Navigation – Plan du site
Librairie

François Saintonge, Dolfi et Marilyn

Karine Roy
p. 129-131
Référence(s) :

François Saintonge, Dolfi et Marilyn, Paris, Grasset et Fasquelle, 2013, 287 p.

Texte intégral

1Sous l’apparence inoffensive d’un récit d’anticipation, avec ses codes et ses extravagances, Dolfi et Marilyn propose une vision saisissante de la médiocrité humaine, entre causticité et délicatesse. Ce premier roman d’un auteur qui préfère rester dans l’ombre (François Saintonge est un pseudonyme) amalgame habilement l’Histoire, la mémoire collective de la Shoah et le fantasme très contemporain du clonage humain.

2Ce n’est pas, en effet, un humain lambda qui est reproduit à l’identique par cette technique, mais le symbole du mal absolu en Occident : Adolf Hitler. Plus d’un siècle après sa mort, douze exemplaires ont été fabriqués à partir de l’ADN récupéré sur sa dépouille, puis frappés d’interdiction. L’un d’eux, premier lot d’une tombola, échoit contre son gré au personnage principal et narrateur : Tycho Mercier. La situation ne manque pas de piquant, et l’auteur s’amuse beaucoup de la confrontation entre un Hitler naïf et cet historien averti, qui découvre avec curiosité un « cas de figure imprévu de la condition humaine » sur lequel il ne s’était jamais interrogé, et le lecteur de constater finalement avec lui qu’il s’agit plutôt d’un cas de figure très prévisible de la barbarie des « hommes véritables ». Le vocabulaire décrivant le lot commun des clones depuis leur naissance est éloquent : centre d’élevage en batterie, nourriture en croquettes, mise en service, commercialisation, rappel des exemplaires en circulation, etc. Il y a clairement, de la part de l’auteur, une volonté de choquer à travers la réification de ces êtres nés par clonage et objets d’un nouveau marché très lucratif. Cette approche, assez classique, a déjà donné lieu à des fictions bien plus dérangeantes, comme le magnifique roman de Kazuo Ishiguro, Never let me go. Saintonge se démarque néanmoins par un choix périlleux, celui de nous imposer, en guise de clones, de véritables « personnages-référentiels », selon la terminologie de Philippe Hamon. Si son Adolf Hitler et sa Marilyn Monroe sont quasi-caricaturaux, ils n’en sont pas ridicules pour autant grâce à l’intelligence du regard qui est porté sur eux. Le premier incarne la possibilité de rédemption du monstrueux qui est en chaque homme, la seconde permet d’explorer certaines facettes du sentiment amoureux. À travers lui, surgissent des images comme autant de jalons mémoriels conduisant peu à peu à un renversement ironique de l’Histoire. C’est en effet Hitler, ou plutôt son clone, qui est poursuivi par les Juifs ou torturé par des sadiques. C’est Hitler qui porte un matricule tatoué sur sa peau. C’est Hitler que menace la solution finale, dans ce « centre de régulation » très secret, entouré de barbelé et équipé d’une haute cheminée, que visite Tycho Mercier. Aussi le héros ne pourra-t-il se résoudre à livrer Dolfi – comme l’a surnommé son fils, non plus d’ailleurs que le clone illégal de Marilyn qui échoue chez lui à la suite du décès de son propriétaire.

3Du fait qu’il abrite ces deux clandestins, Tycho Mercier aurait pu être présenté comme un nouveau Juste, mais l’image aurait été trop facile et l’on aurait eu seulement affaire à une fiction dénonçant à rebours la possibilité d’un retour de l’horreur à travers le clonage. Ce qui rend le roman captivant, c’est l’ambiguïté du personnage principal : plein de bons sentiments et pourtant lâche, ou enclin à un certain laxisme lorsque cela sert ses intérêts. Il méprise le propriétaire de Marilyn, mais ne peut s’empêcher de l’envier, et ne tardera guère à utiliser lui aussi la superbe créature selon ses désirs. De même, il se persuade vite que « commander à Dolfi de tailler la haie n’aurait pas constitué un crime contre l’humanité », et seul le regard des voisins le retient (quelques heures) de verser dans cette douce forme d’esclavagisme légal. La petitesse du personnage nous renvoie insidieusement à nous-mêmes, tant il est normal, commun. Ce professeur d’histoire englué dans l’écriture d’un livre qu’il ne terminera jamais, quelque peu aigri par son divorce, mais soucieux du bonheur et du capital soleil de son fils, ce pourrait être vous, ce pourrait être moi. Le lecteur suit au plus près l’évolution des pensées du personnage, ses doutes, ses sursauts de culpabilité, ses petits bonheurs. Il finit par s’y attacher, voire par s’identifier à lui grâce à ce ton de confidence, à la fois intime et spirituel, que Saintonge lui prête et manie avec un art consommé.

4Un homme ordinaire, donc, à la suite duquel le lecteur bascule dans le rocambolesque en abordant la seconde partie du roman. Au bout d’un mois de cohabitation, les deux clones se sont enfuis devant la police. Après une ellipse temporelle de cinq ans, nous les retrouvons dans une petite principauté créée au sein du territoire allemand par un multimilliardaire nazi, nostalgique et mégalomane, lequel a conditionné Dolfi pour en faire un Führer plus vrai que nature. On peut être déçu par cette évolution de l’intrigue qui, sans être tout à fait banale, n’en est pas moins attendue. La réification des clones, « dès l’origine démunis, élevés comme un précieux bétail, par avance dépossédés d’un vrai libre arbitre », y est encore illustrée : Dolfi n’est qu’une marionnette entre les mains de son démiurge. Le lecteur trouvera donc peu d’intérêt à la description de ce IIIe Reich de pacotille, avec son apparat, ses costumes, ses drapeaux. Par contre, c’est encore une fois la personnalité de Tycho Mercier, toujours au centre du récit, qui est fascinante. Convié à la cérémonie d’inauguration du nouvel État, il est atterré par ce qu’il y découvre, passant de la répugnance à la colère, de la curiosité à l’effroi. Il finira pourtant par saluer frénétiquement le discours du nouveau Führer, bras tendu à côté de SS en uniforme, et par hurler « Sieg Heil ! » avec eux. Le roman de Saintonge nous interroge : de l’homme ordinaire ou du clone, lequel est le plus inhumain ? Le moins libre de ses actes ?

5Tout au long du récit, le thème du clonage permet aussi de poser le problème de l’unicité de chaque être humain. Toutes les Marilyn sont identiques, certes, mais cette identité ne se mue-t-elle pas en singularité dans le regard de Tycho Mercier, amoureux de « sa » Marilyn ? Quel paradoxe, d’ailleurs, que ce signifiant doté de deux signifiés contradictoires, puisque l’identité est ce qui fonde notre individualité bien qu’elle puisse par ailleurs désigner une parfaite similitude entre les êtres ! Le clone incarne parfaitement cette antithèse intrinsèque et l’auteur en joue à merveille, multipliant les détails amusants ou troublants. Parmi eux, on sourit à l’image d’un clone immature en tous points identique à Hitler par son ADN, mais qui s’en démarque par une gourmandise incongrue. Saintonge n’est certes pas le premier à avoir imaginé le clonage d’Adolf Hitler. En 1976, Ira Levin, dans Ces Garçons qui venaient du Brésil, proposait déjà une intrigue dans laquelle Mengele lui-même, après avoir fait naître 94 clones, contrôlait les événements majeurs de leur enfance, espérant ainsi voir éclore la personnalité du Führer... Quant à imaginer un Adolf Hitler totalement innocent, Éric-Emmanuel Schmidt s’y est risqué dans La Part de l’autre en 2001. Dans ces deux fictions, insistance était faite sur l’importance primordiale des événements externes dans la construction d’une personnalité. En ce qui concerne Dolfi et Marilyn, c’est plutôt le regard d’autrui qui forme et transforme les individus : la Marilyn de Tycho devient unique aux yeux de son amant tandis que le Dolfi serviable et amical se métamorphose en graine de dictateur selon les visions d’un fou.

6Bien documenté sur le plan historique, Dolfi et Marilyn est donc un roman qui se veut léger et distrayant, sans pour autant céder à la complaisance. Autant que la non-humanité des clones, c’est en effet l’inhumanité des non-clones qui y est sans cesse questionnée, à travers une écriture en miroir fondée pour une part sur notre mémoire collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Roy, « François Saintonge, Dolfi et Marilyn », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 129-131.

Référence électronique

Karine Roy, « François Saintonge, Dolfi et Marilyn », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 14 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/814

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals