Navigation – Plan du site

AccueilNuméros115LibrairieMichel Dufranne, Triangle rose

Librairie

Michel Dufranne, Triangle rose

Anthony Michel
p. 186-188
Référence(s) :

Michel Dufranne, Triangle rose, Bruxelles, Quadrants, 2011, 146 p.

Texte intégral

1La bande dessinée est un média que l’on aurait pu croire uniquement destiné aux histoires humoristiques ou épiques. Michel Dufranne, lui, s’en est inspiré pour raconter une histoire vraie, celle de la discrimination des homosexuels via le « Paragraphe 175 » du Code pénal allemand, qui en a envoyé plusieurs milliers en déportation.

2Dès la première de couverture, les notions de discrimination et de déportation sont visibles puisque l’illustration présente l’homosexuel à la fois habillé dans le tristement célèbre pyjama rayé et sur lequel est cousu un triangle rose (signe distinctif au même titre que l’étoile jaune pour la population juive). De plus, l’exclusion est aussi de mise au sein même de la population allemande des années 1930-1940, puisqu’aucune personne autour de lui (une dizaine) ne le regarde.

3Pour traiter ce sujet, l’auteur a décidé de raconter l’histoire d’un lycéen qui, pour un devoir, interroge son grand-père, Andreas, Berlinois, homosexuel et rescapé des camps. Les souvenirs liés à son histoire vont alors refaire surface. Un simple prétexte pour rappeler le sort des homosexuels dans les sociétés allemande et française jusqu’aux années 2000.

4L’histoire se déroule à notre époque puisque dès les premières pages, on remarque le terme « wiki » (p. 3), relatif aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, mais aussi à la distance et au désintérêt entre l’actualité et l’histoire que l’on peut comprendre grâce à l’expression prononcée par un personnage adolescent : « J’en ai rien à foutre de ses camps. » (p. 3) Par la suite, on apprend que ni le jeune Alexandre ni son père ne connaissent le passé d’Andreas qui n’a jamais voulu parler de son expérience carcérale, ni du motif de sa déportation. Dès l’explication de la démarche de son petit-fils, l’aïeul, au visage très marqué, se durcit dans ses propos, en reprenant par exemple : « On dit Seconde Guerre mondiale quand on est optimiste ! » (p. 10) ou encore lorsqu’il refuse d’être enregistré pour l’interview. Cela montre un refoulement de son passé et une volonté de ne laisser aucune trace des événements qu’il a vécus.

5L’incompréhension est instantanée lorsqu’Alexandre apprend que son grand-père a été enfermé dans les camps alors qu’il était Allemand. Sur la joue de ce dernier, une larme apparaît… C’est le premier chapitre « Les années brunes », début des souvenirs du rescapé.

6Dans les années 1930, Andreas est un dessinateur de publicités ; il en a même réalisé certaines pour le parti d’Hitler. On apprend immédiatement qu’il est homosexuel, à la fois par une vignette sur laquelle il embrasse un autre homme et dans une bulle où il est écrit : « Alors, maman a enfin laissé sortir son gros pédé de fils ? » (p. 17)

7Nous nous trouvons alors au cœur de la communauté homosexuelle de Berlin, de leurs sujets de discussion, de leurs lieux de rencontre, des propos tenus à leur égard et de leur langage, assez vulgaire. La discrimination des Juifs est présente dans leurs discours, mais divise plusieurs membres de leur groupe. Andreas fait partie de ceux qui trouvent cela justifié.

8La mère d’Andreas est au courant de l’orientation sexuelle de son fils et a peur qu’il ne soit découvert. En guise de réconfort, il explique qu’il ne « connait pas plus homosexuels que Röhm et ses petites sections d’assaut (SA). » (p. 58) Le titre du chapitre fait référence aux « chemises brunes », surnom donné aux miliciens chargés de faire office de service d’ordre dans les meetings et d’agresser les adversaires des nazis dans la rue. En juin 1934, « les nazis montrent leur vrai visage […] ils ont traqué les SA et arrêté Röhm sous prétexte qu’il est homosexuel. » (p. 71)

9Hitler au pouvoir, les dénonciations apparaissent. La concierge de l’immeuble d’Andreas le dénonce à la police. Il est donc convoqué, mis en garde et par la même occasion se fait licencier. Le climat sociopolitique n’est plus du tout favorable à la communauté homosexuelle.

10Malgré la tentative de faire croire à son hétérosexualité, en se promenant avec une femme, il est tout de même arrêté et mis en prison. Jugé, mais relaxé, il sera peu de temps après de nouveau arrêté par la Gestapo et envoyé dans un camp de concentration. C’est le début du deuxième chapitre : « Les années noires ».

11Les pyjamas rayés, le triangle rose, les visages creusés, les corps squelettiques et les barbelés : voilà le paysage du camp de concentration dans lequel a vécu Andreas à cause de son homosexualité, pendant que d’autres étaient torturés (souvent jusqu’à la mort) au siège berlinois de la Gestapo. Les déportés sont traités d’« anormaux » et de « musulmans » (p. 108), surnom donné aux individus sur le point de connaître la mort. On apprend alors le sort qui leur est réservé dans le camp de Neuengamme : pas de couverture dans les baraquements de peur qu’ils ne fassent des « saloperies en dessous » (p. 109) ou encore, ils doivent marcher trente kilomètres pour assouplir les chaussures des soldats, en ayant des « chaussures trop petites et deux pieds droits. » (p. 113) Les années passent et se ressemblent : les conditions de vie épouvantables, le travail, la torture. Le 19 avril 1945, les survivants sont évacués par des bateaux-prisons coulés par les Alliés. « La poignée de rescapés » (p. 118) a enfin gagné sa liberté.

12Le troisième chapitre « Les années de larmes », évoque le retour à la vie civile d’Andreas et la reconstruction du pays. Un service se met en place pour indemniser les victimes de la déportation, mais évoquer ce traumatisme dont il sort à peine est déjà difficile pour lui. Quand on en vient au motif de l’incarcération, le « Paragraphe 175 », cela ne lui permet pas d’être reconnu comme une vraie victime, car il était considéré comme « criminel relevant du droit commun. » (p. 126) Il est encore stigmatisé dans les rues à son retour, lui est rentré vivant et non pas les « vrais Allemands qui ont crevé comme des rats. » (p. 134)

13Andreas explique que le 22 mai 1949, à la veille de la naissance de la République fédérale allemande, le « Paragraphe 175 » ne sera pas abrogé ; il risque d’être considéré comme récidiviste en encourant une lourde sanction. Son départ d’Allemagne est inéluctable.

14Au cours d’une commémoration française en 1985, la mémoire des déportés homosexuels n’est toujours pas reconnue et entre en conflit avec celle de « ceux qui ont réellement souffert de la guerre. » (p. 138) Son pyjama rayé rangé au placard, Andreas avoue « la victoire des nazis qui les ont tous assassinés dans les camps. » (p. 139) Pour le rescapé, les déportés homosexuels sont les grands oubliés de l’histoire.

15Dans son discours du 24 avril 2005, Jacques Chirac reconnait la déportation des homosexuels, bien trop tard pour Andreas. Cette annonce précède le dernier chapitre « Devoir de mémoire – Droit à l’oubli », qui nous ramène à la diégèse initiale, celle de l’interview par le petit-fils Alexandre. Le vieil homme ne répondra pas aux questions et lui dira que tout est dans les livres…

16Le contexte dans lequel s’inscrit la diégèse (les années 2000), le choix du support plutôt inattendu (la bande dessinée) et le fait d’intégrer narrativement la communauté homosexuelle (on partage leur vie, leurs discours et leur langage) font de cet ouvrage un excellent vecteur actuel pour traiter d’un sujet « passé sous silence » (à la fois par les témoins et par les pouvoirs politiques), voire polémique il y a encore quelques années seulement. Ainsi, cette contribution participe au devoir de mémoire d’une catégorie de victimes liée au nazisme, faiblement reconnue et médiatisée jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Michel, « Michel Dufranne, Triangle rose »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 115 | 2013, 186-188.

Référence électronique

Anthony Michel, « Michel Dufranne, Triangle rose »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 115 | 2013, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 16 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.636

Haut de page

Auteur

Anthony Michel

CREM (Metz) - IPSE (Luxembourg)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search