Navigation – Plan du site
Librairie

Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie

Jean-François Forges
p. 139-140
Référence(s) :

Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie, Paris, Calmann-Lévy/Mémorial de la Shoah, 2012, 375 p.

Texte intégral

1Le livre de Gordon J. Horwitz est une histoire chronologique de la ville polonaise de Lodz et de ses habitants pendant la Seconde Guerre mondiale.

2L’histoire commence en septembre 1939. La ville est appelée Lodsch par les Allemands, puis Litzmannstadt à partir du 11 avril 1940, jusqu’à l’arrivée de l’Armée rouge le 19 janvier 1945. En 1939, la ville comptait 600 000 habitants dont 10 % environ d’Allemands et un tiers de Juifs. Ces derniers ont été enfermés dans un quartier de la ville transformé en ghetto. Le livre présente de manière saisissante l’amélioration constante de la vie allemande d’une part et d’autre part la lente destruction, en quatre ans, de la vie juive.

3Litzmannstadt devint vite une véritable cité expérimentale des projets nationaux-socialistes. Elle reçut la visite de Goebbels et d’Himmler. Les Allemands « ethniques » (Volksdeutsche) ont afflué en raison d’un accueil en tout point parfait : logements, jardins, activités culturelles et sportives, musées, hôpitaux... L’éducation et la formation des enfants se firent à la vitesse « américaine » [p. 194]. La natalité atteignit 27,6 % alors que la moyenne du Reich était de 16,1 %. Mais le bien-être des Allemands et leur santé physique et morale impliquaient une ville purifiée par la disparition des Juifs.

4Cependant, les qualités professionnelles exceptionnelles des Juifs de Litzmannstadt, en particulier dans le domaine de la confection, conduisirent les Allemands à créer un ghetto rassemblant plus de 164 000 personnes (densité 40 105 habitants par kilomètre carré) destiné à l’exploitation du travail juif. On a, bien entendu, retrouvé les tensions habituelles entre les Allemands qui voulaient faire travailler les Juifs et profiter de la richesse qu’apportait le travail des esclaves (Albert Speer ou Hans Biebow, directeur de la Gettoverwaltung, l’administration du ghetto) et les hommes de Himmler qui voulaient faire du ghetto un camp de concentration entre les mains des SS (par exemple Otto Bradfisch, le chef de la Gestapo, ou Adolf Eichmann, qui visita Litzmannstadt en décembre 1943). Mais tous voulaient plus ou moins rapidement l’extermination des Juifs.

5L’organisation juive du ghetto s’est trouvée entre les mains d’hommes qui espéraient, sans doute de bonne foi, sauver au moins une partie des Juifs par un travail si intensif et si soigné qu’il serait indispensable aux Allemands. La collaboration du président du Conseil juif, Mordechai Chaim Rumkowski, un personnage hautement ambigu, est restée célèbre ainsi que les brutalités de la police juive (Ordnungsdienst) et du « Sonderkommando » de la police juive chargé de retrouver les objets de valeur cachés : malgré les efforts de certaines des autorités juives pour maintenir une vie communautaire, les conditions inhumaines de survie ont détruit le plus souvent les structures sociales et la solidarité.

6La vie du ghetto fut marquée par l’extrême violence nazie qui a alimenté l’angoisse pendant quatre années de souffrances, de tortures et d’assassinats auxquels ont été soumis les Juifs. Gordon Horwitz décrit la flambée de barbarie qui a accompagné le transfert des Juifs dans le ghetto en mars 1940. En juillet, les Allemands ont décidé de tuer les chiens des Juifs comme une sorte de répétition avant de tuer les gens. Les moments de paroxysmes les plus terribles ont été d’abord les rafles des enfants (septembre 1942) et les déportations vers Kulmhof puis les grandes rafles du mois d’août 1944, lors de la destruction du ghetto et les déportations vers Auschwitz.

7Le récit de Gordon Horwitz est rendu particulièrement impressionnant par sa composition qui fait penser au langage cinématographique avec un montage en parallèle des plaisirs allemands et des souffrances juives, avec des plans d’ensemble et des plans rapprochés sur des histoires individuelles significatives. L’histoire des enfants est singulièrement poignante : leur joie innocente de voir les premiers avions (allemands) en septembre 1939 ou leur plaisir inconscient de partir en promenade sur les charrettes qui les emmenèrent vers les camions à gaz de Kulmhof, le soin qu’ils apportèrent à confectionner les maisons de poupée pour les enfants des Allemands dans les ateliers du ghetto, mais aussi la faim, les maladies ou les séparations d’avec leurs parents lors des départs pour Kulmhof.

8Le livre ne signale aucune manifestation de compassion de la part des Allemands. La seule réaction de la conférence des évêques de Fulda fut de s’assurer que la Marienkirche, l’église de Marie de Litzmannstadt, ne soit pas incluse dans le ghetto (p. 62). On apprend aussi que la firme Singer s’est inquiétée des déportations de ceux de ses clients qui n’auraient pas encore fini de payer leur machine à coudre achetée à crédit. L’administration du ghetto a rassuré l’entreprise en réglant les factures sans problème avec l’argent volé aux Juifs [p. 174].

9Pour un livre qui est excellent, il faudrait viser à l’excellence de la publication. La traduction comporte à plusieurs reprises l’emploi irritant à la manière des journalistes d’aujourd’hui de l’adjectif « palpable » pour dire manifeste, évident, sensible. Les « ponts » reliant les différentes parties du ghetto sont plutôt des passerelles et les « projecteurs » qui servent à filmer devraient s’appeler des caméras [p. 124]. Les deux cartes qui figurent dans le livre sont difficiles à utiliser, en particulier la carte du ghetto, page 57. Elles sont tirées d’un autre livre et le lecteur est quelquefois en peine pour retrouver le nom des rues dont il est question dans le texte. Mais surtout, pour un livre historique de cette importance, seuls les renseignements contenus dans les notes donnent les indications des sources et de la bibliographie et l’absence d’un index – ce qui arrive hélas parfois – rend plus difficile l’utilisation de l’ouvrage.

10Le livre ne fait pas appel aux derniers témoignages, qu’on pourrait peut-être encore trouver, des Allemands qui vécurent à Litzmannstadt. Quels souvenirs ont-ils gardés du ghetto et des Juifs ? On peut regretter aussi que Gordon Horwitz, dont l’ambition était de brosser un tableau général de l’histoire de Litzmannstadt, n’ait pas parlé davantage des Tsiganes qui furent internés dans le ghetto. Il se contente d’évoquer rapidement l’épidémie de typhus [p. 124] qui fut sans doute à l’origine de leur assassinat à Kulmhof. On peut signaler aussi que certains des survivants apparaissant dans le livre (Michal Podchlebnik, Szymon Srebrnik) sont aussi des personnages du film Shoah de Claude Lanzmann. Beaucoup de personnes intéressées par un tel ouvrage ont sans doute vu l’œuvre de Lanzmann et connaissent ainsi le visage et la manière de parler de ces hommes. Mais le livre ne parle pas de Shoah. Son sujet n’était pas, en effet, de traiter de l’histoire de Kulmhof (Chelmno) et les pages qui évoquent ce centre de mise à mort des Juifs ne sont pas particulièrement approfondies. L’ouvrage n’échappe pas à une sorte de loi à propos de l’histoire des centres de mise à mort dont l’image reste imprécise. Ainsi, la description de la manière de brûler les corps dans la forêt de Rzuchowski est incompréhensible.

11Il reste que le livre de Horwitz est exceptionnel. C’est certainement un des livres les plus forts qu’il soit donné de lire sur la Shoah, par l’abondance des renseignements factuels précis qu’il donne au lecteur ainsi que par la puissance de l’émotion qu’il suscite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Forges, « Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 139-140.

Référence électronique

Jean-François Forges, « Gordon J. Horwitz, Ghettostadt : Lodz et la formation d’une ville nazie », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/832

Haut de page

Auteur

Jean-François Forges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals