Navigation – Plan du site
Librairie

Annie Epelboin et Assia Kovriguina, La littérature des ravins

Michel Enaudeau
p. 135-137
Référence(s) :

Annie Epelboin, Assia Kovriguina, La littérature des ravins, préface de Catherine Coquio, Paris, Robert Laffont, 2013, 288 p.

Texte intégral

1« Pour la Russie stalinienne, Kolyma, c’est la même chose que Dachau ou Auschwitz pour l’Allemagne hitlérienne. Ni l’une ni l’autre ne pourront jamais se débarrasser de ces noms. Il nous suffit de les prononcer pour voir concentré dans Kolyma le mal universel qui caractérise l’histoire contemporaine, de la même façon que dans les fours à gaz et les crématoires d’Auschwitz. » [Andrei Siniavski, « Introduction », in Varlam Chalamov, Kolyma, vol. 1, Paris, François Maspero, Coll. « Actes et mémoires du peuple » ; 21, 1980].

2Dans le parallèle énoncé par l’ancien zek Siniavski qui préfère nommer Russie stalinienne l’Union soviétique, il n’y a pas de place pour « les ravins ». Au terme de ce livre, nul ne doutera que « les ravins », à parler de « mal universel », y ont une part très particulière. Le ravin n’est ni le camp d’extermination et de déportation nazi, ni le camp du Goulag. Au contraire du camp, le ravin est un espace profond, ouvert qui relève de la géographie physique quand le camp est un espace établi, délimité, cerné par décision et volonté des hommes. Les auteures de La Littérature des ravins ne manquent pas de souligner une différence majeure : la population voit, car elle n’est pas tenue éloignée des ravins. Si de nos jours études, témoignages sur les camps nazis et le Goulag sont nombreux et connus, si le sont aussi aujourd’hui les récits sur les camps de la Chine maoïste et post-maoïste et de la Corée du Nord, il n’en va pas de même des ravins. Pourtant, tout autant que les camps d’extermination, « les ravins » participent à la « destruction des Juifs d’Europe » dans l’exacte mesure où, le pacte germano-soviétique rompu, les troupes hitlériennes envahissent Pologne et Union soviétique, massacrent plus vite que leur progression militaire les Juifs de tout âge et condition. Le plus monstrueux ravin répertorié est celui de Babi Yar près de Kiev en Ukraine.

3Annie Epelboin et Assia Kovriguina prennent méthodiquement le parti de faire tomber ce que cache la rhétorique héroïque d’un État (Union des républiques socialistes soviétiques) et d’un pouvoir détestés, assiégés par les troupes d’Hitler. La thèse du livre est que la stratégie idéologique stalinienne a pour but de donner forme à un effacement de la spécificité des massacres, en particulier de gommer leur caractère génocidaire et de fondre la Shoah au sein anonyme des millions de victimes de la guerre. Pour cela il faut construire et imposer l’idée que les tueries sur place, au vu et au su de la population – encore une fois différence capitale d’avec le camp – ne visent pas les Juifs en tant que Juifs, mais des citoyens/citoyennes soviétiques. Selon le langage officiel, des « civils soviétiques » composent l’immense majorité des victimes des tueries systématiques allemandes. C’est pourquoi la dénomination de la guerre (« guerre patriotique ») est un enjeu de première importance. Si la guerre est patriotique, toutes les victimes payent identiquement le prix de leur combat contre les troupes nazies, qu’elles soient juives ou non. Est du même coup aboli le trait antisémite constitutif de la violence exterminatrice exercée systématiquement contre les Juifs vivants sur les territoires polonais et soviétique. Pourtant, au cours même de la guerre, lorsque commence le reflux des troupes allemandes, apparaît une littérature russe – c’est-à-dire pas soviétique – propre aux ravins et qui contredit de suite et d’avance la mise en ordre à venir de la mémoire et du passé. Le démenti, en quelque façon anticipé, se forge d’abord en appui sur les témoignages des correspondants de guerre qui sont, avec les soldats de l’Armée rouge, les premiers à découvrir les « ravins » où s’amoncellent les corps des Juifs des villes occupées, des villages incendiés. Des régions entières, l’Ukraine en particulier, sont vides de Juifs, Judenfrei en langue SS, ainsi que le note Grossmann. Ces chroniqueurs de la guerre rapportent ce que des survivants et des habitants ont entendu, vu. Les témoignages culminent dans Le Livre noir [Ilya Ehrenbourg, Vassili Grossmann (textes et témoignages réunis par), Le Livre noir, Arles, Solin/Actes Sud, 1995, 1130 p.]. Le livre est probablement une des sources du roman Les Bienveillantes de Littell. Il rassemble, réunit les récits insoutenables des « actions », c’est-à-dire des atrocités, commises par les diverses unités de l’armée allemande. Reste le statut du Livre noir, autorisé, interdit pour ne paraître tel qu’on peut le lire aujourd’hui qu’au moment de la Perestroïka initiée par Gorbatchov.

4Pourquoi faut-il, nier, passer sous silence, faire disparaître « la destruction des Juifs » d’URSS comme on efface sur une photo officielle, au bon moment, tel accompagnateur de Staline ? Pourquoi faut-il minimiser le rôle des populations non allemandes, forcées ou non, de prêter main-forte aux massacres ? La réponse apportée par les auteures est nette et franche : elle est l’œuvre d’un antisémitisme d’État particulièrement redoutable sous Staline, lequel épouse sans peine l’antisémitisme de la Russie impériale tout comme le Goulag succède au camp de La Maison des morts, à ceux visités et décrits par Tchekhov [cf. par exemple : Dostoievski, Souvenirs de la Maison des morts ; Anton Tchekhov, L’Île de Sakhaline]. Pour ce qui est de l’Ukraine, la vengeance à l’égard de l’ordonnateur de la Grande Famine [Robert Conquest, La Grande Terreur précédé de Sanglantes Moissons, Coll. « Bouquins », trad. : Claude Seban, Paris, Laffont, 1995] est une des causes du soutien apporté à l’envahisseur nazi.

5La seconde partie de La Littérature des ravins révèle à un public qui ne lit pas le russe une littérature peu ou pas traduite en français qui n’est plus seulement celle des correspondants de guerre, qu’ils soient prosateurs ou poètes comme Grossmann, Chklovski, Ehrenbourg. Il s’agit de proses, de poèmes, œuvres d’écrivains tourmentés par ces massacres, dont ils ont eu, directement ou non, connaissance. Ces textes écrits à des époques différentes, plus ou moins longtemps après les massacres, n’ont guère, semble-t-il, circulé sous le manteau. De fait mal connues, même si le poème Babi Yar d’Evtouchenko qui inspira sa 13e symphonie à Dimitri Chostakovitch a franchi les frontières de l’URSS, ces œuvres n’ont pas eu en Occident le retentissement des écrits dénonciateurs du Goulag, des internements psychiatriques contraints. Leur reconnaissance comme leur statut sont indissociables de la façon dont ils présentent les tueries, les supplices, les massacres. Tout est fonction du degré de compatibilité avec la ligne idéologique officielle qui a cours à telle ou telle période du régime.

6Qu’Annie Epelboin et Assia Kovriguina ajoutent à leur enquête quelques traductions, et sur plus d’un auteur de précieuses informations, augmente l’intérêt de leur travail. Effet de leur bibliographie, on comprend qu’un vaste champ de recherche est ouvert et bien ouvert. Raison de plus pour absolument connaître ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Enaudeau, « Annie Epelboin et Assia Kovriguina, La littérature des ravins », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 135-137.

Référence électronique

Michel Enaudeau, « Annie Epelboin et Assia Kovriguina, La littérature des ravins », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/827

Haut de page

Auteur

Michel Enaudeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals