias Drude, Für deine Ehre habe ich gekämpft, gelitten. Stationen der Passion Jesu (2000) pour soprano, baryton, récitant, chœur et orchestre.

9 Haim Cohn [juriste israélien d’origine allemande (1911-2002)], The Trial and Death of Jesus, New York, Harper & Row, 1967 ; Chaim Cohn, Der Prozess und Tod Jesu aus jüdischer Sicht, Berlin, Suhrkamp, 1997.

10 A Marginal Jew, Rethinking the Historical Jesus, tel est le titre d’un monumental ouvrage en quatre volumes (New Haven, Anchor Yale Bible Series / Reference Library, 1991-2009), d’un exégète catholique américain, John P. Meier, disponible aujourd’hui en français sous le titre Un certain Juif, Jésus (Paris, Le Cerf, 2004-2009). L’autre auteur important est Raymond E. Brown, publié en français chez Bayard.

11 Tome 1, Du baptême dans le Jourdain à la Transfiguration, Paris, Flammarion, 2007. Tome 2, De l’entrée à Jérusalem à la Résurrection, Monaco, Le Rocher, 2011.

12 C’est ce que réalise notamment l’auteur aux ordres, Rudolf Pesch, écrivant en 1990 un texte niant l’antisémitisme dans la Passion d’Oberammergau, tout en défendant le maintien du verset de la malédiction (Mt, 27, 25) et publiant en 2005 un livre encore plus radical intitulé Antisemitismus in der Bibel? Das Johannesevangelium auf dem Prüfstand (Augsburg, Sankt Ulrich, 2005) devenu en français, sans point d’interrogation : L’évangile n’est pas antisémite, Saint Jean soumis à l’examen (Paris, Desclée de Brouwer, 2007).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frans C. Lemaire, « Daniel Rancour-Laferriere, The Sign of the Cross / Joseph Ratzinger, Jésus de Nazareth »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 115 | 2013, 170-175.

Référence électronique

Frans C. Lemaire, « Daniel Rancour-Laferriere, The Sign of the Cross / Joseph Ratzinger, Jésus de Nazareth »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 115 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.625

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search