Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités37-38Les temporalités du nocturne« L’avis des nuiteux »

Les temporalités du nocturne

« L’avis des nuiteux »

Négociations formelles et informelles autour du travail de nuit dans la police
“Our view”. Formal and informal negotiations about night work in the police
“La opinión de los nocheros”. Negociaciones formales e informales sobre el trabajo nocturno en la policía
Marion Guenot

Résumés

Cette contribution propose un bref panorama des enjeux du travail de nuit dans la police à travers des portraits de situations et d’agents travaillant en brigade anticriminalité (BAC) et police secours, permettant d’assurer une présence policière 24 heures/24 et 7 jours sur 7. Elle explore également les revendications salariales, syndicales et associatives, récentes car survenues seulement au milieu des années 2010. Comment ces agents en sont venus à se mobiliser et à faire entendre leurs revendications, tant auprès de leurs syndicats que des pouvoirs publics ? Quelles sont, au quotidien, les négociations et adaptations plus informelles pouvant être observées dans ce mode de vie et de travail singulier ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans cette contribution, tous les noms des villes et des personnes ont été modifiés.

23 heures. Dans le hall du poste de police où nous venons de conduire un jeune homme, retrouvé après avoir cassé son bracelet électronique et être parti en cavale durant six mois, nous attendons que l’officier de police judiciaire (OPJ) notifie le placement en garde à vue. Tandis que nous piétinons, un policier d’une autre brigade, ayant connaissance de ma qualité de chercheuse, s’adresse à moi : « C’est super ingrat de bosser à la nuit. Tout le monde se fout de nous. Là-haut dans les bureaux, ils sont partis depuis 19 heures. Ils dorment tous bien tranquillement à l’heure qu’il est. On a un problème, ils ne sont pas là, à part pour nous cogner dessus si jamais. On est leurs putes. » Je souris. « Non, non mais c’est vrai ! Notez-le bien ça. On est leurs putes ».
Journal d’observation, Brigade Anticriminalité (BAC) d’Oville1, région parisienne, hiver 2022.

  • 2 L’autrice de cet article remercie les coordinatrices de ce numéro spécial sur les mondes de la nuit (...)
  • 3 L’Aide Sociale à l’Enfance.

1De l’avis de tous les policiers rencontrés dans le cadre de mes travaux sur les mondes policiers2, les agents qui travaillent à la nuit ont, selon l’expression consacrée, « un caractère bien trempé », comme l’illustre cette note de terrain. Selon des agents plus anciens, c’est dû à la conjonction de trois facteurs : les policiers travaillant la nuit sont plus autonomes dans leur travail, en l’absence de leurs supérieurs ; ils seraient confrontés à une délinquance plus dure que celle de la journée – « la nuit, c’est un métier ! », me dit-on souvent –  ; enfin, pendant de nombreuses années, les hiérarchies auraient eu tendance à placer à la nuit des policiers affichant des déviances de tous ordres : « râleurs », alcooliques, dépressifs, caractériels et autres fonctionnaires peu présentables à la vue du public en journée. Pourtant, la condition de ceux qui se surnomment « les nuiteux », a peu fait parler d’elle jusqu’à très récemment, qu’il s’agisse du débat public ou des revendications syndicales. Du côté des publications scientifiques, les conséquences dommageables du travail de nuit policier sur la vigilance, les performances au travail et le sommeil ont été fort documentées, particulièrement en Amérique du Nord (Vila, 1996 ; 2010 ; Waggoner, 2012 ; Waggoner et al., 2012 ; Fekedulegn et al., 2017 ; Koshy et al., 2019). Mais encore rares sont les études qui abordent de front les spécificités du travail policier de nuit (Gathérias, 2000). En sociologie du travail et des conditions du travail policier (Monjardet, 1995 ; Loriol, 2012) voire en sociologie des conditions de travail (Mercure, Regimbald, Tanguay, 1987 ; Toupin, 2006 ; Algava, 2009 ; Bouffartigue, 2012), les policiers sont le plus souvent simplement évoqués, alors même que les métiers d’ordre figurent parmi les principaux pourvoyeurs de travail de nuit au sein de la fonction publique, avec 21 300 agents, soit un policier sur sept, travaillant de nuit. Dans un article classique, Murray Melbin (1978) décrit la vie sociale nocturne dans les zones urbaines comme étant frappée par d’autant plus d’illégalismes qu’il est de notoriété publique que les policiers de Washington comme de Boston roupillent dans leurs voitures. En l’absence de la hiérarchie, les décisions prises par les policiers en situation sont bien moins standardisées et peuvent être empreintes, selon les cas, d’une plus grande humanité ou d’un plus grand arbitraire (Melbin, 1978). Dans un article centré sur la répression des excès de vitesse ou des conduites dangereuses au volant occasionnées par le manque de sommeil durant la nuit, les policiers témoignent des mêmes comportements déviants en fin de vacation (Radun et al., 2011). Dans une perspective de sociologie de l’ordre et de la force publique, l’analyse détaillée de ce qui est demandé à la police de nuit montre que cette dernière remédie à la fermeture des autres services de secours et d’assistance envers les plus démunis, qui instrumentalisent alors l’intervention des policiers en l’absence d’autres interlocuteurs disponibles (Sanselme, 2007). Effectivement, alors que j’accompagne un équipage de Police Secours à l’hôpital qui nous a sollicités pour un adolescent fugueur, on nous prévient immédiatement : « On est vraiment désolés, mais à cette heure-ci [21 h 40], il n’y a plus que vous ! », (Journal d’observation, police secours d’Alphaville, décembre 2022). Ce n’est qu’au terme d’un long et pénible interrogatoire du personnel médical que la cheffe d’équipage parvient à obtenir de précieuses informations sur l’adolescent à rechercher, agressif et connu comme étant placé à l’ASE3, atteint de bipolarité et en rupture de traitement médicamenteux, en conflit avec son éducateur tout comme avec sa mère qui l’élevait seule. De fait, les métiers policiers sont semblables à ceux des hôpitaux et de la production d’énergie, où la question de la nécessité d’effectifs présents la nuit pour assurer le service en continu ne se pose guère, mais il n’en va pas de même pour leur gestion (Barthe, Quéinec, Verdier, 2004). En effet, la division du travail policier induisant la mobilisation d’équipes dédiées exclusivement à la nuit ne va pas de soi et n’est pas très ancienne, elle date du milieu des années 1990. Plus encore, elle est, comme nous allons le voir, la source d’intenses mobilisations syndicales et salariales qui prennent leurs racines vingt ans plus tard, le temps que se construise une condition du policier de nuit, et la conscience collective de cette condition commune. Manifestations de rue, dépôts collectifs de plaques et de menottes devant des lieux symboliques, performances artistiques : la nuit peut en effet être appréhendée comme territoire de mobilisation, à la fois comme « espace-temps et enjeu de mobilisations », comme le préconisait un article programmatique (collectif CANDELA, 2017). À la conjonction d’une sociologie du travail policier et d’une sociologie du travail de nuit chez les infirmières, les métiers de secours et même dans le secteur privé, il s’agit de se placer au plus près du vécu des acteurs, pour qui la nuit demeure chargée d’un univers de sens très positif.

2Quel est l’impact des contraintes temporelles, à la fois sur l’organisation des régulations informelles (y compris dans la réalisation du travail policier) et sur les mobilisations collectives ? Comment ces agents en sont venus à se mobiliser et à faire entendre leurs revendications, tant auprès de leurs syndicats que des pouvoirs publics ? Quelles sont, au quotidien, les négociations et adaptations plus informelles pouvant être observées dans ce mode de vie et de travail singulier ?

  • 4 Lorsqu’il s’agit de courir derrière une personne qui a pris la fuite.

Méthodologie
Cette contribution mobilise deux types de sources, fruit d’une recherche sur les conditions de travail dans la police, le syndicalisme et les mobilisations collectives entamée il y a trois ans. Tout d’abord, des observations ponctuelles : quatre observations d’une nuit dans des Brigades Anti Criminalité (BAC) en 2021 et huit nuits d’observation dans une Police Secours en 2022 ont été menées, le tout en région parisienne. Munie d’un gilet pare-balles et d’un brassard « observateur », j’ai pu accompagner les équipages sur la voie publique. Si les policiers « nuiteux » rencontrés au travail, sont tous des hommes (à une exception près), qu’il m’a été systématiquement et formellement défendu de suivre « quand ça part à la courette4 », mes recherches et le projet de « se faire nyctalope, comme les enquêtés » (Menoux, 2017) ont reçu un accueil enthousiaste et les policiers ont vite apprécié de pouvoir se confier dans la voiture en l’absence de leur hiérarchie. En revanche, les propositions d’entretien se sont majoritairement vues opposer une fin de non-recevoir et il m’a fallu plutôt opter pour des entretiens informels, cadre bien moins contraignant et surtout intimidant que l’entretien formel (Bruneteaux, Lanzarini, 1996). Ensuite, des entretiens avec des « nuiteux » dans le contexte de leur travail, non mobilisés, ont été menés dans le cadre d’une enquête par questionnaire et entretiens sur les conditions de travail durant le confinement. Enfin, des entretiens ont été réalisés auprès des représentants associatifs et syndicaux : les deux principales forces syndicales chez les petits fonctionnaires de police, agents de première ligne : le collectif « Option nuit », rattaché depuis peu à Alliance police nationale, première force syndicale, Unité-SGP police Force Ouvrière, deuxième syndicat majoritaire chez les gardiens de la paix, et l’association Union Nationale des Policiers Indépendants (UPNI). Dans ce cadre, les entretiens formels n’ont rencontré aucune difficulté, car elle a été saisie par les acteurs comme une opportunité de visibiliser leurs actions et leurs revendications.

  • 5 Pour Jour 1 et Jour 2. Ces équipes de jour alternent : une semaine sur deux, elles sont affectées a (...)

3Le travail de nuit concerne les policiers de la sécurité publique, qui patrouillent sur la voie publique ou assurent l’accueil dans les commissariats, ainsi que le traitement des gardés à vue et travaillent ainsi en régimes dits « cycliques », c’est-à-dire qu’ils se relaient pour assurer un travail et une présence humaine 24 heures/24 et 7 jours sur 7. Prenons l’exemple d’une police secours, aussi appelée « brigade de roulement », parce que les 24 heures de service continu à assurer sont réparties entre trois équipes : la première assurant le service de 6 heures à 14 heures (J1), la seconde de 14 heures à 22 heures (J2)5 et la troisième, exclusivement dédiée à la nuit, de 22 heures à 6 heures du matin. Cet article ne concerne donc pas les agents de la police judiciaire ou des services d’enquête des commissariats, qui travaillent en régime hebdomadaire, du lundi au vendredi et à des horaires de bureau classiques, pas plus que les Compagnies Républicaines de Sécurité (CRS), du maintien de l’ordre, qui certes travaillent occasionnellement la nuit, mais ont un régime « mixte », c’est-à-dire adapté selon les circonstances de leurs missions. Par la force des choses, cette contribution est focalisée sur les agents des plus petits grades de la police, soit le corps d’encadrement et d’application (CEA) de la police nationale : gardien de la paix, brigadier, brigadier-chef, major.

4Dans un premier temps, je reviendrai sur l’historique du cadre réglementaire du travail de nuit dans la police. Dans un second temps, je présenterai la manière dont les agents s’adaptent aux contraintes de ce travail particulier. Un troisième temps sera consacré aux récentes luttes syndicales autour de celles et ceux qui se surnomment « les nuiteux », particulièrement menées en 2019 et 2020.

L’impact d’une contrainte temporelle nouvelle : la naissance du travail exclusif de nuit dans la police

  • 6 « Des policiers perturbés par leurs horaires », Libération, le 15 octobre 1996.

5L’année 1996 marque un tournant dans l’organisation et la répartition du travail policier, en étant tout d’abord une année où le nombre de suicides (n = 71) atteint des sommets encore inégalés aujourd’hui. L’année précédente, le médecin chef de la police nationale, Pierre Henri Ceccaldi, rend une étude au ministre de l’Intérieur (Guidou, 2012), dans laquelle il accuse principalement les rythmes de travail d’être la source d’un « épuisement émotionnel », « d’une dépersonnalisation » et d’un « grave syndrome dépressif amenant parfois à la solution suicidaire »6. En cause, le cycle dit « 3/2 », trois jours de travail, deux jours de repos sur cinq jours. Les agents, travaillaient par exemple le lundi après-midi de 13 heures à 21 heures, puis le mardi, « matin nuit », à savoir le matin de 6 heures à 13 heures avant de reprendre le soir de 21 heures à 6 heures, de bénéficier de la « descente de nuit » pour dormir et se reposer le mercredi, avant d’être en repos complet le jeudi et vendredi, de travailler le samedi après-midi, matin-nuit le dimanche, une nouvelle descente de nuit le lundi, repos le mardi et mercredi… et ainsi de suite. Pour compléter leurs heures, vu qu’ils ne réalisaient pas la totalité prévue par les textes, ils réalisaient 4 heures 30 supplémentaires tous les quinze jours, le plus souvent sur la descente de nuit. Dans les documents officiels, le « 3/2 » a été représenté de la façon suivante :

Semaine type d’un groupe en brigade de roulement

Semaine type d’un groupe en brigade de roulement

Source : instruction générale du 26 juillet 1996 relative à l’organisation du travail dans la police nationale (IGOT)

  • 7 Source : Entretien dans les locaux d’Unité-SGP Police FO.

6De l’avis des syndicalistes et des policiers plus anciens interrogés dans le cadre de cette étude, ce rythme était effectivement dur à tenir, mais il était fort apprécié en comparaison des rythmes imposés par l’administration policière par la suite : « c’était épuisant, mais on n’a jamais aussi bien travaillé que comme ça ! »7.

7Sur fond de défiance syndicale forte, des sondages sont menés dans les commissariats pour proposer le passage en « 4/2 », sur des cycles de 6 jours, 4 jours de travail, 2 jours de repos et par la même occasion « sanctuariser la nuit », c’est-à-dire créer toute une cohorte de policiers et policières travaillant exclusivement la nuit. Le travail exclusif de nuit est né. Ce cycle va être bien moins apprécié, car en comparaison du précédent, il permet de consacrer moins de temps à la vie de famille et en particulier, de disposer de moins de dimanches de repos avec 1 week-end complet sur 6.

La naissance du travail de nuit dans la police, semaine type du cycle 4/2

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

Samedi

Groupe 1

N

N

N

N

R

R

Groupe 2

N

N

R

R

N

N

Groupe 3

R

R

N

N

N

N

Source : Unité SGP-police FO

  • 8 Source : Question de Jean Rigail à l’Assemblée Nationale au ministre de l’Intérieur, le 17/11/1997.

8Deux éléments sont tout de suite frappants, et tiennent dans les économies que parvient à faire l’administration policière : d’une part, les descentes de nuit disparaissent et d’autre part, ce cycle de travail permet d’économiser des effectifs policiers, estimés à 2 200 policiers du corps de maîtrise et d’application, soit 10 % des effectifs des unités de roulement8 et de redéployer les autres policiers sur d’autres missions ; et enfin, de gagner du temps avec une prise unique de service sur 24 heures.

  • 9 Directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003 concernant certains asp (...)

9Un nouvel évènement survient en 2003, c’est la réglementation européenne imposant un repos journalier de 11 heures minimum9. Pour trouver ces 11 heures, l’administration policière va expérimenter un certain nombre de variantes à ces cycles qu’il n’est pas nécessaire de détailler ici. Les syndicats, de leur côté, tentent également de faire expérimenter des cycles horaires (Pabion, 2018), mais leur projet, bien qu’expérimenté dans un certain nombre de commissariats, est très peu prisé par l’administration, car jugé trop coûteux en effectifs. L’ensemble de ces cycles expérimentés continuent de s’inscrire dans la dynamique de sanctuarisation du travail de nuit.

10Au mois de septembre 2019, l’arrêté portant sur l’organisation relative au temps de travail (APORTT) est mis en place. Ce texte, qui sera analysé plus en détail au fil de l’article, introduit plusieurs nouveautés. Citons deux évolutions significatives à cette occasion : la première est l’économie en termes d’effectifs avec une seule équipe au travail, une seule équipe au repos. D’autre part, le texte propose d’instaurer des journées et des nuits de travail à 11 h 08 et 12 h 08 pour des cycles de travail de « 2-2-3/2-2-3 », ce qui permet de bénéficier de davantage de week-ends de repos, mais exige des plages horaires de présence au travail bien plus concentrées et étendues.

Le cycle dit « à 11 h 08 ou 12 h 08 », ou cycle « 2-2-3/2-2-3 »

Groupe 1

N

N

R

R

N

N

N

R

R

N

N

R

R

R

Groupe 2

R

R

N

N

R

R

R

N

N

R

R

N

N

N

Source : Unité SGP-Police FO

11Si cette formule convient bien aux policiers qui travaillent de jour, elle est bien plus difficile à supporter la nuit car les horaires sont bien plus étendus (Cheyrouze, Barthe, 2018). Si le nombre de vacations à réaliser diminue nettement : 150 à réaliser sur l’année, contre 240 avant 1996, les policiers peinent à s’adapter à ces horaires de nuit. Dans les commissariats de cette enquête, où tous les policiers travaillant en « 4/2 », les agents se montrent finalement attachés à ce rythme, par crainte de se voir imposer des nuits de travail durant 11 heures ou 12 heures. J’ai rencontré un policier quittant son commissariat d’origine pour intégrer celui d’Alphaville précisément pour fuir ces horaires trop étendus : « On fait 19 heures-7 heures du matin ! Pour peu qu’il y ait une mission à rallonge, ce qui arrive à chaque fois, ça plus le temps de rentrer chez soi, on dort plus, on vit plus ! ».

L’impact des contraintes temporelles sur l’organisation des régulations informelles

12Les agents décrivent une solidarité particulière entre les policiers et policières qui travaillent la nuit : en raison d’effectifs forts restreints, ils savent ne pouvoir compter que sur les nuiteux des autres services ou circonscriptions au cas où ils auraient impérativement besoin de renforts, ce qui arrive fréquemment. Lors de mon terrain, il nous est souvent arrivé de nous transporter à toute vitesse dans les villes voisines du département parce que la brigade locale était occupée à une autre tâche, ou en situation de sous-effectif. Un soir de décembre 2022, une grande partie de la brigade de nuit d’Alphaville ayant été touchée par la COVID-19, il a semblé naturel au chef de poste de m’envoyer accompagner le seul policier bien portant dans ce qui a constitué une sorte d’équipe mutualisée avec le commissariat voisin, patrouillant sur l’ensemble du district. De plus, dans la majorité des commissariats de région parisienne, les officiers de police judiciaire (OPJ), seuls habilités à placer les personnes interpellées en garde à vue sous l’autorité du magistrat, ne sont plus présents à partir de 19 heures. Ceci contraint les policiers à conduire la personne interpellée au commissariat central du district, où des OPJ sont présents toute la nuit, avant de ramener la personne une fois sa garde à vue actée dans le commissariat d’origine. Tout ceci contribue au brassage des brigades et des effectifs qui se croisent au poste tous les soirs, se connaissent, échangent quelques mots et plaisanteries dans l’attente de la décision de l’OPJ. Par-delà les services et les unités, j’ai donc observé que des échanges chaleureux et des liens forts semblaient unir les agents qui travaillent à la nuit. Au sein d’une même équipe, les nuits passées à patrouiller ensemble, en petits groupes, sont également à la source d’un fort sentiment de solidarité. J’ai remarqué que les agents, qui indiquent parfois voir plus souvent leurs collègues que leurs familles, partagent des repas et des cafés lors des vacations, échangent beaucoup sur leurs vies personnelles pour tromper l’ennui lors des patrouilles. De fait, il est assez aisé pour la sociologue, même très brièvement de passage, de recueillir des données de parcours et de trajectoire sur les agents rencontrés et, surtout, sur la manière dont les agents gèrent les décalages occasionnés par le fait de travailler la nuit.

  • 10 Entretien, major, 2022.
  • 11 Ce terme désigne le fait de renvoyer les requérants vers un autre service ou une autre plage horair (...)

13Cette forte solidarité entre les équipages a pour corollaire des rapports distants avec la hiérarchie, notamment le corps des officiers et commissaires. Parce que ce qui délimite la nuit est avant tout social (Menoux, 2017), les réformes successives ont eu pour effet de concentrer le corps d’encadrement et d’application et de diminuer drastiquement le nombre d’officiers qui travaillent la nuit, ce dont témoigne un agent proche de la retraite en entretien : « avant, ils passaient, les officiers. Ils étaient là toutes les nuits. Maintenant on ne voit plus personne [de la hiérarchie]. Vous en avez vu beaucoup, vous ? Ben moi non plus10. » L’autonomie que les agents déclarent réellement apprécier est ainsi à double tranchant : l’absence de présence de la hiérarchie témoigne à leurs yeux d’un manque de reconnaissance des lourdeurs de leur travail. Comme dans d’autres corps de métiers, tels que les concierges d’hôtel, la nuit constitue un « piège » (Menoux, 2017) au sens où elle nourrit bon nombre de fantasmes : principalement au contact des policiers de jour dans un premier temps, je suis prévenue : « à la nuit, ils passent leur temps à shooter11 ! ». Confrontés à ces propos, les policiers de nuit déclarent en avoir l’habitude « c’est bien pratique de nous cracher dessus, parce qu’on n’est pas là pour se défendre ! » (Journal de terrain, Police Secours d’Alphaville, printemps 2023). Mais plus qu’une pratique de « shootage », ce qui est en réalité observé, c’est la prise d’un contact « préalable au travail d’accès aux droits qui pourra être déployé en journée », à l’exemple d’une victime de violences conjugales que les policiers tentent d’escorter à son domicile pour qu’elle récupère ses affaires. Alors que la porte du domicile conjugal reste close, les policiers lui indiquent qu’elle devra attendre l’arrivée de l’OPJ pour autoriser la fracture de la porte. Ils la raccompagnent alors au commissariat, lui proposant d’y passer la nuit au chaud dans l’attente.

L’expérience de travailler la nuit : tenir ensemble dans le travail

14Mais de bonnes conditions de travail ne se limitent pas à l’expression de relations chaleureuses et conviviales sur le lieu de travail, il faut aussi pouvoir travailler différemment des agents qui effectuent le travail en journée (Carteron, 2008). Le travail de nuit exige en effet de pouvoir se déployer comme régime culturel spécifique (Vercauteren et Connangle, 2006). Aller à l’encontre des rythmes circadiens n’est pas chose aisée et les fonctionnaires sont doublement pénalisés sur le plan biologique : nous sommes ainsi faits que nous ne pouvons que difficilement rester éveillés la nuit et, plus encore, dormir en journée. Comme je l’ai expérimenté, après avoir contenté une fringale et pris une douche jusqu’à environ sept heures du matin, on ne sommeille que jusqu’en début d’après-midi. De manière contre-intuitive, on apprend vite à apprécier d’avoir son après-midi de libre chez soi pour se reposer tout en restant éveillé et, pour les fonctionnaires qui ont des enfants, de pouvoir passer du temps avec eux à la sortie de l’école. Mais ces temps de sommeil sont à géométrie variable. Mon terrain ayant lieu au début de l’hiver, avec l’avancement d’heure et la grisaille, la luminosité extérieure est plus faible. Aussi, les fonctionnaires se plaignent de dormir jusqu’en début de soirée.

  • 12 Les policiers appellent « servitudes » toutes les missions qui ne concernent pas les appels de la p (...)

15Se pose ensuite la question de tenir toute la nuit. De manière simplifiée, j’ai observé que les nuits de travail pour la police secours et la BAC peuvent aisément être découpées en trois temps : un début de soirée fort animé, allant jusqu’à deux heures du matin, avec de nombreux appels de la population et petites « servitudes »12 ; vient ensuite une sorte de « ventre mou » qui va s’étendre jusqu’à cinq heures du matin, où les appels de la population se raréfient. Même les dealers de rue et les guetteurs dorment dans un abri ou une voiture. Tandis que nous arpentons des cités désertes, les policiers s’amusent : « Il ne va pas être content, ton patron, de te voir roupiller au lieu de nous surveiller ! » (Journal d’observation, Police Secours d’Alphaville, hiver 2022). C’est aussi le moment où l’on lutte contre la somnolence. J’ai particulièrement été affectée par cette dernière, ce qui n’a pas manqué d’amuser les policiers que j’accompagnais. Toutefois, j’ai aussi pu constater que les fonctionnaires semblant les plus aguerris s’y laissaient prendre également, comme le gardien de la paix Anthony qui, durant une nuit, piquait du nez à mes côtés, tout en sursautant régulièrement pour participer à la conversation des policiers installés à l’avant du véhicule. Quelques heures plus tôt, il s’était lui-même plaint d’avoir conduit, plusieurs jours auparavant, une voiture avec à son bord trois collègues dormant à poings fermés. Vient ensuite la fin de vacation, où la ville s’éveille et les affaires reprennent. Cambriolages, agressions, vols : « Être appelés juste à l’heure de rentrer, ça c’est un classique ! » (Journal d’observation, BAC de Betaville, hiver 2022).

  • 13 Entretien, Guillaume, brigadier-chef, Centre d’Information et de Commandement (CIC), Option Nuit, p (...)

16Pour tenir au cœur de ce « ventre mou », diverses stratégies sont adoptées. En premier lieu, le repas du soir est déplacé au milieu de la vacation, à partir de deux heures du matin, lorsque les missions sont terminées. Puis, tout au long de la nuit, on consomme diverses boissons à base de caféine, ce qui a le mérite d’aider à rester éveillé, mais n’est pas sans conséquences sur le système digestif. En l’absence d’appels de la population, les agents développent aussi d’autres missions qui leur permettent de rester alertes. Les personnes qui traînent dehors, à une heure tardive, sont rapidement suspectées : « Qu’est-ce qu’elle fout dehors et en pyjama par ce froid ? (À moi) Vous voyez ? À cette heure-ci il n’y a plus que les cas soc’. Tous les gens normaux sont couchés de toute façon » (Journal d’observation, BAC de Betaville, hiver 2022). Dans ces moments, les protagonistes s’accordent pour mener diverses activités de « chasse » : aux excès de vitesse des automobilistes, comme des petites planques en vue de débusquer de la drogue dans les « cités chaudes ». Dans ces moments, la voiture est conduite à toute vitesse, on court, on se faufile, on entre en contact avec des personnes à l’occasion de contrôles et de fouilles. Sans être un but recherché – la plupart du temps, la voiture patrouille doucement dans les rues –, ces rares activités provoquent ainsi un effet particulièrement apprécié des policiers : l’augmentation de l’adrénaline. C’est particulièrement le cas des rares appels radios survenant au cœur de la nuit. De fait, bon nombre d’agents expliquent être devenus « accros à l’adrénaline » : « c’est l’adrénaline qui permet de tenir, c’est ça que les gens ne peuvent pas comprendre !13 ». Selon la plupart des agents, c’est le travail de rédaction de procès-verbal ou de compte rendu d’analyse qui est le plus redouté durant la nuit, car il exige des capacités de concentration qui sont de moins en moins disponibles aux agents au fur et à mesure que la nuit avance. Comme Jessy de la police scientifique, ou Guillaume du CIC, les agents décrivent comment ils restent bloqués sur une formulation, peinent à trouver leurs mots, peinent à comprendre ce qu’ils viennent d’écrire. Pour Jessy, la chose est plus aisée, car elle confie avoir installé un lit de camp dans son bureau, ce qui lui permet de faire de courtes « siestes » et de reprendre son travail à tête reposée par la suite.

17Enfin, le rapport qu’entretiennent les fonctionnaires au décalage vis-à-vis du reste de la société vivant le jour est ambivalent. Ils apprécient en effet d’éviter les bouchons en conduisant, d’avoir à faire la queue lorsqu’ils font leurs courses au petit matin, de ne pas éprouver les difficultés éventuelles à se lever tôt et de profiter de l’énergie qu’a procurée la nuit de travail. Cependant, de nombreux évènements quotidiens et ordinaires (des travaux en bas de chez soi, un livreur, une compétition sportive, une réunion avec la hiérarchie, un barbecue dominical en famille ou entre amis) les contraignent souvent à se « redécaler » pour être en diapason avec la majorité qui vit en journée. Ces moments sont d’autant plus difficilement vécus qu’ils ne sont pas compensés, ni par du temps de repos ni sur le plan financier.

Trois modalités d’entrée à la nuit

18De l’avis de l’ensemble des agents rencontrés dans le cadre de cette enquête, ce n’est effectivement pas pour l’argent que l’on vient travailler à la nuit. Et pour cause : au moment où commence cette enquête, dans la police, on touche une prime de 17 centimes par heure de nuit travaillée, à laquelle s’ajoute une prime de 80 centimes en cas de travail « intensif ». Ce dernier concerne les agents qui sont sur la voie publique. Ainsi, au moment où commence cette enquête, les policiers qui patrouillent la nuit sur la voie publique dans les « quartiers sensibles » touchent en tout et pour tout 97 centimes de l’heure, ce qui fait 9 ou 10 euros par nuit. Les policiers et policières ne choisissent pas davantage ce cycle parce qu’ils favoriseraient les avancements de carrière. Dans le cas des nuiteux, les carrières peuvent au contraire avoir tendance à stagner : les fonctionnaires qui travaillent la nuit sont moins connus de leurs supérieurs hiérarchiques, qui peuvent avoir tendance à privilégier les agents avec lesquels ils sont en contact au quotidien, le jour. À rebours des travaux qui indiquent une meilleure rémunération et un effet positif sur les carrières (Bouffartigue, 2012) et dans la perspective des travaux qui montrent les rapports complexes que les agents entretiennent au « volontariat » (Grimaud, 2022), nous avons identifié trois modalités d’entrée à la nuit. Une première modalité d’entrée à la nuit est le fait d’y être poussé par sa hiérarchie. C’est le cas du gardien de la paix Rafael qui avait demandé à intégrer la Police Secours en journée, mais « ils n’ont pas vraiment tenu compte de ma demande ». Mais au bout de quelques mois, alors qu’une place en jour lui a enfin été ouverte et son remplaçant affecté, il finit par rédiger un rapport indiquant son choix de rester à la nuit, à la fois pour la « matière » (deuxième modalité) et pour s’arranger avec son épouse, infirmière la nuit (troisième modalité).

19Une seconde modalité d’entrée à la nuit est le choix de travailler à la nuit pour la « matière » – les formes de délinquance – particulière qu’elle « apporte » : ivresse publique et manifeste (IPM), trafic de stupéfiants, bagarres en soirées ou sorties de boîte de nuit, bars, vols avec violences, tapages nocturnes, violences conjugales, etc. C’est le cas de Sophie et Paul, jeunes gardiens de la paix à la BAC de nuit d’Asville tout juste sortis de l’école de police :

Sophie : « On est venus à la nuit parce que c’est là qu’il y a le plus d’action. L’ambiance est différente, les délinquants ne sont pas les mêmes, c’est beaucoup plus intéressant de travailler la nuit ! ».

Moi : « Mais pour vous qui venez du Nord, ça vous fait quoi de travailler dans un coin comme Asville [ville populaire de banlieue parisienne de près de 85 000 habitants] ?

Paul : « Ben je me suis dit : “Whaaaaaa !” (Il sourit, ses yeux brillent), c’est vraiment un putain de terrain de jeu ! Et la nuit c’est encore mieux. »
Journal d’observation, BAC d’Asville, printemps 2022.

20Une troisième modalité d’entrée à la nuit est que cela permet de s’organiser avec un ou une conjointe qui travaille également à des horaires atypiques. C’est le cas de Luc, la quarantaine, policier à Paris et dont l’épouse infirmière travaille également en horaires décalés. Travailler la nuit lui permet d’être disponible le jour pour emmener et aller chercher sa fille à l’école. Luc est persuadé qu’il ne trouverait personne pour la garder en leur absence : « on serait refusés par tout ce qui est baby-sitter, parce que ce dont on a besoin, ce n’est pas très intéressant pour elles ». Sa fille approchant de l’adolescence, il n’envisage pas pour autant de basculer en journée, toujours pour les mêmes questions du choix de « matière » : « le travail de nuit, quand vous y entrez, après vous ne pouvez plus vous en passer ! ».

Mobilisations et négociations formelles autour du travail de nuit

Décembre 2019, au bureau national d’Unité SGP-Police FO, en pleine mobilisation contre la réforme des retraites. Une mini-réunion de crise a lieu entre le secrétariat général et le chef du secteur communication, qui gère les réseaux sociaux et les groupes WhatsApp du syndicat. Ce dernier s’inquiète : « le mouvement est en train de faire tache d’huile [chez les nuiteux] ». Emmanuel se plaint d’avoir reçu des coups de fil d’un référent nuiteux toute la nuit, il n’a pas décroché, ses journées de travail sont assez longues comme ça. Un communiqué d’une police locale du Sud-Ouest de la France est paru pendant la nuit et qui dit en substance : « Nous ne voulons pas du cycle à 12 h 08, nous demandons [au secrétaire général du syndicat] de venir en personne pour nous soutenir face à notre [hiérarchie]. Nous sommes prêts à nous cotiser pour payer son déplacement ». « Mais qui c’est ? » s’étonne le secrétaire général. « Ce n’est pas signé », lui répond-on. (Journal d’observation, décembre 2019, bureau national d’Unité SGP-police FO)

21On voit comment, dans un premier temps, les nuiteux peinent à se faire entendre des centrales syndicales, qui vivent essentiellement le jour. Mais si la concurrence syndicale est forte au sujet du travail de nuit, comme tout autre sujet, c’est que les nuiteux ont beaucoup fait parler d’eux, mais auprès d’un public averti. Les policiers « en colère » manifestant en 2016 suite à l’attaque de Viry-Châtillon sont des policiers de nuit, de même qu’une portion importante des policiers manifestants contre la réforme des retraites qui va de l’automne 2019 au mois de mars 2020.

22Après le premier confinement, les policiers de nuit sont nombreux à se mobiliser lorsque le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner annonce la fin de la clé d’étranglement suite à l’affaire Chouviat et des sanctions disciplinaires en cas de « soupçons avérés » de racisme. Des rassemblements ont lieu dans toute la France, on voit des policiers se rassembler la nuit devant des lieux symboliques et devant leurs commissariats pour y déposer leurs menottes. Ainsi, au-delà de la vive émotion qu’ont déclenché ces propos ministériels, si ces propos constituent le moteur du passage à l’acte de la mobilisation, les agents ayant le sentiment qu’on jette l’opprobre sur toute leur profession, ils n’en sont pas la cause profonde. Alors que les policiers de nuit se mobilisent intensément, lors de rassemblements non autorisés et sur leur temps de travail, le préfet Lallement prend des mesures disciplinaires contre 38 fonctionnaires. Peu de temps après, le président de la République se rend dans une unité de nuit pour rencontrer la BAC et la police secours et annoncer le déblocage de 10 millions d’euros pour les primes des nuiteux, soit 50 euros par mois et par agent. Estimant qu’il s’agit là d’une provocation, les policiers de nuit redoublent de mobilisation. Une nouvelle mobilisation a lieu en décembre 2020, lorsque le président de la République, interviewé par Brut, reconnaît l’existence de « violences de policiers », des contrôles au faciès et du racisme dans la police. Au mois de mai 2021, Éric Masson, un policier de nuit particulièrement apprécié dans la police et très investi dans la mobilisation des nuiteux, est tué sur un point de deal à Avignon. C’est alors qu’une nouvelle mobilisation d’ampleur mobilise l’ensemble des syndicats de police, pour une manifestation parisienne devant l’Assemblée Nationale. Ces quelques dates montrent que les mobilisations des policiers de nuit s’intensifient, le plus souvent en dehors des cadres syndicaux qui les rejoignent après-coup. Dans ce contexte, j’ai découvert un répertoire d’action collective très riche dans la police urbaine de nuit : des rassemblements, des dépôts de plaques et de menottes, des poèmes, des tracts, des vidéos, des challenges dans les commissariats, des performances artistiques telles que la prise de photos de groupes, l’affichage de l’emblème du hibou et surtout, la grève du zèle. À l’aide d’une main courante informatisée (MCI) du code 562, ce qui signifie la position d’attente, les agents ne prennent plus aucune initiative, ne réalisent plus aucun contrôle sur la voie publique et se contentent de répondre uniquement aux appels de la population demandant à être secourue, par exemple en cas d’agression. Par ce type d’action, on voit ce que les agents considèrent être au cœur de leur métier, la réponse aux appels de la population. Ces mobilisations sont d’autant plus étonnantes que le sort des travailleurs de nuit a été un vide syndical pendant de très nombreuses années.

De vide syndical à objet de vives concurrences

  • 14 Direction des Ressources et des Compétences de la Police Nationale, où se traitent toutes les quest (...)

Le Code du travail prévoit qu’au-delà de 260 heures par an sur le créneau 22 heures-6 heures, un salarié, un fonctionnaire de police doit être considéré comme travailleur de nuit. C’est à ça qu’il fallait arriver, pour pouvoir rattacher à ce travailleur une fois identifié comme un travailleur de nuit, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, l’administration, notre ministère ne sait pas qui a travaillé de nuit et combien de temps. Nous, ce qu’on voulait, c’est 1- identifier le travailleur de nuit, et 2 - que le risque soit reconnu pour y identifier un revendicatif précis. Il a fallu consulter, étudier, toutes les études internationales d’ailleurs, quelques centaines de pages d’études sur le travail de nuit et il n’y a pas tant d’études que ça sur le domaine […] Aujourd’hui le travail de nuit est un risque avéré et reconnu depuis 2007, par le centre international de recherche sur le cancer, le travail de nuit fait partie des agents cancérigènes. […] une fois qu’on a le constat de l’impact sur la santé, il nous fallait nous, trouver des axes de revendications. […] Nous travaillons d’arrache-pied auprès du ministère de l’Intérieur et de la DRCPN14 pour faire reconnaître le constat de ce que vous connaissez tous.
Capsule vidéo Unité SGP police FO sur le statut du travailleur de nuit, 2017.

  • 15 Article 10 de l’APORTT : « Est considéré comme travailleur de nuit, tout agent positionné sur un ré (...)

23Avant toute chose, la date de 2016 est importante pour le syndicat unité SGP-Police FO qui, à la suite des mobilisations de Viry-Châtillon, prend le dossier à bras-le-corps en nommant un référent national au travail de nuit : ils établissent un dossier revendicatif suite aux élections de 2018 qui les voit devenir syndicat majoritaire devant Alliance police nationale. Comme dit dans cette vidéo, ils développent toute une série de revendications autour du projet d’un statut du travailleur de nuit. Pour ce faire, ils sollicitent la médecin chef de prévention de la police nationale, dépouillent les études nationales et internationales sur le travail de nuit. Leurs revendications sont de plusieurs ordres, il s’agit tout d’abord d’identifier le nombre de travailleurs de nuit, ce qui était même inconnu de l’institution policière. Il s’agit également de penser les mesures préventives, de développer le curatif et enfin, de mettre en place des mesures compensatoires, notamment financières. À la fin 2019, dans le contexte de la mise en place du cycle à 11 h 08 et 12 h 08, les nuiteux se mobilisent intensément sur fond de la mobilisation des retraites. Dans les commissariats, plusieurs voix nous ont raconté que des policiers de jour, qui veulent de ces cycles et des policiers de nuit, qui n’en veulent pas, en sont venus aux mains. En contrepartie de l’instauration de ces nouveaux cycles dans l’APORTT, le même texte reconnaît un statut particulier aux travailleurs de nuit15. Le projet de faire gagner un trimestre supplémentaire de retraite à partir de la sixième année de travail de nuit se heurte au projet de réforme des retraites du gouvernement, qui veut instaurer une retraite à points et réserver le système avantageux des retraites des policiers aux seuls agents qui effectueraient une mission dangereuse sur la voie publique. Mais en raison de la pandémie de COVID-19, la réforme des retraites comme les revendications syndicales sur les nuiteux, sont placées en suspens.

24À la sortie du premier confinement, un mouvement déborde les syndicats et un très large collectif, Option Nuit, est rapidement né de ces mobilisations. Très vite, ce collectif, qui emporte l’adhésion de plus de 10 000 policiers, installe des « ambassadeurs de nuit » sortes de délégués, dans plus de 200 commissariats. Au mois de juillet 2020, ils envoient un courrier à l’ensemble des députés pour faire connaître la situation des travailleurs de nuit, plus de 200 députés répondent favorablement à cet appel. Ils saisissent le ministre de l’Intérieur et le Président de la République. Au mois de septembre 2020, ils lancent plusieurs challenges, tels que le fait de livrer des témoignages en vidéo sur les réseaux sociaux sous couvert d’anonymat :

Je suis policier. Mon prénom n’a aucune importance, puisque mon administration ne me reconnaît que par mon numéro de matricule. Je suis policier depuis 20 ans, 20 ans de nuit, payées à 97 centimes de l’heure. Si vous êtes en famille au jour de l’an ou à Noël, je travaille. Les différents jours fériés, je travaille. […] Nous sommes loin d’être des privilégiés. Mais j’aime ce métier. Je continuerai à vous protéger au risque de perdre des dents ou la vie, quelles qu’en soient les conséquences. Je suis gardien de la paix ! Cependant, nous ne pouvons accepter d’être rémunérés en centimes. Nous ne sommes pas les mendiants de la République. Une rémunération à hauteur des administrations de la fonction publique est légitime. Je suis Option Nuit !
Policier anonyme, capsule vidéo d’Option Nuit, automne 2020

Je veux juste vous dire que je suis flic depuis 1994. Et la moitié de ma carrière je l’ai faite à la nuit […]. Alors, ça m’a rapporté quoi de travailler à la nuit ? Début de carrière en région parisienne, jeune marié, nuiteux, 1 week-end sur 6, une vie en décalé, ça m’a coûté quoi ? Ça m’a coûté un divorce. Alors je m’étais dit plus jamais ça. Et puis arrivé en province, j’ai replongé. J’y ai regoûté et pourquoi ? Toujours cette vie en décalé […] quelques kilos en trop, parce qu’on vieillit et puis un ulcère à l’estomac comme si ça ne suffisait pas, un ulcère à l’œsophage, tout ça dû au stress a dit mon médecin et à mes conditions de travail. Résultat : j’ai des médicaments à vie. Mais bon je ne vais pas me plaindre, j’ai un collègue, qui lui aussi était nuiteux, il y a deux ans il a été victime d’un infarctus. Et lui aussi, ce débile, après quelques mois de convalescence et de repos, il est revenu à la nuit. […]. Nous sommes des invisibles, des oubliés aux yeux de tous, en particulier de nos autorités. Alors je dis stop, il faut que ça change. Je dis regardez-nous, écoutez-nous. Je suis un hibou, je suis Option Nuit.
Policier anonyme, capsule vidéo d’Option Nuit, automne 2020

25Ils lancent également un tour de France des services de nuit pour recueillir les doléances des nuiteux. En novembre, ils décident de rejoindre Alliance police nationale pour permettre plus facilement l’aboutissement de leurs revendications.

Levier salarial : la réorientation des revendications salariales par l’administration

  • 16 Entretien, responsable du secteur des conditions de travail, Unité SGP-Police FO printemps 2022.

26S’ils ne sont pas unis sur ces questions – à Angers, des policiers d’Unité SGP-police FO ont d’ailleurs chassé manu militari les policiers d’Option Nuit qui venaient dans le cadre de leur tour de France – les policiers des principaux syndicats affichent, la plupart du temps, des revendications similaires. Celles-ci débouchent finalement sur une série de mesures gouvernementales, dont la plus marquante est l’instauration d’une prime de nuit : 15 euros pour ceux qui travaillent en 4/2, 35 euros pour ceux qui travaillent à 11 h 08, 45 euros pour ceux qui travaillent à 12 h 08. Une majoration de cette prime est prévue pour ceux qui travaillent « en cœur de nuit », c’est-à-dire entre minuit et 5 heures du matin. Dans les décrets d’avancement, des quotas ont également été instaurés pour les travailleurs de nuit. Mais les policiers et policières continuent de s’investir là où le bât blesse principalement, à savoir la prévention et le curatif : « on ne voulait pas se contenter d’une indemnisation, comme le disait Philippe, on ne veut pas juste récupérer de l’argent en échange d’aller travailler de nuit à Tchernobyl !16 ». Option Nuit a développé un partenariat avec le centre du sommeil à Montpellier et a doté ses agents de montres connectées pour surveiller les cycles de sommeil, tandis que du côté d’Unité SGP-police FO, les syndicalistes sont mobilisés pour que les agents malades (cancers, accidents cardiovasculaires…) se déclarent en maladie professionnelle au lieu de se contenter de se faire prescrire l’arrêt du travail de nuit.

  • 17 Idem.

27Un dernier dossier a fait parler de lui, c’est la mobilisation des agents à Verdun. La totalité des effectifs de la police secours se sont rassemblés et ont décidé de composer un nouveau cycle où tout le monde travaillerait un peu la nuit : en travaillant à quatre groupes, en 2-2-3/2-2-3 à 12 h 08, il s’agit d’alterner 14 jours et 14 nuits à tour de rôle. Cette expérimentation, encore unique en son genre, a reçu le soutien d’unité-SGP police FO qui a dû saisir le Directeur Général de la Police Nationale (DGPN) en personne pour que ce cycle, assorti d’une pétition où la totalité des agents sont signataires, soit expérimenté. Ce principe « égalitaire », qui permet à tous les agents de partager la charge de la nuit et de recevoir en retour les indemnités du travailleur de nuit à leur maximum, satisfait beaucoup les syndicalistes du bureau national, à titre personnel. Ils ne veulent cependant pas y engager « la ligne » du syndicat et prônent plutôt les choix locaux en premier lieu, tandis que Option Nuit a considéré que cette expérimentation ne pouvait être généralisée au risque de « péter le statut du travailleur de nuit17 ».

Conclusion

28Longtemps mis de côté par la recherche en sciences sociales, le contenu du travail de nuit dans la police apparaît comme un laboratoire d’expérimentations en tout genre, avec, sans, et le plus souvent contre l’avis des premiers concernés, à rebours des analyses qui décrivent le travail de nuit dans la fonction publique comme étant mieux régulé et compensé que dans d’autres secteurs (Peyrin, 2019). De très longue date, il est inscrit dans les textes que dès son recrutement, un policier ou une policière doit être « apte à travailler de jour comme de nuit ». On voit comment les évolutions de cycle horaire en 1996 ont créé une commune condition du « travailleur de nuit » ou « nuiteux » et le temps que les effets du travail exclusif de nuit se fassent sentir chez la première génération, des revendications autour de leurs droits ont commencé à apparaître. Phénomène encore récent chez les policiers, les nuiteux apparaissent comme étant en tension entre les revendications qu’ils développent et le souhait de continuer à travailler la nuit « pour la matière » ou pour assurer la continuité du service public à laquelle ils sont fort attachés. L’administration policière est elle aussi en tension entre les exigences d’économies des effectifs, celles de la réglementation européenne qui prévoit davantage de repos pour les agents et enfin, des mouvements de protestation et un pouvoir syndical grandissants. Aux revendications pour les nuiteux, riches on l’a vu, répond le seul déblocage de primes. Élément indispensable permettant de « tenir » au quotidien, la solidarité forte entre agents est ainsi à double tranchant. Les agents tiennent aussi bien ensemble dans la revendication de l’accès à leurs droits, que dans la soumission à des conditions de travail difficiles à supporter.

Haut de page

Bibliographie

Algava, E., 2009. « Le travail de nuit des salariés en 2009. Fréquent dans les services publics, en augmentation pour les femmes », Dares Analyses, 009.

Barthe, B., Queinnec, Y. & Verdier, F., 2004. « L’analyse de l’activité de travail en postes de nuit : bilan de 25 ans de recherches et perspectives. » Le travail humain, 67, pp. 41-61.

Bouffartigue, P., 2012. « Vers une banalisation du travail de nuit ? », Les choses de la nuit, Mexico, Mexique.

Candela, 2017. « Pour une sociologie politique de la nuit : Introduction », Cultures & Conflits, 105-106, p. 7-27.

Carteron, H., 2008. « 8. Volontaires pour la nuit : des ouvrières de l’industrie laitière », in Danièle Linhart éd., Pourquoi travaillons-nous (pp. 239-264). Toulouse, Érès.

Cheyrouze M., Barthe B. 2018. « Travail de nuit en 12 heures : un “scénario de travail” élaboré par les infirmiers dans un service de réanimation », Activités, 15-1.

Fekedulegn D., Burchfiel CM, Charles LE, Hartley TA, Andrew ME, Violanti JM, 2016. “Shift Work and Sleep Quality Among Urban Police Officers: The BCOPS Study”, JOEM, 58(3), pp. 66-71, DOI: 10.1097/JOM.0000000000000620

Gatherias F., 2000. « Le policier la nuit », Les Annales de la recherche urbaine, N° 87, pp. 59-62.

Grimaud P., 2022. Des horaires dérogatoires ordinaires ? Sociologie des conflits et négociations autour du travail nocturne et dominical, Thèse de doctorat en sociologie, Science Po.

Koshy A, Cuesta M, Boudreau P, Cermakian N, Boivin DB. « Disruption of central and peripheral circadian clocks in police officers working at night », FASEB J., Jun ; 33(6), pp. 6789-6800.

Lanzarini C. & Bruneteaux P. 1998. « Les entretiens informels ». Sociétés contemporaines, 30, pp. 157-180.

Loriol M., 2012. « Chapitre 13. Ennui, stress et souffrance au travail », Norbert Alter éd., Sociologie du monde du travail, Presses Universitaires de France, pp. 233-250.

Melbin M., 1978. “Night as Frontier”, American Sociological Review, 43(1), pp. 3-22.

Menoux T., 2017. « La face cachée d’un groupe professionnel : la conciergerie de nuit ou l’intérêt d’une sociologie nyctalope », Cultures & Conflits, 105-106, pp. 61-82.

Mercure D., Regimbald D., Tanguay A, 1987. « Le travail de nuit volontaire : pour préserver son autonomie », Sociologie du travail, n° 3, pp. 359-363.

Monjardet D., 1985. « À la recherche du travail policier », Sociologie du travail, 27ᵉ année n° 4, Spécial Police, pp. 391-407.

Pabion B., 2018. Travail de représentation et rapport au politique dans le syndicalisme policier, thèse de doctorat de science politique, Université Lyon 2.

Peyrin A., 2019. « Les recompositions des normes d’emploi public : Genèse du recours aux emplois atypiques dans la fonction publique française », Revue Française de Socio-Économie, 22, pp. 67-84.

Radun I, Ohisalo J, Radun J, Kecklund G. 2011. “Night work, fatigued driving and traffic law: the case of police officers”, Ind Health., 49(3), pp. 389-92.

Sanselme F., 2007. « L’instrumentalisation de la force publique : ce que l’on demande à la police la nuit », Socio-logos, 2

Toupin C., 2006. « Du crépuscule à l’aube », Temporalités, 4, http://journals.openedition.org/temporalites/352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.352

Vercauteren R. & Connangle, S., 2006. « Nuits en établissements, une rupture des modèles culturels du travail », Gérontologie et société, 29(116), pp. 133-142.

Vila B. J., 1996. “Tired cops: Probable connections between fatigue and performance, health and safety of patrol officers”, American Journal of Police, 15(2), pp. 51-92.

Vila B. J., 2010. “The effects of officer fatigue on accountability and the exercise of police discretion” in C. McCoy (Ed.), Holding Police Accountable (pp. 161-185). Washington, DC: The Urban Institute Press.

Waggoner L., 2012. Police officer fatigue: The effects of consecutive night shift work on police officer performance, dissertation submitted in partial fulfillment of the requirements for the degree of Doctor of philosophy, Washington State University, Department of Criminal Justice and Criminology.

Waggoner L., Grant Devon A., Van Dongen Hans P. A., Belenky Gregory, and Bryan Vila, 2012. “A Combined Field and Laboratory Design for Assessing the Impact of Night Shift Work on Police Officer Operational Performance”, Sleep, nov. 1, pp. 1575-1577.

Haut de page

Notes

1 Dans cette contribution, tous les noms des villes et des personnes ont été modifiés.

2 L’autrice de cet article remercie les coordinatrices de ce numéro spécial sur les mondes de la nuit ainsi que les relecteur/relectrices anonymes pour leurs remarques et conseils stimulants tout au long du processus d’écriture. Elle remercie également l’équipe de l’ANR Worklife de l’avoir sollicitée pour une première communication sur le sujet dans le cadre de leurs Journées sur les horaires atypiques, dont les premiers échanges ont éveillé l’envie de publier une partie du travail présenté et discuté à cette occasion. Les remerciements vont enfin aux participants à cette recherche.

3 L’Aide Sociale à l’Enfance.

4 Lorsqu’il s’agit de courir derrière une personne qui a pris la fuite.

5 Pour Jour 1 et Jour 2. Ces équipes de jour alternent : une semaine sur deux, elles sont affectées au créneau commençant à 6h et une semaine sur deux, au créneau commençant à 14h.

6 « Des policiers perturbés par leurs horaires », Libération, le 15 octobre 1996.

7 Source : Entretien dans les locaux d’Unité-SGP Police FO.

8 Source : Question de Jean Rigail à l’Assemblée Nationale au ministre de l’Intérieur, le 17/11/1997.

9 Directive 2003/88/CE du Parlement européen et du Conseil du 4 novembre 2003 concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail.

10 Entretien, major, 2022.

11 Ce terme désigne le fait de renvoyer les requérants vers un autre service ou une autre plage horaire.

12 Les policiers appellent « servitudes » toutes les missions qui ne concernent pas les appels de la population ou les infractions qu’ils constatent en flagrant délit. Cela peut-être transporter et garder une personne gardée à vue à l’hôpital en attendant qu’elle reçoive des soins, aller vérifier une adresse pour un service d’enquête, par exemple.

13 Entretien, Guillaume, brigadier-chef, Centre d’Information et de Commandement (CIC), Option Nuit, printemps 2022.

14 Direction des Ressources et des Compétences de la Police Nationale, où se traitent toutes les questions de ressources humaines.

15 Article 10 de l’APORTT : « Est considéré comme travailleur de nuit, tout agent positionné sur un régime hebdomadaire ou cyclique, adopté après avis du comité technique, qui accomplit, hors services supplémentaires :
- soit, selon son régime de travail habituel, au minimum 3 heures dans la période nocturne, à raison de deux fois par semaine au moins ;
- soit, selon son régime de travail habituel, un nombre minimal d’heures de travail de nuit de 270 heures sur une année civile ».

16 Entretien, responsable du secteur des conditions de travail, Unité SGP-Police FO printemps 2022.

17 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Semaine type d’un groupe en brigade de roulement
Crédits Source : instruction générale du 26 juillet 1996 relative à l’organisation du travail dans la police nationale (IGOT)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/11199/img-1.png
Fichier image/png, 483k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/11199/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/11199/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Guenot, « « L’avis des nuiteux » »Temporalités [En ligne], 37-38 | 2023, mis en ligne le 10 novembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/11199 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.11199

Haut de page

Auteur

Marion Guenot

CNRS – CESDIP
Immeuble Edison, 43 Boulevard Vauban, 78 280 Guyancourt
marion.guenot@cesdip.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search