Navigation – Plan du site
Librairie

Geoffrey Grandjean et Jérôme Jamin, La concurrence mémorielle

Anthony Michel
p. 140-142
Référence(s) :

Geoffrey Grandjean, Jérôme Jamin, La concurrence mémorielle, Paris, Armand Colin, 2011, 256 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, dirigé par Geoffrey Grandjean et Jérôme Jamin, rassemble des propositions de chercheurs qui travaillent sur la concurrence mémorielle en tant qu’enjeu structurant et déterminant pour la cohésion sociale de nos sociétés.

2Dans l’introduction, Geoffrey Grandjean pose les conditions et les limites de la mémoire et de ses célébrations en affirmant qu’elle « entend d’abord préserver le sujet et le groupe [...], mais que la commémoration à perpétuité, loin de faire forcément advenir le bien, risque au contraire d’enraciner l’idée de l’inéluctabilité du mal » [p. 6]. On sent dès lors toute l’importance associée à l’usage de cette notion. L’auteur installe le cadre de la réflexion, focalisée sur la dynamique concurrentielle entre les mémoires collectives comportant, à la fois les questions d’effacement et de conservation. Ces dernières se nourrissent de la mémoire individuelle, mais peuvent aussi être influencées par les priorités, les exigences ou encore les intérêts de la société. Voilà pourquoi les mobilisations mémorielles sont « conçues comme des stratégies d’historicisation utilisées par des acteurs afin de produire du consensus ou du désaccord pour la poursuite d’objectifs politiques » [p. 12]. Et c’est l’orientation politique qui engendre, de fait, une concurrence entre des groupes sociaux tentant de défendre et de promouvoir le souvenir de certains faits historiques.

3Dans cet ouvrage, plusieurs thèmes liés à la mémoire sont abordés : la Shoah, le processus de production de lois mémorielles, les multiples « émetteurs d’histoire » [p. 17], la transmission intergénérationnelle ou encore le rôle de l’école.

4Dans la première partie intitulée « État de la question », Régine Robin s’est intéressée à la France et à son impossibilité d’assumer son passé. En effet, elle explique que la critique du communautarisme, qui fait la force du pays, « glisse vers la stigmatisation des communautés » [p. 24]. L’auteure souligne que la mémoire nationale n’est finalement que la fragmentation de la mémoire collective, qui n’est autre qu’une lutte pour une distinction mémorielle. La solution qu’elle apporte se résume en une « intégration par l’amour d’une France plurielle » [p. 37].

5Quant à Philippe Raxhon, il s’est penché sur la mise en perspective historiographique des lois mémorielles. L’auteur opère une distinction entre l’histoire-connaissance (pour elle-même) et l’histoire-réalité (la totalité des faits). Il met également en garde contre la notion de mémoire qui pour lui est « une reconstruction d’une portion du passé choisie arbitrairement » [p. 39], renforçant de fait une identité collective. Pour l’auteur, il existe trois temps dans l’interaction mémoire-histoire (la complicité, du basculement et du déchirement) qu’il définit de façon tout à fait claire. Il propose enfin une réflexion sur le colonialisme (qui passe par l’esclavage puis l’immigration) en soulignant « l’arrière-pensée du législateur en matière mémorielle qui fut tragiquement paternaliste et électoraliste » [p. 58].

6Sophie Ernst travaille sur les enseignements scolaires et sur les « commémorations négatives ». Elle commence par donner la définition du terme : « Notre mémoire est celle des instrumentalisations de la mémoire et des détournements pervers des valeurs et des formes de la civilisation » [p. 65]. Pour l’auteure, il est nécessaire de transmettre une culture assez riche et puissante pour porter courage et espoir aux générations futures. De plus, « l’école doit rester dans l’approche rationnelle et critique des sujets » [p. 73] afin qu’il y ait une réflexion sur les conduites et les responsabilités de chacun. Mais elle soulève en dernier point que, de nos jours, il est difficile d’éduquer et d’accompagner la formation morale et civique de la jeunesse.

7Dans la deuxième partie, « Études de cas », Geoffrey Grandjean présente son étude portant sur la diversité des mémoires et la concurrence dans les discours liés à l’évocation de génocides chez les adolescents belges. L’auteur détaille le processus de son analyse en expliquant la mise en place des différents focus groups, qui sont des groupes de discussions explorant un ensemble spécifique de questions, mais également le déroulement de ces discussions (histoire lue, scénarios proposés, questions posées en direct et enfin un questionnaire). Au final, deux conclusions ressortent de son étude : la première est que « les jeunes d’origine immigrée mobilisent des mémoires de faits passés qui leur sont proches à des fins revendicatives » [p. 112], et la seconde est relative au traitement différent de ces faits génocidaires entre les médias belges et ceux des pays d’origine des jeunes sondés.

8Luis Bouza Garcia s’est focalisé sur les registres de mobilisation mémorielle dans l’espace public européen. Pour l’auteur, les références mémorielles sont un tabou dans l’Union européenne puisqu’il existe des liens entre la mémoire, l’histoire et la construction nationale de chaque pays qui la compose. Ainsi, il en résulte une « construction diplomatique » [p. 114] de l’Union européenne, car la production de mobilisations dépend de la configuration d’acteurs au sein du champ politique européen. L’auteur explique d’une part, que « l’usage de l’histoire à des fins de légitimation est un instrument traditionnel dans de nombreux registres politiques » [p. 124] et, d’autre part, qu’il y a une préférence pour les logiques consensuelles de l’oubli et, ce faisant, de la construction du consensus.

9Giulia Fabbiano quant à elle, s’est intéressée aux mémoires postalgériennes qui oscillent entre héritage et emprunts. En effet, l’écriture de cette guerre « n’a pas su ou n’a pas pu trouver une expression apaisée et dépassionnée » [p. 131], ce qui a engendré une fragmentation de la mémoire algérienne, notamment entre Harkis et immigrés. L’auteur met alors en évidence l’enjeu de la transmission intergénérationnelle répondant ainsi à une double injonction : l’identité de l’individu et celle de son groupe de référence.

10Enfin, Sébastien Boussois s’est penché sur les nouveaux historiens de l’histoire d’Israël qui sont aussi bien des journalistes que des personnes engagées dans le combat politique. Tous ont un objectif commun, celui de mettre à jour « les preuves et l’origine du problème palestinien » [p. 153] et, notamment, au sujet de l’exode des Palestiniens, dont certaines thèses sont remises en cause par les historiens traditionalistes.

11Dans la dernière partie, « Études connexes », Joël Kotek évoque « le génocide paradigmatique » [p. 167] de la Shoah. Il le définit comme incomparable, singulier, sans précédent et comme le refus du droit à l’existence d’un groupe humain. Il en conclut alors à la fin de son explication qu’il s’agit d’un « crime purement idéologique et totalement gratuit pour ne répondre à aucune logique guerrière, territoriale, économique, utilitaire ou encore rétributive » [p. 184].

12Serge Brédart a étudié la construction des faux souvenirs via une analyse cognitive et notamment par le témoignage oculaire. Il explique les procédures pour créer les faux souvenirs dans les laboratoires de psychologie cognitive, dont les trois conditions majeures sont : « la construction d’une représentation de l’événement, l’acceptation de la plausibilité de l’événement et une erreur d’attribution de la source d’une représentation » [p. 193].

13Dans la conclusion, Jérôme Jamin souligne que la concurrence mémorielle expose la dimension imaginaire des sociétés et que l’histoire est présentée comme création sociale et comme mobilisation à des fins politique, ethnique, lucrative et identitaire. Il met également en exergue les deux enjeux majeurs à ce couple histoire-mémoire. D’un côté, « l’État doit assumer le caractère construit de l’histoire de toutes sociétés humaines tout en légitimant sa propre subjectivité. » De l’autre, « les médias n’obéissent à aucune règle en matière de gestion du flux d’images quotidien, mais structurent l’agenda des conflits » [p. 202].

14Cet ouvrage met ainsi en évidence le fait que la concurrence mémorielle ne doit pas être considérée comme négative, mais comme la gestion du poids mémoriel de certains passés. C’est pourquoi il apparaît nécessaire que « la transmission de la mémoire doit absolument être libérée de tout ce qui est de nature à la pervertir » [p. 207].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Michel, « Geoffrey Grandjean et Jérôme Jamin, La concurrence mémorielle », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 140-142.

Référence électronique

Anthony Michel, « Geoffrey Grandjean et Jérôme Jamin, La concurrence mémorielle », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/833

Haut de page

Auteur

Anthony Michel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals