Navigation – Plan du site

Rebondir après « l’échec » en centre de formation : analyse séquentielle des trajectoires socioprofessionnelles d’ex-apprentis footballeurs

Bouncing back after « a failure » in a training center: a sequential analysis of the socio-professional trajectories of ex-apprentice footballers
Recuperarse después del “fracaso” en centros de capacitación: análisis secuencial de trayectorias socio-profesionales de ex-aprendices futbolistas
Pierre-Cédric Tia

Résumés

Le devenir socioprofessionnel des ex-apprentis footballeurs est un phénomène social encore insuffisamment analysé à ce jour. Les différents travaux de Frédéric Rasera (2010 ; 2014), explorant les conditions sociales individuelles de la recomposition vocationnelle chez un ex-apprenti footballeur, font office d’exception. Face à ce constat, cet article entend contribuer à la réflexion portant sur ces jeunes sportifs. À travers l’étude des trajectoires d’une vingtaine d’ex-apprentis footballeurs, nous verrons qu’il est possible de trouver des similarités biographiques caractérisant leur processus de recomposition vocationnelle. Plus précisément, nous montrerons qu’une analyse en termes de temporalités vécues (Dubar, 2014) permet de dévoiler la résurgence de quatre séquences de vie (choc, persévérance, dilemme et metanoïa) au cours de leur recomposition vocationnelle, révélant ainsi, les dimensions collectives de ce processus.

Haut de page

Texte intégral

1L’apprentissage du métier de footballeur professionnel s’opère généralement au sein des Centres de Formation (CdF) des clubs de football professionnel. Pour les jeunes footballeurs sélectionnés pour y entrer, qui font de la vocation (Faure et Suaud, 1999) le support de leur engagement, le passage du statut de footballeur amateur à celui d’apprenti (Bertrand, 2008) constitue un véritable acte d’institution (Bourdieu, 1982). Dans ces fabriques du footballeur, dans lesquelles les joueurs sont fabriqués corps et âme (Bertrand, 2012) pour la performance sportive, l’objectif de tout apprenti est d’obtenir un contrat professionnel. Mais le processus d’apprentissage aboutissant à la professionnalisation constitue l’exception. En effet, seulement 10 % des apprentis footballeurs parvient à poursuivre une carrière professionnelle. C’est ainsi une écrasante majorité (90 %) des apprentis footballeurs qui sont évincés des CdF professionnels, au cours ou à l’issue de leur formation, sans obtenir de contrat professionnel.

2Sociologiquement, l’éviction du CdF correspond à une double rupture pour un apprenti footballeur. C’est tout d’abord une rupture spatiale-temporelle puisqu’elle vient rompre avec une socialisation temporelle précoce et propice à « l’intériorisation d’un temps spécifique à la pratique sportive sur le mode de la haute performance (qui) résulte d’un apprentissage dans les structures spécialisées d’entraînement » (Papin et Viaud, 2012 p. 12). Cette éviction renvoie aussi à une rupture biographique, désignant ces « moments fatidiques lorsque les ressources subjectives pour les affronter n’ont pas été acquises dans la socialisation préalable ou dans la capacité de s’y ajuster dans l’urgence, autrement dit lorsque ces ruptures n’arrivent pas à être réinscrites dans la trame routinière de l’existence » (Bessin, Bidart et Grossetti, 2010, p. 30).

3Pour les ex-apprentis footballeurs, les réajustements biographiques provoqués par cette éviction, s’opèrent au cours de ce que Rasera nomme la recomposition vocationnelle (2010, 2014). Dans ce cadre, celui-ci part du principe que la redéfinition des aspirations de l’ex-apprenti s’inscrit dans la « trajectoire biographique (de l’ex-apprenti) conçue comme (un) ensemble d’histoires plurielles au sein de différents univers d’appartenance » (Rasera, 2014, p. 106).

4Toutefois, la dimension biographique individuelle de la recomposition, ne saurait faire oublier que cette rupture est communément expérimentée par des dizaines d’ex-apprentis footballeurs, à chaque fin de saison sportive, lorsqu’ils sont évincés de CdF professionnels.

5La thèse que nous soutenons est que la rupture biographique constituée par l’éviction conduit généralement les ex-apprentis, par la médiation de leur vocation footballistique, à des manières similaires de retravailler leur vocation. En effet, l’analyse d’une vingtaine d’entretiens biographiques auprès d’ex-apprentis footballeurs (cf. méthodologie), fait apparaître la rémanence de certaines temporalités biographiques propres au parcours socioprofessionnel de ces sportifs. Cet article vise donc à mettre en lumière les dimensions temporelles vécues, communes aux ex-apprentis footballeurs, à partir de la rupture biographique constituée par l’éviction du CdF. Il s’agira donc ici de caractériser les principales séquences temporelles vécues (STV) par la majorité d’entre eux, au cours de leur processus de recomposition vocationnelle.

6Dans un premier temps, nous verrons donc que l’éviction provoque une période de choc socio-identitaire chez la majorité des ex-apprentis interviewés. Ensuite, nous montrerons que cette STV du choc, laisse rapidement place à une séquence de persévérance vocationnelle. Puis, nous exposerons une troisième séquence, celle de l’ambivalence, STV particulière au cours de laquelle la prééminence vocationnelle est remise en question. Enfin, nous analyserons l’ultime séquence de ce processus, à savoir celle de la metanoïa, qui renvoie au basculement vers un nouveau projet socioprofessionnel autre que footballistique.

Méthodologie

Cet article s’appuie une série d’entretiens biographique menée au cours de notre thèse depuis 2013. Les entretiens avec les ex-apprentis furent obtenus grâce à un effet boule de neige. Par le biais de notre pratique footballistique, quatorze d’entre eux ont fait l’objet d’une approche directe de notre part. Soit en qualité d’anciens coéquipiers, soit par recommandation de ceux qui furent préalablement interviewés. Nous avons effectué un suivi socioprofessionnel de ces derniers, à travers des prises de contact et/ou entretiens réguliers après l’entretien officiel, afin d’évaluer leurs évolutions socioprofessionnelles. C’est notamment grâce au fait que le tiers d’entre eux (7/20) soit dans la STV de la metanoïa au moment des entretiens, que nous avons vu se dessiner le séquençage de leur processus de recomposition vocationnelle. La présence des autres ex-apprentis dans les phases précédentes (persévérance et ambivalence), permis de confirmer qu’au-delà de l’illusio biographique (Bourdieu, 1986), il y avait des similitudes de séquences vécues entre les ex-apprentis interviewés.

7Analyser le processus de recomposition vocationnelle par la mise en perspective des séquences qui le compose, est ce qui nous est apparu le plus pertinent pour rendre compte des régularités biographiques perçues lors de l’examen des trajectoires des ex-apprentis. Parce que la vocation, qui renvoie à « l’idée de prédestination » (Lefèvre, 2010, p. 47), est en soi un processus dynamique. Comme le souligne Sorignet par rapport aux danseurs de ballet, « il faut ainsi davantage parler d’un métier où l’on rentre par vocation qu’un métier de vocation en tant que tel. La vocation est recomposée, retravaillée par la confrontation quotidienne aux réalités du métier » (Sorignet, 2004, p. 123). Aussi, l’évènement de l’éviction conduit les ex-apprentis à vivre leur vocation en marge des clubs de football professionnels de l’élite. Il en résulte le début d’une nouvelle ère vocationnelle pour eux, à savoir le début d’un profond processus de recomposition de leur vocation (Rasera, 2010 ; 2014). Dans cette perspective, la recomposition est identifiée à un « processus général qui donne un sens aux temporalités qui le composent » (Mazade, 2011, p. 12). De ce fait, les quatre STV qui le composent, renvoient en substance à un « temps kaïrologique, à la fois vécu, historique et biographique résultant de “décisions humaines”, diversement motivées et résultant de “ruptures imprévues” [qui] échappe à la fois au temps physique (TP) et aux temps sociaux (TS) » (Dubar, 2014, p. 5). C’est donc en nous focalisant sur ces temps vécus par les ex-apprentis footballeurs, après leur éviction, que nous avons vu se dégager quatre phases temporelles différentes en termes d’intensité vocationnelle. L’ordre des STV, leur contenu, leur intensité, les éléments permettant de déterminer leur début et leur clôture, tout ceci est uniquement issu de la synthèse des interviews et du suivi effectué par nos soins depuis plusieurs années. Elles révèlent en creux qu’une socialisation sportive professionnelle, commune à des individus, peut les mener à expérimenter des manières communes de retravailler leur vocation.

La phase de choc vocationnel

8Tout jusqu’ici confirmait leur sensation d’être « fait pour ça », d’être destiné à devenir footballeur professionnel. En effet, à l’instar d’autres systèmes de formation à l’excellence, les CdF de clubs de football professionnels, ont pour particularité de sélectionner leurs pensionnaires. L’entrée en formation est donc, pour un apprenti footballeur, une forme d’élection (Juskowiak, 2011) et une reconnaissance de son capital footballistique (Slimani, 2000). Au sein de ces institutions enveloppantes (Viaud et Papin, 2012), les apprentis reçoivent une formation totale, qui modèle le corps comme « l’âme », ayant pour finalité de leur inculquer les différents savoir-faire et savoir-être (Bertrand, 2012) professionnels. Pour être plus précis, nous pouvons dire que cette formation combine à la fois une incorporation des gestes du footballeur et l’intériorisation d’une mentalité compétitive. Dans ce cadre temporel chronologique et vécu, l’apprenti footballeur réduit l’univers des possibles professionnels au métier de footballeur (Bertrand 2009). L’annonce de l’éviction est donc un choc biographique, dans la mesure où son unique projection professionnelle est remise en question

9Tous les ex-apprentis interviewés, peu importe la phase dans laquelle ils furent au moment des entretiens ou aujourd’hui, nous relatèrent une période de vie difficile à partir de l’annonce de leur éviction par l’encadrement technique du CdF.

  • 1 Éric, 23 ans au moment du 1er entretien (en 2014), entraineur (jeunes) et footballeur (en division (...)

10Les propos d’Eric1, rendent finement compte du choc causé par cet évènement biographique :

Je pensais que tout allait bien franchement. Franchement je vais à l’entretien… (réflexion)…on est Mai… je vais à l’entretien pour moi je pensais pas que je vais me faire virer ! Enfin, je vais me faire virer… en quelque sorte… ils ne vont pas me renouveler et que… euh… je me dis peut-être qu’ils vont me dire qu’on te garde mais l’année prochaine euh… si ça va vraiment ben à ce moment-là euh… ça peut être fini. Ben bien sûr le coup… Au début, au début je crois pas je sors je suis… je suis… tu sais je réalise pas en fait ! Et après quand je monte dans ma chambre c’est… là c’est… c’est la catastrophe en quelque sorte.

  • 2 Emilien, 26 ans au 1er entretien (en 2014), aide soignant (phase de metanoïa), deux ans au FC Socha (...)

11Au cœur des propos d’Eric, nous voyons poindre la manière dont l’éviction est vécue et surtout, la séquence temporelle qu’elle ouvre à ce moment dans la trajectoire de cet ex-apprenti. Le choc qu’il décrit, se perçoit à travers le fait qu’il n’y « croit pas », mais aussi qu’il « ne réalise pas » tout de suite la portée de la rupture biographique. Il assimile cette annonce à une « catastrophe ». La STV du choc est donc pour lui, un temps de perturbation vocationnelle. De surcroît, « l’événement biographique impose par lui-même une temporalité qui comprend le choc et son effet de sidération » (Mazade, 2011, p. 7). Et cet effet de sidération engendré par l’éviction d’un CdF est vécu tellement intensément au cours de cette séquence que le fait de relater cet évènement, même des années après, fait rejaillir cet effet dans les propos d’Emilien2, un autre ex-apprenti :

Jusqu’à l’heure d’aujourd’hui euh… bon ! Je ne sais pas vraiment pourquoi ! Ils me reprochaient un peu euh… l’aspect physique… Ben surtout au niveau de l’endurance quoi ! Niveau endurance, capacité athlétique, au niveau juste de l’endurance parce qu’après niveau physique je suis grand je l’ai tout ça ! Mais au niveau de l’endurance…

  • 3 Justin, 26 ans au 1er entretien, (en 2015), footballeur (phase de persévérance), cinq ans eu FC Lor (...)

12Le choc et la sidération, qui se combinent parfois avec une forme d’incrédulité, nous renseignent sur l’âpreté du vécu de l’évènement de l’éviction du CdF. Le fait qu’Emilien signale qu’il ne « sait vraiment pas pourquoi » jusqu’aujourd’hui, témoigne en substance de l’épreuve biographique que constitue cette STV et ce, même lorsque l’ex-apprenti s’était fait une raison de son éviction, comme dans le cas de Justin3:

À la fin (de la saison), je savais qu’ils n’allaient pas me garder. Je m’y attendais après la saison que j’ai vécue (souvent remplaçant). Donc voilà, c’est ce qui se passe effectivement. Oh, j’ai pas été surpris (20 ans). Ça fait mal quand même quand t’es pas gardé. Je te cache pas… surtout quand tu sais que voilà euh… on te garde pas euh… j’ai trouvé ça injuste ! On m’a pas vraiment donné ma chance. Ça me met un coup, par rapport à tout ce que j’ai pu donner… ouais, c’est vrai que ça me met un coup.

13En substance, cette STV du choc renvoie à un ébranlement de la vocation, une situation « injuste », si l’on reprend les propos de Justin. Alors que l’entrée en CdF fut vécue sur le mode de la consécration, l’éviction est a contrario signe de destitution. La perte de repère engendrée par cet évènement est proportionnelle à la force de la vocation de l’ex-apprenti. Ce qui s’écroule momentanément, en tout cas pendant cette phase, c’est la perspective d’embrasser son destin de footballeur professionnel. L’évènement est donc perçu comme une rupture « imprévue » de leur itinéraire vocationnel.

14Toutefois, à l’instar de Mazade (2011), dans son étude sur les ex-employés d’une usine de fonderie, nous pouvons dire que « l’imprévisibilité est “construite” par les acteurs. Il est plus juste de parler de “déni de prévisibilité”. Car l’éviction, forme spécifique de licenciement, est une réalité “trop énorme” face à laquelle on sait intuitivement que les forces mentales et morales sont trop faibles » (Mazade, 2011, p. 8). En effet, pour l’ensemble des ex-apprentis, l’éviction a souvent été la résultante d’un manque de performances, qu’eux-mêmes exposèrent en entretien. Que ce soit des méformes physiques, des non-sélections, l’absence de titularisations et autres, tous ces éléments étaient des signes précurseurs, déniés par les ex-apprentis. Or, dans le champ du football professionnel, structuré par la performance footballistique, la marginalisation sportive est souvent rédhibitoire (Rasera, 2014).

15Nonobstant ce déni de prévisibilité de la part des ex-apprentis interviewés, il apparaît aussi que la STV du choc est véritable épreuve biographique. En tant que forme spécifique de licenciement, propre à ce sport de haut niveau, l’évènement de l’éviction est « une épreuve identitaire lourde, qui occupe (toujours) une place de choix dans la crise des identités professionnelles ». (Guyonvarch, 2008, p. 167). Guyonvarch (2008) a bien mis en relief, dans son étude sur le vécu du licenciement par des cadres de haut niveau, que « c’est en premier lieu la déstabilisation qui prévaut face à la perte d’emploi » (Guyonvarch, 2008, p. 163). Pour l’ensemble des ex-apprentis, la phase du choc fut donc une forte période de déstabilisation, au cours laquelle la vocation fut perturbée par l’évènement de l’éviction.

16Toutefois, ces derniers nous précisaient que cette STV ne durait que quelques semaines maximum. Une fois remis du choc biographique, leur réengagement vocationnel s’opérait, alors que ces derniers vivaient leurs dernières semaines en CdF.

La phase de persévérance vocationnelle

17Après avoir enduré cette période de bouleversement identitaire, les ex-apprentis nous relatèrent une période de remobilisation vocationnelle, où les ambitions footballistiques professionnelles sont retravaillées et rejaillissent. Au cours de cette temporalité, l’ex-apprenti se remet au service de sa vocation footballistique dans une quête de professionnalisation. Au moment des entretiens, la moitié des ex-apprentis interviewés (10/20), exprimaient à travers leurs propos et leurs démarches entreprises, le passage par cette STV de persévérance vocationnelle. Il s’agissait pour eux, au cours de cette phase, de redéfinir leurs ambitions footballistiques afin de programmer un « itinéraire bis » de carrière, susceptible de les conduire à l’élite footballistique. Dans cette perspective, les étapes intermédiaires importaient peu, pourvu que la professionnalisation advienne. En ce sens, une période d’intensification de la vocation s’ouvrait. Les paroles et les actes de déterminations des ex-apprentis tranchent littéralement avec la STV précédente.

18Au cours de celle-ci, le mental du footballeur demeure la principale source d’alimentation de la vocation recomposée et donc de la STV de persévérance.

  • 4 Larry, 21 ans au 1er entretien (2014), footballeur au chômage (phase de persévérance), deux ans au (...)

19L’exemple de Larry4 illustre pleinement ce type de vécu. Après son éviction du Racing Club de Strasbourg et de vaines expériences à l’étranger (6 mois en 4e division italienne, un essai de plusieurs semaines en Premier League anglaise), Larry est finalement revenu vivre en Ile-de France chez ses parents et reste pour l’instant sans club. Pourtant, sa détermination reste sans faille :

J’ai 21 ans, je peux faire beaucoup de choses. Après, pour moi… ça reste mental.. Tant que je serai déterminé à vouloir jouer au foot, peu importe le niveau, je pourrai progresser. Tant que j’aurai l’envie de progresser, je pourrai toujours grimper les étapes. C’est pas trop tard ! Voilà, j’ai vécu beaucoup de choses à mon jeune âge. Moi je pense que le fait que je n’ai pas arrêté le foot, c’est une bonne chose. Parce que ça veut dire que je suis costaud mentalement. Parce que quand je raconte mes épisodes à beaucoup de gens qui jouaient avec moi, ils me disent : moi j’aurais jamais tenu, j’aurais jamais pu voyager comme ça. C’est la vie qui a voulu ça. Après comme je dis… peu importe le début comment tu l’entreprendras, c’est l’arrivée qui compte ! Voilà, j’ai pas été épargné par les difficultés. Donc voilà, j’ai conscience que c’est pas fini. À cette heure-ci je peux me relancer. Voilà, je suis conscient de mes capacités. Moi je ne veux que le foot !

  • 5 Charly, 25 ans au moment du 1er entretien, footballeur au chômage, deux ans au SM Caen et deux ans (...)

20Dans ses paroles, Larry témoigne de son envie de persévérer malgré ses pérégrinations footballistiques. Au demeurant, si d’un point de vue général avoir du mental renvoie explicitement au « développement de l’esprit de “compétiteur” » (Juskowiak, 2011) au cours de la formation de ces derniers, cette disposition orgueilleuse (Bertrand, 2009) prend la forme d’une aptitude à persévérer dans l’adversité, lorsque les circonstances footballistiques sont défavorables. Le fait que Larry signale la prégnance de son mental malgré les épreuves, qu’il « n’est pas trop tard », que « c’est l’arrivée qui compte », qu’il peut « se relancer » sportivement, tout cela va dans le sens d’une persévérance vocationnelle. La temporalité chronologique et le nombre de saisons sportives pour y parvenir importent peu. Ce qui compte, c’est la croyance que tout reste possible en termes de professionnalisation et s’il doit y avoir une mobilité à l’étranger, les ex-apprentis n’hésitent pas à l’effectuer, même si cela engendre une fragilisation socioprofessionnelle, à l’image de Charly5, qui nous relate son itinéraire de persévérance :

Après ça (l’éviction) j’ai galéré, je m’entraînais un peu partout. Je vais quand même à Chypre mais rien, le club fait faillite. Je vais au Qatar, à ce moment-là j’ai la grosse tête, ils me voulaient mais je n’ai pas aimé le climat en fait. Moi je ne voulais pas, je me disais le Qatar je suis trop jeune j’avais 20 ans, je me dis je vais rebondir… donc toute l’année… je fais rien… Ce n’est pas trop tard ! Là je m’entraîne encore, je me suis pas encore engagé dans les études ou dans du travail donc j’ai espoir, j’ai espoir ! Y’en a plein qui ont commencé pro à 24, 26 ans ! C’est possible !

21La prégnance de la STV de persévérance chez Charly, s’exprime à travers ses mots et ses actes. Ses multiples passages manqués dans des championnats périphériques de l’élite footballistique ne semblent pas amoindrir sa détermination de professionnalisation. Persuadé que « ce n’est pas trop tard », que « tout est possible », il s’attelle à mettre à distance toute autre activité (études et emploi « classique ») qui serait susceptible de le détourner de son objectif vocationnel. Il s’ensuit pour Charly des saisons sportives qui se suivent et se ressemblent. Des pérégrinations biographiques incessantes avec des essais dans différents pays (Congo, Belgique, Luxembourg, Qatar, Chypre), sans pour autant obtenir de contrat professionnel, ni un semblant de stabilisation socio-sportive. À l’image de Larry, l’instabilité sportive de Charly ne lui permet pas d’être socialement autonome grâce à sa pratique footballistique. De ce fait, ces deux ex-apprentis footballeurs, comme la plupart de ceux qui expérimentent cette STV au moment des entretiens (7/10), s’appuient sur le soutien parental, pour continuer d’aspirer à la professionnalisation.

22Nous avons pu distinguer, deux types de situations économiques sociales chez les ex-apprentis vivant cette séquence temporelle.

23D’un côté, les jeunes footballeurs tels Charly et Larry, qui recomposent leurs ambitions en visant une insertion dans les marges du marché du travail footballistique européen dès leur éviction, mais sans parvenir à s’y installer durablement. Dans ces conditions, les familles de ces derniers jouent un rôle central pour leur apporter soutien financier et moral, lorsque ces derniers reviennent de leur périple footballistique.

  • 6 Le marché du travail footballistique est divisé entre les ligues professionnelles (Ligue 1 et 2) et (...)

24De l’autre côté, pour les ex-apprentis (3/10) qui « se perçoivent prioritairement comme des footballeurs et pensent leur capital footballistique susceptible d’être reconnu dans certains clubs de haut niveau amateur » (Rasera, 2010, p. 408), la recomposition des ambitions s’est focalisée sur l’intégration des marges du marché du travail footballistique6. Ces derniers intègrent ce que nous nommons le footballariat français. Nous entendons par footballariat un ensemble de footballeurs professionnalisés dans les marges du marché, en termes de capital corporel et de mentalité, employé de manière différenciée (officielle et/ou officieuse) par un club non professionnel, dans le but d’exercer un travail footballistique compétitif, et dont la vie socioprofessionnelle est organisée pour mener à bien cette dernière. Même si Damont et Falcoz ne parlent pas directement de footballariat, ils émettent l’idée d’un espace professionnel intermédiaire. Parler de footballariat, pour ces ex-apprentis, c’est « montrer qu’au sein de cet espace intermédiaire (les marges) on peut vivre de son sport sans être “professionnel” tout en pointant la diversité de situations » (Damont et Falcoz, 2016, p. 84).

  • 7 Article 10 (Qualité du joueur à l’embauche) :
    « Le joueur qui met à disposition d’un club de footbal (...)

25Pour exemple, il peut y avoir des ex-apprentis, tels que Justin, vivant un footballariat stable. En effet, ce dernier a connu, depuis son éviction du FC Lorient, une stabilité contractuelle malgré sa mobilité interclubs dans les marges du marché (entre le National 3 et 2). Chaque saison, il a perçu en moyenne 2 000 euros par mois (primes de matchs comprises), grâce aux contrats fédéraux7 signés avec les clubs par lesquels il fût employé. Il a donc toujours disposé d’une forte autonomie sociale et financière, matérialisée par le fait qu’il a toujours vécu dans son propre appartement.

26Pour les autres ex-apprentis vivant cette séquence de persévérance à travers le footballariat, les situations sociales sont souvent plurielles avec la perception de prime et/de salaire de manière officieuse, couplée parfois avec un emploi à mi-temps et/ou avec une reprise d’étude. Ce qu’il y a de central, c’est que les rémunérations pécuniaires et symboliques (les performances footballistiques notamment), sont suffisantes à ce moment-là pour légitimer la poursuite de la vocation.

27En résumé, au cours de la STV de persévérance, l’engagement vocationnel de l’ex-apprenti est alimenté par la perspective d’atteindre malgré tout l’élite footballistique. En ce sens, la temporalité chronologique importe peu, le nombre de saison écoulé non plus, puisque seule la finalité compte. Au cœur de cette mobilisation, demeure la croyance au mythe du fabuleux destin. C’est la croyance en une professionnalisation tardive, à l’instar de certains joueurs professionnels révélés sur le tard dans l’élite footballistique. En mentionnant régulièrement qu’ils n’ont que 21 ans, ou 25 ans, les ex-apprentis mobilisent cette catégorie de pensée du fabuleux destin. Comme le dit Justin : « malgré mes 25 ans, j’y crois toujours ! Je ne lâche pas ! Je me dis, pourquoi les autres et pas moi ? Sachant qu’ils n’ont rien de plus que moi ! »

  • 8 Nous pouvons citer quelques-uns de ces joueurs au « fabuleux parcours » parfois mentionnés dans nos (...)
  • 9 La seule donnée à notre disposition concerne celle concernant les expatriés en Europe. Au cours de (...)

28Pris comme exemple de persévérance vocationnelle, la trajectoire footballistique de ces joueurs professionnels8 est érigée en modèle9. Plus encore, elle est source de revitalisation de la vocation pour ces ex-apprentis footballeurs. Car « l’analyse sociologique montre que l’engagement résulte de cette tension entre la promesse de la vocation, socialement construite, et sa réalisation effective toujours incertaine » (Laillier, 2011, p. 494).

29Lorsqu’on regarde le processus de recomposition vocationnelle des ex-apprentis, la durée chronologique oscille entre 3 et 9 ans après l’éviction, preuve que la promesse de la vocation peut perdurer dans le temps. Toutefois, la temporalité chronologique peut parfois avoir raison de la persévérance, surtout lorsque les jeunes footballeurs peinent à atteindre les objectifs footballistiques qu’eux-mêmes se sont fixés.

La phase d’ambivalence vocationnelle

30Nous avons donc vu que la STV de persévérance renvoie à une temporalité d’intensification vocationnelle, mais redéfinie dans l’unique but de reconstruire un « itinéraire bis » vers l’élite footballistique. Il peut arriver cependant un moment où cette intensité vocationnelle commence à diminuer dans le temps chronologique. La certitude de l’accession à l’élite commence à laisser place à une remise en cause partielle du projet vocationnel. La STV d’ambivalence se caractérise par la vigueur d’un dilemme socioprofessionnel qui pourrait se formuler ainsi pour les ex-apprentis concernés (3/20) : persévérer ou passer à autre chose ?

31Prenons à nouveau en exemple Eric, ex-apprenti sochalien, qui nous exprime son engagement vocationnel ambivalent au moment de notre entretien :

Je ne veux pas avoir de regret par rapport au football. Au cas où, j’avance… (dans ses diplômes d’entraîneur). Mais à un moment… faudra faire un choix. Pour moi, ce sera la fin de l’année je pense… Pour l’instant, c’est à la fin de l’année où va peut-être falloir que je fasse un choix. Parce qu’après, c’est malheureux quelque part, parce que tu t’es engagé dans le truc [son diplôme est sur deux ans et c’est la première année]. Et c’est là que je me dis c’est… c’est quand même chaud tu vois. Parce que y’a des gens qui me font confiance dans le club. Par exemple le Président, il a misé sur moi (par le financement de sa formation) euh… tu vois, je suis engagé dans tout ça, dans une formation et tout… En fait, je sais pas… parce que y’a des risques. Tu vois, tu pars aux States (où il a une proposition d’essai à ce moment là), ça se passe pas bien, t’es obligé de revenir, de tout recommencer à zéro. J’ai les diplômes… oui j’ai les diplômes, je peux continuer, je peux recommencer et euh… ça peut fatiguer aussi tu vois.

32Lorsqu’il exprime le fait qu’il va falloir « qu’il fasse un choix » à la fin de saison, qu’il se pose des questions sur son engagement autre que vocationnel, à savoir sa formation d’entraîneur, Eric décrit finement la remise en question de la prééminence vocationnelle. Pour preuve, si par le passé il avait sauté sur des occasions similaires pour faire des essais à l’étranger (en Italie notamment), la perspective d’aller aux États-Unis pour un essai de plusieurs semaines, ne le convainc pas d’emblée. Cela le conduit à développer une véritable réflexivité sur sa vocation footballistique, en développant une « capacité à revenir sur son passé pour anticiper son avenir en orientant son présent » (Dubar, 2008, p. 7). Le tiraillement d’Eric se comprend en raison du fait que son rôle d’entraîneur (rémunéré 400 euros par mois), mais surtout le financement de son diplôme (2 000 euros), lui ouvre une nouvelle perspective d’évolution dans son métier d’entraîneur. De ce fait, il décrit une forme de lassitude à l’idée d’engager des forces morales et physiques dans une nouvelle tentative footballistique. Finalement, il nous confirmera quelques semaines après l’entretien, l’abandon de l’essai aux États-Unis.

33Ce qui apparaît en filigrane, c’est que cette STV d’ambivalence correspond, à une temporalité charnière dans le processus de recomposition vocationnelle. Elle est ce temps vécu au cours duquel l’ex-apprenti, en raison d’évènements bien précis, remet en question sa vocation et décide ou non, de l’intensifier de nouveau ou de la laisser se réduire. « Cet épisode [ou séquence dans notre cas] ouvre l’échelle des temps : là où le rythme quotidien ou hebdomadaire occupe le plus souvent l’esprit, dans ces moments clés le temps envisagé passe à une dimension annuelle ou même biographique » (Bidart, 2006, p. 54).

  • 10 Patrice, 26 ans, évincé à 18 ans du FC Lorient, joueur fédéral depuis l’âge de 20 ans dans un club (...)

34Parfois, l’insatisfaction de ne pas avoir atteint l’élite footballistique ouvre cette temporalité spécifique d’ambivalence. À l’image de Patrice10:

J’ai pas réussi ! Parce que j’ai pas posé ma signature sur un contrat (professionnel) ! La réussite c’est de signer pro ! Nous ce que l’on fait, pour moi je ne le vois pas comme du vrai foot. Ben si, tu gagnes 2 000/3 000 euros par-ci (il percevait 2 500 euros grâce à son contrat fédéral), par-là… c’est bien ! Mais c’est… amateur ! C’est pas difficile de jouer là où je joue. C’est pas difficile du tout. C’est uniquement une question de rythme. À quatre entraînements la semaine, avec une toute petite séance physique par là… Mais je ressens la différence entre moi et eux (les pros). Niveau statut, même niveau financier… même euh… confort de la vie de tous les jours. Sinon, je ne serai pas en train de penser à une reconversion. Quand t’es là-haut (en professionnel), tu te soucies pas de ça. Tu coffres suffisamment pour être à la retraite à 34 ans et t’as pas besoin de travailler derrière. Tandis que là moi euh…

35Dans les propos de Patrice, se mélangent des sentiments ambivalents par rapport à sa vocation footballistique. D’un côté, cette dernière lui a permis d’accéder au footballariat stable (financier et sportif) à travers la signature régulière d’un contrat fédéral. Mais de l’autre, la non-accession à l’élite et donc à ses rémunérations financières, le contraint à une réflexivité sur un après-football auquel il n’a jamais pensé. Car l’usure corporelle (Rasera, 2012) inhérente à une pratique footballistique intensive fait de ce travail sportif, une activité à obsolescence incorporée. Ainsi, le dilemme de Patrice est de savoir comment forger un autre projet professionnel que footballistique, alors qu’il a été dans le footballariat depuis son éviction du CdF du FC Lorient. Pour lui, la STV d’ambivalence, prend des tournures de moratoire d’engagement (Mazade, 2011, p. 11), c’est-à-dire, ces « moments du parcours biographique, [ou l’] on trouve bien une suspension de la mobilisation de soi. Le moratoire est l’intervalle nécessaire entre deux registres d’action ». Pour Patrice, cette STV d’ambivalence est synonyme d’intervalle temporel entre une persévérance vocationnelle intense et la construction d’un autre projet professionnel non footballistique.

36En somme, cette phase d’ambivalence s’apparente à une temporalité d’arbitrage concernant l’orientation professionnelle, qu’elle soit footballistique ou non. Autrement dit, c’est le temps de l’évaluation des coûts de la persévérance vocationnelle, dans le sens d’évaluer si celle-ci “vaut” (toujours) le coût d’être poursuivie d’un point de vue socioprofessionnel. De sorte que le questionnement au cœur de cette phase est de savoir, pour l’ex-apprenti, s’il se réengage d’un point de vue vocationnel ou s’il passe à autre chose. S’il se satisfait au non de sa carrière footballistique, afin de pouvoir opérer une conversion socioprofessionnelle. C’est un véritable dilemme socioprofessionnel, posé par la présence de la vocation, qui sous-tend le vécu de cette temporalité intensément réflexive.

37Le basculement vers une véritable conversion socioprofessionnelle s’opère souvent par le biais d’évènements biographiques entérinant la régression vocationnelle, déjà bien engagée au cours de la STV d’ambivalence chez l’ex-apprenti.

La phase de metanoïa socioprofessionnelle

38La metanoïa, renvoie d’un point de vue étymologique en grec, au changement radical de l’état d’esprit. Il signifie une modification substantielle des schèmes logiques et axiologiques de l’individu. Plus précisément, si le préfixe meta peut parfois signifier « par-delà » ou « au-dessus », il prend ici son acception de changement, transformation, à l’image de sa signification dans le terme métamorphose (changement de forme – morphe). La contraction de meta avec noïa, qui signifie esprit, intellect ou encore raison, nous donne à voir le caractère heuristique de ce terme. Nommer cette STV, metanoïa, nous permet de sortir de la confusion que peut laisser sous-entendre celle de « reconversion » (Fleuriel et Schotté, 2012). L’intérêt usuel de ce concept offre la possibilité de se centrer uniquement sur le revirement de l’état d’esprit des ex-apprentis (7/20).

39Mais la survenance du changement d’état d’esprit socioprofessionnel n’est pas soudaine. Elle s’enracine dans la STV d’ambivalence, marquant souvent le début de la régression vocationnelle.

  • 11 Gérald, 26 ans, facteur, pratique le football en Régional 2, 4 ans au FC Lorient (évincé à 19 ans) (...)

40En guise d’illustration, prenons le cas de Gérald11 et ses explications quant aux raisons de son basculement dans sa phase de metanoïa socioprofessionnelle :

En fait, c’est la période où j’ai rencontré ma femme, c’était une période en fait euh… où le football… inconsciemment je l’avais mis de côté… tu vois. Inconsciemment je l’ai mis de côté parce que tu vois, je venais de rencontrer ma femme. Donc voilà, le foot j’avais mis un peu de côté, tu vois j’étais un peu dégoûté si tu veux. Tu sais j’étais dégoûté. En fait ce qui m’a dégoûté, c’était l’épisode avec l’ESC (club de National 2 à ce moment-là) d’une. Et de deux tu vois, d’avoir pleins de contacts (avec des clubs et/ou des agents de joueurs) pour qu’au final il n’y ait rien tu vois. Que ça n’aboutisse pas. Je me suis dit bon, j’arrive à un âge où à 23 ans, fallait quand même que je construise un peu quelque chose. Bon le football tu es très bien placé pour le savoir, c’est pas une finalité, c’est pas une fin en soi, ça dure qu’un temps tu vois. Donc voilà, j’ai commencé à travailler déjà. J’ai travaillé à la FNAC si tu veux. J’étais vendeur dans la logistique [phase de dilemme]. Quand j’ai commencé à travailler, je me suis dit j’ai lâché. Pas lâché, parce que l’envie est là tu vois, c’est pas le souci… mais… voilà. Je me suis dit que peut-être j’ai raté le train [rationalisation] et que pour moi le monde pro fallait pas compter et que voilà. Tu peux avoir un travail, tu sais pour avoir un club à côté mais faut pas non plus espérer des mille et des cent voilà [metanoïa].

41Les propos de Gérald, signalent une baisse importante de l’intensité vocationnelle en raison de plusieurs évènements. D’abord, des évènements sportifs. L’évènement qui a « dégoûté » Gérald, c’est celui au cours duquel son intégration dans un club de National 2 a tourné court, alors que son optique était d’intégrer une équipe de National 1 la saison suivante. Las d’attendre son l’accession à l’élite, de faire des recherches et des essais, il commence à s’inscrire dans un emploi « classique » en tant que vendeur, à l’âge de 23 ans alors que jusqu’ici, il était un joueur ayant bénéficié d’une relative stabilité économique (entre 1 500 € et 2 000 perçu en moyenne) et sportive (Nationale 3) dans le footballariat après ces évictions de clubs de football professionnels. Ensuite, un autre évènement, plutôt biographique, est la rencontre avec sa femme et la paternité qui s’ensuivra. C’est la combinaison de ces évènements qui le fait glisser inconsciemment vers sa metanoïa. Cette STV de changement d’état d’esprit socioprofessionnel, advient donc en raison de « la perte de l’illusio [qui] réside dans la prise en compte de l’inscription dans le champ du football et de l’espace des possibles perçus en son sein, mais aussi des inscriptions dans d’autres sphères sociales comme peuvent l’être les activités professionnelles ou étudiantes et les autres sphères de sociabilité. » (Rasera, 2010, p. 412). Autrement dit, la prise de décision de la metanoïa n’est pas impromptue, elle est le maillage d’évènements biographiques contingents et « d’échecs » footballistiques (ou vécus comme tels), qui agrégés dans le temps chronologique, finissent par décomposer la vocation. Le seul fait d’avoir une opportunité professionnelle différente en construction dans la STV de dilemme, au moment où la vocation est en pleine déliquescence, est vécu comme l’élément « rationnel » concourant à la metanoïa, comme dans le cas de Gérald.

42En creux, un phénomène dialectique s’opère au cours de la STV de la metanoïa. D’un côté, la fermeture des possibles footballistiques et de l’autre, l’ouverture des possibles professionnels. Et bien souvent, l’engagement dans des activités annexes, comme le dit Rasera, concourt à ce que celles-ci, lorsque la vocation n’est pas confirmée par des évènements footballistiques probants, deviennent des activités centrales en lieu et place de la vocation. Cette prise d’importance d’activités annexes dans la vie des ex-apprentis, fait écho au phénomène d’éternisation mis en relief par Pinto (2014), à propos des étudiants et de leurs « petits boulots ». Il caractérise le phénomène social par lequel un « petit boulot » peut devenir le possible professionnel. Ce qui fait écho aux trajectoires des ex-apprentis, c’est la dimension dialectique du processus. Alors que l’érosion de la vocation s’amorce, les activités socioprofessionnelles périphériques dans la vie de ces derniers, gagnent en importance jusqu’à supplanter la vocation.

  • 12 Hamed, 26 ans, banquier, pratique le football en Régional 1, 3 ans au Stade de Reims, évincé à 18 a (...)

43Parfois même, la metanoïa socioprofessionnelle est telle que l’ex-apprenti clôture définitivement toute possibilité de s’inscrire de nouveau dans une quête vocationnelle. Les propos d’Hamed12 exposent cet état de fait. Alors que ses performances footballistiques en National 3 lui offraient à 21 ans l’opportunité de « signer professionnel » (en National 1), ce dernier refusa pour s’investir davantage dans sa carrière de banquier en construction. Il nous explique les raisons de son refus :

  • 13 Cela correspond au nom d’une grande banque européenne.
  • 14 Entraineur, ancien joueur de football professionnel.
  • 15 Club de région parisienne.

Dans la banque, soit je rentre pour être le patron de la banque, soit je ne rentre pas. Mais pas n’importe quelle banque, dans les trois meilleures banques mondiales. Je veux être au top de la chaîne alimentaire. Quoique je fasse, c’est pour être vraiment le meilleur. Donc je dis au club (qui le recrute pour jouer en National) que moi je ne peux pas signer pro, parce que je suis en contrat d’alternance pendant deux ans avec la banque X13. Donc je ne peux pas signer pro. Et ils me disent ok tu sais, on va te donner des chèques avec un contrat amateur. Donc je signe mon contrat amateur et je m’entraîne avec la Nationale. À l’époque c’était Y14 le coach du FC15. Je lui explique que je suis chez X et que je ne peux pas venir moi le matin aux entraînements. Il le prend mal, il me fout en National 3 !

44Lorsque Hamed précise à plusieurs reprises qu’il ne peut pas signer professionnel, c’est surtout pour signifier que son état d’esprit a changé, et qu’il a choisi de ne pas compromettre sa formation (de Brevet de Technicien Supérieur) en banque. Ses expressions témoignent d’un réel basculement d’état d’esprit, lorsqu’il dit qu’il entre « pour être le patron de la banque ». En fait, il avait déjà entériné la projection de lui-même en tant que banquier. Dans cette optique, il ne voit même pas l’intérêt symbolique de mettre en péril sa formation, pour un retour dans l’incertitude footballistique (Roderick, 2006).

45En définitive, cette STV metanoïa que cristallise deux logiques de vécu chez les ex-apprentis interviewés. D’une part, elle est une phase de vie ou la vocation footballistique est en véritable décomposition. Même lorsque la pratique footballistique demeure (chez 4/7 des ex-apprentis présents dans cette phase), l’engagement n’est plus caractérisé par une quête de l’élite ou de la professionnalisation. Il y a donc une opération de désacralisation du métier de footballeur professionnel et de « désenchantement de la vocation » (Rasera, 2014, p. 108). D’autre part, elle est cette temporalité vécue synonyme d’une ouverture des possibles professionnels, en tant qu’alternative crédible à la vocation. Comme nous l’avons vu à travers les mots et les actes de ces ex-apprentis, c’est une temporalité qui leur offre une nouvelle projection d’eux-mêmes, une véritable metanoïa socioprofessionnelle.

***

46L’étude en termes de STV nous permet de mettre en exergue les quatre grandes phases généralement expérimentées par les ex-apprentis, au cours de leur processus de recomposition vocationnelle.

47Sans nier la spécificité des évènements biographiques et footballistiques, propres à la trajectoire de chaque ex-apprenti, l’étude en termes de STV permet d’analyser le processus de recomposition vocationnelle dans ses dimensions individuelles et collectives.

48Pour autant, cela ne signifie en rien que tous les ex-apprentis footballeurs français passent ou passeront par l’expérience de ces quatre STV. Il peut y avoir des allers-retours entre les différentes STV, selon la force de la vocation initiale voire des abandons immédiats. Plus encore, il peut y avoir une sortie du processus de recomposition. Pour preuve, l’un de nos interviewés (1/20), expérimentant une forte STV de persévérance (footballariat en National 1), est récemment parvenu à intégrer l’élite footballistique (Ligue 2). De ce fait, il n’expérimentera sûrement pas les STV de l’ambivalence et de metanoïa, propres aux ex-apprentis qui ne parviennent pas à intégrer l’élite footballistique in fine.

49En revanche, l’analyse sociologique montre qu’il devra, à l’instar de tous les sportifs de haut niveau (Fleuriel et Schotté, 2011), opérer une metanoïa socioprofessionnelle à l’issue de sa carrière sportive. De sorte que les séquences temporelles qu’il vivra lors de cette transition socioprofessionnelle hors football, feront sûrement écho à celles que vivent régulièrement les footballeurs professionnels lors de leur passage de la lumière à l’ombre.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand J., 2014. « Entrer en formation par la « petite porte » : les conditions sociales de l’apprentissage footballistique dans un club dominé », Sciences Sociales et Sport, 7, p. 167 – 188.

Bertrand J., 2012. La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute.

Bertrand J., 2009. « Entre passion et incertitude : la socialisation au métier de footballeur », Sociologie du Travail, 51 (3), p. 361-378.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M.(dir.), 2010. Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement, Paris, La Découverte.

Bidart C., 2006. « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers internationaux de sociologie, 120 (1), p. 29-57.

Bourdieu P., 1986. « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62 (1), p. 69-72.

Bourdieu P., 1984. Questions de Sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bourdieu P., 1982. « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, p. 58-63.

Damont N., Falcoz M., 2016. « Questionner la frontière floue entre amateur et professionnel. Les apories de la frontière entre amateur et professionnel », Marché et organisations, 27 (3), p. 83-103.

Dubar C., 2008. « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités [En ligne], 8.

Dubar C., 2014. « Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire », Temporalités [En ligne], 20.

Faure J-M., Suaud C., 1999. Le football professionnel à la française, Paris, PUF.

Fleuriel S., Schotte M., 2011. « La reconversion paradoxale des sportifs français : Premiers enseignements d’une enquête sur les sélectionnés aux jeux olympiques de 1972 et 1992 », Sciences sociales et sport, 4 (1), p. 115-140.

Guyonvarch M., 2008. « La banalisation du licenciement dans les parcours professionnels. Déstabilisation ou recomposition des identités au travail ? (enquête) », Terrains & travaux, 14 (1), p. 149-170.

Juskowiak H., 2011. Un pour mille : éléments de sociologie sur la formation au métier de footballeur, Thèse de l’Université d’Artois.

Lefevre N., 2010. « Construction sociale du don et de la vocation de cycliste », Sociétés contemporaines, 80 (4), p. 47-71.

Laillier J., 2011. « La dynamique de la vocation : les évolutions de la rationalisation de l’engagement au travail des danseurs de ballet », Sociologie du travail, 53 (4), p. 493–514.

Mazade O., 2011. « La crise dans les parcours biographiques : un régime temporel spécifique ? », Temporalités [En ligne], 13.

Papin B., Viaud B., 2012. « Temps sportif, santé du champion et logique de l’urgence », Staps, 96-97 (2), p. 9-27.

Pinto V., 2014. À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social ».

Rasera F., 2014. « Au-delà de “l’échec” en centre de formation. La recomposition des aspirations professionnelles d’un ancien apprenti footballeur », Sciences Sociales et Sport, 7, (1), p. 105-138.

Rasera F., 2012. Le métier de footballeur. Les coulisses d’une excellence sportive, Thèse de l’Université Lumière Lyon 2.

Rasera F., 2010. « La recomposition d’une vocation : enquête sur l’éviction et la reconversion des apprentis footballeurs » in Sobry C. (dir), Sport et travail, Paris, L’Harmattan, p. 405-414.

Roderick M., 2006. The work of professional football : A labour of love ?, London, Routledge.

Slimani H., 2000. La professionnalisation du football français : un modèle de dénégation, Thèse de l’Université de Nantes.

Sorignet P-E., 2004. « Sortir d’un métier de vocation : le cas des danseurs contemporains », Sociétés contemporaines, 56 (4), p. 111-132.

Haut de page

Notes

1 Éric, 23 ans au moment du 1er entretien (en 2014), entraineur (jeunes) et footballeur (en division d’honneur, 6 division) , quatre ans au FC Sochaux Montbéliard, évincé à 17 ans.

2 Emilien, 26 ans au 1er entretien (en 2014), aide soignant (phase de metanoïa), deux ans au FC Sochaux Montbéliard, évincé à 18 ans.

3 Justin, 26 ans au 1er entretien, (en 2015), footballeur (phase de persévérance), cinq ans eu FC Lorient, évincé à 19 ans.

4 Larry, 21 ans au 1er entretien (2014), footballeur au chômage (phase de persévérance), deux ans au RC Strasbourg, évincé à 17 ans.

5 Charly, 25 ans au moment du 1er entretien, footballeur au chômage, deux ans au SM Caen et deux ans à l’AJ Auxerre, évincé à l’âge 19 ans de l’AJ Auxerre).

6 Le marché du travail footballistique est divisé entre les ligues professionnelles (Ligue 1 et 2) et les ligues « amateurs » avec le National 1 (3e division), le National 2 (4e division) et le National 3 (5e division).

7 Article 10 (Qualité du joueur à l’embauche) :
« Le joueur qui met à disposition d’un club de football visé à l’article 1 du présent Statut, contre rémunération, ses compétences et son potentiel physique en vue de participer aux compétitions, sera un salarié occupant un emploi dans le secteur du football. Le joueur est un professionnel du football fédéral par la nature salariale de son activité et non par le statut de son club. » (Source : site de la Fédération Française de Football).

8 Nous pouvons citer quelques-uns de ces joueurs au « fabuleux parcours » parfois mentionnés dans nos entretiens : Didier Drogba et Matthieu Valbuena par exemple. La principale caractéristique de ces derniers, c’est qu’ils ont évolué initialement dans le footballariat pour finalement intégrer l’élite footballistique.

9 La seule donnée à notre disposition concerne celle concernant les expatriés en Europe. Au cours de la saison 2015/2016, sur les 519 joueurs professionnels français expatriés en Europe (55 ligues), 55 joueurs sont des ex-apprentis ayant réintégré l’élite footballistique après avoir été évincés par leur club formateur. Il semble ainsi plus aisé pour un ex-apprenti de réintégrer l’élite en s’expatriant même si nous ne disposons pas de chiffres par saison sportive.

10 Patrice, 26 ans, évincé à 18 ans du FC Lorient, joueur fédéral depuis l’âge de 20 ans dans un club de National 2 de région parisienne.

11 Gérald, 26 ans, facteur, pratique le football en Régional 2, 4 ans au FC Lorient (évincé à 19 ans) puis Stade de Reims pendant 2 ans (évincé à 21 ans).

12 Hamed, 26 ans, banquier, pratique le football en Régional 1, 3 ans au Stade de Reims, évincé à 18 ans.

13 Cela correspond au nom d’une grande banque européenne.

14 Entraineur, ancien joueur de football professionnel.

15 Club de région parisienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Cédric Tia, « Rebondir après « l’échec » en centre de formation : analyse séquentielle des trajectoires socioprofessionnelles d’ex-apprentis footballeurs », Temporalités [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3702 ; DOI : 10.4000/temporalites.3702

Haut de page

Auteur

Pierre-Cédric Tia

CPN (Université d’Evry, UFR SHS, 2 rue du Facteur Cheval, 91 000, Evry)VIPS2 (Université du Maine, UFR ST, Avenue Olivier Messiaen, 72 085 Le Mans)
pctia@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page