Navigeren – Plan van de website

HomeNuméros118De la circulation des croix gammées

De la circulation des croix gammées

On the Circulation of Swastikas
Overal hakenkruizen
Philippe Mesnard
p. 4-5
Vertaling(en)
On the circulation of swastikas [en]
Overal hakenkruizen [nl]
Index | Tekst | Citaat |

Indexingangen

Index de mots-clés :

croix gammée, Ukraine, Shoah, Russie

Index by keyword:

swastika, Ukraine, Holocaust, Russia

Index van Trefwoorden:

hakenkruis, Oekraïne, Holocaust, Rusland
Hoofding

Integrale tekst

1Profitons de ce que l’éditorial d’un quadrimestriel est, par obligation, inactuel pour exprimer quelques considérations rétrospectives. Il y a moins d’un an, les médias poutiniens ressortaient la croix gammée nazie pour dénoncer ce qu’ils appelaient la dérive fasciste des Ukrainiens. Phraséologie facilement reconnaissable. Cette « langue de bois », comme on disait jadis, visait à disqualifier les orientations indépendantistes et pro-européennes de la majorité des opposants ayant entraîné la destitution de Viktor Ianoukovitch, et à légitimer les positions potentiellement bellicistes du nouveau tsar.

2Jusque-là, on est d’accord, n’est-ce pas ? Mais ne voir dans l’usage du maudit symbole qu’un mensonge de la propagande, comme la presse européenne l’a facilement soutenu, n’est-ce pas faire porter à l’Ukraine les habits trop confortables de la – excusez-moi du terme – victime ? Ah ! J’entends déjà dire que j’exagère, que je ne peux pas traiter à la légère la sanglante répression qui s’est abattue sur les opposants de la place Maïdan.

3Évidemment, là n’a jamais été mon intention. Mais, d’un autre côté, comme disait Perec, les faits ne parlent pas d’eux-mêmes. Ils ont été digérés, d’un côté, dans un discours pan européen qui avait beau jeu de présenter la transparence démocratique comme sa principale qualité, de l’autre, par le discours du parti de Poutine. Or, si les stratagèmes de ce dernier sont faciles à repérer, on peut cependant s’intéresser de plus près à la libre circulation du svastika et aux vérités qu’elle désigne, tout en s’étonnant de la cécité européenne à l’égard de l’extrémisme ukrainien. La cécité d’une Europe dont les dernières élections parlementaires ont révélé la force de l’extrême droite. À méditer, non ?

4Mais s’agit-il ici de parler de l’Ukraine (cible de la propagande russe) ? Ou bien de la fortune médiatique de la croix gammée ? Des deux, en réalité. Le particulier sert d’exemple au général, vient l’illustrer et le rappeler. Il est difficile de circuler sur ce terrain où ceux qui sont reconnus pour être des agresseurs – et qui en ont tenu le rôle ouvertement – pointent des… vérités malgré tout. C’est sur ce point que je voudrais me prononcer plus précisément. On note facilement une tendance à tout unifier dans un même discours victimaire, toutes les formations et tous les groupes dès lors qu’ils sont la cible de violence politique. À ce titre, le grand enjeu de la transmission, ce ne serait pas (ou plus) tant l’information – omniprésente, aujourd’hui, jusqu’à saturation –, que d’apprendre à saisir la complexité du réel que l’information désigne, qu’elle désigne parfois de façon lointaine alors qu’elle nous fait accroire qu’elle traite du réel « en direct ».

5Certes, la complexité est un mot qui peut aussi servir à ne rien dire. Toutefois, au nom de cette complexité, on doit aussi apprendre à suspendre ces jugements moraux focalisés sur l’image de la victime et à mieux discerner ce que l’on nous montre. Il faut ainsi rappeler la permanence du fond ultranationaliste ukrainien qui honore toujours ses héros pronazis coupables de crimes antisémites, Yaroslav Stetsko et Stepan Bandera, pour ne nommer qu’eux. D’ailleurs la célébration de ce dernier a abouti en 2010 à ce qu’on lui élève une statue, rien de moins ! Autrement dit, ce n’est pas parce que l’Ukraine s’est prononcée contre le régime autoritaire de Vladimir Poutine, que les dominantes politiques ukrainiennes sont toutes unanimement proches de la démocratie telle qu’elle est conçue (imaginée) dans la communauté européenne. D’ailleurs, interdire la langue russe fin février 2014, sitôt constitué le pouvoir intérimaire d’Oleksandr Tourtchynov, ne donnait guère des gages de démocratie. Pour le dire de façon un peu sommaire : les ennemis de nos ennemis ne sont pas nécessairement nos amis.

6La formule paraît clinquante, il est vrai. Le problème – car il est important de maintenir un débat contradictoire –, c’est que les dérives d’extrémistes ukrainiens ne sont pas une raison pour disqualifier la société tout entière et ne pas croire en son potentiel et sa volonté d’accéder à la démocratie. Il faut rappeler la triste histoire d’une Ukraine tiraillée, découpée, envahie des siècles durant par ses voisins (Pologne, Autriche, Allemagne, Russie tsariste, Union soviétique). Rappeler les deux grandes famines, la répression et les déportations communistes dans les années 1930, puis après-guerre. Lourd contentieux qui a largement grevé les relations entre l’Ukraine et l’ex-Union soviétique. Sur cette Bloodland, la guerre civile s’est poursuivie jusqu’au début des années 1950. Et des sauvageries.

7Des sauvageries, exactement. Au moins, il n’y en avait plus sur les Juifs car dans ces contrées, des Juifs, il n’y en avait plus. Il faut dire que leur décimation a commencé avec les pogroms de la fin du XIXe, elle s’est amplement poursuivie durant la guerre de 1914-1918 et les années 1920 et s’est parachevée sous le règne nazi. En ce sens, la propagande poutinienne pointe la véritable zone sensible d’un pays qui, de même que l’ensemble des pays baltes, n’est jamais vraiment revenu sur sa participation enthousiaste et systématique à la Shoah. Ce qui justement nous fait revenir au Svastika.

8En effet, lorsque j’ai vu (s’)agiter la croix gammée lors des actualités télévisées, je me suis dit aussitôt qu’elle était partout, cette croix. On ne cesse de la voir, seule ou avec le portrait d’Hitler. Aussi n’est-ce pas de la question de l’holocauste dans la culture qu’il faut seulement débattre, mais du nazisme dans cette même culture. Le plus inquiétant, c’est la naturalisation de cette symbolique. Immédiatement reconnaissable, simple, elle avait déjà tout pour devenir une sorte de badge ou de label. Aujourd’hui que la pédagogie est un des maîtres mots de la mémoire, il serait bien intéressant de décrypter avec les élèves cette paradoxale iconolâtrie. Que pensez-vous de cette idée ?

9Pour en savoir plus sur l’ultranationalisme ukrainien, ses nostalgies et son soutien étatique : l’article particulièrement éclairant de Delphine Bechtel, « Les pogroms en Galicie, 1941 : des pages blanches de l’histoire à une histoire en pointillés ? », in Luba Jurgenson et Alexandre Prstojevic, Des Témoins aux héritiers. L’écriture de la Shoah et la culture européenne, Paris, éditions Petra, 2012, p. 113-135.

Hoofding

Om dit artikel te citeren

Referentie papier

Philippe Mesnard, «De la circulation des croix gammées»Témoigner. Entre histoire et mémoire, 118 | 2014, 4-5.

Elektronische referentie

Philippe Mesnard, «De la circulation des croix gammées»Témoigner. Entre histoire et mémoire [Online], 118 | 2014, Online op 01 octobre 2015, geraadpleegd op 27 février 2021. URL: http://journals.openedition.org/temoigner/868; DOI: https://doi.org/10.4000/temoigner.868

Hoofding

Philippe Mesnard

Directeur de la rédaction.

Artikels van dezelfde auteur

Hoofding

Auteursrechten

Tous droits réservés

Hoofding
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search