Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités36Lutter contre le temps dans l’uni...

Lutter contre le temps dans l’univers politique

Le cas d’un leader territorial à Paris
Fighting time in the political world: the case of a local leader in Paris
La lucha contra el tiempo en el mundo político. El caso de un líder territorial en París
Laurent Godmer

Résumés

La démocratie est fondée sur l’incertitude. La courte durée des mandats des élus les oblige à lutter contre le temps pour mener une carrière politique. Pour comprendre les modalités de cette lutte, il est heuristique d’étudier le cas d’un élu, Jean Tiberi, un ancien maire de Paris ayant connu une longévité rare. Des pratiques temporelles lui permirent de durer, et de siéger durant un demi-siècle simultanément au Conseil de Paris et à l’Assemblée nationale. Il le fit grâce à un usage intensif et personnalisé du cumul des mandats et des fonctions et de deux dispositifs de gouvernement du temps, le fief et le chauffeur, qui l’aidèrent à faire reculer l’horizon de la fin de son règne sur son territoire d’élection. Le contrôle du territoire est en effet la clé d’un contrôle du temps. Cela eut cependant un coût, médiatique et judiciaire, et des effets sur l’exercice du mandat : le métier politique fut exercé de manière clientéliste, mais surtout de manière sélective, le professionnel de la politique siégeant a minima au parlement et se repliant de plus en plus sur un territoire restreint.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La démocratie, c’est l’incertitude : le « temps de la démocratie » est fondé sur le caractère incertain du changement et sur l’ouverture à l’imprévu (Chollet, 2011). Comment durer dans des configurations démocratiques où la stabilité est de courte durée, et où le principe de l’élection suppose l’alternance, comme l’attestent les cas célèbres de grands dirigeants « révoqués » par les électeurs, comme Winston Churchill en 1945 ou Charles de Gaulle en 1969 ? Comment, dès lors, exercer le métier politique « dans la durée » ?

2Les « temps de la politique » (Godmer et Marrel, 2022) sont des temps contraints, mais ce sont des cadres contraignants qui autorisent une sécurisation de marges pour l’action et permettent de mettre en œuvre une lutte contre le temps. Si les professionnels de la politique ne gouvernent pas le temps, ils peuvent l’aménager et favoriser sa réinterprétation pour s’adapter au manque structural de temps. Les politiques sont à la recherche de temps, ressource rare, d’une gestion rationalisée de leur temps dans le cadre d’une professionnalisation de leur métier (Weber, [1919] 2003 ; Lagroye, 1973 ; Phélippeau, 2002). À maints égards, les acteurs professionnalisés de la politique incarnent la gestion rigoureuse de la ressource temporelle : ils font partie des agents sociaux qui symbolisent la « discipline temporelle » caractéristique de la modernité et la « crainte obsessive de “perdre du temps” » (Baschet, 2018, p. 144 et 179). Les pratiques politiques s’articulent autour de l’action politique et de la construction du lien avec les électeurs ; elles supposent donc des pratiques temporelles, qui se donnent à voir comme un ensemble de dispositifs de contrôle du temps. « Être du métier » (Lagroye, 1994), c’est ainsi maîtriser des outils de gestion d’un temps saturé et contraint (Godmer et Marrel, 2015). L’action politique, en particulier celle des acteurs des politiques publiques, est marquée par des temporalités contraignantes (Marrel et Payre, 2018), ce qui a des effets sur les manières de mener une carrière politique.

3Pour comprendre comment les professionnels de la politique s’adaptent aux contraintes du temps, il est heuristique de se pencher sur le cas d’un élu ayant connu une longévité importante. Dans un système politique « stable », divers cas ont mis en lumière la capacité de durer, à l’image de John Dingell, qui siégea à la chambre des représentants des États-Unis d’Amérique de 1955 à 2015, alors même que la durée du mandat est de seulement deux ans. Le cas français est particulièrement signifiant pour qui veut penser les logiques de lutte contre le temps, des élus ayant pu y cumuler au total plus d’un siècle de mandats. C’est le cas de l’élu étudié ici, Jean Tiberi, qui fut durant un demi-siècle à la fois un grand élu local (conseiller de Paris, maire d’arrondissement et même maire de la capitale française) de 1965 à 2014 et un parlementaire longévif : c’est l’un des trois députés ayant eu la plus longue carrière sous la Ve République, alors même que 2 857 députés ont été élus entre 1958 et 2007 (Rouban, 2011), puisqu’il a siégé au Palais Bourbon de 1968 à 2012. Comment cet élu a-t-il pu « durer », alors que la plupart des autres élus ne durent pas (généralement deux législatures pour les députés, deux années pour les ministres) ? Les temporalités individuelles peuvent être étudiées à l’aide de cet exemple qui permet de documenter les pratiques temporelles observables dans le champ politique. Pour étudier la trajectoire de ce professionnel de la politique, une recherche ethnographique et biographique a été menée de 2012 à 2019. Elle a inclus des observations, des entretiens semi-directifs menés de 2013 à 2017 avec des acteurs de la vie politique locale (n = 21) et surtout avec Jean Tiberi (n = 19), plusieurs centaines d’entretiens informels, des documents recueillis aux Archives de Paris, ainsi qu’une partie des archives privées de Jean Tiberi.

4Afin de percer le mystère de la longévité politique, il convient de voir en quoi les moments de la trajectoire d’un élu illustrent la construction d’un rapport au temps particulier. Né en 1935 dans le Ve arrondissement de Paris, c’est dans ce secteur, le « Quartier latin », que Jean Tiberi commence une carrière militante comme membre du parti gaulliste, le Rassemblement du peuple français (RPF), lors de la campagne pour les élections législatives de 1951. L’arrivée au pouvoir du général de Gaulle en 1958 et la mise en place de la Ve République donnent des perspectives à celui qui est devenu magistrat. Dès 1962, jeune père de famille, il devient secrétaire de circonscription du nouveau parti gaulliste, l’Union pour la Nouvelle République (UNR), et collaborateur direct et très actif localement du député René Capitant, président de la commission des lois de l’Assemblée nationale. Sa proximité avec le parlementaire, ainsi que son ancrage local lui permettent de commencer une carrière politique. Il est élu conseiller municipal de Paris et conseiller général du département de la Seine en 1965, suppléant du député en 1967 et 1968 ; René Capitant étant nommé ministre, il le remplace au Palais Bourbon. Jean Tiberi siège ensuite simultanément dans la chambre basse du Parlement français (1968-2012) et au Conseil de Paris (1965-2014). Proche de Jacques Chirac, Premier ministre (celui-ci le fait nommer membre de son gouvernement en 1976), puis président du Rassemblement pour la République (RPR) et maire de Paris, Jean Tiberi est en outre, en plus de ses fonctions partisanes (il dirige le parti à Paris) son deuxième puis son premier adjoint, tout en étant également maire du Ve arrondissement (1983-1995). Élu en 1995 maire de Paris après l’élection de Jacques Chirac comme président de la République, Jean Tiberi le demeure six ans, avant de redevenir maire du « Ve » de 2001 à 2014. Suite à des révélations durant la campagne pour les législatives de 1997, il est soupçonné d’avoir permis un système d’inscriptions d’électeurs fictifs ou ne résidant pas dans l’arrondissement. L’affaire dite des « faux électeurs » valut une renommée peu enviable à l’édile qui se défendit ardemment, jusqu’à ce que sa condamnation fût confirmée par la Cour de cassation en 2015. Il se représente en avant-dernière position en 2020 sur la liste de son fils qui lui a succédé au Conseil de Paris, le faible score obtenu confirmant son retrait de la vie politique après sept décennies d’activité politique dans son quartier natal.

5La première partie de cet article étudie la carrière de Jean Tiberi, qui analyse les ressorts de la longévité, c’est-à-dire les techniques de perpétuation de la présence politique : un contrôle du temps s’effectue par le cumul des mandats et des dispositifs de gouvernement du temps qui réduisent l’incertitude. La maîtrise du métier politique se donne à voir en effet comme une maîtrise du temps. La deuxième partie porte, elle, sur les effets de ces pratiques temporelles sur l’exercice du métier politique, en particulier en termes de sélectivité.

Les ressorts de la longévité : les modalités du contrôle du temps

6Les élus recherchent la stabilité : celle de leur carrière est liée d’abord à la stabilité du système politique en général. Des cadres légaux peuvent permettre de « donner du temps » aux dirigeants, comme l’attesta l’allongement de la durée des mandats municipaux de quatre ans à six ans en 1929 (Marrel et Payre, 2001). Généralement, les mandats des élus français sont comparativement longs (singulièrement en Europe continentale où la norme est généralement de quatre ans) : six ans pour les mandats locaux (mayoraux, municipaux, intercommunaux, départementaux et régionaux) et sénatoriaux, cinq pour les mandats du président de la République, des députés et des eurodéputés. Il est permis d’être réélu sans limite (à l’exception du président de la République, qui ne peut être élu que deux fois d’affilée). L’épreuve du suffrage et sa perspective rappellent néanmoins sans cesse à l’élu, quel que soit son degré de professionnalisation, la précarité de son statut. La longévité est assise sur la perpétuation de la présence, qui s’appuie sur le cumul des mandats et des fonctions et sur des dispositifs de gouvernement du temps par l’appropriation du territoire.

Cumuler pour durer : le cumul dans l’espace et dans le temps sous la Ve République

7Dans une configuration institutionnelle qui favorise la stabilité, le contrôle du temps s’opère principalement par la pratique du cumul des mandats et des fonctions. C’est la clé de compréhension de la durée de la carrière de Jean Tiberi.

Les logiques du cumul : monopolisation et auto-imputation

8Le cumul est d’abord une forme d’assurance en cas de défaite électorale. Il prémunit l’élu contre cette dernière. Représentant du pouvoir dans l’espace local, il représente également l’espace local dans l’espace du pouvoir. En conséquence, le cumul extériorise la concurrence potentiellement déstabilisatrice. La compétition peut venir du parti politique, mais en général de l’extérieur du territoire. À chaque fois que l’élu se sent menacé dans sa capacité à durer, c’est à cause du temps judiciaire, à partir de sa mise en examen en 1999, mais c’est surtout lorsqu’apparaît le risque de « parachutage » par le parti politique, au moment de sa première candidature personnelle aux élections législatives en 1973 (quand il craignait qu’un « baron » comme Michel Debré guignât l’investiture), et lors des municipales de 2001 (lorsque le parti, qui l’a suspendu, investit Henri Guaino contre lui) et de 2008 (le parti souhaita investir Christine Albanel à sa place, ce qu’il ne fit pas).

9Le cumul est une condition de la lutte contre le temps parce qu’il rend ainsi beaucoup plus complexe le remplacement de l’élu, de sorte que sa présence est en elle-même synonyme de durée potentielle, en particulier pour le parti politique. C’est une arme de dissuasion. L’opposition, vu l’enracinement de l’élu par le cumul, renonça à plusieurs reprises à « parachuter » une personnalité nationale (plusieurs rumeurs circulèrent, concernant par exemple Jacques Delors ou Bernard Kouchner), lui laissant à la fois l’espace et la durée. L’élu peut s’approprier symboliquement les politiques publiques grâce à ce cumul qui lui donne un statut d’élu multipositionné, et grâce à la durée. La durée s’auto-entretient puisqu’elle permet à l’élu de revendiquer avec succès la paternité de « réalisations », principalement des équipements très nombreux (crèches, écoles, gymnases, bibliothèques) construits durant les mandats. Jean Tiberi est l’acteur de la mise en œuvre de ces projets par son omniprésence dans les coulisses du pouvoir (Conseil de Paris, Préfecture, Assemblée nationale), en particulier durant des périodes où les ressources à distribuer furent comparativement importantes, par exemple les logements sociaux (Mattina, 2016).

Le cumul comme pratique temporelle : la croyance dans l’éternité électorale

10Le cumul conduit à une éternisation symbolique, en rendant impensable l’échec électoral. Il instaure un rapport au temps différent de celui de la plupart des autres élus : la réélection fréquente, localement et nationalement, longtemps au premier tour, renvoie les acteurs à un « horizon d’attente » (Koselleck, 1990) lointain. Cet allongement des temporalités ne cesse progressivement qu’avec les procédures judiciaires et les réélections à l’issue de deux tours de scrutin, c’est-à-dire à partir de 1997. Ce n’est donc pas le cumul en soi qui donne du temps, mais son usage systématisé et personnalisé, dont le cas d’étude est un exemple paradigmatique, et le fait que les acteurs politiques et médiatiques transforment une situation en une croyance générale ayant pour effet de donner du temps à l’élu. L’éternisation est donc relative et provisoire, mais dans un univers marqué par la précarité, le fait que l’horizon soit davantage lointain que pour la plupart des autres élus donne un avantage rare à l’élu. Pour donner une idée de la systématisation du cumul qui stabilisa cet effet de croyance, l’on peut citer un moment du milieu de carrière de Jean Tiberi. En 1986, il est à la fois député, conseiller de Paris, maire d’arrondissement, et premier adjoint au maire de Paris (le maire en titre étant Premier ministre à nouveau), ainsi que président de sociétés parapubliques, à commencer par l’Office public d’aménagement et de construction. Mais Jean Tiberi est aussi un acteur central de l’organisation partisane (il est secrétaire départemental, secrétaire de circonscription, et membre du comité central).

11Ce cumul rare de ressources rares, qui évolue dans ses formes mais dont le principe de fonctionnement demeure, est ainsi au cœur du contrôle du temps. En effet, les différentes lois (1985, 2000 et 2014) visant à limiter la pratique controversée du cumul de mandats (Marrel, 2003) n’ont pas modifié cette situation, l’interdiction du cumul entre le mandat de maire et celui de député n’étant appliquée qu’à partir de 2017. Le seul moment où la limitation s’impose à Jean Tiberi fut la mandature municipale 1995-2001, période où il ne pouvait cumuler mairie de Paris et mairie d’arrondissement. Cependant, de manière révélatrice, Jean Tiberi a poussé durant cette mandature la logique du cumul jusqu’au bout, par le biais d’une sorte de gouvernement à distance (Le Bart, 2022) : il a encadré son successeur provisoire à la mairie d’arrondissement, en continuant notamment à siéger au conseil d’arrondissement et en assurant par le biais de son entourage une surveillance quotidienne du maire « remplaçant », Jean-Charles Bardon. Le cumul est donc une ressource pour la mise en œuvre de pratiques temporelles. Il permet un usage du temps différent reposant sur la croyance dans la durée (par exemple la projection au-delà de la fin du mandat), quand il est efficacement géré, en particulier s’agissant de l’agenda spécifique et saturé qu’il produit nécessairement (Lefebvre, 2014).

12Cumuler revient donc à transformer une capacité politique en une possibilité d’allonger de fait la durée du mandat. Le temps du cumulant est un temps suspendu, où l’inéluctable fin peut être renvoyée à un avenir lointain, loin des rythmes dominant habituellement les carrières politiques et leur précarité relative. C’est une variable d’explication de la longévité, puisqu’il est une des conditions de l’efficacité des dispositifs de gouvernement du temps.

Les dispositifs de gouvernement du temps : le fief et le chauffeur

13La longévité est le produit de techniques d’appropriation du territoire d’élection. Elles s’appuient sur deux dispositifs de gouvernement du temps, qui sont focalisés sur l’espace (le fief) d’un côté, et sur le mouvement (le chauffeur) de l’autre.

L’élu et son fief : contrôler l’espace pour contrôler le temps

14Si la possibilité de perdre une élection existe par définition dans le contexte démocratique où les temporalités sont limitées et où l’horizon est remis en jeu à chaque épreuve électorale, ce qu’on peut appeler l’« effet de fief » (tant celui-ci repose sur des croyances partagées) assure toutefois une stabilité du contrôle territorial inscrite dans la durée. Le fief est indissociable du cumul. Il signifie une pratique horizontale du pouvoir, un contrôle personnalisé du territoire, relativement indépendant du parti ; il peut être à ce titre distingué du bastion, organisation verticalisée où le collectif partisan est davantage présent (Négrier, 2001). C’est donc indiscutablement un dispositif pratique de gouvernement du temps ainsi qu’un dispositif symbolique : il donne du temps en ce qu’il éloigne la concurrence, même quand émerge en 2001 une opposante locale combative et disposant de pouvoirs municipaux, Lyne Cohen-Solal, conseillère de Paris (Parti socialiste) et adjointe au maire de Paris. Mais cet effet de fief est visible surtout dans le rapport différent au temps qu’il induit. Le prolongement tacite des mandats et la domination territoriale qu’il induit ont en effet été publiquement mis en scène pendant une longue partie de sa carrière, notamment avec le soutien de journalistes dans des quotidiens proches politiquement (Le Quotidien de Paris, Le Parisien libéré, Le Figaro), au moins jusqu’à l’élection comme maire de Paris. Le changement de certains journalistes couvrant les affaires parisiennes à l’époque où il était maire de Paris est d’ailleurs rétrospectivement perçu par Jean Tiberi comme un événement ayant contribué à l’affaiblissement du fief.

15Le fief est ainsi un dispositif de gouvernement qui structure un rapport collectif au temps, en déplaçant les enjeux temporels, la question de la réélection étant renvoyée au-delà des échéances électorales prochaines. C’est un dispositif de contrôle territorial centré sur la personne du leader local, de sorte que le déplacement de l’incertitude permet une lutte différente contre le temps. L’élu est en lutte contre une éventuelle érosion de son contrôle, contre une fragilisation du fief, mais pendant plusieurs mandats, il dispose de temps au sens où la possibilité de défaite est repoussée vers le temps indéfini et lointain de la fin du fief lui-même. Le contrôle de l’espace permet un contrôle minimal du temps, ce qui naturalise la durée en rendant impensable la défaite. Le fief, c’est donc un espace, mais c’est surtout du temps, et ce point est de la plus haute importance puisque c’est par ce biais que la rhétorique de la proximité peut se déployer et s’incarner dans des pratiques (Le Bart et Lefebvre, 2005). En effet, ce temps gagné est consacré à la construction de la disponibilité dans le fief, dans un univers professionnel dans lequel les élus cherchent à être disponibles au maximum (Godmer et Marrel, 2015). La visibilité est cruciale dans le fief. Jean Tiberi insiste sur le fait qu’il assurait toujours ses permanences personnellement et sans rendez-vous, et qu’il se déplaçait en permanence dans son secteur ; l’élu en son fief est d’abord un élu que l’on voit, son ubiquité tendancielle donnant en retour corps au fief :

« Jean Tiberi était considéré comme un bon maire, un maire à l’écoute. Quand il se balade dans la rue, il a sa petite feuille, il avait sa petite feuille. Quelqu’un l’abordait, il notait […] les demandes, il travaillait, il suivait la demande. Il disait “voilà, j’ai pu, j’ai pas pu faire”, ce qu’il jugeait, c’était un problème important. Il était souvent à pied. Moi, j’ai connu Jean Tiberi parce qu’il était à pied. On le voyait souvent dans la rue, on le voit encore. Il est toujours dans la rue. On se balade pas mal. »
(Entretien avec Jean-René Hamon, ancien conseiller d’arrondissement, 20 septembre 2016, 15 heures 41, 1 h 34 min)

16Cette pratique du fief par l’omniprésence (et donc par une certaine organisation du temps par l’élu et son entourage) permet une appropriation de l’espace via l’articulation à une conception clientéliste de l’exercice du mandat (Briquet, 1997), l’ancrage demeurant central dans l’exercice du métier politique (Briquet et Godmer, 2022). Le fief est marqué par les pratiques clientélaires (attributions de logements, de logements de fonction, d’emplois dans la fonction publique municipale), pour lesquelles une contrepartie électorale serait attendue. Les pratiques de clientélisation sont au cœur des pratiques temporelles, dans le sens où elles supposent justement une durée des raisons du lien électoral supérieure à l’horizon du mandat en cours. Pourquoi ? Parce que ces pratiques sont déterminées par un échange réciproque, le don comme le contre-don pouvant avoir lieu dans un futur anticipé mais relativement lointain, l’élu projetant le lien électoral bien au-delà de la durée du mandat. La relation d’échange est conditionnée par la durée de la présence de l’élu, par son inscription dans un temps suspendu. Les pratiques du fief sont ainsi, on le voit, des pratiques temporelles puisque le fief ne peut s’inscrire que dans l’implicite d’un temps long. Le désajustement est net entre la temporalité du fief et les temporalités électorales.

Les pratiques temporelles au quotidien : le chauffeur

17Le gouvernement du temps par l’appropriation du territoire s’opère par le biais du deuxième dispositif pratique central, le travail du chauffeur. Le chauffeur de l’automobile de fonction est un dispositif humain et technique de lutte contre le temps. Jean Tiberi, d’abord en tant que président de groupe au Conseil de Paris, puis en tant qu’adjoint et maire (d’arrondissement et de Paris), a bénéficié sans discontinuer d’un chauffeur personnel (privilège dont ne disposent pas les parlementaires en France) pendant 43 ans, de mars 1971 à avril 2014. Cela n’était pas dû à son statut de député, mais à son statut d’élu local : durant la mandature 1971-1977, il est président de commission au Conseil de Paris et président du groupe gaulliste (Paris-Majorité), ce qui lui donne droit à cette aide précieuse, à forte connotation symbolique, mais aussi et surtout technique. Par la suite, à partir de la conquête de la nouvelle mairie de Paris, Jean Tiberi est deuxième adjoint durant la première mandature de Jacques Chirac (1977-1983), puis premier adjoint au maire de Paris et maire du Ve arrondissement pendant les deux mandatures suivantes (1983-1989 et 1989-1995), alors même qu’il siège toujours à l’Assemblée nationale. Or, ces fonctions d’adjoint et de maire impliquaient à Paris le droit à disposer d’un chauffeur. Il en est de même après, lorsque l’enquêté est maire de Paris (1995-2001), puis maire d’arrondissement à nouveau (2001-2014).

18Le chauffeur est, pendant 43 de ses 49 années d’activité comme élu, un personnage majeur de l’entourage du professionnel de la politique. Sa présence est révélatrice de la manière dont se stabilise un rapport au temps dans les pratiques de l’élu dans le contexte démocratique. L’importance de ce dispositif humain et technique dans la lutte contre le temps est bien illustrée par une analyse de Jean Tiberi après qu’il a dû renoncer à ce privilège après l’élection de sa successeure à la mairie du Ve arrondissement :

« - Donc j’allais tous les jours. Le fait d’avoir une voiture, ça permettait de, et […] habitant le Ve, j’allais à la mairie facilement.

- Vous aviez un chauffeur déjà […] ?

- Oui. En [19]71, j’en avais un chauffeur déjà lorsque j’étais président, […] à la fois du groupe Paris-Majorité et président d’une commission. Il y avait sept commissions au Conseil de Paris, j’étais président de la commission de l’habitation. […] Or j’avais un chauffeur, et j’étais élu dans le Ve où j’habitais, c’est un avantage énorme. […] C’est facile. […] En plus, lorsque j’avais un moment, je tournais dans l’arrondissement et notamment le samedi, et ma femme tournait dans l’arrondissement. Donc je m’étais organisé comme ça. […] Puis, j’allais à l’Assemblée en voiture, avec chauffeur, c’était quand même le VIIe [arrondissement], c’était à côté, l’Hôtel de Ville, c’était à côté [dans le IVe arrondissement, de l’autre côté de la Seine]. Le Ve, j’habitais là. […]

- C’est vrai que ça vous a permis de durer peut-être, vous avez une équipe assez fidèle. […] Et c’est l’époque où vous avez déménagé près de la mairie. C’est à cette époque-là ?

- On a changé en [19]80. […] C’est quelques mètres. Non, ça n’a l’air de rien mais c’est énorme. […] Par exemple, par exemple, ça n’a l’air de rien, j’aurais été élu simplement dans le XXe [arrondissement], aller aux heures de pointe […], 40 minutes peut-être, hein, […] tandis que là j’allais en moins de 5 minutes. Ça veut dire que dans l’organisation de l’emploi du temps, ce qui aurait été très difficile, était pas facile, mais était plus simple. »
(Entretien avec Jean Tiberi, 13 mai 2016, 15 heures 34, 1 h 12 min ; passages soulignés par nous)

19Cette description rétrospective illustre des pratiques de gouvernement du temps focalisées sur le temps long (le fief) et sur le temps court (le chauffeur). Les dispositifs de gouvernement du temps réduisent et déplacent l’incertitude. Ils inscrivent l’action bien au-delà des temporalités électorales, tout en étant insérés dans des pratiques quotidiennes. Ils ont cependant des effets majeurs sur les modalités de l’exercice du métier politique, une activité centrée sur la nécessité de fabriquer du temps, de « gagner » du temps.

Les effets des pratiques temporelles sur l’exercice du métier politique

20Les effets des pratiques temporelles sur l’exercice du métier politique s’incarnent dans deux types de sélectivités, une sélectivité liée à l’exercice des mandats fondé sur la rationalisation du temps utilisé d’une part, et une sélectivité spatiale axée sur des pratiques de contrôle territorial d’autre part.

Une sélectivité inversée : le Parlement, ou l’art de n’y siéger qu’a minima

21Dès le début de la carrière parlementaire, le temps impose ses limites, comme le dit l’enquêté à propos de son activité en 1968 (Entretien avec Jean Tiberi, 22 avril 2016, 15 heures 43, 1 h 6 min) : « J’avais pas le temps d’aller partout. » Dans le cas d’espèce, il est frappant de constater qu’un mandat parlementaire hors pair – 43 ans au total, compte tenu de l’interruption de dix mois au cours de l’année 1976 suite à la nomination de Jean Tiberi au gouvernement comme secrétaire d’État – se traduit par un travail parlementaire relativement limité (dans le temps et dans l’espace), a fortiori quand l’on s’éloigne du début de la carrière politique.

Une pratique sélective du métier parlementaire

22Le fait que le travail parlementaire occupe paradoxalement une place relativement limitée dans le temps d’un député est révélateur des effets des pratiques temporelles de l’élu sur la manière d’exercer le métier politique. C’est d’autant plus marquant que, au contraire de l’immense majorité des parlementaires, la dimension géographique n’a pas d’impact sur les conditions de cet exercice. En effet, et c’est un avantage majeur à souligner comparativement aux autres députés, la mairie et le domicile du député se situent tous deux à seulement trois kilomètres de l’Assemblée nationale. Le faible investissement dans le mandat parlementaire s’explique certes par les spécificités du régime politique, caractérisé par une marginalisation du Parlement dans l’espace du pouvoir, mais aussi plus concrètement par le management individualisé du temps par l’élu et par un exercice du mandat de député fondé sur une distanciation par rapport au temps parlementaire. La présence à l’Assemblée nationale est partielle, même si elle correspond à une assiduité presque systématique s’agissant de trois types de réunions régulières, pour lesquelles l’assiduité est considérée par l’élu comme impérative : les séances de la commission des lois dont le député est membre de manière quasiment continue, les séances de questions au gouvernement (les « QAG »), ainsi que les réunions du groupe parlementaire gaulliste.

23En plus de cette rationalisation stricte de la sélection des réunions suivies, la sélectivité relative aux obligations parlementaires se donne à voir dans un rapport au mandat orienté vers des interventions essentiellement locales, comme l’illustre une analyse rétrospective des deux derniers mandats de député (2002-2007 et 2007-2012) par l’intéressé :

« - […] Mais […] pour votre dernier mandat, […] vous avez fait assez peu de propositions de loi dans votre carrière.

- Non, moi je travaillais surtout à la commission des lois. J’étais l’orateur du groupe […] pour le budget, pour le logement. J’étais le plus présent en commission des lois et en séance publique. J’ai fait un rapport que j’ai pas retrouvé avec [Christophe] Caresche [député socialiste de Paris]. J’ai posé des questions d’actualité sur la sécurité, sur l’enseignement supérieur dans le Ve. […] En séance publique. Sur les universités, sur la sécurité. […] C’est un peu tendu. […] J’ai posé la question sur la sécurité, c’est [Nicolas] Sarkozy qui m’avait répondu, il était ministre de l’Intérieur. J’ai posé sur l’université, c’était le ministre […] des universités, qui était maire de Vannes.

- Ah oui, François Goulard.

- François Goulard. Un type très bien d’ailleurs.

- Ça c’était un moment émouvant, important ?

- Oui, oui, non, c’était, c’était pour montrer les questions auxquelles je m’intéressais. Et puis j’ai posé aussi des questions orales sans débat. C’est pas le même jour, […] c’est en séance publique, mais il y a presque personne.

- Vous aviez une politique particulière pour ce qui est des questions écrites, questions orales, le courrier parlementaire ?

- Non. J’ai posé des tas de questions écrites. J’en ai posé un nombre, alors là, considérable, sur tous les sujets. […]

- Ça, vous aimiez bien, pour euh, pour montrer à la circonscription que vous relayiez des demandes ?

- Pour montrer que je travaillais ! […] C’est pas le seul moyen d’ailleurs. Le fait d’être présent en commission, c’est important, mais les gens le savent pas. […] Ça j’en ai fait… »
(Entretien avec Jean Tiberi, 24 juin 2016, 15 heures 46, 1 h 15 min)

24On perçoit ici en filigrane le fait que le mandat de parlementaire est considéré, si on l’analyse par le biais des pratiques de l’élu, comme un mandat local. Le mandat de député prolonge en quelque sorte le mandat de maire, et non l’inverse. De surcroît, et plus subtilement, l’ensemble de l’activité politique est lu par le biais d’une conception territorialisée du temps du parlementaire. Tout se passe comme si cette conception constituait d’ailleurs une grille de lecture de l’activité politique et du champ politique en général. Par exemple, on l’a vu, dans le propos de l’ancien élu, un ministre est significativement (et logiquement, vu les différences en termes de durée des fonctions) perçu d’abord comme un maire. Cela illustre la prégnance de la sélectivité. En outre, l’ancien « député-maire » reconnaît qu’il est surtout intervenu pour les administrés de son territoire, le Ve arrondissement, et bien moins pour ceux qui résidaient dans l’arrondissement voisin, le VIe, dont une partie avait pourtant été incluse dans sa circonscription législative. Le travail parlementaire est enfin vécu comme largement invisible, en dehors de l’obligation de présence minimale.

25La manière d’exercer le « métier » de député (Boelaert, Michon et Ollion, 2017) est donc assurément très sélective. L’on mesure ainsi la différence entre les députés des quatorze premières législatures de la Ve République (1958-2017) ayant fréquemment des mandats locaux, notamment mayoraux, et ceux de la XVe législature (2017-2022), qui furent non seulement majoritairement des novices (Ollion, 2021), mais qui inaugurèrent, au début tout au moins, des pratiques du mandat moins territorialisées en raison de cette particularité rare mais aussi eu égard à la limitation du cumul des mandats.

Une pratique locale du mandat national

26La présence sélective au Parlement signifie une territorialisation de la pratique des mandats. C’est l’effet principal des pratiques temporelles sur l’exercice du métier. Si l’on prend en particulier pour critère la gestion du temps, cette sélectivité relative à l’exercice des mandats s’opère très nettement au bénéfice du territoire de l’élu local et du mandat mayoral. C’est ce qu’atteste un résumé de la manière d’appréhender le mandat lors de la dernière législature dans laquelle siégea Jean Tiberi (2007-2012) :

« - […] À l’époque, vous étiez […] plus proche de qui à l’Assemblée ? […]

- Oui, non, j’avais des rapports avec tout le monde, mais j’avais pas le temps de rester complètement, puisque même après j’étais quand même maire du Ve, je travaillais beaucoup sur l’arrondissement. […] J’allais à la commission [des lois], […] [aux questions] au gouvernement, j’ai même fait un rapport sur le logement […]. [I]l y avait des sociétés qui achetaient des logements, qui faisaient partir les gens. […] J’avais fait un rapport avec le député du XVIIIe, socialiste, […] [Christophe] Caresche. […] Très Valls, Valls et Hollande. […] [O]n a travaillé ensemble. […]

- Vous alliez quand même salle Colbert quand il y avait les réunions du groupe majoritaire et tout ça ?

- Bien sûr. J’allais toujours aux réunions de groupe. […] »
(Entretien avec Jean Tiberi, 10 juin 2016, 15 heures 57, 1 h 39 min ; souligné par nous)

27Cette sélectivité relative aux présences est donc une sélectivité pratique. Elle correspond à un type de rapport au mandat. Elle est aussi corrélativement thématique, dans le sens où elle ne signifie pas un retrait, puisqu’au long de sa carrière parlementaire, le député s’est forgé, comme il est de règle pour les élus, une spécialisation, en l’occurrence une spécialisation liée aux questions du logement. Mais cette dernière peut être vue comme une prolongation de sa spécialisation thématique locale au Conseil de Paris. Et cette spécialisation conduit elle-même à une sélectivité : « j’avais […] pas le temps […] [de suivre la politique étrangère] » (Entretien avec Jean Tiberi, 10 juin 2016, 15 heures 57, 1 h 39 min ). C’est donc au total une sélectivité « inversée » que l’on observe, en ce sens que l’élu met l’accent, s’agissant de l’usage du temps, sur le mandat qui est en apparence le moins élevé dans la hiérarchie symbolique, le mandat local. Cette pratique est ajustée à une sélectivité spatiale qui conduit l’élu à se cantonner à son espace d’élection, à « sur-territorialiser » son travail pour s’adapter à ses propres pratiques.

Une sélectivité spatiale : contrôler le territoire pour contrôler le temps

28Pour les parlementaires, la présence sur le territoire d’élection est fondamentale (Fenno, 2007). Une territorialisation de l’emploi du temps est la conséquence de cet impératif, surtout pour les élus ayant connu une longévité importante. Les pratiques temporelles ont des effets sur la manière (clientéliste et territoriale) d’exercer le métier politique. L’absence de temps, liée à la présence intensive sur le territoire, oblige de fait à une concentration géographique, à ne pas « perdre du temps », et donc en quelque sorte à ne pas « se perdre » soi-même dans des déplacements.

La sédentarité : gagner du temps dans et pour l’espace d’élection

29La sélectivité spatiale oblige à se concentrer géographiquement, y compris lors des campagnes électorales, par exemple les campagnes présidentielles, comme le montre cette remémoration de la période du début de la décennie 1980 :

« - […] Chirac, […] il vous considérait beaucoup comme parisien. Il vous a pas beaucoup associé aux campagnes nationales ? […]

- Non. […] Compte tenu de l’emploi du temps, je pouvais pas. […] J’ai été quelquefois en province [en 1981], mais je n’avais pas le temps. […] [Je n’]allais pas en province, je restais à Paris. »
(Entretien avec Jean Tiberi, 13 mai 2016, 15 heures 34, 1 h 12 min ; passages soulignés par nous)

30On le voit, la clé d’explication de la rationalisation du travail politique quotidien (Demazière, Le Lidec, 2014) est la suivante : « je n’avais pas le temps ». La gestion de l’emploi du temps est l’instrument de cette rationalisation. La rationalisation des pratiques temporelles a pour conséquence une très forte stabilité géographique, et pour le dire autrement, une sédentarité de l’élu, loin de l’image commune des professionnels nationaux de la politique engagés a contrario dans un mouvement perpétuel, comme l’illustrent les déplacements des présidents de la République (Mariot, 2007) et des candidats en campagne (Lefebvre, 2022). L’élu enraciné doit, en conformité avec ses pratiques temporelles, rester le plus possible sur « son » territoire, en sorte que le contrôle du territoire implique un strict contrôle du temps. Sa sédentarité et son implantation sont les conditions de son incarnation de cet espace d’élection qui implique une identification du territoire à son élu. Cette sélectivité géographique suppose en conséquence une maximisation de la présence territoriale, et ce dès les débuts de la carrière politique, comme l’exemplifie une réflexion portant sur la période qui suit les deux premières élections (comme conseiller municipal et conseiller général en 1965, et suppléant en 1967)  :

« - Moi j’étais là tout le temps bien sûr. Moi, j’étais le suppléant de [René] Capitant, qui était une personnalité, un homme d’État remarquable, mais il venait dans le Ve !

- Oui, même si c’était un homme d’État national.

- Il était élu local, il venait. Il écoutait mes conseils. Je lui disais : “il faudrait que vous veniez, ce serait bien, rue Mouffetard”, une réunion. Il faisait, il faisait. »
(Entretien avec Jean Tiberi, 28 mai 2015, 11 heures 16, 1 h 11 min ; souligné par nous)

31Rester à Paris le plus possible – en dehors des courtes vacances du mois d’août en Corse et ensuite à La Baule ou en Bretagne généralement – apparaît comme un impératif pensé et assumé comme tel et qui s’impose à la fois aux loisirs, à la vie familiale, à la vie quotidienne de l’élu mais aussi à l’exercice du métier politique en général. L’exemple des déplacements des députés l’illustre de manière limpide :

« [J]e n’ai jamais fait aucun voyage parlementaire. […] Je suis pas un passionné de voyages. J’estime que je n’avais pas le temps de le faire. […] C’était un choix. Ça aurait été au détriment d’autre chose. J’ai préféré faire mon travail, parisien et local, plutôt que de voyager. »
(Entretien avec Jean Tiberi, 13 mai 2016, 15 heures 34, 1 h 12 min ; souligné par nous)

32Cette sédentarité engendre au fil de la carrière un repli territorial très marqué, répondant à un impératif d’enracinement de plus en plus localisé.

L’impératif de localisation

33Cette sédentarité imposée est consubstantielle à la logique de sélectivité géographique. La professionnalisation est en effet liée à la notabilisation, à l’ancrage, ce qui « prend du temps » (et beaucoup de temps). L’on en veut pour preuve dans le cas des élus locaux la présence locale le week-end fréquemment évoquée et symbole d’une dimension sacerdotale du métier qui donne une forme particulière à un engagement lui-même spécifique (Faure, 2016). Dans le cas de Jean Tiberi, elle trouve son sommet dans la présence rituelle à la messe dominicale, suivie de celle sur les marchés de la place Monge et du bas de la rue Mouffetard, célèbre rue commerçante pavée et partiellement piétonne située au cœur du Ve arrondissement.

34Cette présence est de surcroît intensifiée dans les nombreuses configurations de campagne électorale dans lesquelles l’élu fut actif (une centaine au total, sur la totalité de la trajectoire). C’est le cas bien entendu à l’occasion des scrutins municipaux, mais de manière générale pour l’ensemble des campagnes électorales dans lesquelles l’enquêté fut engagé, et dont le marché de la place Monge fut le lieu central, de la première campagne comme militant pour les élections législatives du 17 juin 1951, à la dernière campagne comme candidat, celle du premier tour des élections municipales du 15 mars 2020 (Godmer 2019, 2021). L’on comprend mieux que la sédentarité, qui implique d’ailleurs localement des micro-déplacements, nombreux mais circonscrits, est un effet majeur des pratiques temporelles. La lutte contre le temps se déploie ainsi dans le cadre d’un quotidien du métier focalisé sur la bonne gestion du temps. Le déploiement d’une pratique parochialiste et clientéliste du métier politique suppose dans le temps long une forme de cantonnement territorial de l’acteur politique, qui est censé revenir sans cesse sur son espace d’élection, y rester le plus possible, l’arpenter en tous sens et en tout temps, et surtout de plus en plus. De manière significative, la période la plus difficile de la carrière en termes d’exposition et surtout de gestion acrobatique et contradictoire du temps, fut vraisemblablement la période d’éloignement relatif que représenta le mandat de maire de Paris pendant six ans. Il n’en fut pas de même lorsque le député et élu local fut nommé au gouvernement, parce que cette expérience fut de très courte durée. La suppléante de Jean Tiberi, Monique Tisné-Camus, démissionna aussitôt après la démission du Gouvernement, lui permettant de revenir, comme Jacques Chirac, très rapidement à l’Assemblée nationale, et surtout d’être à nouveau présent, comme avant et comme après, davantage et toujours davantage, sur son territoire.

Conclusion

35Les temporalités de la démocratie sont paradoxales : elles reposent sur une incertitude inhérente à la définition des mandats électifs. En revanche, les élus, s’ils sont engagés dans une carrière politique, se doivent de s’adapter à cette contrainte en tentant de durer pour pouvoir exercer de manière stabilisée et professionnalisée leurs mandats. Se fabriquer du temps dans le monde politique où il est rare et contraint et où les horizons sont incertains, est une opération complexe. Cela explique la rareté, et la raréfaction croissante, des élus ayant une longévité importante. Cette dernière présuppose des conditions elles-mêmes rarement réunies, et des ressources qui rendent possibles une carrière politique. Surtout, cela implique des pratiques politiques spécifiques, précisément des pratiques temporelles visant à construire une perpétuation du contrôle politique, de sorte que les horizons s’éloignent et que tout se passe comme si l’élu connaissant une longévité importante luttait avec succès, provisoirement mais plus aisément que les autres, contre le temps. Il peut, contrairement aux autres, projeter son action et l’entretien des liens avec les électeurs au-delà des temporalités cadrées par les échéances électorales.

36L’étude du cas de Jean Tiberi, qui siégea simultanément durant un demi-siècle au Conseil de Paris et à l’Assemblée nationale, en accumulant de nombreux mandats et fonctions, est particulièrement heuristique pour comprendre cette lutte contre le temps. En analysant l’activité de cet élu à la longévité exceptionnelle, l’on perçoit les ressorts de la fabrication du temps et de la sécurisation de temporalités partiellement autonomes, davantage longues. Or, ces pratiques temporelles impliquent une double sélectivité : d’une part, l’élu doit exercer de manière sélective ses mandats, se concentrant très nettement non seulement sur le mandat local, mais aussi sur une pratique localiste de son mandat national. Il devient de plus en plus sédentaire et replié sur son territoire au fil du temps. Le contrôle de l’espace est en effet vu comme la clé permettant de perpétuer un contrôle du temps, même si les soubassements parochialistes et clientélistes de ces pratiques temporelles eurent dans le cas d’espèce un coût médiatique et judiciaire élevé et durable.

37Les conditions qui permettent une telle survie politique semblent de plus en plus rarement réunies du fait d’une circulation du personnel politique accrue et de la limitation du cumul des mandats. Dans le cadre d’une accélération généralisée des temps sociaux (Rosa, 2010), les élus apparaissent en quelque sorte pris en tenaille entre présentisme (Hartog, 2003) et futurisme. Une nouvelle contradiction dans les temporalités de la démocratie se ferait ainsi jour : alors que la pression sur les professionnels de la politique les amène à faire face à une demande d’anticipation (« les dernières décennies ont été marquées par une diffusion et une diversification sans précédent des manières scientifiques d’anticiper pour gouverner » [Guéguen et Jeanpierre, 2022, p. 46]), ceux-ci sont de plus en plus rarement en situation de lutter contre l’incertitude et de durer eux-mêmes, alors que « [p]our le politique, le futur est un des attributs majeurs de son art du gouvernement » (Colonomos, 2014, p. 10).

Haut de page

Bibliographie

Baschet J., 2018. Défaire La tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits, Paris, La Découverte.

Briquet J.-L., 1997. La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin.

Briquet J.-L., Godmer L. (dir.), 2022. L’ancrage politique, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.

Chollet A., 2011. Les temps de la démocratie, Dalloz.

Colonomos A., 2014. La politique des oracles. Raconter le futur aujourd’hui, Paris, Albin Michel.

Demazière D., Le Lidec P. (dir.), 2014. Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Faure A., 2016. Des élus sur le divan. Les passions cachées du pouvoir local, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Fenno R. F. Jr., [2007] 2017. Congressional Travels. Places, Connections, and Authenticity, New York-Londres, Routledge.

Godmer L., 2021. Le travail électoral. Ethnographie d’une campagne à Paris, Paris, L’Harmattan.

Godmer L., 2019. Le travail électoral. Faire campagne à Paris, mémoire d’HDR en science politique, Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Godmer L., Marrel G., 2022. « Les temps de la politique », La Vie des idées, 5 avril.

Godmer L., Marrel G., 2015. La politique au quotidien. L’agenda et l’emploi du temps d’une femme politique, Lyon, ENS Éditions.

Guéguen H., Jeanpierre L., 2022. La perspective du possible. Comment penser ce qui peut nous arriver et ce que nous pouvons faire, Paris, La Découverte.

Hartog F., 2003. Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil.

Koselleck R., [1979] 1990. Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduction française Jochen Hoock et Marie-Claire Hoock, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lagroye J., 1994. « Être du métier », Politix 28, p. 5-15.

Lagroye J., 1973. Société et politique. J. Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris, Pedone.

Le Bart C., 2022. « L’ancrage à distance. Jean-Yves Le Drian, “ministre de la Bretagne” ? », in Briquet J.-L., Godmer L. (dir.), L’ancrage politique, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, p. 111-133.

Le Bart C., Lefebvre R. (dir.), 2005. La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Lefebvre R., 2022. « Faire campagne pour l’élection présidentielle. La légitimation par le terrain », Métropolitiques, 7 avril.

Lefebvre R., 2014. « Le temps de la représentation. La fabrique de l’agenda des élus cumulants », in Alice Mazeaud (dir.), Pratiques de la représentation politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 123-138.

Mariot N., 2007. C’est en marchant qu’on devient président. La république et ses chefs d’État 1848-2007, Montreuil, Aux lieux d’être.

Marrel G., 2003. L’élu et son double. Cumul des mandats et construction de l’État républicain en France du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle, thèse pour le doctorat en science politique, Université Grenoble-II.

Marrel G., Payre R. (dir.), 2018. Temporalité(s) politique(s). Le temps dans l’action politique collective, Louvain-la-Neuve, De Boeck.

Marrel G., Payre R., 2001. « Le temps des maires. L’allongement du mandat en 1929. Une redéfinition de l’espace politique municipal », Politix 53, p. 59-86.

Mattina C., 2016. Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille, Paris, Presses de Sciences Po.

Négrier E., 2001. « Municipales 2001. Les nouveaux fiefs », Pôle Sud 15, p. 109-117.

Ollion É., 2021. Les candidats. Novices et professionnels en politique, Paris, Presses Universitaires de France.

Phélippeau É., 2002. L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin.

Rosa H., [2005] 2010. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, traduction française Didier Renault.

Rouban L., 2011. « Les députés, Sociologie politique des députés de la Ve République, 1958-2007 », Cahiers du CEVIPOF 55, septembre.

Weber M., [1919] 2003. Le savant et le politique, Paris, La Découverte, traduction française Catherine Colliot-Thélène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Godmer, « Lutter contre le temps dans l’univers politique »Temporalités [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 17 novembre 2022, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/10273 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.10273

Haut de page

Auteur

Laurent Godmer

Université Gustave Eiffel
laurent.godmer@univ-eiffel.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search