Navigation – Plan du site
Les temporalités de Claude Dubar (1945-2015)

La question du temps et des temporalités chez Claude Dubar (1945-2015)

Du « travail de particularisation » au « souci de théorisation »
Jean-Marc Ramos

Texte intégral

  • 1 Cette mise en garde résume assez bien l’orientation que William Grossin voulait donner à la « scien (...)
  • 2 Ce texte est une version remaniée de la communication présentée sous le titre « Les saisons de Clau (...)

1« Le temps n’est pas un canevas sur lequel on brode »1. C’est dans ces termes lancés comme un avertissement par William Grossin dans les années 90 que pouvait se définir la ligne éditoriale du bulletin des Temporalistes. L’argument ne devait pas déplaire à Claude Dubar qui allait transformer ce bulletin de liaison en une véritable revue scientifique et lui donner de nouvelles ambitions2.

2Mais la contribution de Claude Dubar à la recherche sur les temporalités ne s’est pas arrêtée à une offre nouvelle de publication, avec la création de la revue du même nom. Que ce soit dans Temporalités ou ailleurs, on peut constater, dans ses textes et communications sur le sujet, une exigence pour les questions formelles qui l’a conduit au dépassement de la sociographie, sans toutefois y renoncer. Ainsi perçoit-on dans le mouvement même de sa pensée, un élan vers la conceptualisation dont témoignent plus particulièrement ses dernières productions. Cette évolution épistémologique qui s’est nourrie de références à la philosophie et à l’histoire est sans doute l’une des particularités qui le distinguent de William Grossin et de son approche très particularisante des temps sociaux. C’est donc moins au repérage des temps sociaux qu’à l’étude de nos rapports aux temps, c’est-à-dire aux temporalités sociales caractérisant des habitus socialement ou culturellement marqués, qu’il a consacré une bonne partie de son œuvre, parallèlement à son travail d’animateur d’équipe et de directeur de revue.

3Cette évolution qui n’est pas sans rapport avec les avancées de la revue peut se résumer en trois étapes : une première contribution encore en lien avec les travaux précédents sur la socialisation et la construction identitaire va lui ouvrir la voie d’une recherche particularisante sur les temporalités biographiques ; le deuxième moment correspond à la création de la revue Temporalités et à l’affirmation d’une ligne de recherche plus formelle qui débouchera sur une modélisation des rapports aux temps, les régimes de temporalités ; enfin la dernière période part d’un constat et débouche sur une résolution qui amènera Claude Dubar à s’engager dans un travail de conceptualisation pour résoudre les problèmes de confusion notionnelle trop souvent observés dans les productions de la revue.

Première période (2001-2002). Sur les temporalités biographiques

  • 3 Le laboratoire Printemps (pour « Professions – Institutions – Temporalités »), unité de recherche a (...)
  • 4 Autour de Claude Dubar, les membres du Printemps les plus impliqués dans le projet étaient alors Di (...)
  • 5 Toutes les réunions préparatoires et conclusives se sont faites en présence de William Grossin, de (...)
  • 6 Temporalistes n° 43 (« Les temporalités biographiques », octobre 2001) et Temporalistes n° 44 (« Qu (...)

4C’est au Printemps3 qu’est née la revue Temporalités, en remplacement du bulletin des Temporalistes. Claude Dubar était alors le directeur du laboratoire qui porte si bien son nom. Faudrait-il croire certains psychanalystes quand ils prétendent qu’il y a parfois dans le nom ce qui anime le désir du sujet ! Quoi qu’il en soit la convergence des intérêts était évidente pour les deux équipes. Il fallait toutefois tester la faisabilité d’une collaboration sur un projet commun. Le rapprochement des membres du Printemps4 et des représentants de Temporalistes5 impliquait donc une mise à l’épreuve de cette collaboration qui s’est faite en deux temps. Les deux derniers numéros du bulletin qui parurent entre 2001 et 2002 furent ainsi consacrés à des thématiques intéressant les membres de l’équipe et conçus avec leur participation, partiellement pour le premier mais en totalité pour le suivant6.

  • 7 Sur l’histoire du bulletin et ses 18 années d’existence, on pourra lire nos articles : « Les années (...)

5Pour cette dernière livraison qui devait mettre fin à l’aventure temporaliste7, l’entière responsabilité éditoriale du numéro fut confiée à Claude Dubar qui rassembla des textes de diverses origines (économie, histoire et sociologie) dans un souci de pluridisciplinarité. Au sommaire figuraient également deux contributions personnelles, le texte de présentation et un article conclusif sur la mise en récit du biographique qui présente, avec le recul des années, un intérêt particulier car il nous renseigne sur sa première manière d’aborder la question des temporalités.

  • 8 Claude Dubar. « Présentation : Quelles temporalités ? », Temporalistes n° 44, septembre 2002, pp. 4 (...)
  • 9 La collection de Temporalistes comprend 44 numéros qui ont tous été diffusés dans un réseau non com (...)

6Le texte introductif répondait à la question choisie par Claude Dubar pour le titre du numéro (« Quelles temporalités ? »)8. Bien qu’à ce stade, la notion de temporalités ne fût pas très clairement définie, l’éditorialiste lui reconnaissait néanmoins une propriété majeure, celle de l’hétérogénéité, que d’autres avant lui avaient déjà mise en évidence dans leurs travaux sur les phénomènes temporels. Qu’il s’agisse de la « pure durée » et de ses rapports avec la conscience (Bergson), du « temps social total » tel qu’il s’inscrit dans le calendrier (Hubert, Durkheim), des formes structurantes ou diversement altérées du « temps vécu » décrites en psychologie (Janet) et en psychiatrie (Minkowski), de la « multiplicité des temps sociaux » quand ils sont différenciés par leur contenu ou « substance » chez Halbwachs, hiérarchisés en « paliers » pour Gurvitch, ou encore particularisés dans les « équations temporelles personnelles » de nos contemporains selon Grossin, etc., c’est bien l’hétérogénéité qui semble être le dénominateur commun des temps étudiés en sciences humaines et sociales. Et c’est donc sous le signe des « temporalités hétérogènes », de leur variabilité significative et discriminante chez l’économiste, l’historienne et les sociologues que s’ouvrait cette dernière livraison très printanière du bulletin des Temporalistes9.

  • 10 Claude Dubar. « L’articulation des temporalités dans la construction des identités personnelles : q (...)

7Ce numéro entièrement pris en charge par le Printemps se terminait par un second texte de son directeur, cette fois un véritable article prolongeant ses précédentes recherches sur les constructions identitaires et la mise en récit du biographique10. Mais ce qui était étudié jusque-là « de manière inductive et raisonnée » à partir d’entretiens biographiques, s’appuyait désormais sur un modèle d’analyse temporalisé. L’identité personnelle y était présentée comme « une définition de soi » bâtie sur trois sources de temporalités — les temps vécus du corps, de l’interaction sociale et de l’itinéraire personnel — exposées dans le discours aux effets de la mémoire et de l’interprétation narrative. On retrouvait dans cette première approche des temporalités sociales la base empirique recommandée par William Grossin, mais constituée d’un matériau particulier (des données déclaratives) nécessitant un traitement très proche de l’analyse structurale du récit. Claude Dubar devait par ailleurs appliquer une seconde consigne de William Grossin en effectuant sur ces données un « travail de particularisation des temps » afin d’obtenir une sociographie des temporalités. Mais à la différence de ce dernier, le directeur du Printemps a choisi de se référer, pour la description des temps et leur catégorisation, à un modèle préconstruit, celui de Thomas Luckmann qui s’accordait parfaitement avec les objectifs de l’étude : porter une attention particulière au rôle de la subjectivité dans la mise en récit des expériences temporelles personnelles (pp. 42-43).

Deuxième période (2004-2005). Sur les régimes de temporalités

  • 11 En plus du Printemps (hébergeant le secrétariat de rédaction de la revue) et du CERTOP, les laborat (...)
  • 12 Les sept premiers numéros de Temporalités ont été publiés en version papier avant le passage au num (...)

8Le test de collaboration était donc un prérequis pour le passage de Temporalistes à Temporalités. La décision de créer la revue fut prise après consultation des deux groupes auxquels ont été associées d’autres équipes parmi lesquelles le CERTOP de Toulouse représenté par Jens Thoemmes11. Au titre que nous avions personnellement proposé — un pluriel pour affirmer le positionnement pluraliste des sciences sociales dans le débat sur la notion de temporalité —, le comité de rédaction formé autour de Claude Dubar devait ajouter un sous-titre dont les termes (Productions – Usages - Figures) revoyaient explicitement aux principaux arguments de la ligne éditoriale. Sur le plan institutionnel, en plus de ce comité de rédaction, la nouvelle revue bénéficiait du parrainage d’un comité scientifique pluridisciplinaire, et pouvait compter sur la collaboration d’une secrétaire de rédaction très dévouée, Sylvie Engrand qui devait disparaître très peu de temps avant la sortie du n° 312.

  • 13 Claude Dubar. « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités n° 1 « Premie (...)
  • 14 Michel Lallement (éd.). Figures du temps : les nouvelles temporalités du travail et de la formation (...)
  • 15 Ce concept forgé à partir de la théorie de la relativité dans les années 1930 par Bachelard a pris (...)

9La première livraison de Temporalités intitulée « Premiers Jalons » a donc été diffusée depuis Saint-Quentin-en-Yvelines en 2004, après qu’un « Numéro Zéro », paru en janvier de la même année, eut permis de faire des choix définitifs en matière de présentation et de composition. Ce numéro s’ouvrait sur l’éditorial du directeur de publication, Claude Dubar, et s’achevait par un article du même auteur consacré aux régimes de temporalités13. Il s’agissait d’un article de synthèse revisitant les Actes d’un séminaire transdisciplinaire organisé précédemment au CNAM sur le thème du changement dans le domaine du travail, de l’emploi et de la formation14. En abordant ces textes provenant de diverses disciplines (sociologie, économie, sciences de gestion, ergonomie, etc.), Claude Dubar visait l’objectif suivant : « Je fais l’hypothèse, à peu près commune à tous les intervenants, qu’il existe plusieurs “figures du temps” (titre du séminaire) ou mieux, qu’il est toujours possible de distinguer plusieurs temporalités hétérogènes qui sont à la fois des “points de vue sur le temps” et des “formes de manifestation de la diachronie” » (p. 100). Cette proposition mettait en évidence deux facteurs responsables de l’hétérogénéité temporelle : le traitement cognitif de l’information temporelle qui peut varier selon la discipline du chercheur impliqué dans l’expertise scientifique, et les propriétés du temps social qui, dans le cas du temps de travail par exemple, se caractérise par une organisation particulière de la durée, des horaires et du rythme afin d’optimiser le temps passé à la tâche. D’où il ressort que l’hétérogénéité — ou mieux le pluralisme temporel15 — règne dans la vie sociale comme dans la vie psychique : « Substituer “temporalités” (au pluriel) à “temps” (au singulier) n’est donc pas convention de style » (p. 101). Ces remarques conduiront finalement Claude Dubar à qualifier de régimes de temporalités, les tentatives entrevues dans les Actes pour établir des « figures du temps », qu’elles résultent d’un effet d’expertise (« points de vue sur le temps ») ou reflètent la variété phénoménale observée (« formes de manifestation de la diachronie »).

  • 16 Didier Demazière et Claude Dubar. « Récits d’insertion des jeunes et régimes de temporalités », Tem (...)
  • 17 Nous avons rendu hommage à William Grossin dans la présentation de ce numéro 3 dont l’équipe rédact (...)
  • 18 Didier Demazière et Claude Dubar. Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’ins (...)
  • 19 « La notion de régimes de temporalité [sic] est décalquée sur celle de régime d’historicité qui pro (...)

10Cette question des régimes de temporalités sera développée à l’occasion d’un nouvel article cosigné avec Didier Demazière16. On le retrouvera dans le troisième numéro, un numéro très spécial car doublement endeuillé par la disparition de William Grossin et de Sylvie Engrand, décédés successivement en novembre 2005 et en février 200617. Ce texte peut être vu comme un prolongement de l’article précédent dans la mesure où il proposait d’illustrer la notion de régimes de temporalités toutefois sur des données différentes des Actes. Ces données provenaient d’un corpus d’entretiens réalisés auprès de jeunes rencontrés moins de dix ans après la sortie d’école. L’enquête avait déjà donné lieu à plusieurs publications dont un ouvrage réédité en 200418, avant de faire l’objet de cette nouvelle analyse pour Temporalités. Les auteurs qui proposaient donc une relecture des parcours biographiques enregistrés dans l’enquête, mais en se recentrant cette fois sur les expériences temporelles, devaient justifier leur démarche de la manière suivante : « La question des rapports au temps, même si elle était présente, n’occupait pas une position prioritaire dans l’analyse [précédente]. Or, les récits étaient bien, d’un certain point de vue, structurés par le temps » (p. 95). Les résultats de ce nouvel examen des données déclaratives, auraient pu s’interpréter, à la manière de William Grossin, en termes d’équations temporelles personnelles car ils montraient que le temps chronologique (le temps qui passe), constituant la trame du biographique, est le cadre mouvant où se croisent, s’enchevêtrent, se combinent et interagissent divers temps sociaux, particulièrement dans l’enquête ceux qui relevaient de la vie relationnelle (famille, amis), institutionnelle (école) et professionnelle (formation, emploi). Les « rapports au temps » naissent précisément de la combinaison de ces expériences temporelles. Ce sont par ailleurs ces temps vécus qui structurent nos représentations du passé, du présent et de l’avenir. Mais plutôt que de reprendre les propositions de William Grossin, les auteurs ont préféré modéliser leurs observations en recourant à la notion de régimes de temporalités qu’ils avaient déjà utilisée mais pour interpréter des données différentes (les conclusions du colloque du CNAM sur la mutation des temps sociaux). Désormais appliquée aux données biographiques, la modélisation a donné les résultats suivants. Le rapport au temps jouant un rôle de clivage dans les récits d’insertion, la relecture des données et leur catégorisation selon les régimes de temporalités a permis de discriminer chez les jeunes quatre types de discours : celui qui se fonde sur l’espérance (« régime utopique »), celui qui croit au retour d’un passé idéalisé (« régime mythique »), celui qui mise sur des jours meilleurs (« régime futuriste »), face au quatrième discours, celui de la résignation et du présentisme, que l’on trouve particulièrement répandu chez les femmes (« régime dramatique ») 19.

Dernière période (2012-2015). Sur les temporalités sociales

  • 20 Deux articles vont marquer la transition entre le texte sur les régimes de temporalités et des prop (...)

11Après deux nouvelles contributions sur la temporalisation des phénomènes, qui sera examinée cette fois dans le champ de la sociologie politique et de la pensée religieuse20, Claude Dubar va progressivement abandonner l’étude des particularismes temporels pour s’intéresser plus fondamentalement aux questions épistémologiques. Devant la confusion notionnelle régnant dans les conceptions savantes du temps, il va alors affirmer son « souci de théorisation » en s’attachant à clarifier ses propres positions et en développant de nouveaux arguments. De ce fait, ses dernières années seront principalement consacrées aux problèmes de conceptualisation.

  • 21 Etienne Klein auteur de plusieurs ouvrages sur la notion de temps en physique était alors directeur (...)

12Tout avait commencé le 17 avril 2012, par une controverse scientifique dans l’un des amphis de l’Université de Versailles à Saint-Quentin-en-Yvelines. Le directeur de Temporalités avait réuni autour de lui des membres de l’équipe rédactionnelle (Jean-Marc Ramos comme répondant et Olivia Samuel comme modératrice) afin d’apporter la contradiction au physicien Étienne Klein, réputé pour ses compétences en philosophie des sciences et par ailleurs écrivain très en vue21. Il avait été invité par l’Association pour le Développement de la Revue Temporalités (ADRT) pour exposer ses idées sur les « Temporalités physiques, psychiques et sociales ». Tel était en effet le thème de ce mini-colloque organisé avec le soutien du laboratoire Printemps.

  • 22 Cette intervention était basée sur un texte préparatoire ayant préalablement fait l’objet d’une dif (...)

13Dans son intervention22, Claude Dubar devait souligner le divorce entre les disciplines dites scientifiques et les autres réputées l’être moins. Ce faisant il rappelait que le temps humain, contrairement au temps abstrait de la physique, était un temps vécu dont les propriétés étaient intimement liées à l’action, aux émotions et au désir. En retour, Étienne Klein devait juger les arguments psychologiques et sociologiques qui venaient d’être présentés comme des artifices résultant d’abus de langage, voire de jeux avec les mots sur lesquels se seraient construites la plupart des métaphores temporelles. Le physicien laissait ainsi clairement entendre qu’en dehors de sa discipline, il n’y avait pas de paradigmes recevables, les sciences humaines s’étant fait piéger par les sortilèges de la langue.

  • 23 Cet article donnera le titre d’un ouvrage plus tardif dans lequel Daniel Mercure rassemblera la plu (...)

14Les positions des débateurs paraissaient donc inconciliables. En revanche, la confrontation du physicien et des temporalistes sur les questions formelles n’avait pas été sans intérêt. Elle conduisait en effet à rejeter toute théorie générale du temps, à moins de considérer le temps comme un objet de conception, une idée en somme, générant des clivages dans la pensée savante comme dans la représentation collective. Dès lors, il faudrait distinguer « le temps en soi » et les « rapports au temps ». Le premier serait une entité désincarnée correspondant à l’idée générique sur laquelle théorisent principalement les physiciens et certains philosophes, une métacognition que l’épistémologie génétique présente comme une production de la pensée formelle. Le second renverrait plus phénoménologiquement aux expériences du temps qui se manifestent par un ensemble très hétérogène d’attitudes et de comportements qui particularisent la vie des individus ou celles des groupes. C’est globalement dans ces mêmes termes qu’avait été formulée l’une des premières définitions de la notion de temporalités sociales. On la doit à Daniel Mercure. Il l’a proposée pour la première fois en 1979, non sans une certaine prudence, dans un article des Cahiers internationaux de sociologie, intitulé précisément « L’étude des temporalités sociales ». La voici : « L’étude des temporalités sociales n’est pas sans présenter certaines ambiguïtés. Et en tout premier lieu, sans doute, parce que le terme de « temporalité » — lorsqu’il n’est pas considéré comme une abstraction — prête à équivoque. D’emblée, désignons simplement par temporalités sociales la réalité des temps vécus par les groupes, c’est-à-dire la multiplicité des conduites temporelles et des représentations du temps liées à la diversité des situations sociales et des modes d’activités dans le temps » (p. 363)23.

15Le temps — dans sa conception souveraine et désincarnée — ne serait donc pas notre territoire, m’avait dit Claude Dubar. Notre expertise n’est pas physico-centrée. Elle serait plutôt d’ordre phénoménologique car elle porte sur le vécu du temps, sur les diverses manières de se représenter et d’agir sur le temps qui passe, qu’il s’agisse du ressenti de la vitesse, de la perception du temps, de l’horizon temporel (projection dans le passé, le présent et l’avenir), de l’organisation et de l’articulation des temps sociaux, de la manière de gérer leurs contraintes et de tirer profit de leurs avantages, de la façon de raconter l’histoire ou de rapporter sa propre histoire, etc. Un tel inventaire — qui ne prétend pas à l’exhaustivité — aurait sans doute plu à William Grossin car il considérait « le travail de particularisation des temps » comme une condition nécessaire et même prioritaire pour la création d’une « science des temps » qu’il appelait de ses vœux.

  • 24 Claude Dubar. « Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire », Tempor (...)
  • 25 Nous empruntons cette expression à Gurvitch qui l’avait employée à propos de Durkheim, dans le deux (...)
  • 26 Claude Dubar. « Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire », Tempor (...)

16Bien que le volume de textes recueillis dans Temporalistes puis dans Temporalités aurait permis de réaliser un tel projet, ce n’est pas à ce genre de programme de recherche que voulait s’atteler Claude Dubar, du moins pas en priorité si l’on en juge par l’orientation du dernier article qu’il a fourni à la revue24. Dans ce texte qui constitue en quelque sorte « la clef de voûte » de sa pensée25, il a exposé très clairement ses propositions après avoir tiré les enseignements d’une petite enquête lexicométrique montrant l’ampleur de la confusion notionnelle au sein même de la revue qu’il dirigeait. « Je me suis livré à un petit exercice simple : compter les occurrences d’utilisation de l’un ou l’autre de ces termes (temps en général au singulier sans spécification ou temporalités au pluriel et spécifiées) dans les articles de cinq numéros, pris au hasard, de cette revue qui s’appelle justement Temporalités au pluriel. Le résultat m’a étonné : plus d’une fois sur deux — parfois bien plus — le terme « temps » est utilisé par les auteurs quelle que soit leur discipline, sans spécification, au singulier comme un TO [temps ordinaire] »26.

  • 27 Ibidem.

17Dans ces conditions, l’urgence pour la recherche temporaliste ne serait plus au travail de particularisation mais au travail de conceptualisation. C’est, en somme la voie que Claude Dubar semblait vouloir suivre avant sa disparition, comme en témoigne ce passage qui semble déjà s’adresser à ses successeurs et qu’il faut peut-être lire aujourd’hui comme un legs : « Mon espoir est que les esquisses de réponses apportées à ces questions [celles qu’ils posaient dans son article] fassent avancer le projet de forger ou consolider des nominations et conceptualisations plus précises des grands types de temporalités dont il est ou sera question dans cette revue visant, de plus en plus, la multidisciplinarité, au-delà même des questions sociales »27.

Conclusion

18Quand on consulte aujourd’hui Internet pour obtenir des renseignements sur le parcours scientifique d’un chercheur, on tombe inévitablement sur l’encyclopédie collaborative en ligne, Wikipédia28. On comprend alors les appels à la prudence, voire les réserves sur l’intérêt de ce site, quand on lit la notice biographique consacrée à Claude Dubar. La base de données pourtant mise à jour régulièrement – on constate par exemple que la date de son décès a bien été ajoutée – ne contient en revanche aucune information sur la partie de son œuvre concernant les temporalités. Rien n’est dit, en effet, sur les travaux, activités et responsabilités – pas même dans les notes et la bibliographie — qui ont marqué sa carrière dans ce domaine. Gageons que la postérité y remédiera.

  • 29 Voir la note n° 7

19En participant à la vie de Temporalités, après avoir vécu de très près les années temporalistes29, nous avons eu la chance de côtoyer Claude Dubar, de partager des moments d’amitié, de le voir à la tâche, et ainsi d’en tirer quelques bonnes leçons. À la différence de William Grossin, Claude n’était pas un chercheur solitaire mais un véritable animateur d’équipe comme l’ont montrées ses collaborations scientifiques mais aussi les diverses responsabilités qu’il a assumées durant sa carrière, qu’il s’agisse de son rôle au Printemps, dans les associations professionnelles, et bien sûr au sein du comité de rédaction de Temporalités. Sans doute tenait-il ses talents d’organisateur et son sens du partage, de ses jeunes années militantes, à moins qu’il ne s’agisse de la marque des origines et de l’héritage culturel des gens du Nord.

20Mais ce qui nous a le plus frappé chez lui en fin de compte, c’était son souci de la transmission. Quelques semaines avant sa mort, en septembre 2015, lors de sa dernière rencontre avec les membres du comité de rédaction, pressentant peut-être déjà une fin prochaine, il avait tenu à organiser son départ de manière très démocratique, en nous invitant à voter pour désigner son successeur à la tête de la revue. Ce qui n’est pas si fréquent dans l’histoire des publications scientifiques où la mortalité des revues va souvent de pair avec la fin d’un parcours personnel.

  • 30 L’un des indicateurs de son volume de publication nous est donné dans Temporalités par l’index des (...)

21En résumé, nous avons tenté dans cet article de montrer l’apport de Claude Dubar à la recherche sur les temporalités en soulignant son implication dans la revue et examinant l’évolution de ses idées sur la question30. Nul doute que ce parcours scientifique, l’un des plus productifs de ces quinze dernières années dans le domaine qui nous concerne, restera dans les annales de la recherche temporaliste. Et si un jour le vœu de William Grossin devait se réaliser, nous pouvons être certain qu’il aura sa place parmi d’autres pionniers dans l’acte de naissance de la science des temps.

Haut de page

Notes

1 Cette mise en garde résume assez bien l’orientation que William Grossin voulait donner à la « science des temps » qu’il appelait de ses vœux, notamment dans son dernier livre (Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle. Toulouse, Octarès éditions, 1996).

2 Ce texte est une version remaniée de la communication présentée sous le titre « Les saisons de Claude Dubar » dans le cadre de la Journée d’études organisée le 18 novembre 2016 par le laboratoire Printemps : Regards & controverses sur la sociologie de Claude Dubar. Socialisation, temporalités, biographies.

3 Le laboratoire Printemps (pour « Professions – Institutions – Temporalités »), unité de recherche associée au CNRS (UMR 8085), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

4 Autour de Claude Dubar, les membres du Printemps les plus impliqués dans le projet étaient alors Didier Demazière, Agnès Pelage, Christiane Rolle, Gabrielle Varro et Sylvie Engrand.

5 Toutes les réunions préparatoires et conclusives se sont faites en présence de William Grossin, de Jean Chesneaux et de moi-même. Nous avons pu compter par ailleurs sur le soutien actif et participatif de Charles Gadéa et de Michel Lallement, tous deux très proches de William Grossin.

6 Temporalistes n° 43 (« Les temporalités biographiques », octobre 2001) et Temporalistes n° 44 (« Quelles temporalités ? », septembre 2002).

7 Sur l’histoire du bulletin et ses 18 années d’existence, on pourra lire nos articles : « Les années temporalistes : vers une science des temps ? » (in Gilbert de Terssac et Diane-Gabrielle Tremblay. Où va le temps de travail ? Toulouse, Octarès éditions, 2000, pp. 259-269) et, en collaboration avec Sébastien Faure, « Le site des Temporalistes : bilan et perspectives » (Temporalités n° 1, Premiers Jalons, 2004, pp. 110-119).

8 Claude Dubar. « Présentation : Quelles temporalités ? », Temporalistes n° 44, septembre 2002, pp. 4-5.

9 La collection de Temporalistes comprend 44 numéros qui ont tous été diffusés dans un réseau non commercial comprenant, pour les dernières livraisons, une centaine d’abonnés dont plusieurs bibliothèques où l’on pourra trouver la plupart des numéros (BNF, Bibliothèque de l’IRESCO, BU de Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, etc.). Dès 1995, nous avons entrepris l’archivage numérique de la collection. L’ensemble numérisé au format PDF a été déposé sur un site créé à cet effet (http://www.socioroom.org/). Malheureusement cette URL a été piratée récemment par un bloggeur japonais qui en a pris le contrôle. Une équipe du Printemps animée par François Théron se charge actuellement de remettre la collection en ligne sur le site de la revue, plus pérenne et mieux sécurisé.

10 Claude Dubar. « L’articulation des temporalités dans la construction des identités personnelles : questions de recherche et problèmes d’interprétation », Temporalistes n°44, septembre 2002, pp.42-49.

11 En plus du Printemps (hébergeant le secrétariat de rédaction de la revue) et du CERTOP, les laboratoires fondateurs de la revue furent le LEST (Aix-en-Provence), l’IFRESI (Lille), le GRIOT (Paris), l’IRSA (Montpellier) et le CEMS (Paris). Représentés par au moins un de leur membre au sein du Comité de rédaction, ces labos assuraient (et assurent toujours pour leur majorité) le soutien financier de la revue.

12 Les sept premiers numéros de Temporalités ont été publiés en version papier avant le passage au numérique en 2008 qui correspond au support dans lequel il est toujours diffusé aujourd’hui (https://temporalites.revues.org/).

13 Claude Dubar. « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités n° 1 « Premiers Jalons », premier semestre 2004, pp.100-101.

14 Michel Lallement (éd.). Figures du temps : les nouvelles temporalités du travail et de la formation. Paris, L’Harmattan, 2003.

15 Ce concept forgé à partir de la théorie de la relativité dans les années 1930 par Bachelard a pris une dimension épistémologique plus large à la suite de la discussion philosophique engagée par Einstein avec Bergson, à laquelle s’est trouvé mêlé un jeune psychologue genevois, Jean Piaget. Ce dernier étant à l’origine du paradigme de la multiplicité des temps sociaux comme le reconnaît Gurvitch dans son texte sur la question, aura donc facilité le passage de la conception physique du temps relatif dans le domaine des sciences humaines et sociales où la question du pluralisme temporel n’est désormais plus un postulat.

16 Didier Demazière et Claude Dubar. « Récits d’insertion des jeunes et régimes de temporalités », Temporalités n°3 « Socialité de la mémoire », deuxième semestre 2005, pp. 94-107.

17 Nous avons rendu hommage à William Grossin dans la présentation de ce numéro 3 dont l’équipe rédactionnelle nous avait confié la responsabilité éditoriale. Dans le même numéro, on trouvera un hommage plus discret à Sylvie Engrand, secrétaire de rédaction dont le décès est survenu très peu de temps avant l’envoi de la maquette chez l’imprimeur.

18 Didier Demazière et Claude Dubar. Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion. Québec, Presses de l’Université de Laval, 2004 (2e édition).

19 « La notion de régimes de temporalité [sic] est décalquée sur celle de régime d’historicité qui provient du champ de l’épistémologie de l’histoire. On la trouve dans les écrits de Reinhart Koselleck, et spécialement Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques (1990) et dans ceux plus récent, de François Hartog, et surtout dans Les régimes d’historicité : présentisme et expérience du temps (2003). Leur point de vue est globalement le suivant : il existe plusieurs manières typiques d’écrire l’Histoire qui dépendent des époques, des croyances. Ces manières privilégient des relations particulières entre passé, présent et futur ou encore entre « champ d’expérience » (relation du passé au présent) et « horizon d’attente » (relation du futur au présent) » (p.96).

Voici par ailleurs comment les auteurs définissent leur propre notion : « …les catégories qui suivent constituent la notion de régime de temporalité [sic] de manière à la fois similaire et distincte de celle qui produit les régimes d’historicité. Similaire dans la mesure où les quatre régimes de temporalité [sic] que nous avons identifiés recoupent largement ce que Hartog appelle régimes d’historicité. Distincte, parce que la notion de régime de temporalité [sic] désigne autre chose que des façons d’écrire l’Histoire, elle est le résultat d’un inventaire des moyens d’exprimer l’articulation du passé, du présent et du futur dans des récits biographiques, et donc des manières de raconter son histoire. C’est dans ce dernier sens que nous parlons de régimes de temporalités. » (p.98).

20 Deux articles vont marquer la transition entre le texte sur les régimes de temporalités et des propositions plus théoriques sur les notions de temps et temporalités.
Claude Dubar. « La fin des temps : millénarisme chrétien et temporalités », Temporalités n°12 « Utopies/Uchronies », 2010 (https://temporalites.revues.org/1422).
Claude Dubar. « Temps de crises et crise des temps », Temporalités n°13, 2011 (https://temporalites.revues.org/1563).

21 Etienne Klein auteur de plusieurs ouvrages sur la notion de temps en physique était alors directeur de recherche au Commissariat à l’Énergie Atomique.

22 Cette intervention était basée sur un texte préparatoire ayant préalablement fait l’objet d’une diffusion et d’une discussion interne : Claude Dubar. Temporalités physiques, psychiques et sociales : temps pluriels ou rapports pluriels au « temps » ? Éléments pour un débat. Texte introductif au Mini-Colloque du 17/04/12 (texte non publié). Ce texte sera remanié en 2014 et prendra la forme d’un article pour Temporalités n°20, qui constitue l’une des dernières publications scientifiques de Claude Dubar.

23 Cet article donnera le titre d’un ouvrage plus tardif dans lequel Daniel Mercure rassemblera la plupart de ses publications sur les questions temporelles : Les temporalités sociales. Paris, L’Harmattan, 1995. L’article qui est repris sous le même titre et avec le même texte, est placé en tête de la première partie de l’ouvrage qui est intitulée, La construction sociale du temps.

24 Claude Dubar. « Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire », Temporalités n°20 « Varia – 10 ans de Temporalités : Passé, Présent, Avenir », 2014 (https://temporalites.revues.org/2942).

25 Nous empruntons cette expression à Gurvitch qui l’avait employée à propos de Durkheim, dans le deuxième tome de La vocation actuelle de la sociologie (Paris, PUF, 1969, p.1).

26 Claude Dubar. « Du temps aux temporalités : pour une conceptualisation multidisciplinaire », Temporalités n°20 « Varia – 10 ans de Temporalités : Passé, Présent, Avenir », 2014 (https://temporalites.revues.org/2942).

27 Ibidem.

28 https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Dubar, constatation faite en date du 14 juillet 2017.

29 Voir la note n° 7

30 L’un des indicateurs de son volume de publication nous est donné dans Temporalités par l’index des auteurs. Avec 27 items, Claude Dubar demeure de loin, à ce jour (14/07/2017), l’auteur le plus contributif de la revue (https://temporalites.revues.org/33).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Ramos, « La question du temps et des temporalités chez Claude Dubar (1945-2015) », Temporalités [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 19 septembre 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3746 ; DOI : 10.4000/temporalites.3746

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Ramos

IRSA – Montpellier III
jean-marc.ramos@univ-montp3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page