Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115LibrairieDominique Sigaud, Le Piège des lo...

Librairie

Dominique Sigaud, Le Piège des loups. Les 175 maisons de la Gestapo en France

Corinne Benestroff
p. 179-180
Référence(s) :

Dominique Sigaud, Le Piège des loups. Les 175 maisons de la Gestapo en France, Paris, Stock, 2012, 378 p.

Texte intégral

  • 1 Patrick Modiano, Dora Bruder, Paris, Gallimard, 1997, p. 30.

1Dominique Sigaud dresse l’inventaire des 175 maisons de la Gestapo en France et ainsi que l’écrit Patrick Modiano : « on se dit qu’au moins les lieux gardent une légère empreinte des personnes qui les ont habités1. » S’il s’agit bien d’un relevé systématique de ces maisons, le lecteur, qu’il soit chercheur ou non, familier de la période ou pas, y trouvera bien plus que cela.

2Il y a d’abord la somme informative. L’auteur retrace dans son chapitre introductif l’histoire de la Gestapo, la police secrète d’État créée par Hermann Goering en 1933. La fusion de différents services aboutira à la création de la Sipo-SD (Sicherheitspolizei : police de sécurité, Sicherheitsdienst : service de sécurité.) Les Français utiliseront le terme générique de Gestapo pour désigner les différentes forces d’occupation et de répression. Cette première partie donne une vision d’ensemble de l’appareil de répression, militaire, administratif et policier, qui forme un maillage très dense sur tout le territoire. L’ouvrage est ensuite organisé en trois grandes sections chronologiques à l’intérieur desquelles sont décrits les 22 régions et 175 postes et antennes du SD-Gestapo et Grenzpolizei, la police des frontières.

3Mais, cette enquête est bien plus qu’un simple relevé. L’hommage aux résistants, cette armée des ombres inattendue, est le fil rouge autour duquel s’organisent les descriptions : « Je sais », écrit Sigaud, « il me semble essentiel que ce soit bien clair, ce que nous devons aux uns et aux autres, à leur courage. » (p. 37) La diversité de cette armée est très bien restituée. S’y côtoient ceux dont l’Histoire a retenu les noms et les autres : ouvriers, cheminots, enseignants, étudiants, agriculteurs, femmes au foyer, fonctionnaires luttant sur tous les fronts. Leurs actions sont multiples – diffusion de tracts, sabotages, fabrication de faux papiers, aide aux réfractaires, renseignement, sauvetage des Juifs –, au sein de structures plus ou moins organisées. De la résistance civile à la lutte armée, des actions isolées aux maquis, on suit l’évolution et la construction de ce qui s’appellera la Résistance.

  • 2 Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi, Paris, Stock, 2011.

4Ponctué d’extraits d’archives, de circulaires administratives, de propos tenus par les prisonniers et les tortionnaires, le texte tresse en un savant mélange les dire des uns et des autres, retrace les destinées souvent tragiques et restitue la complexité de cette période obscure, l’intrication des liens entre la machine de répression de l’occupant et l’administration française, la cohabitation dans une même aire géographique des délateurs et des résistants. L’auteur n’adopte pas une vision surplombante et donne à voir par bribes la densité de ce temps particulier, le régime de la terreur installé à demeure, l’effroi sous la tranquillité des apparences. En effet, au cœur de cet inventaire méthodique, règnent la douleur et l’effroi qui se sont abattus sur tous ceux qui furent traqués et persécutés : opposants, résistants, Juifs. La torture est aussi omniprésente et l’on ne peut s’empêcher de penser aux voisins de ces maisons qui entendaient les cris des suppliciés. Mais, l’ouvrage questionne aussi notre rapport à la mémoire de ce temps-là, notre faculté et notre désir d’oubli. Dans la plupart des cas, ces maisons cossues ont retrouvé leur vocation première de bâtiments publics ou habitations particulières sans que rien ne vienne indiquer ce qui s’y passa, comme si cet effacement s’inscrivait dans l’ordre naturel des choses. Sans grandiloquence, ni manichéisme, cette recherche minutieuse et sensible des traces nous offre un objet mélancolique. Les photographies des maisons, des résistants, des victimes de la persécution y contribuent, convoquant les disparus. Celles des SS sont là également comme pour nous rappeler que ces maisons, si familières, furent aussi les antichambres des camps. Derrière elles, se profilent donc l’univers concentrationnaire et celui de l’extermination. En les arrachant à l’oubli, dans une démarche poétique, l’auteur de Franz Stangl et moi2 écrit comme au seuil de l’absence la post-mémoire au présent et nous dit : « Passant, souviens toi ! »

Haut de page

Notes

1 Patrick Modiano, Dora Bruder, Paris, Gallimard, 1997, p. 30.

2 Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi, Paris, Stock, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Benestroff, « Dominique Sigaud, Le Piège des loups. Les 175 maisons de la Gestapo en France »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 115 | 2013, 179-180.

Référence électronique

Corinne Benestroff, « Dominique Sigaud, Le Piège des loups. Les 175 maisons de la Gestapo en France »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 115 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/631 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.631

Haut de page

Auteur

Corinne Benestroff

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search