Navigation – Plan du site

À la recherche du temps maîtrisé

Le rapport au temps du sportif de haut niveau
In search of mastered time. The high-level sportsman’s relationship to time
En busca del tiempo controlado. Los deportistas de alto nivel y su relación al tiempo
Marc Levêque

Résumés

La contribution qui suit vise à repérer et analyser dans le quotidien du tissu sportif un mode organisationnel et structurel de rapport au temps, puis d’en caractériser les éventuels effets psychologiques chez les pratiquants de haut niveau. Une scansion volontariste du temps, étayée sur le primat des processus physiologiques, s’accompagne d’effets psychologiques multiples et complexes, parmi lesquels nous envisageons :
– un rendement et une efficacité dans la gestion de l’effort qui génère chez le sportif, dans le grand public, mais aussi dans le monde de l’entreprise, une impression de réalisation parfaite. De fait cette gestion constitue le temps en allié, en outil de progrès et de perfection,
– la genèse fréquente de troubles anxieux et d’épisodes dépressifs chez les pratiquants (objectivée par de récentes enquêtes), sans cesse en alerte pour coller aux assignations et impératifs du temps prescrit,
– un décalage potentiel entre cette saisie du temps objectif et les rythmes de l’élaboration psychologique, par exemple lors des ratés, contre-performances, mais aussi des réussites soudaines. Une désynchronisation potentielle entre le temps vécu, subjectif et coloré par les affects d’une part, le temps planifié et maîtrisé d’autre part, induit un risque de déstabilisation de l’économie temporelle individuelle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À travers certains mots-clés dont il fait un usage surabondant, le monde sportif de haut niveau traduit ses intenses préoccupations temporelles : programmation, planification, périodisation, calendrier, échéance… et le souci majeur d’ancrer le travail d’entraînement, la préparation et l’affrontement des adversaires dans la réalité concrète des procédures et les impératifs de l’évènementiel. Toute préparation s’appuie sur une rigoureuse méthodologie de l’entraînement.

2Pour autant, et notre réflexion tentera d’étayer cette perspective, cette forme de temporalité s’appuie sur un imaginaire de saisie et de maîtrise du temps qui néglige les processus psychologiques engagés chez les acteurs. Cette conception fait également contrepoids à l’inscription historique et symbolique de la performance sportive dans le psychisme humain.

  • 1 Les athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Rio se sont entraînés les mois précédents aux (...)

3Le découpage du temps pendant toute une carrière s’effectue en cycles et micro-cycles construits pour développer, renforcer ou optimiser les qualités physiques, techniques, technico-tactiques requises par l’activité concernée. On peut aussi évoquer une périodisation en préparation physique foncière, préparation physique spécifique et « affûtage » précompétitif. Cet ordonnancement est régi par deux composantes principales : le calendrier des rencontres et échéances sportives de la saison, et les objectifs qui leurs sont associés d’une part ; les connaissances scientifiques et procédurales qui permettent de mettre en place les dispositifs de travail et de soutien aux compétences requises, d’autre part. La méthodologie de l’entraînement s’appuie essentiellement sur les savoirs issus des sciences biologiques (biomécanique, physiologie de l’effort, contrôle du mouvement…) qui ont irrigué précocement le corpus de connaissances pour la préparation à la performance, notamment grâce aux travaux pionniers menés en Europe de l’Est (Matveiev, 1979, Platonov, 1988, Weineck, 1997…) jusqu’à l’effondrement des pays communistes. Sur ce canevas sont échafaudés des cycles de planification des modalités et de la charge de travail, selon une rationalité adossée pour l’essentiel aux lois de la préparation physique. L’alternance de temps forts et de temps faibles, la répartition des efforts et des temps de récupération sont finement prévus. Ainsi les paramètres intensité de l’effort, durée de l’effort, durée de la récupération, nature de la récupération et nombre de répétitions sont maniés en étroite synergie au sein de chaque séance d’entraînement (Pradet, 2016). La soumission à ces rythmes et charges considérées comme impératifs est finalisée par l’obtention du processus de surcompensation, scientifiquement reconnu, support physiologique de la majoration des capacités et du recul de leurs limites. Un quadrillage du temps inspiré de la même logique peut être appliqué en période de trêve hivernale, ou pour optimiser l’acclimatation et l’adaptation à un décalage horaire important1.

4Cet ordonnancement scelle le primat absolu de la condition physique sur les autres facteurs humains impliqués ; un activisme séquencé et fragmenté en unités de temps lie de façon indissoluble modulations de la charge de travail et gestion du temps.

  • 2 A titre d’exemple, les Jeux Olympiques d’été de 2024 font l’objet de la constitution de dossiers de (...)

5Au-delà de ces micro ou meso-cycles se succèdent selon un cérémonial de plus en plus immuable la répétition de macro-cycles, par exemple les jeux Olympiques tous les quatre ans, les championnats du monde d’athlétisme tous les deux ans… selon un calendrier prévisionnel élaboré longtemps à l’avance lorsqu’il s’agit d’un événement de grande importance2.

6Différents facteurs (mondialisation, marchandisation du sport de haut niveau…) contribuent à la création de nouvelles épreuves et tendent à surcharger les calendriers. Ces rencontres de plus en plus resserrées dans le temps (tournois de tennis, championnats et coupes en sport collectif, meetings en athlétisme…) superposent les niveaux nationaux, européens, mondiaux et compriment les périodes de récupération. Les tournées d’été (hémisphère sud en ski…), épreuves promotionnelles dans des pays émergents… toutes ces sollicitations marquent une accélération des rythmes temporels (Rosa, 2010) dont le moteur social est la compétition et la multiplication des affrontements concurrentiels. L’emploi du temps est organisé pour multiplier le nombre d’unités d’action par unité de temps, par exemple une saison pour le sportif, telle une spirale infernale. Birouste (2005) avait qualifié « d’ébouriffante » la vie menée par le sportif de haut niveau, « tacticien et praticien de la limite ».

7L’entraîneur officie en tant que « maître du temps », bâtisseur savant et méthodique de chaque pan de la carrière ; lui seul sait enchâsser chaque phase de travail dans le continuum complexe et systémique de la préparation d’une épreuve, et la plupart des athlètes ne savent que s’en remettre à lui pour cette construction temporelle. À mesure que la compétition approche, notamment dans la phase précompétitive, la distribution des rôles tend à se modifier. L’attention aux rythmes internes de l’athlète se renforce, une part croissante d’individualisation des séquences en fonction des besoins et sensations singuliers, tout aussi idiosyncrasiques que subjectifs, se met en place. Une forme de délégation s’instaure, de l’entraîneur vers le participant, pour le réveil des acquisitions et habiletés, l’ajustement du niveau d’activation, les modalités d’échauffement, la mise en œuvre des routines de concentration… De gestionnaire de la chronologie de la préparation, l’expertise de l’entraîneur se déplace vers l’élaboration et la préconisation des stratégies tactiques et technico-tactiques de gestion de la compétition. Cette bascule, plus ou moins marquée selon les sports et les contextes, intègre l’idée de l’autonomie et de la responsabilité de l’athlète dans la restitution des apports de la préparation. Elle veut susciter une appropriation et un engagement intrinsèque dans la tâche, l’écoute fine des résonances internes et des indices proprioceptifs. Elle peut sembler tardive (Levêque, 2015) si l’athlète n’a pas été habitué à s’impliquer dans la conception et la mise en œuvre de sa préparation, mais seulement à appliquer des directives, si le non-partage du référentiel de travail n’a pu donner sens dans le quotidien aux efforts demandés et à leur orchestration. Il lui faut par un effort d’intériorisation et d’écoute de ses rythmes prendre la commande des enchaînements temporels, maîtriser les cadences, prendre possession in vivo des mouvements appris. Une préparation minutieuse de compétition, ou de séquence d’action dans les sports où des pauses séparent les temps d’action (les concours en athlétisme par exemple) suppose des ajustements d’une grande finesse, une réactivité fulgurante à toute perturbation, un engagement parfaitement synchronisé. L’instrumentiste qui suivait le rythme imposé par l’entraîneur doit devenir, au plus près de l’épreuve, un soliste en alerte.

Une gestion du temps source d’efficience

8Le sport de compétition doit à son implantation et à son fonctionnement en marge du tissu social, dans le microcosme des institutions, sa capacité à faire converger logique de l’action individuelle et logique du système. Les acteurs rassemblés, unis par leurs projets, mais aussi par une socialisation secondaire homogène, adaptent leur rythme de vie à la « temporalisation du temps » (Rosa, 2010) imposée par les exigences systémiques. C’est un modelage de la façon d’être au monde qui est réalisé par cette immersion dans la structure sportive, laquelle selon cet auteur s’apparente par cette gestion du temps à des institutions disciplinaires.

9Le double projet (scolarité-sport) qui fut celui de qui est devenu sportif de haut niveau est mené jusqu’au baccalauréat grâce à d’impeccables aménagements des horaires ; plus tard les différentes polarités du métier de sportif de haut niveau (préparation sportive, mais aussi activités promotionnelles, représentation…) s’enchaînent et s’emboîtent dans un strict ordonnancement temporel. Le temps doit être rentable, il est mesuré et son occupation doit être proactive.

10Cette surcharge de travail et cette organisation finalisée évoquent la condition des élèves des classes préparatoires, soumis aux mêmes régimes de travail intensif et de mise en concurrence pour l’admission aux concours. Darmon (2015) évoque la trame temporelle, le fractionnement de la première année en une succession de périodes dans une logique de l’urgence et de l’empressement. L’urgence et la gestion du temps deviennent des modes normaux de rapport au temps, les sujets se sentent débordés parfois dans une course après le temps pouvant provoquer une panique temporelle.

11Néanmoins cette approche pragmatique et même programmatique fait la force du terrain sportif, permet la canalisation et la fixation des énergies déployées dans une démarche méthodique et structurée, étroitement finalisée. Elle se fonde sur une dépendance à l’objectif sportif et à un travail présenté comme volontaire alors que sa structure et son contenu sont préprogrammés.

12Le caractère hautement ritualisé de la préparation du sportif le protège d’un effet de dissolution dans un monde qui serait trop incertain et déstabilisant. Le pari de la performance sportive dans un contexte de concurrence exacerbée doit être engagé jeune et maintenu pendant de longues années (de préformation, puis de formation du sportif) pour avoir quelque chance de s’accomplir à terme. L’organisation méticuleuse du travail dans un cadre spécifique fournit au candidat un ancrage sécurisant dans une société globale qui génère plutôt incertitude, crainte de l’avenir et angoisse chez les jeunes. Le sportif est pris en charge par l’institution (Bouchetal-Pelegri, Leseur et Debois, 2006) qui assure la logistique ; il peut mettre en perspective avec son entraîneur un plan de carrière qui vise l’accomplissement de soi ; la portance du système sportif fournit le cap et met à disposition les moyens. Mentor, guide, éducateur, prescripteur du travail ou parfois « tuteur de résilience », l’entraîneur « gardien du temple » veille au grain et prévient toute dispersion. Le dépassement attendu (Queval, 2004) est étayé par une construction rationnelle et progressive des efforts, par la multiplication des expériences (stages, compétitions variées…) pour se familiariser avec l’environnement des objectifs les plus importants.

13La longue préparation d’un sportif d’élite est rythmée par un temps contraint qui par ailleurs, s’avère décalé par rapport au temps usuel de la vie sociale et l’isole dans une condition originale, voire marginale socialement. Dans le temps d’une carrière sportive, « un risque de polarisation envahit la totalité du champ de conscience » (Carrier, 2010) et inféode le pratiquant à un hyper investissement unique et exclusif de son sport. Chez les jeunes la construction identitaire est intégralement soumise aux mesures et évaluations de leur valeur sportive dans cet environnement monolithique. Les attirances des adolescents pour leurs rythmes personnels et leurs indécisions, leurs inclinaisons pour les tâtonnements et les expériences de découverte, « pour voir », ne sont pas tolérées par l'orthopraxie imposée. Un lien transitif entre les efforts et leur positivité est affirmé, leur rendement est imposé aux sportifs dès qu’ils sont immergés dans le système. La performance est l’aboutissement programmé d’un processus construit, d’un comportement proactif et engagé qui ne tolère ni errance, ni lâcher-prise. Les Anglo-Saxons appellent « pratique délibérée » (Ericsonn, 2003) cet engagement à la fois quantitatif et qualitatif (haut niveau de concentration, objectifs clairs, ordonnés par un désir intense d’optimisation de la performance…).

14L’incertitude de l’aboutissement est niée au profit d’une mise en équation savante des déterminants de la performance. L’algorithme complexe des séquences de travail est soutenu par un discours résolument performatif et les prophéties auto réalisatrices de l’entraîneur. Le projet et sa réalisation sont noués d’un lien indissoluble et rendu quasi obscène par son évidence. Le discours emphatique sur la performance en devenir, sur sa faisabilité, sur son accessibilité est « un discours prédateur qui cherche à capter, à capturer, puis à contrôler afin de parvenir à la maîtrise et à la perfection » (Laplantine, 2004).

Les répercussions psychopathologiques

  • 3 Cet Institut regroupe une bonne partie des meilleurs sportifs français et leur offre d’excellentes (...)
  • 4 Ces troubles ont été caractérisés en accord avec les préconisations du DSM 4 (Diagnostic and statis (...)

15Le sportif engagé dans la pratique intensive est incité à une polarisation qui envahit la totalité de son champ de conscience autant qu’elle prescrit la dépense énergétique, ses modalités, son intensité. Cette obnubilation par le calendrier des échéances et les enjeux associés crée chez certains les conditions d’émergence de troubles psychopathologiques ; les premières enquêtes et bilans d’activités émanent du Centre de consultation psychologique de l’Insep (Salmi, Pichard et Jousselin, 2010), ils sont plutôt alarmants : selon les bilans psychologiques rendus obligatoires depuis 2006, sur la population des athlètes s’entraînant à l’INSEP3, 58 % présentent des troubles psychopathologiques (39 % des troubles anxieux, 23 % des épisodes dépressifs). Sur la population des consultants volontaires on arrive aux chiffres suivants : 49 % de troubles anxieux et 30 % d’épisodes dépressifs majeurs. Ainsi les crises d’angoisse, troubles obsessionnels ou compulsifs, anxiété généralisée, phobies diverses (pour les troubles anxieux)… ou des climats internes conduisant à l’asthénie, à l’isolement, à des troubles de l’image du corps, au repli sur soi (pour les épisodes dépressifs)… entravent la préparation et affectent fortement les victimes de ces manifestations induites par le contexte de sur sollicitation4. Le Moi de l’individu épuisé de chercher à fusionner avec l’idéal de l’organisation (Aubert, 2006) finit par exprimer son désarroi et par craquer. Les auteurs de ce premier recensement, psychologues cliniciens, s’attardent peu sur les causes de ces troubles, mais ils affirment clairement que « le sport intensif ne crée pas la pathologie psychique », mais que le contexte, « un positionnement psychique et physique toujours à la limite de la rupture d’équilibre » crée un déséquilibre et les conditions d’émergence de ces troubles.

  • 5 Il est difficile d’expliquer les différences entre ces deux enquêtes : mentionnons simplement que l (...)

16Une autre étude menée a été menée sous forme d’enquête par l’I.R.M.E.S (Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport). Cette structure de recherche et d’observation du terrain sportif logée à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP) a centralisé et compilé les fiches de recueil épidémiologique dans le cadre du bilan psychologique des sportifs de haut niveau (Schaal et al., 2011). Ce recensement porte sur 2 067 athlètes de haut niveau et junior dont les bilans psychologiques (2008 et 2009) ont été transmis sous forme synthétique sur des fiches de recueil de données standardisées. Les prévalences de troubles répertoriées sont nettement inférieures à celles du centre de consultation psychologique de l’Insep (17 % des athlètes seraient affectés, 6 % de troubles anxieux, 4,2 % de désordres des conduites alimentaires, 3,7 % d’états dépressifs…)5. Très détaillée et armée au plan statistique cette méta analyse met aussi en évidence que les sportifs ne sont pas plus vulnérables, ni atteints que la population générale, que les femmes sont plus touchées que les hommes, que les troubles se font moins fréquents avec l’âge (les juniors sont les plus affectés), qu’ils ne touchent pas avec le même impact les différentes catégories de sport ; les sports gymniques et acrobatiques (gymnastique, natation synchronisée, patinage artistique) seraient les plus affectés par les troubles anxieux du fait de la précision requise et de la dépendance du jugement externe en compétition…

17Nous ne pouvons dans cet article détailler tous ces résultats, dont certains ne sont pas encore robustes de l’avis même des auteurs. Une multitude de facteurs peuvent être évoqués, liés à la logique interne de chaque activité, à l’intensité et aux modalités de la charge de travail, aux différences hormonales et sexuées, et à la grande variabilité des facteurs d’environnement et de contexte. Des études différentielles approfondies et multiples permettraient sans doute d’apprécier l’impact sur la santé psychique d’une équation qui combinerait répartition de la charge et organisation temporelle, mais ne se limiterait pas à ces déterminants.

18Les troubles répertoriés dans ces deux études semblent clairement liés à l’anticipation anxiogène du résultat du pari engagé, à l’activation systématique d’un imaginaire de réussite, voire de toute-puissance. La prégnance des buts assignés, une fixation de type obsessionnelle sur la cible visée, la quête permanente de la perfection… induisent un envahissement de la psyché et des perturbations multiples ; de la même façon, le recours systématique à la stimulation à l’excellence, à l’évaluation comparative et répétitive, à la mise en concurrence, à l’étalonnage des valeurs contribue aux mêmes dysfonctionnements. Les troubles ressentis par les sportifs évoquent l’effet « big fish little pond » (gros poisson, petit bassin) connu en psychologie sociale (Marsch et Parker, 1984) et qui semble jouer à plein : sélectionnés sur leur potentiel et leurs premiers résultats probants, les jeunes sportifs rassemblés dans les structures de haut niveau (les Pôles) côtoient d’autres talents, perçoivent par comparaison leurs propres limites ou infériorités et voient leur estime de soi dégringoler et leurs espérances s’évaporer.

19De fait, la confrontation incessante à des évaluations de rentabilité des efforts engrangés (multiplication des tests de terrain par l’entraîneur, monitoring des rythmes internes grâce aux capteurs d’activité les plus modernes, résultats des compétitions disputées, classements publiés par les fédérations…) rend chronique un vécu de défi narcissique et de mise à l’épreuve. Le sportif est collé à l’image narcissique que lui renvoient ses résultats, amplifiés par la caisse de résonance médiatique. Il est un « gagneur obligé » (Barus-Michel, 2003) et cette exigence génère des désordres psychologiques qui échappent à la programmation.

20Le corps du sportif est étroitement enchaîné aux dispositifs matériels et logistiques qui en contrôlent le rendement. Une mesure satisfaisante, positive, qu’elle soit effectuée lors de l’entraînement ou à l’occasion d’une compétition, peut être considérée comme gratifiante pour l’image de soi et étayante pour le narcissisme. Mais comme l’explique Abbassi (2007), toute performance traduit un traitement singulier du temps qui sacrifie le présent, l’ancre dans le passé et la projette dans l’avenir : la performance est référée aux antécédents, comparée au passé, aux tablettes de la discipline, c’est pourquoi les sportifs victorieux disent avec complaisance « être entrés dans l’histoire » ; de l’autre côté elle est rapidement confrontée à sa contingence, à ses limites et aussitôt mise aux enchères pour l’avenir. Sa valeur n’est que fumée, volatile et évanescente. L’événement sportif, le record, la victoire, producteurs d’une forme de sacre narcissique, pour scintillants qu’ils soient, relèvent de l’éphémère et ne constituent que des jalons dans une continuité condamnée à la progression et au dépassement. Ils ne peuvent produire de sédiments et ne confortent un narcissisme fragilisé que l’espace d’un résultat. La logique du sport de haut niveau implique la remise en jeu rapide des acquis, ou l’atteinte à court terme d’un nouveau sommet. Conquête sans limites qui implique le dépassement, voire l’excès de soi.

21Postulons enfin que la responsabilité de l’auteur de la performance, l’athlète, semble décroissante dans l’agencement de son existence : une forte délégation de son libre arbitre à des agents mandatés, entraîneur, sponsors, agents, installe comme une dépossession au profit des réquisits d’une technostructure fondée sur le contrôle permanent des rythmes internes. Les contraintes de l’agir surpassent et oppressent les dimensions existentielles de l’acte.

Une temporalité externe et arbitraire

22La temporalité psychique propre à chacun de ses investissements semble réduite ou inféodée à une dimension métrique et comptable, une temporalité opératoire semble se substituer à une temporalité vécue ou subjective : le sujet sportif ne construit pas lui-même une perception du temps singulière et personnelle, il subit une construction du temps qui lui est prescrite. Le temps doit être saisi et mis à profit dans une gestion rationnelle et finalisée.

23Plusieurs auteurs (Michel et al., 2003, Luminet, 2013) ont posé l’hypothèse de tendances alexithymiques chez les sportifs, notamment lorsque la pratique prend une forme addictive.

24Le lien entre alexithymie et temporalité met en évidence (Thomas et Montean, 2010) la prégnance de l’agir dans un cadre temporel marqué par un sentiment d'urgence, un fonctionnement dans l’immédiateté et un mode d’existence automatisé. Le présent est inféodé à la poursuite de buts à atteindre et l’anticipation n’emprunte pas à l’imaginaire ou à une projection de soi dans le futur (avec tout son lot d’atermoiements et de supputations), mais elle est planifiée, construite. L’édification de plans, de programmes assez rigides se substitue à une mobilisation idéative sur un projet. Enfin le dire sur l’action n’est pas requis, pas nécessaire, et l’éprouvé ne justifie pas une élaboration, son énonciation par les mots ne présente pas d’intérêt puisque l’agir programmé s’impose comme une évidence. Cette difficulté à traduire verbalement les émotions ressenties et à les dissocier des sensations corporelles est induite, ou renforcée, par le fonctionnement du monde sportif. Un temps opératoire, mesuré, organisé incite à une forme de fuite en avant et réprime la construction d’un temps subjectif. D’autres facteurs contribuent aussi à cette compression du monde interne :

25– les sollicitations médiatiques à l’expression du ressenti sont effectuées dans de mauvaises conditions : fatigue intense à la fin de la compétition, sous pression temporelle ou sous le coup de l’émotion provoquée par le résultat ; au plus près de bouffées de sensations d’une forte intensité, peu accessibles à l’observation réflexive,
– les invitations de l’entraîneur à explorer l’impact des efforts visent souvent le ressenti physique (intensité de l’effort, douleur ou pénibilité ressentie) et rarement les impressions subjectives. La parole sacralisée de l’entraîneur impose rapidement son verdict sur l’action, son orthodoxie, ses défauts ou imperfections, elle se substitue souvent à une possible description existentielle et sensible émanant du sportif lui-même.

  • 6 Nous ne connaissons aucun recensement objectif de ces séquelles traumatiques post-carrière. Les ath (...)

26Le temps du sportif est régi par une logique de l’urgence (Viaud et Papin, 2012) propre au calendrier des compétitions. Il en découle un rapport au corps finalisé et ajusté à la performance qui expose celui-ci à des risques sanitaires importants, à une usure progressive qui produira ses effets majeurs dans l’après-carrière, sous forme de séquelles traumatiques rarement prises en compte.6

27Le corps du sportif tient lieu de soi bien plus encore que pour le commun des mortels dans notre modernité. Il est le repère premier et intime du sujet dans nos sociétés, il est l’outil et l’instrument existentiel qui soutient l’hyper investissement réalisé. L’entretien du corps, ou son affûtage « s’inscrit dans des échéances plus ou moins immédiates, reportées, lointaines qui rebondissent de l’une à l’autre en trajectoires croisées » (Queval, 2016). Le fantasme de maîtrise d’un temps relatif caractérise la conception moderne du temps, et le sportif incarne de façon idéale ce fantasme. Il est, selon cette auteure, « en cavale dans une fuite éperdue en avant ».

28Ce quadrillage du temps a évidemment pour fonction de juguler l’irruption de l’affect et d’en contrôler les effets dévastateurs. Mais il a aussi une valeur de structuration, il n’obéit pas à une logique anarchique ou désordonnée et une idéologie sous-jacente lui donne sens. Il ne s’agit pas d’une escalade des sollicitations telle que le monde du travail peut en imposer à ses serviteurs ; pas d’emballement ni de flexibilité, l’exigence de performance est soutenue par un appareil et une organisation. Si l’on suit les propositions de N. Aubert, qui réfléchit aux pathologies hypermodernes liées à la violence du temps (Aubert, 2008), force est de constater que le monde sportif met en œuvre un dispositif de « possession du temps » et non de soumission au temps.

29Le sportif ne s’affranchit pas des contraintes du temps, il n’est pas ballotté par des exigences successives et inattendues, il n’est pas comme dans le monde du travail soumis à des impératifs d’instantanéité et de réactivité incessants sur un rythme forcené, il met en œuvre des stratégies qui lui permettront de concrétiser un objectif et de se l’approprier (être prêt le jour J). C’est pourquoi l’expression « préparation d’une compétition » semble la plus appropriée, dispositif volontariste et finalisé par un objectif clairement identifié.

30Certes la multiplication des matches en sport collectif (football, rugby…), la course aux tournois privés richement dotés en athlétisme en plus des calendriers fédéraux, l’organisation en ski de tournées dans l’hémisphère sud en surplus de la saison hivernale… fragilisent les planifications d’objectifs et mettent à mal la résistance des organismes ; les blessures ou saturations provoquées désorganisent les procédures programmées, notamment les temps de récupération qui font partie intégrante du planning de travail.

31Cette prise en charge du sportif dans un temps construit et un dispositif opératoire vise à réduire l’incertitude et juguler l’affect, à empêcher son intrusion dans la conscience. Il faut « fixer le désir dans un agir » (Ansart, 1976), arrimer la motivation à l’action et ne laisser filtrer aucune des turpitudes de l’indécision. L’affect porte la menace du désordre, de la dispersion, il est vécu par le monde sportif comme fauteur de troubles. Cette forme d’épuration de l’affect dans l’engagement sportif vise autant la mise à distance des préoccupations privées (amoureuses, sociales, culturelles…) que la négation du retentissement affectif des événements vécus. Ainsi jusqu’à un passé récent la préparation de la transition de carrière (par la poursuite d’études post-baccalauréat en parallèle du parcours sportif) ou chez les femmes l’interruption momentanée du travail sportif (pour accomplir un désir de maternité) étaient vécues par l’encadrement comme des effractions ou ruptures dans la sacro-sainte continuité du déroulement temporel. Dans le même ordre d’idée, l’attente d’un rétablissement complet (et non d’une guérison) après une blessure, l’élaboration de la reconstruction identitaire suscitée par l’impact psychologique de la blessure (Lecocq, 2003), le temps subjectif requis pour « digérer » un échec ou une réussite inattendue apparaissent toujours comme des manquements préjudiciables dans la gestion du temps. Le vécu de l’expérience et son élaboration ne se superposent pas aux contours de l’action.

32C’est pourquoi l’émotion longtemps contenue ou réprimée se fait « débordante et déferlante » (Levêque, 2010) lorsque survient l’issue. Trop longtemps bridée ou enchâssée dans l’action, elle se libère dans une explosion spectaculaire par son côté irruptif, mais aussi parce qu’elle fascine un public avide de vivre par procuration des sensations fortes.

Conclusion

33La logique sportive impose de faire coïncider le temps prescrit des échéances compétitives avec le temps individuel des assimilations et synchronisations internes, des rythmes idiosyncrasiques. Les séquences temporelles programmées doivent s’articuler bien que le travail de certaines qualités produise des effets incompatibles, voire antagonistes. La méthodologie de l’entraînement vise à donner cohérence et efficacité à ce montage systémique. La planification, les routines, l’ordonnancement assument une fonction contre-phobique par rapport à l’incertitude de l’issue.

34L’échéance compétitive joue un rôle d’attracteur et d’organisateur de la démarche de préparation. Parce qu’elle irradie le quotidien, elle comprime les ressentis individuels et les représentations subjectives. Certes, les entraîneurs assurent pratiquer l’individualisation de l’entraînement en s’appuyant sur les mesures répétées de l’adaptation de chacun aux efforts produits. Mais ces ajustements individualisés de la charge restent marginaux et trouvent leurs limites dans la nécessité de gestion d’un groupe d’entraînement et de mise en concurrence des partenaires. La compliance de la démarche est restreinte, la tolérance aux aménagements circonstanciés ou contingents limitée. Le travail à accomplir est sans cesse référé aux objectifs poursuivis et aux titres convoités. Aussi la dramatisation des enjeux attachés à l’échéance compétitive crée des effets délétères chez le pratiquant. L’observance du protocole de travail, pour recourir à une analogie avec les pratiques médicales ou la rééducation, ne tient pas compte du temps de l’élaboration individuelle, ni du retentissement subjectif du parcours. L’association du sportif à son entreprise ne peut intégrer des modalités semblables à l’éducation thérapeutique d’un patient parce que l’exaltation du but poursuivi produit un effet d’aveuglement. Tendu en permanence vers le but poursuivi, contraint à chaque instant par les exigences du programme de travail, le sportif répète, reproduit et adhère sans distance aux consignes fournies et buts assignés. Son corps appareillé et étalonné sans cesse apprend à produire des réponses automatisées et conformes aux objectifs, le temps perçu n’est plus pour lui que la réplique synchrone des impératifs assumés.

35Cette réflexion sur la gestion du temps soulève évidemment un lourd questionnement sur le bien-être du sportif et différents aspects éthiques. « Où va le sportif d’élite », se demande un collectif d’auteurs (Nicolleau et al, 2005) qui interroge par son intermédiaire un modèle de société et un modèle de performance. En l’assujettissant à un temps segmenté et contraint, à un rythme frénétique, la modernité positionne le sportif de haut niveau en emblème de ses évolutions, dans quelle mesure n’en fait-elle pas la victime sacrificielle de ses dérégulations ?

Haut de page

Bibliographie

Abassi Driss., 2007. L’imaginaire sportif. Médias et histoire dans le sport contemporain, Paris, Mare et Martin.

Ansard P., 1976. « Discours politique et réduction de l’angoisse », Bulletin de Psychologie, 322, 29, n° spécial Psychologie clinique 2, p. 445-449.

Aubert N., 2006. « Hyperperformance et combustion de soi ». Études, 2006/10 tome 405, p 339-351.

Aubert N., 2008. « Violences du temps et pathologies hypermodernes ». Cliniques méditerranéennes, 2008/2, n° 78, p 23-38.

Birouste J., 2005. « L’intervention clinique pour l’obtention de performance », Bulletin de psychologie, spécial psychologie du sport, 475, 119-123.

Bouchetal-Pelegri F., Lesueur V., Debois N. 2006. Carrière sportive. Projet de vie, Paris, Éditions Insep.

Carrier C., 2010. « Éthique de la sélection sportive précoce : apport de la somatopsychologie », Empan 2010/3 (N° 79), p. 61-68.

Darmon M., 2015. Classes préparatoires. La fabrique d’une classe dominante, Paris, La Découverte.

Darbon S., 2014. Les fondements du système sportif. Essai d’anthropologie historique, Paris, L’Harmattan.

Ericsonn K. A., 2003. “Development of elite performance and deliberate practice: an update from the perspective of the expert performance approach”, in J. L. Starkes., K. A. Ericsonn., (eds), Expert performance in sports: Advances in research on sport expertise, Champaign, Il. Human Kinetics, p. 49-83.

Laplantine F., 2004. « Dits, non-dits et interdits de la performance. Réflexions sur l’imperfection », in Heilbrunn B. (dir.), La performance, une nouvelle idéologie, Paris, Éditions La Découverte.

Lecocq G., 2003. « La réhabilitation après blessures », in C. Le Scanff (dir.), Manuel de psychologie du sport. L’intervention auprès du sportif, Paris, Éditions Insep, p 377-402.

Levêque M., 2010. Au cœur de la compétition, Bruxelles, Éditions Mardaga.

Levêque M., 2015. « Pour l’implication du sportif de haut niveau dans la conception et la mise en œuvre de sa préparation ». Staps, 2015/3, p 41-55.

Levêque M., 2016. « S’entraîner, à corps perdu », in Queval I. (dir.), Du souci de soi au sport augmenté. Essais sur le corps entraîné, dopé, appareillé, Paris, Éditions Presses des mines, p. 31-38.

Luminet O., 2013. Psychologie des émotions, Bruxelles, Éditions De Boeck.

Marsh H. W., Parker J. W., 1984. “Determinants of students self-concept. Is it better to be a relatively large fish in a small pond even if you don’t learn to swimm as well”, Journal of personality and social Psychology, 47 (1) July 1984, p. 213-231.

Matveiev L.,(1979). Les bases de l’entrainement, Paris,Vigot.

Michel G., et al., 2003. « Pratiques sportives et corrélats psychopathologiques chez l’enfant et l’adolescent ». Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 51, 4, p 179-185.

Nicolleau F., (dir.), 2005. Où va le sportif de haut niveau. Les risques du star-system, Paris, Dalloz.

Platonov W. N., (1988), L’entraînement sportif. Théorie et méthodologie. Paris, Éditions revue EPS

Pradet M., 2016, « Planification, périodisation et organisation de l’entraînement », in Martin-Krumm C., (dir.), Anatomie, physiologie, neurosciences du sport et entraînement, Paris, Dunod, p. 315-331.

Rosa H., 2010. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Rosa H., 2012. Aliénation et accélération. Vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte.

Schaal K., Tafflet M., Hala N., et al., 2011. “Psychological balance in high level athletes: gender-based differences and sport-specific patterns”, Plos One, 6 (5)

Queval I., 2004. « Sport. Les ambiguïtés de la performance », in Heilbrunn B. (dir.), La performance, une nouvelle idéologie, Paris, Editions La Découverte.

Queval I., 2016. Du souci de soi au corps augmenté. Essai sur le corps entraîné, dopé, appareillé. Paris, Presses des Mines.

Salmi M., Pichard C., Jousselin E., 2010. « Psychopathologie et sport de haut niveau ». Science et Sport, 25, p. 1-10.

Viaud B., Papin B., 2012. « Temps sportif, santé du champion et logique de l’urgence », Staps, 2012/2, n° 96/97, p. 9-27.

Thomas G., Montean R., 2010. « Du faire au dire : à propos de la temporalité chez le patient alexithymique », L’information psychiatrique, 2010/7 (volume 86), p. 591-595.

Weineck J., 1997. Manuel d’entraînement, Paris, Vigot.

Haut de page

Notes

1 Les athlètes sélectionnés pour les Jeux Olympiques de Rio se sont entraînés les mois précédents aux heures brésiliennes.

2 A titre d’exemple, les Jeux Olympiques d’été de 2024 font l’objet de la constitution de dossiers de candidature en 2016 et seront attribués en 2017.

3 Cet Institut regroupe une bonne partie des meilleurs sportifs français et leur offre d’excellentes conditions d’entraînement.

4 Ces troubles ont été caractérisés en accord avec les préconisations du DSM 4 (Diagnostic and statistical manual of mental disorders) par des professionnels confirmés lors de bilans diagnostiques ou de consultations cliniques.

5 Il est difficile d’expliquer les différences entre ces deux enquêtes : mentionnons simplement que les cliniciens de l’INSEP ont reçu leurs consultants pendant plusieurs séances, il s’agissait d’une population de volontaires, tandis que les données de l’IRMES résultaient d’un bilan diagnostique ponctuel et obligatoire.

6 Nous ne connaissons aucun recensement objectif de ces séquelles traumatiques post-carrière. Les athlètes de haut-niveau se dispersent après leur carrière et l’institution sportive ne semble pas impatiente de faire le point dans ce registre. Seuls des témoignages ou articles de presse isolés sont disponibles. Mentionnons toutefois l’émission très documentée sur Arte (Sport le revers de la médaille) programmée et 2014 et à nouveau en 2016. (voir : https://youtu.be/lkYFvwsxAaM – NdR)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Levêque, « À la recherche du temps maîtrisé », Temporalités [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3731 ; DOI : 10.4000/temporalites.3731

Haut de page

Auteur

Marc Levêque

Professeur des Universités
Collegium Sciences et techniques. Université d’Orléans, pôle Sciences et Techniques des Activités physiques et Sportives. 2 Allée du Château, BP 6237, 45 062 Orléans CEDEX 2
Laboratoire CIAMS (Complexité, innovation, activités motrices et sportives), EA 4532, Université Paris-sud ORSAY, 91 405 Orsay CEDEX France
CIAMS Université d’Orléans, 45 067, Orléans, France
marc.leveque@univ-orleans.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page