Navigation – Plan du site
Librairie

Yannick Malgouzou, Les camps nazis : Réflexions sur la réception littéraire française

Paul Bernard-Nouraud
p. 133-135
Référence(s) :

Yannick Malgouzou, Les camps nazis : Réflexions sur la réception littéraire française, Paris, Classiques Garnier, coll. « Littérature, histoire, politique », 2012, 616 p.

Texte intégral

1C’est à une véritable prise en considération de l’événement que l’ouvrage de Yannick Malgouzou, issu d’une thèse soutenue en 2007, nous invite. Une prise en considération de l’événement dans toute son épaisseur, c’est-à-dire, paradoxalement, de l’événement pris dans son temps long, après que la littérature s’en est en quelque sorte chargée et a ambitionné d’en rendre compte. À travers notamment l’analyse serrée des revues littéraires françaises de l’après-guerre, Les Camps nazis. Réflexions sur la réception littéraire française s’attache à restituer minutieusement l’advenue (assez rapide en vérité même si elle fut fractionnée) des débats autour du statut des témoignages avant qu’un certain « ordre du discours », pour user de la terminologie foucaldienne dont l’auteur se revendique, n’en arrête les contours.

2La dimension transversale de l’approche de Malgouzou l’autorise notamment à opérer un important détour par le rôle de la photographie en tant qu’attestation testimoniale dès avant la fin de la guerre, et le pousse à voir en cette prégnance du visible une condition de l’écriture du témoignage : « le témoignage tel qu’il est pratiqué dans l’immédiat après-guerre (mais encore aujourd’hui), écrit l’auteur, réactive une forme d’illusion référentielle où le mot incarnerait une copie transparente du réel, en serait la trace et la preuve littérale » [p. 161].

3Mais l’intention des témoins consistant à « donner à voir » [l’expression est de Charlotte Delbo : cf. la préface de la traductrice anglaise de l’œuvre de Delbo (p. VII) et l’introduction de Lawrence Langer (p. X), in Charlotte Delbo, Auschwitz and After, traduction Rosette C. Lamont, New Haven, Yale University Press, 1995] l’expérience concentrationnaire au travers de leurs écrits s’est aussi constituée, avance l’auteur, contre la photographie, c’est-à-dire en opposition à une forme de sensationnalisme ; contre, aussi, une évidence en apparence immédiate qui caractérise par définition l’ordre du visible. La littérature a en effet tenu à se démarquer de cet ordre :

Se confronter à la photographie, à la pratique orale du témoignage, réfuter ou dialectiser les discours sociaux tenus sur les camps ne sont jamais que l’expression d’une pratique différentielle qui bouleverse un univers normé et qui oblige le lecteur à mesurer une distance. En d’autres termes, la littérature concentrationnaire est une littérature de l’inimaginable qui se construit contre l’inimaginable [p. 145].

4Le projet littéraire vise à la fois à donner à voir et à dire l’incommensurabilité de cette intention à l’événement décrit. L’essai de Malgouzou entreprend l’étude de cette triple rupture (de la contemporanéité, de la communication et de la communauté) placée sous l’ordre du voir. Peut-être cède-t-il cependant trop de place à la notion de communication qui, si elle informe bien le sens du témoignage, n’en constitue pas nécessairement celui de la littérature. La description par exemple, en ce qu’elle rompt avec l’ordre du récit, inscrit au cœur du témoignage littéraire cette disjonction qui fait la distance entre le lecteur et l’auteur plus sidérante à mesure que celui-ci s’efface derrière de purs présentatifs et que la scène décrite semble comme échapper, ce faisant, à toute configuration signifiante.

5La présence du décrit, où le témoignage paraît se décharger du sens qu’impose la mise en récit, suscite une forme d’écriture de la mise à distance dont Malgouzou relève qu’elle n’est pas étrangère, dans sa nouveauté, à la conceptualisation par Roland Barthes du nouveau roman. « C’est par le truchement des textes d’un rescapé [en l’occurrence Jean Cayrol], risque même Malgouzou, que Roland Barthes élabore et définit un type de modernité littéraire » [p. 313]. Cette hypothèse est notamment renforcée par le regard rétrospectif que porte Claude Simon sur le mouvement à la fin des années 1980 et dont Malgouzou analyse là aussi profondément les enjeux.

6Il est pour cette raison dommage qu’au lieu de tirer cette ligne qui donne véritablement à l’événement la mesure et la complexité de sa réception littéraire en France (et par là définit peut-être plus largement les voies par lesquelles la littérature fraye avec le réel), l’auteur ait opté ensuite pour une nouvelle lecture. Ses « Réflexions sur l’usage de la référence » qui concluent la troisième partie apparaissent ainsi comme une nouvelle introduction inscrivant son travail dans le champ des Cultural Studies. L’analyse d’œuvres littéraires le cédait déjà, quelques pages plus tôt, à celle d’objets littéraires comme Acide sulfurique (2005) d’Amélie Nothomb [p. 377 sqq.] sur lequel l’auteur suspend son jugement pour en faire l’indice de l’intégration d’Auschwitz dans la culture de masse, tout en soupçonnant en note qu’il s’agisse d’une œuvre de circonstance. La quatrième partie s’ouvre donc sur un long développement où la discussion de l’« ordre du discours » institué par les positions de Claude Lanzmann et de ses exégètes sur Shoah perd peu à peu de vue la dimension littéraire du sujet.

7Il est d’ailleurs significatif qu’à l’exception de quelques retours du littéraire, comme la mention des Bienveillantes (2006) de Jonathan Littell, ce soit par le biais du cinéma que les thèmes de la « trivialisation » et de la banalisation d’Auschwitz par la fiction soient abordés, comme si l’auteur trouvait dans les films un domaine plus nettement borné que dans les livres. L’intention prescriptive qui semble animer les dernières pages du livre oblige l’auteur à se conformer aux conditions posées par Régis Debray à la démocratisation culturelle d’un événement, soit son « élargissement et [sa] déqualification » [Régis Debray, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1991, p. 300], [p. 476]. L’événement passant à l’œuvre et l’œuvre à la culture par ce qui ne semble pouvoir être à chaque fois qu’une dégradation dont le seul garde-fou serait qu’« il reste néanmoins possible de constituer [la Shoah] en objet d’étude pour circonscrire ses modes de fonctionnement et dénoncer ses faux semblants » [p. 477].

8Plutôt que d’ouvrir une perspective, Malgouzou décrit en fait ici, à peu de choses près, l’état actuel du rapport de la culture à Auschwitz. En cédant sur le sujet à d’hypothétiques attentes que nourrirait un public supposément moyen, les productions culturelles, au lieu de susciter de véritables critiques, provoquent le plus souvent l’ire pure et simple des universitaires devant le manque flagrant de sérieux dans la manière dont ces œuvres prennent en compte l’événement. Or on est tout autant las des colères universitaires qui affectent parfois une morgue de classe pour lancer leurs anathèmes que de la grossièreté des procédés dont certains écrivains et artistes usent pour évoquer Auschwitz. Le public, pour sa part, quand il n’adopte pas à son tour la gravité du spécialiste ou qu’il n’ose revendiquer, malgré tout, le plaisir et l’intérêt qu’il y a pris, reste un peu confus de sa crédulité et s’offusque qu’elle ne leur soit pas pardonnée, menaçant à mi-mot de se désintéresser à la fin du sujet. On sait l’inextricable de cette situation à laquelle les survivants assistent sans plus tellement savoir, finalement, quelle est leur place, conscients néanmoins qu’on la leur fait de plus en plus précaire.

9Penser le rapport de la culture à Auschwitz demande une autre perspective et requiert surtout de bien comprendre que l’art ne se laisse pas domestiquer, et que c’est précisément parce que l’art défie ce qu’on attend de lui qu’il est en mesure, si peu que ce soit, de donner une idée de la béance d’Auschwitz, pour reprendre l’expression de l’auteur, sans qu’à aucun moment on ne puisse escompter de l’œuvre qu’elle s’envisage comme « un travail de suture » [p. 479] de cette même béance. L’aphorisme de René Char que cite Malgouzou dit assez combien l’art sait être indifférent à l’événement et comme il peut, dans le même temps, sans le dégrader, le faire résonner dans les consciences : « L’Art ignore l’Histoire, écrit Char, mais se sert de sa terreur » [« Outrages », in René Char, Recherche de la base et du sommet [1955], Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 2011, p. 31]. Il s’agit d’envisager à la fois ce seuil complexe et difficile où l’on ne retire pas plus à l’effrayant de l’art qu’on ne retranche de son horreur à l’événement.

10Il faut avouer qu’il est malaisé de se faire de ce seuil une idée, et reconnaître que si parfois il semble vouloir y parer, Malgouzou ne l’ignore pas puisque, avec Perec, il a d’abord défini « la littérature comme acte de démarcation » [p. 102]. Dans le contexte académique de désacralisation des notions d’inimaginable et d’irreprésentable dans lequel il inscrit son travail [p. 13], l’auteur met en évidence non seulement la propension de l’événement à bouleverser la littérature, mais aussi le pouvoir de celle-ci à « tout englober » [Madeleine Chapsal, « Rien que des femmes. Entretien avec Charlotte Delbo » (L’Express, 14-20 février 1966, p. 74-76), in David Caron, Sharon Marquart (dir.), Les Revenantes. Charlotte Delbo. La Voix d’une communauté à jamais déportée, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Cribles. Essais de littérature », 2011, p. 23].et, mutatis mutandis, à réitérer par les mots le dérangement. L’écart qu’ont produit les littératures des camps, cette fois vis-à-vis de l’histoire de la littérature elle-même, reste difficilement appréhensible parce qu’au dérangement provoqué par un « je » idiosyncrasique, elles ont substitué celui d’une communauté, parce qu’un « nous » confondant les vivants et les morts s’inscrit désormais au cœur du récit, et que ce simple changement d’énonciateur dit assez pourquoi tout écrit sur Auschwitz porte au-delà de la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Bernard-Nouraud, « Yannick Malgouzou, Les camps nazis : Réflexions sur la réception littéraire française », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 133-135.

Référence électronique

Paul Bernard-Nouraud, « Yannick Malgouzou, Les camps nazis : Réflexions sur la réception littéraire française », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/825

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals