Navigation – Plan du site
Librairie

Ladislaus Löb, L’affaire Kasztner : Le Juif qui négocia avec Eichmann

Henri Goldberg
p. 142
Référence(s) :

Ladislaus Löb, L’affaire Kasztner : Le Juif qui négocia avec Eichmann, Waterloo, André Versaille, 2013, 302 p.

Texte intégral

1L’action de Rezsö Kasztner, Juif hongrois, commence lorsque Joël Brand est envoyé par les nazis en avion à Istanbul pour concrétiser la proposition de Eichmann : échanger 10 000 camions militaires contre 1 000 000 de Juifs hongrois, soit un camion militaire pour 100 Juifs.

2Les Anglo-américains, qui ne veulent même pas faire semblant de prendre en considération l’offre de Eichmann de suspendre les déportations, empêchent Brand de retourner en Hongrie. Kasztner, quant à lui, devient l’interlocuteur de Eichmann pour essayer de sauver les Juifs hongrois de la déportation et de la mort, connaissant précisément leur destin.

3Finalement, Kasztner arrive à organiser un train vers la Suisse avec 1 684 personnes, parmi lesquelles se trouve l’auteur de ce livre qui avait alors 11 ans. Il est probable que Kasztner soit parvenu à sauver d’autres personnes, mais il n’en reste aucune preuve.

4Ce livre, relatant les tractations de Kasztner avec les nazis qui s’apparentaient plutôt à des parties de poker menteur, met en évidence la mauvaise foi de ces derniers. Pour laisser partir ces 1 684 personnes, Kasztner proposait 100 $ par tête, les nazis locaux en voulaient 2 000. Finalement, Himmler fixa le tarif à 1 000 $, ce qui fut payé.

5Himmler suivait de près les tractations : lorsqu’il lui apparut que l’échange « camions contre Juifs » était un échec, il proposa un échange contre des matières premières et des machines-outils. Échange également refusé par les Anglo-américains.

6Les verbatim des carnets de Kasztner décrivent ses rencontres avec Eichmann et révèlent le caractère ambivalent de ce personnage ainsi que l’étendue de son pouvoir. Il n’était pas, en effet, comme il l’a déclaré lors de son procès à Jérusalem, un servile exécutant.

7Le rôle du « Judenrat » que les Allemands imposaient aux communautés juives est souvent considéré comme équivoque, mais la constitution de la liste des 1 684 personnes montre combien choisir qui sauver pouvait être délicat.

8L’affaire Kasztner. Le juif qui négocia avec Eichmann décrit aussi les massacres et noyades massifs de Juifs auxquels se sont livrées les « Croix fléchées » qui avaient pris le pouvoir après la destitution d’Horthy par les Allemands (qui leur reprochaient uniquement de laisser les cadavres sur place, et les corps des noyés remontant à la surface du Danube).

9Les héritiers politiques des « Croix fléchées » constituent de nos jours la 3e force politique hongroise : le Jobbik a obtenu 17 % des voix lors des dernières élections. Les « Croix fléchées » avaient réalisé le même score aux élections de 1939. Le Jobbik n’a obtenu que 3 % de moins que le parti socialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Goldberg, « Ladislaus Löb, L’affaire Kasztner : Le Juif qui négocia avec Eichmann », Témoigner. Entre histoire et mémoire, 117 | 2014, 142.

Référence électronique

Henri Goldberg, « Ladislaus Löb, L’affaire Kasztner : Le Juif qui négocia avec Eichmann », Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 117 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/836

Haut de page

Auteur

Henri Goldberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Fondation Auschwitz
  • Logo Fédération Wallonie-Bruxelles
  • Logo Loterie nationale
  • Logo Nationale Loterij
  • OpenEdition Journals