Navigation – Plan du site
Librairie

Jacques Le Rider, Les Juifs viennois à la Belle Époque

Colette Gutman
p. 132-133
Référence(s) :

Jacques Le Rider, Les Juifs viennois à la Belle Époque, Paris, Albin Michel, 2013, 354 p.

Texte intégral

1Vienne, capitale de la modernité au XIXe siècle puis lieu de triste mémoire, prélude à la Shoah. Ses mutations démographiques l’ont d’abord transformée en « Jérusalem de l’exil », avec l’afflux des immigrés juifs de l’est – Ostjuden – qui, ayant acquis l’égalité des droits, affluent dans la capitale de la Mitteleuropa.

2Cela se passe dans les années 1880. Les Juifs viennois de vieille souche, assimilés et intégrés, découvrent alors une autre identité juive – un choc des cultures – qui leur semble étrangère, voire exotique. C’est à ce moment que l’antisémitisme commence à se propager dans tous les milieux de la société viennoise en véritable code culturel. En 1897, Vienne est la seule grande ville européenne gouvernée par le parti antisémite, avec l’élection de Karl Lueger à la mairie.

3Un rabbin, Samuel Bloche, s’engage dans les luttes sociales et le combat contre l’antisémitisme. Il invente la formule « Autrichiens de nationalité juive ».

4Mais Nathan Birnbaum et Theodor Herzl opposent au modèle judéo-viennois en crise celui de la « désassimilation » et du retour à la tradition juive avec l’édification d’un État-nation juif. Ce n’est pas vraiment la position de Freud : « J’ai assurément les meilleurs sentiments de sympathie pour des efforts librement consentis, je suis fier de notre université de Jérusalem et je me réjouis de la prospérité des établissements de nos colons. Mais d’un autre côté, je ne crois pas que la Palestine puisse jamais devenir un État juif ni que le monde chrétien comme le monde islamiste puissent un jour être prêts à confier leurs lieux saints à la garde des Juifs. »

5Enfin s’ouvre une autre voie avec Victor Adler et Otto Bauer, celle de l’engagement socialiste.

6Antisémitisme généralisé quasi officiel, sionisme, socialisme, exils : tout est dit, tout est prêt pour les catastrophes du XXe siècle.

7Sigmund Freud et son double littéraire, Arthur Schnitzler (qui se définit comme « Juif, Autrichien, Allemand »), ouvrent le siècle aux chefs de file de la jeune Vienne, Hugo von Hofmannsthal, Richard Beer-Hofmann, Felix Salten, le journaliste Karl Kraus, Otto Weininger, Stefan Zweig, Gustav Mahler, Arnold Schönberg.

8Arthur Schnitzler, dans son monumental Journal personnel, suit au jour le jour la prise de conscience de son identité juive et exprime sa « fureur contre la bassesse humaine » qu’il aperçoit dans les diverses formes de judéophobie. Son identité juive est une affaire personnelle « [...] le fait que je sois venu au monde en Autriche, personne ne peut me le contester. Si des millions de crétins trouvent que je n’ai pas ma place ici, je sais mieux que ceux-là que je suis ici chez moi plus qu’eux tous. C’est un fait que l’essence de l’Autriche et de Vienne est aujourd’hui ressentie et exprimée avec plus de force par les Juifs que par les antisémites. Et si ce million trouve que je ne suis pas chez moi ici, je rétorque que pour moi, rien d’autre ne compte que mon sentiment personnel. » Sa pièce, La Ronde provoquera un scandale à la Première et sera interdite comme œuvre « pornographique d’un auteur juif ».

9Stefan Zweig, « bon Européen », citoyen du monde, issu de la bonne bourgeoisie juive, éprouve de la compassion pour les « petits » Juifs de Galicie qu’il a vu arriver et dont il a décrit le tragique destin dans Le Bouquiniste Mendel. L’écrivain à succès ne se sent pas personnellement concerné, il pratique l’humanisme cosmopolite et tolérant d’Érasme et de Montaigne, se considère comme un citoyen du monde. Sa vraie patrie est l’Europe, modalité de l’universel humaniste, aboutissement d’un destin historique partagé, civilisation de la diversité, respect des différences. « Je tiens les idées nationales pour dangereuses, comme tout ce qui est restrictif. » Exilé au Brésil, il se suicidera près de Rio avec sa femme Lotte, le 22 février 1942.

10Des écrivains aussi différents que Stefan Zweig, Joseph Roth et Robert Musil n’auront eu comme point commun qu’une vision désespérée de l’histoire de leur temps, celui d’une « inexorable dégradation des valeurs fondatrices de la civilisation européenne » et de la « montée en puissance d’une nouvelle barbarie. »

11Gustav Malher est né dans une famille juive assimilée à la culture allemande. Mais aux yeux du monde, il reste le Juif Malher, directeur de l’opéra, sa musique est allemande – avec un accent juif, celui de la dissonance et de la mélancolie...

12Le poète Elias Canetti a érigé un monument à la mémoire d’Abraham Sonne, rencontré à Vienne, dans ses Jeux du regard. Abraham Sonne est « un homme bon », né en Galicie, qui a fait des études universitaires à Vienne et Berlin. Témoin de l’échec de l’assimilation et de la prétendue synthèse judéo-allemande, il finira par prendre la direction de l’Institut pédagogique hébraïque de Jérusalem, destiné à la préparation des Juifs viennois à leur départ pour la Palestine. C’est lui qui a fait découvrir à Canetti son « identité juive », parce que rien d’une vie ne doit être nié.

13La Vienne de tous ces talents, la Vienne annexée par Hitler, la Vienne à l’équilibre difficilement retrouvé d’aujourd’hui ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Gutman, « Jacques Le Rider, Les Juifs viennois à la Belle Époque », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 132-133.

Référence électronique

Colette Gutman, « Jacques Le Rider, Les Juifs viennois à la Belle Époque », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/822

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals