Navigeren – Plan van de website
Librairie

Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie

Michel Enaudeau
p. 137-138
Referentie(s):

Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie, Paris, Calmann-Lévy/Mémorial de la Shoah, 2012, 375 p.

Tekst | Citaat |

Integrale tekst

1En septembre 1939, Hitler envahit la Pologne. Lodz se trouve alors enserrée dans la partie occidentale du pays aussitôt annexée au Reich. Les Allemands l’appellent Warthegau. Lodz n’est pas une ville quelconque. Par sa population (600 000 habitants), elle est la seconde ville du pays. La vie intellectuelle et artistique jouit d’un réel renom. C’est aussi une ville ouvrière. Les 200 000 Juifs qui y vivent forment la seconde communauté juive de Pologne. Beaucoup travaillent dans l’industrie ou les ateliers textiles.

2À la question : qu’est-ce qu’une ville nazie ? La réponse est simple : une ville vidée de sa population juive, « une ville sans Juifs ». La ville ethniquement purifiée, l’espace urbain est alors dévolu aux architectes et urbanistes qui en recomposent l’ordonnance et les espaces. C’est à première vue la mise à plat des conditions et circonstances de la mise en œuvre de ce programme qui guide l’enquête minutieuse et scrupuleuse de l’historien américain Gordon J. Horwitz sur le devenir de la seconde ville de Pologne.

3Faire de Lodz une ville nazie, c’est d’abord symboliquement germaniser son nom. Lodz devient Litzmannstadt, nom formé à partir du patronyme d’un général, Karl Litzmann. Rues et places changent de noms : Adolf-Hitler-Strasse, Friesenplatz, etc. On se doute que cela ne saurait suffire. Le fanatisme de l’hygiène tient une place impressionnante dans la justification du regroupement de la population juive et de son enfermement dans un ghetto dont nul ne pourra sortir sans risquer d’être tué. Si la ville est sale, répètent à n’en plus finir les autorités conquérantes, c’est le fait des Juifs. Débarrasser Lodz de la saleté, c’est débarrasser la ville des miasmes, des maladies, des risques d’épidémies (typhus, tuberculose), tous maux attribués à la puanteur de la population juive qui n’a aucun souci des modalités de l’hygiène. Il faut rendre à l’air sa pureté afin que respirent à pleins poumons et sans crainte les Allemands ethniques, les maltraités des territoires de l’Est, « les pionniers » comme les appelle l’administration allemande. À eux sont destinés, après rénovation, les quartiers et les logements rendus disponibles par l’éviction des Juifs. En janvier 1940, soit un peu plus de trois mois après l’invasion de la Pologne, la décision officielle est prise de créer le ghetto. Un documentaire tourné à Lodz/Litzmannstadt à la fin de l’été 1941, soit un an et demi après la création du ghetto, par des techniciens des studios Universum Film AG de Berlin, atteste de la mise en chantier du programme urbain nazi. Le livre commence d’ailleurs par la description des images qui montrent la transformation de la ville. Dans les dernières pages de Ghettostadt, l’historien fait retour sur ce film inachevé qui s’attarde, entre autres séquences, auprès « des gens qui se détendent sur une plage ensoleillée, au bord de l’eau bleue d’un lac » [p. 307].

4L’historien accorde en fait peu de place à la reconfiguration architecturale et urbaine de Lodz. En dehors d’un chapitre, « Le ghetto et la ville de l’avenir », elle n’occupe ailleurs que quelques paragraphes. Dans cette ville mutante, le sport, en particulier l’athlétisme, disposera d’installations appropriées, les familles d’espace de loisirs, de piscine, bref d’un confort de vie qui tranche avec la ville qu’était Lodz avant son annexion dans le Reich. L’essentiel de l’enquête concerne substantiellement la vie et la mort dans le ghetto, la vie et la mort du ghetto, de son établissement (avril 1940) jusqu’à sa fermeture (août 1944), six mois avant l’arrivée des soldats soviétiques. Dix chapitres au titre significatif découpent cette « vie » et cette mort bureaucratiquement organisées, affectées par le déroulement de la guerre. Cette vie et cette mort assurent la « formation » de Litzmannstadt, ville inaboutie. Le travail de Horwitz a pour lui la sûreté empirique et chronologique construite en appui sur les faits et événements, les dossiers d’une vaste documentation. Elle fournit les chiffres de la nourriture, rend compte de l’évolution démographique du ghetto, indique l’état d’esprit de la police et du service d’ordre juifs, dénombre les logements et les normes d’occupation pièce par pièce, répertorie la production de biens et les divers ateliers régis par une organisation très surveillée du travail, consigne les rations alimentaires attribuées au fil de la situation militaro-économique du Reich, recense les distractions à l’intérieur du ghetto (un orchestre donne quelques concerts). Le point de vue n’est jamais guidé par la connaissance ultérieure de « ce qui aux Juifs était promis » [p. 307] et que ne concevaient ni n’anticipaient les autorités juives impliquées par l’administration nazie. L’occupant en effet ne met pas seul en place le ghetto. Il exige et obtient la collaboration des instances juives déjà existantes, à commencer par le Conseil juif, dont la présidence est confiée à l’automne 1939 à Chaim Rumkowski. Le Conseil et son président sont placés sous le contrôle de la hiérarchie nazie qui a pour énoncé princeps : « Tout ira bien, si les Juifs coopèrent. » Mais tout ne va pas bien et n’ira jamais bien pour les Juifs de Lodz. Ça commence avant leur transfert complet dans le ghetto, lorsque les Allemands ethniques estiment qu’on ne les déloge pas assez vite de la ville. Dans la nuit du 6 au 7 mars 1940, environ deux cents sont abattus sur place, cent cinquante autres assassinés dans une forêt proche de Lodz.

5Face à ces tueries, le ghetto relève pour certains de l’abri, du refuge, tel un lieu où en dépit de tout (malnutrition, froid, spoliation, etc.) la vie est maintenue. Le président du Conseil juif impose avec une autorité et une détermination à toute épreuve une ligne qui a pour foyer le travail. C’est par le travail que les Juifs doivent assumer le coût du fonctionnement du ghetto. C’est par la production de biens de qualité et en quantité (objets de toute sorte, textiles pour l’habillement, sous-vêtements féminins, uniformes de la Wehrmacht) que les Juifs resteront en vie au sein du ghetto. Chaim Rumkowski n’aura de cesse que d’exhorter à l’effort de travail pour satisfaire la demande sans cesse grandissante de l’administration nazie. Ainsi, est-il certain et convaincu, des Juifs sont, seront sauvés. Mais ses injonctions – « travailler, travailler toujours plus », « travailler pour exister » – n’empêchent pas les premières déportations d’être réalisées en janvier 1942 sur le ghetto. Au moment même où des Juifs sont emmenés de force à 70 km de Lodz, à Chelmno, avec le concours du service d’ordre juif, les Allemands organisent une exposition des textiles produits dans les ateliers. Dans le ghetto, on ignore ce qui se passe dans ce camp ouvert en novembre 1941. La mort y est donnée par asphyxie au gaz d’échappement de camions aménagés à cette fin. On ignore tout autant dans le ghetto ce qui attend ceux emmenés dans la proche forêt de Rzuchokowski.

6Il n’est pas nécessaire de rapporter davantage l’information mise en ordre par Gordon J. Horwitz pour saluer l’apport de ce livre préfacé par Georges Bensoussan. Il complète considérablement les indications fondamentales déjà données dans les ouvrages d’Hilberg ou encore les remarques d’Hannah Arendt dans Eichmann à Jérusalem. L’historien Horwitz ne juge pas, n’accable pas le dur Rumkowski, « le dictateur du ghetto » comme le nomme Hilberg [Raoul Hilberg, La Destruction des Juifs d’Europe, tome 1, Paris, Gallimard, « coll. Folio Histoire », 1991, p. 191]. Toutefois, l’ébranlement, l’émotion discrète d’Horwitz se ressentent dans les pages qui relatent l’impuissance de Rumkowski face aux situations les plus difficiles : soustraire les enfants aux Allemands. Faute de parvenir à empêcher la déportation, Rumkowski accède aux demandes nazies : plus de travail, accepte de livrer des Juifs qui seront conduits à la mort loin du ghetto. Rumkowski explique toujours que seul le sauvetage de vies juives arrête ses décisions. C’est, à lire Horwitz, l’obsession unique et constante du président du Conseil juif. C’est pourquoi il s’opposait par principe à un soulèvement, qui ne pouvait que provoquer une féroce réplique. Une révolte à ses yeux aurait été d’autant plus suicidaire, qu’au contraire du ghetto de Varsovie, celui de Lodz ne détenait quasiment pas d’armes. Sans mettre en cause la sincérité de Rumkowski, on ne peut pas ne pas être déconcerté par son aveuglement politique et son incompréhension de l’objectif nazi d’éliminer les Juifs de la surface de la Terre. Rumowski sera de ceux auxquels Himmler, qui a décidé la liquidation du ghetto de Lodz, a interdit le droit de « partager la planète ». Il meurt à Auschwitz en 1944.

7La mort du ghetto signe la mort de la communauté juive de Lodz. Seul le principal responsable allemand de la gestion directe du ghetto, Biebow, est condamné à mort et exécuté en 1947. Bien plus nombreux sont ceux qui ont tapé sur la machine à écrire ordres et instructions, empoigné le revolver du tueur. Mais l’historien n’est pas un juge. Pas en charge, comme l’a écrit Chateaubriand, de la vengeance des peuples. Horwitz laisse son lecteur, intelligence et cœur, se débrouiller avec ce qui demeure la Catastrophe ici à Lodz/Litzmannstadt.

Hoofding

Om dit artikel te citeren

Referentie papier

Michel Enaudeau, « Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 137-138.

Elektronische referentie

Michel Enaudeau, « Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie », Témoigner. Entre histoire et mémoire [Online], 117 | 2014, Online op 01 juin 2015, geraadpleegd op 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/830

Hoofding

Michel Enaudeau

Artikels van dezelfde auteur

Hoofding

Auteursrechten

Tous droits réservés

Hoofding
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals