Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129LibrairieJacques Semelin. “La survie des J...

Librairie

Jacques Semelin. “La survie des Juifs en France 1940‑1944

Anne Roche
p. 137-139
Référence(s) :

Jacques Semelin. La survie des Juifs en France 1940‑1944. Paris, Cnrs, 2018, 376 p.

Texte intégral

Jacques Semelin. La survie des Juifs en France 1940‑1944

Jacques Semelin. La survie des Juifs en France 1940‑1944

1Comment se fait-il que 75 % des Juifs de France aient échappé à l’extermination, soit la proportion la plus élevée de tous les pays occupés par les nazis, cela malgré les lois de Vichy et malgré la diffusion de l’antisémitisme en France ? C’est la question à laquelle veut répondre le livre de Jacques Semelin, intervenant ainsi dans un débat historiographique : si, au mythe résistancialiste, a succédé le mythe inverse d’une France très majoritairement antisémite, il s’agit à présent de tenter d’établir des faits. Le livre se propose d’étudier les causes, multiples, de cette survie, en faisant appel à la fois aux archives, aux sources historiques, mais aussi à des témoignages écrits ou oraux.

2L’auteur commence par un rappel historique de la situation des Juifs en France, depuis leur émancipation par la Constituante de 1791 jusqu’à Vichy. Entre 1919 et 1939, la France accueille environ 2 millions d’étrangers, immigration encouragée pour compenser le déficit de population masculine consécutif à la guerre de 1914-1918, et influencée en outre par la politique intolérante des nouveaux États-nations (Pologne, Roumanie, Hongrie, Turquie) envers leurs propres minorités (juive et arménienne). Cette politique d’accueil n’a d’ailleurs pas été linéaire : freinée en 1934 et 1935 par les gouvernements conservateurs de Flandin et Laval, plus ouverte en 1936 avec Léon Blum, à nouveau très restrictive avec Daladier : rappelons que les décrets-lois de celui-ci, en 1938, en même temps qu’ils restreignent les droits des étrangers, défont les conquêtes du Front populaire, ce qui tendrait à montrer que politique d’accueil et progrès social vont de pair. Puis l’auteur en vient aux stratégies de survie que les persécutés ont élaborées, mais aussi aux facteurs, géographiques, sociaux, humains, qui ont contribué à cette survie.

3La première explication, c’est la dispersion géographique. Le territoire a été démembré, entre zone libre et zone occupée, tandis que les départements du Nord et du Pas-de-Calais sont rattachés au commandement militaire allemand de Bruxelles, et que les régions situées au nord et au nord-est, destinées à l’implantation de colons allemands, sont déclarées zones interdites. Pour les Juifs, selon le statut de la région où ils habitent, leurs chances d’échapper varient. Les lois de discrimination valent pour les deux zones, mais ne sont pas appliquées de la même manière, d’où un afflux vers la zone « libre », afflux précipité par les arrestations de masse, en mai-décembre 1941, qui touchent aussi des Juifs français. En contraste, dans la zone d’occupation italienne, en mars 1943, Guido Lospinoso, inspecteur général de la police raciale, chargé d’organiser le transfert des Juifs étrangers, prélude à leur déportation, les fait convoyer en Savoie et les sauve. Léon Poliakov ou Serge Klarsfeld en concluent que l’occupant italien avait une attitude humanitaire vis-à-vis des Juifs ; l’auteur, sans l’exclure, souligne que Rome voulait manifester son indépendance vis-à-vis de l’Allemagne.

4Deuxième ensemble de facteurs, qui tient aux personnes : la nationalité, le degré d’intégration sociale, les ressources financières, l’âge. Les Juifs français se pensent souvent protégés par leur nationalité, illusion que ne partagent pas les immigrés juifs récents : c’est aussi ce qui explique leur légalisme, d’autant que les autorités rabbiniques, tout en protestant contre les discriminations raciales, les invitent à respecter la loi. L’« aryanisation » des commerces, des entreprises, etc. a été brutale, mais a pu être contournée, soit que l’administration se montre volontairement lente ou compréhensive, soit que le propriétaire juif trouve un « gérant » aryen qui lui serve de prête-nom. Enfin, jusqu’en 1942 au moins, la vie quotidienne à Paris est différente de ce que l’on pourrait imaginer d’après le cliché des Juifs cachés dans des caves ou des greniers, inspiré du Journal d’Anne Frank, ou plus récemment du livre émouvant de Christophe Boltanski, La Cache (Stock, 2015). En fait, à Paris, des milliers de Juifs vivent au grand jour, au milieu des occupants et des collaborateurs. Par comparaison, en 1944, la population juive de Varsovie ou d’Amsterdam a été anéantie.

5La politique même de Vichy comporte des paradoxes. Les Juifs sont exclus de la fonction publique, mais peuvent bénéficier d’une pension. Vichy distribue des allocations à des centaines de milliers de réfugiés français ou étrangers, y compris juifs. « Vichy […] laisse aux juifs un périmètre légal, leur accordant le droit de s’organiser au moyen d’associations propres, que ce soit pour la pratique religieuse, l’éducation de la jeunesse ou l’assistance médico-sociale. » (p. 128) Vichy reconnaît les Éclaireurs israélites de France, et même les subventionne jusqu’en 1943, où Darquier de Pellepoix demande leur dissolution, ce qui les amène à passer dans la clandestinité. Vichy reconnaît aussi l’Œuvre de secours aux enfants (OSE), organisation internationale, créée en Russie en 1912 pour aider les populations juives nécessiteuses, implantée en France à partir de 1934. Enfin, l’UGIF (Union Générale des Israélites de France), créée en novembre 1941 sous impulsion allemande, réunit en son sein toutes les organisations juives pré-existantes, sauf le Consistoire. Dans ce cadre, des Juifs peuvent travailler et être salariés. En bref, « tout en mettant en place sa législation antisémite, Vichy poursuit, voire développe, la politique de protection sociale de la iiie République, alors que son discours officiel est celui de la rupture avec l’héritage républicain. » (p. 146)

6La situation va changer en 1942. Après la conférence de Wannsee (20 janvier), la mise en œuvre du génocide n’est pas encore à l’ordre du jour en Europe occidentale. Vichy accepte de déporter les Juifs apatrides, pas (encore) les Français. Ceux qui échappent aux rafles quittent Paris. Parmi ceux qui sont partis en province, à la campagne, il s’agit de « se fondre dans la population », c’est-à-dire à la fois d’être discret et de faire comme tout le monde, notamment en inscrivant ses enfants à l’école. Les enfants juifs sont intégrés sans problème à l’école publique, et le plus souvent aussi à l’école privée catholique : « la notion d’“enfant caché”, apparue aux États-Unis dans les années 1990, est peu pertinente dans le cas de la France. Elle se justifie bien davantage en Pologne où la persécution antisémite était extrême. » (p. 186) « Cette acceptation en France des enfants juifs à l’école publique, y compris les étrangers, est unique dans l’Europe nazie (avec le Danemark). » (p. 193) Certains enfants intégrés dans des écoles catholiques sont baptisés – ce fut le cas du jeune Georges Perec –. Et, comme le dit un témoin, « on se sentait protégés par la population. » (p. 211) Ce qui contredit le cliché d’une masse de Français antisémites contre une infime minorité qui aurait aidé les Juifs, cliché qui provient notamment du livre classique de Michael Marrus et Robert Paxton, Vichy et les juifs (1981). Or, rien ne dit que les décisions des élites reflètent l’opinion dominante de la population. Asher Cohen, dans Persécution et sauvetage (1993), critique les sources de Marrus et Paxton (les rapports de synthèse des préfets) et s’appuie sur des sources locales. Pour autant, Semelin ne réhabilite pas le mythe du résistancialisme, mais décrit une réalité plus complexe, un « univers social diffus, parfois trouble, entre intérêt, non-consentement et désobéissance. » (p. 213) À comparer avec la Nuit de cristal en Allemagne, (9 novembre 1938), ou le pogrom de Jedwabne (juillet 1941) en Pologne : rien de tel en France. La passivité des Français envers Vichy valait-elle approbation ? L’auteur propose l’explication suivante : en 1940, les Français pensent avant tout à la défaite, au sort des prisonniers, à l’exode. Les mesures antijuives sont « noyées dans un ensemble de mesures de répression qui touchent d’autres catégories de réprouvés (communistes, francs-maçons, militants actifs du Front populaire). » Pourtant, dès le début, surgissent quelques protestations solitaires, comme le port des étoiles jaunes de fantaisie, qui ont parfois valu la déportation à leurs porteurs. Après la rafle du Vel d’Hiv, plusieurs évêques et un archevêque protestent en chaire, des Français écrivent aux autorités, soit en faveur d’un Juif, soit pour protester contre les décrets. Ces lettres de soutien s’opposent aux lettres de dénonciation, évaluées à 3 à 5 millions par le journaliste André Halimi. Mais l’historien Laurent Joly arrive à une estimation d’environ 3 000 dénonciations auprès du Commissariat général aux questions juives : c’est encore trop, mais il faut le rapporter au chiffre de la population, alors qu’en Pologne, il y eut environ 30 % de lettres de dénonciation. L’auteur note pour finir le rapport entre protection et délation : pour protéger une famille, il faut le silence unanime de tout le voisinage, pour dénoncer il ne faut qu’un seul (p. 283).

7En conclusion, l’auteur propose une approche multifactorielle. En premier lieu, le fait d’aider des Juifs en France était peu, voire pas du tout sanctionné par les polices française ou allemande. « Cette réalité est fort peu connue, y compris de Marrus et Paxton qui croient que les plus courageux prenaient le risque de se faire tuer en cachant des juifs. » (p. 288) Parmi les facteurs culturels, la religion ne semble pas être un facteur déterminant (en Belgique, pays également catholique, il y eut 44 % de déportations). Plus important sans doute, l’héritage républicain, les liens antérieurs, depuis 1791. L’esprit patriotique a joué aussi : « les travaux sur la Shoah ont eu tendance à négliger ce fait fondamental que la France était militairement occupée par une puissance étrangère. » (p. 293) Mais en Pologne, où le patriotisme est fort, on dénombre 90 % de Juifs exterminés…

8Parmi les facteurs structurels, la division en zones, l’importance de la protection sociale, déjà évoquées, et surtout le maintien d’un État français : dans les pays où l’État est détruit (Pologne, Ukraine) ou directement sous contrôle de l’occupant (Pays-Bas ou Belgique), le taux d’extermination fut élevé. La société française a agi comme « garde-fou » (p. 300).

9Ce livre, bien documenté, comporte quantité de « micro-histoires » qui sont pour beaucoup dans le plaisir de lecture : histoires personnelles tirées de mémoires ou de documents, ou d’interviews menées par l’auteur, et présentées dans une typographie qui les différencie : Léon Poliakov, Serge Karlsfeld, Vidal Naoum (le père du futur Edgar Morin), Irène Nemirovsky, Hélène Berr, et bien d’autres, connus ou non, qui relatent leurs expériences, leurs « micro-résistances » au quotidien et celles de tous ceux qui les ont aidés. Ce qui ressort de ces récits, comme du cadre historique, c’est qu’un lien social a subsisté entre Juifs et non-Juifs, il n’y a pas eu de ghetto, ni matériel ni social. Plus que le courage manifesté par les individus, c’est l’importance de ce lien que souligne Jacques Semelin : d’où sa critique de la définition de la notion de « Juste », qui « met uniquement en lumière les motivations individuelles […] en écartant les autres mobiles de l’aide, et contribue à minimiser les facteurs collectifs de la survie des juifs. » (p. 247)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jacques Semelin. La survie des Juifs en France 1940‑1944
URL http://journals.openedition.org/temoigner/docannexe/image/8714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Roche, « Jacques Semelin. “La survie des Juifs en France 1940‑1944” »Témoigner. Entre histoire et mémoire, 129 | 2019, 137-139.

Référence électronique

Anne Roche, « Jacques Semelin. “La survie des Juifs en France 1940‑1944” »Témoigner. Entre histoire et mémoire [En ligne], 129 | 2019, mis en ligne le 25 mai 2022, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/temoigner/8714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temoigner.8714

Haut de page

Auteur

Anne Roche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search