Navigation – Plan du site
Librairie

Valentine Goby, Kinderzimmer

Isabelle Galichon
p. 131-132
Référence(s) :

Valentine Goby, Kinderzimmer, Paris, Actes Sud, 2013, 224 p.

Texte intégral

1Ravensbrück est un camp sans archives, mais la survivance de la parole des témoins a permis à Valentine Goby d’en tirer un roman non pour « écrire dans les silences de l’histoire », mais pour manifester « l’instant présent » d’une expérience qui attira son attention. Entre septembre 1944 et mars 1945, une Kinderzimmer (une pouponnière) est mise en place pour « accueillir » les nouveaux-nés. Jusqu’alors, les femmes enceintes arrivant au camp savaient leur enfant condamné dès la naissance. Pendant les six derniers mois de fonctionnement du camp, cette structure de puériculture constitue un espace incongru où la vie tient lieu de résistance : cinq cent vingt-deux nourrissons y sont nés, trente-cinq en sont sortis vivants dont trois Français. L’espérance de vie pour un nouveau-né y était de trois mois.

2Après huit romans, Valentine Goby s’est emparée de cette particularité de l’histoire qui l’a habitée pendant trois ans. Elle fait tout d’abord la connaissance d’un rescapé. Un rapide décompte l’amène à constater qu’il ne pouvait qu’y être né. Il lui apprend l’existence de la pouponnière et lui présente Marie-José Chombart de Lauwe (Sabine dans le roman), alors toute jeune médecin de vingt ans à la Kinderzimmer. D’autres rescapés s’ouvrent sur leur expérience de ce lieu unique. Ces témoignages ainsi que son travail sur les archives et les récits de survivants constituent le cœur du roman de Valentine Goby : toute la Kinderzimmer est écrite au plus près de la parole des déportés. « L’imagination ferait moins bien. Mon but est de servir le témoin. [...] Tout ce que je sais sur la Kinderzimmer, je l’ai mis dedans. » Le chapitre qui lui est consacré constitue en effet l’acmé du roman, au sein d’une construction narrative qu’encadre un récit enchâssant.

3Valentine Goby tisse son personnage principal, Suzanne Langlois/Mila (nom qu’elle prend dans le camp), des différents fils qui lui ont permis de se figurer Ravensbrück. Elle cherche à donner de Mila l’image d’une femme vulnérable, simple, aux antipodes de ces « femmes fortes et cuirassées » qui, au sortir de la guerre, n’ont laissé aucune place au doute : celles qui ont eu envie que tout s’arrête plutôt que ces « statues » auxquelles on a du mal à s’identifier. Le roman s’ouvre sur le témoignage que Suzanne Langlois, rescapée de Ravensbrück, présente à un jeune auditoire. Le lecteur plonge alors dans l’expérience de Suzanne/Mila narrée à la troisième personne du singulier : cette distanciation place néanmoins le lecteur au cœur de l’expérience dans un présent qui « défatalise » l’histoire. Suzanne/Mila découvre la réalité du camp alors qu’elle prend peu à peu conscience du fait qu’elle est enceinte. Face à la « terreur du dehors », elle doit affronter « la terreur du dedans » : à l’apprentissage de cette nouvelle langue – « le camp est une langue » qui renvoie la déportée au stade de l’infans ne disposant pas de la parole – s’ajoute la découverte de sa propre féminité. En effet, c’est là toute la singularité du roman qui donne une lecture féminine du camp. L’image du corps qui demeure un passage obligé de la littérature concentrationnaire est perçue à hauteur de femme à la fois dans son évolution vers la maternité et dans sa spécificité physiologique. Mais le corps n’incarne pas uniquement la souffrance singulière vécue par Mila : il manifeste le lieu d’un réconfort possible dans l’amitié que Mila et Teresa partagent. Dans cette communauté de femmes passent des transferts affectifs que Valentine Goby parvient à rendre, de façon pointilliste, par petites touches de sensualité. Cette amitié n’est pas sans évoquer le texte de Michel Foucault, « De l’amitié comme mode de vie » au sujet de ces soldats de la guerre de 14-18 : « En dehors de quelques propos sur la camaraderie, la fraternité d’âme, de quelques témoignages très parcellaires, que sait-on de ces tornades affectives, des tempêtes de cœur qu’il y a pu y avoir dans ces moments-là ? Et on peut se demander ce qui a fait que, dans ces guerres absurdes, grotesques, ces massacres infernaux, les gens ont malgré tout tenu. Par un tissu affectif sans doute. »

4On peut s’interroger sur la nécessité de donner une description de la Keller – la morgue – de Ravensbrück où Sabine place l’enfant défunt de Mila dans les bras morts d’une mère. Valentine Goby explique alors que « c’est un charnier épouvantable qui devient un abri, il faut défigurer ce réel pour venir vers cette image-là, image qui reste cependant inimaginable : il existe des réalités – et ça peut passer par l’image – dont on ne peut pas faire l’économie pour donner du sens. »

5Si l’auteur trouve dans l’écriture de Charlotte Delbo et d’Imre Kertesz une « leçon de littérature » qui dépasse l’expérience des camps, elle parvient à s’inscrire dans un rapport à l’événement à la fois distancié par le choix du point de vue narratif et le détour de la fiction, et très proche par le cisellement d’un style qui reste à fleur de peau. Le roman, selon Valentine Goby, permet « d’inventer ce qui a disparu à jamais : l’instant présent. » Mais plus qu’une figuration de l’inimaginable, il en ressort un corps à corps entre personnage et lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Galichon, « Valentine Goby, Kinderzimmer », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 131-132.

Référence électronique

Isabelle Galichon, « Valentine Goby, Kinderzimmer », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/820

Haut de page

Auteur

Isabelle Galichon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Éditions Kimé
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals