Navigation – Plan du site
Librairie

Jean Molla, Sobibor / Laurent Binet, HHhH / Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi

Albert Mingelgrün
p. 129-131
Référence(s) :

Jean Molla, Sobibor, Paris, Belin-Gallimard, coll. « Classicocollège », 2011, 216 p.

Laurent Binet, HHhH, Paris, Grasset, 2010, 446 p.

Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi, Paris, Stock, 2011, 224 p.

Texte intégral

1En 2003, Jean Molla publie chez Gallimard, dans la collection « Jeunesse », le roman Sobibor. Trois ans plus tard paraît, dans la collection « Éducation », chez le même éditeur, une Lecture accompagnée par Marianne Chomienne qui y actualise ses commentaires dans la présente version.

2Rappelons de quoi est fait le récit de Molla : Emma, une adolescente à problèmes, est amenée à découvrir, à travers le journal retrouvé de son grand-père, que ses deux grands-parents ont travaillé, se sont aimés dans le camp d’extermination de Sobibor et ont mené ensuite une vie rangée et normale en tous points. Obsédée par ce terrible dévoilement, elle menace son grand-père de révéler la vérité, ce qui entraîne le suicide de celui-ci. À la jeune fille alors d’assumer la nouvelle situation dans toutes ses dimensions, familiale et personnelle...

3L’appareil critique fourni par Marianne Chomienne dans Lecture accompagnée, qui scande le fil de l’histoire de manière très pertinente à l’occasion de quatre arrêts sur lecture correspondant à des moments charnières significatifs, suggère des lectures de textes apparentés et des films à voir tout en proposant des exploitations de type linguistique : exercices de vocabulaire et travaux d’écriture.

4Bref une mise au point très éclairante relative à la Shoah, adaptée à un public spécifique.

5Par le biais de l’aventure familiale ici contée, c’est donc bien au Sobibor mis en place dans le cadre de l’Aktion Reinhard, en hommage à Reinhard Heydrich, dont il est question. Heydrich que nous retrouvons précisément au centre du roman de Laurent Binet.

6Fixé à Prague, ce haut dignitaire nazi, l’un des responsables les plus importants de la « solution finale », est présenté via les quatre initiales des mots composant l’expression suivante : Himmlers Hirn heisst Heydrich signifiant par ailleurs : Le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich.

7Ce dernier sert aussi de pivot à une action dont le déroulement peut se résumer ainsi : Jozef Gabcik et Jan Kubis, deux résistants, un Tchèque et un Slovaque, partis de Londres et parachutés près de Prague préparent l’attentat destiné à éliminer Heydrich. Il a lieu le 27 mai 1942, mais la mitraillette de l’un s’enraye et la grenade de l’autre n’atteint pas l’Allemand. Blessé néanmoins, celui-ci meurt d’une septicémie huit jours plus tard. Trahis et traqués eux-mêmes par la suite, les deux exécutants se suicident dans une église où ils se sont réfugiés et où ils ont tenu tête à leurs poursuivants.

8Indépendamment de l’intérêt que comporte le rappel des événements, les prix et mérite du texte résident dans les interventions d’auteur qui le structurent et qui sont animées par le souci constant d’éviter le romanesque facile grâce à une démarche singulière de fictionnalisation et de respect du passé : « J’espère simplement que derrière l’épaisse couche réfléchissante d’idéalisation que je vais appliquer à cette histoire fabuleuse, le miroir sans tain de la réalité historique se laissera encore traverser » [p. 10].

9Revendiqué ainsi d’emblée, cet équilibre fragile et scrupuleux se maintient remarquablement jusqu’au terme du livre où il se trouve à nouveau convoqué : « Mon histoire touche à sa fin et je me sens complètement vide, pas seulement vidé, mais vide. Je pourrais m’arrêter là, mais non, ici, ça ne marchera pas comme ça. Les gens qui ont participé à cette histoire ne sont pas des personnages ou en-tout-cas s’ils le sont devenus par ma faute, je ne souhaite pas les traiter comme tels » [p. 431]. Il faudrait naturellement pouvoir citer encore nombre de métalepses apparaissant dans l’entre-deux...

10C’est presque comme en écho aux derniers mots de l’auteur « [...] moi aussi, peut-être, je suis là » [p. 441], que semblent résonner le titre de l’écrit de Dominique Sigaud et les pages qui suivent décrivant une rencontre imaginaire entre l’auteure et Stangl, ancien commandant de Sobibor et de Treblinka, peu avant sa mort en prison, en juin 1971, à l’issue de son arrestation au Brésil et de sa condamnation à perpétuité. Ce tête-à-tête exceptionnel se déroule à l’origine dans l’ouvrage de Gitta Sereny, Au fond des ténèbres (1974), rapportant ses entretiens avec Stangl dans la prison de Düsseldorf et destinés à rendre compte, avec l’appui de témoignages de déportés survivants, du régime en vigueur à Treblinka.

11Mais, élément capital en l’occurrence, c’est moins à cette situation que se réfère Dominique Sigaud qu’aux ultimes phrases de Stangl à savoir : « J’ai ma part de culpabilité » et « Je n’ai plus d’espoir » [p. 30-31] en fonction desquelles elle ne peut pas ne pas voir surgir, et son lecteur avec elle, la question du dénominateur commun, celui de leur humanité qui rapproche le bourreau et la victime.

12D’où les partages observés, tournant autour des compromis et compromissions d’alors et d’aujourd’hui à propos de la Shoah ainsi que la menace de nouvelles barbaries ou les provocations agressives d’un dragon, symbole du mal universel : « Shoah n’était pas la cause, Shoah n’était qu’un des visages, mais culminant du monde fait par et pour un dragon à mille têtes, servi par des valets, penseurs et généraux assistant avec calme au départ des mères dévêtues et leurs enfants voués au gaz, qui estimeraient ensuite n’avoir fait là que ce qui leur était demandé ; ne pouvaient donc s’adresser personnellement aucun reproche » [p. 45]. D’où également le constat décisif : « Treblinka, les pins, le sable. Sans aucun doute j’y étais » [p. 181].

13C’est donc – littérature à l’appui – avec ses nuances et ses différences, avec ses prolongements réels et potentiels que nous venons de voir une même et terrible réalité déclinée en quelque sorte à trois reprises...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Albert Mingelgrün, « Jean Molla, Sobibor / Laurent Binet, HHhH / Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 129-131.

Référence électronique

Albert Mingelgrün, « Jean Molla, Sobibor / Laurent Binet, HHhH / Dominique Sigaud, Franz Stangl et moi », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/817

Haut de page

Auteur

Albert Mingelgrün

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals