Navigation – Plan du site
Temporalités chinoises

Modernité compressée, mémoires et lieux dans deux villes d’eau : Tongli et Zhenze

Compressed modernity, memories and places in two water towns: Tongli and Zhenze
Modernidad comprimida, memorias y sitios en dos ciudades acuáticas: Tongli y Zhenze
Chen Jin

Résumés

Nous analysons ici la dimension temporelle-spatiale de la « modernité compressée », concept inventé et developpé par le sociologue coréen Chang Kyung-Sup. Nous examinons les rapports entre les récits individuels et les lieux urbains typiques de deux villes d’eau, Tongli et Zhenze, situées dans le sud de la province de Jiangsu, sans négliger les dynamiques culturelle et sociale concernant le développement du tourisme et la protection du « patrimoine culturel » local. L’enchâssement, le dé-senchâssement et le ré-enchâssement des mémoires et des lieux dans ces villes d’eau nous invitent à nous réinterroger sur les modes de production des temporalités, ses différentes figures et leurs divers usages. La présente étude ouvre des pistes pour s’interroger sur les concepts de modernité et de postmodernité, en examinant les rapports des espaces urbains avec les temporalités sociales.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave :

memoria, modernidad comprimida, China, lugar, ciudad acuática
Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement la Professeure Laurence Roulleau-Berger pour son aide généreuse. Je suis reconnaissant aux élèves qui ont participé aux enquêtes et aux résidents de Tongli et Zhenze. Le Shanghai Tongji Urban Planning and Design Institute a soutenu ma recherche pendant 2015-2017 (KY-2015-ZD8-C01).

1Le concept de compressed modernity se réfère à la condition civilisationnelle dans laquelle les dynamiques économique, politique, sociale et culturelles ont lieu d’une manière extrêmement condensée (Chang, 2009). Comme l’écrit Chang Kyung-Sup :

« Compressed modernity is a civilizational condition in which economic, political, social and/or cultural changes occur in an extremely condensed manner in respect to both time and space, and in which the dynamic coexistence of mutually disparate historical and social elements leads to the construction and reconstruction of a highly complex and fluid social system. Compressed modernity can be manifested at various levels of human existence – i. e. personhood, family, residential community, secondary organizations, urban spaces, societal units (including civil society, nation, etc.), and, not least importantly, the global society. At each of these levels, people’s lives need to be managed intensely, intricately, and flexibly in order to remain normally integrated with the rest of society. » (Chang, 2010)

  • 1 Ces enquêtes ont été principalement réalisées par des chercheurs et élèves du département de sociol (...)

2Dans le présent article j’entends explorer la dimension spatio-temporelle de cette modernité à partir de deux villes d’eau, Tongli et Zhenze, situées dans le sud de la province de Jiangsu. Une série d’enquêtes menées dans cette région pendant 2015-2016, nous a permis de recueillir de nombreux récits importants : mémoires de la vie sociale propre à des villes d’eau comme Tongli et Zhenze, mais aussi des biographies individuelles de résidents locaux, des détails sur les modes de vie, etc.1

3À travers l’analyse des rapports entre ces récits et les lieux urbains caractéristiques, je souhaite d’abord décrire un enchâssement (embedding) multiple des pratiques quotidiennes dans la structure spatiale traditionnelle (de Certeau, 1980). Par exemple, la navigation fluviale a représenté un moyen fondamental de transport dans la région et on peut se demander comment les activités économiques et sociales s’intègrent dans des sites particuliers concernés (ponts, rives, canaux, etc.), dans quelle mesure on peut nommer les « lieux de mémoires et les mémoires de lieux » (Truc, 2011) dans les villes d’eau.

4Je m’attarde ensuite sur les dynamiques culturelle et sociale concernant le développement du tourisme et la protection du « patrimoine culturel » indigène : la production de nouvelles identités collectives (pour en donner un exemple, la fabrication progressive de la notion complexe de « ville ancienne du pays d’eau »), la requalification des lieux, l’invention des modes d’interaction dans des espaces récemment construits, la gentrification etc. Un tel processus de modernisation à Tongli et Zhenze implique des métamorphoses fondamentales des mémoires et des lieux (Halbwachs, 1941).

5L’enchâssement, le dé-enchâssement et le re-enchâssement des mémoires et des lieux dans ces villes d’eau nous invitent à réinterroger la question du temps et des temporalités. Pour Claude Dubar, il s’agit d’« interroger les modes de production des temporalités, de repérer les différentes figures de temporalités et d’analyser les usages multiples des temporalités » (Lallement, 2017). C’est ainsi que le sociologue français, dans un texte de synthèse qui clôt l’ouvrage collectif Figures du temps. Les nouvelles temporalités du travail et de la formation, esquisse ce programme de recherche :

« Je me dois de faire une remarque préalable de vocabulaire, note-t-il dès l’introduction de son propos, par principe et par méthode, j’éviterai de parler du “temps” au singulier. Je fais l’hypothèse à peu près commune à tous les intervenants, qu’il existe plusieurs “figures du temps” (titre du séminaire et de l’ouvrage) ou mieux qu’il est toujours possible de distinguer plusieurs temporalités hétérogènes qui sont à la fois des “points de vue sur le temps” et des “formes de manifestation de la diachronie.” » (Dubar, 2003, p. 243).

6La dernière dimension que je souhaite aborder dans cet article concerne la question de « l’état d’esprit » de la ville, pour emprunter la fameuse formule de Robert E. Park :

« The city is, rather, a state of mind, a body of customs and traditions, and of the organized attitudes and sentiments that inhere in theses customs and are transmitted with this tradition. » (Park, 1925)

7Que pourrait signifier cet état d’esprit dans le contexte chinois contemporain, surtout dans des villes d’eau telles que Tongli et Zhenze ? Quelle relation existe-t-il entre la compressed modernity et, pour faire appel à la notion courante, l’« ambiance » urbaine ? Cette problématique ouvre des perspectives épistémologique et méthodologique pour interroger les concepts de modernité et de postmodernité, en examinant les rapports entre espaces urbains et temporalités sociales.

Enchâssement des mémoires et des lieux à Tongli et Zhenze

8Tongli et Zhenze sont connus par le monde en tant que « Jiangnan Shuixiang » ou « villes d’eau au sud du Fleuve Yangtze ». Elles font partie des nombreuses villes dispersées dans la région du Taihu, grand lac intérieur situé à l’ouest de Suzhou, Jiangsu.

Situation des localités Tongli et Zhenze, Tianditu Map Services – www.tianditu.cn

  • 2 Ces statistiques nous sont communiquées au cours des enquêtes auprès des commissions locales de rés (...)

9Les populations de ces villes d’eau ne dépassent pas, en général, cent mille personnes, et les résidents du centre-ville sont encore moins nombreux : selon les statistiques officielles en 2015-2016, il y a environ vingt mille personnes qui habitent les deux communautés principales (Yuhang et Dongxin) du centre-ville de Tongli, et quarante mille habitants dans les trois communautés (Diding, Zhennan et Shijin) de Zhenze.2

Lieux de mémoires de production de la soie

10Entourées par des villages ruraux et des champs fertiles cultivés, ces villes apparaissent comme centres économiques importants de la région. La production économique principale est celle de la soie : traditionnellement, les villageois locaux cultivent des mûriers et élèvent des vers à soie pour produire chez eux des cocons ; ils les transportent dans les villes proches pour les vendre aux commerçants et patrons qui habitent les résidences urbaines. Dans les filatures de soie, les ouvriers préparent les cocons en les trempant dans l’eau bouillante, puis remuent constamment les cocons pour atteindre l’extrémité de chaque fil. Les fils sont enroulés sur des « dévidoirs », la soie est alors dite « grège ». Pour le tissage, la soie est enroulée sur l’appareil servant à l’étaler en nappe et à tendre les fils de la chaîne afin de tisser la trame. Enfin, les vendeurs de soie peuvent envoyer leurs produits dans des ateliers de couture situés dans des villes métropolitaines proches, comme Suzhou et Shanghai, et même au-delà, partout dans le pays.

11Une telle description des processus de production de la soie nous permet de discerner quelques points importants qui relèvent du sujet de la présente étude.

12D’abord, la distinction rural-urbain se traduit dans la division du travail au cours de ce processus de production économique, créant ainsi une configuration fondamentale de l’espace social. En fait, dans le dialecte courant wu le terme vernaculaire galo (à la rue) désigne les résidents et lieux situés au centre-ville, tandis que xiangwu (à la campagne) qualifie le monde rural. Les rues ou les activités commerciales de la rue principale définissent l’espace urbain des habitants de Tongli et Zhenze. De plus, on distingue le centre-ville de la périphérie par des idiomes comme gaotou (le haut) et wudi (le bas). Ceux-ci désignent moins la distance physique (souvent les quartiers périphériques sont à cinq minutes à pied du centre) qu’une hiérarchie spatiale, parce que les endroits sont occupés par différents groupes sociaux : les grands commerçants et patrons (ainsi que leurs familles) habitent toujours le long de la rue principale, les petits commerçants et artisans sont loin du centre, et les villageois à la campagne.

  • 3 Une autre pratique habituelle parmi les résidents des rives du canal consiste à pendre un seau en b (...)

13Deuxièmement, les processus économiques et les relations sociales se développent principalement dans une activité de transport propre à ces villes d’eau : la batellerie. Pour apporter des cocons et d’autres produits agricoles de la campagne, les villageois prennent des bateaux qui les amènent de chez eux jusqu’aux rives du canal près de la rue commerciale ; le marché peut éventuellement avoir lieu dans ces mêmes bateaux à leur arrivée, les résidents urbains y descendent pour voir les produits, négocier le prix et faire des achats.3 Les villageois achètent aussi des produits qui leur sont nécessaires, en montant dans les nombreuses boutiques situées sur les rives, ou bien ils se rendent dans les salons de thé et les restaurants pendant les pauses. La rivière Shihe (rivière de marché) traversant la ville de Zhenze en est un bon exemple : elle représente en réalité le centre principal de diverses activités commerciales locales, les ventes et achats de riz, des légumes, des poissons, de l’alcool, de la soie, etc. ; autrefois, selon certains historiens, les bateaux arrivaient nombreux et régulièrement en grande quantité, transformant toute la rivière en un immense marché très animé et bruyant.

14Enfin, la circulation des produits locaux (ceux de la soie par excellence) permet également de créer un réseau régional voire national de relations économiques et sociales. En empruntant les voies de navigation, les commerçants peuvent se rendre dans des villes proches (par exemple Shenze qui est aussi célèbre pour la production de la soie) pour faire diverses affaires. Ils peuvent aller encore plus loin : à partir de Suzhou, remonter le Grand Canal Jinghang qui relie la région au Nord de la Chine, la rivière Suzhouhe va jusqu’au centre de Shanghai.

15L’enchâssement des lieux et des mémoires propres à ces villes d’eau se comprend à partir de l’organisation des activités économiques principales dans la région. Les figures spatiales comme la rue, la campagne, le marché etc. se réfèrent en effet à différents modes de production des temporalités du travail et de l’échange à Tongli et Zhenze.

Mémoires de lieux dans la vie sociale et quotidienne

16Passons maintenant à l’examen d’autres aspects concernant les mémoires et les lieux à Tongli et Zhenze. Au sein de ces villes d’eau, les espaces sont divisés en « îlots » par des canaux et rivières ; les résidents indigènes les désignent par le terme vernaculaire « Dai » qui signifie littéralement « barrage en terre ».

L’environnement aquatique de Tongli, Tongli Zhi (Annales de Tongli), ©Shanghai Library

Carte de Zhenze au début du 20e siècle, Zhenze Zhenzhi (Annales de Zhenze), ©Shanghai Library

17Traditionnellement, un « îlot » est occupé par une seule famille. Les îlots sont reliés par de nombreux ponts en arc construits au fur et à mesure du développement de la communauté locale. Autrement dit, les caractéristiques topographiques des villes d’eau fournissent la base à partir de laquelle diverses activités sociales se réalisent, car la vie quotidienne et domestique de chaque famille est à la fois isolée, protégée et socialement communiquée : les Dai forment des espaces relativement indépendants pour les résidents sécurisés contre les voleurs, bandits et autres malfaiteurs des alentours ; les ponts servent de centres importants d’activités sociales, au sens où les citadins non seulement y passent pour rendre visite aux membres des autres familles et s’y retrouver. Matin et soir, les résidents profitent des pauses après les repas et se rassemblent sur les ponts en arc ; ils s’assoient aux garde-fous, bavardant, saluant, murmurant ou simplement méditant. La sociabilité de ces lieux doit être soulignée : l’espace reste ouvert, permettant les croisements de parcours des habitants ; il crée aussi « intimité physique » entre eux. Du haut des garde-fous les habitants voient de dérouler la vie quotidienne de ces villes dont ils font partie. Pour emprunter l’expression de Erving Goffman, ils s’y « enchâssent ». (Goffman, 1981) Voici un exemple :

  • 4 Dans le cadre de la présente étude, la plupart des entretiens semi-directifs ont été réalisés chez (...)

« Quand on était jeune, ce pont (le Grand Pont reliant les vieux quartiers de Zhenze à la périphérie) servait de lieu d’échanges pour les villageois et les résidents. On peut faire des courses là-bas. Le soir, le pont devient un endroit où les citadins se reposent. Mais il y a une autre chose, quand on était petit, les personnes âgées nous disaient que le pont est aussi un lieu où l’on négocie. Par exemple, quand nous nous querellons, nous pouvons aller au Grand Pont et discuter devant tout le monde. Parce qu’il y a beaucoup de gens là-bas. On donne à voir qui a raison. N’est-ce pas ? Quand tout le monde dit que tu es correct, tu es correct ! »4 (Le 20 juillet 2016 à Shijin, Zhenze, homme, 63 ans)

  • 5 Un interviewé insiste pour dire que la cérémonie était originellement organisée pendant les funérai (...)

18Les interviewés évoquent leurs souvenirs : ci-dessus, on assiste à la mise en scène des interactions sociales quotidiennes à travers une série d’opérations de cadrage (framing) : les fonctions d’un lieu particulier, tel quel ce Grand Pont à Zhenze, se transforment au fur et à mesure que diverses activités sociales s’y déroulent, et les relations entre différents individus et groupes s’y établissent progressivement (par exemple les échanges commerciaux, les connexions communautaires, les conflits sociaux, etc.). Un autre exemple concerne le fait qu’à Tongli, une cérémonie traditionnelle intitulée Zousanqiao ou « passer les trois ponts » consiste à faire le tour dans la ville d’eau en traversant les ponts reliant les communautés principales ; la cérémonie est organisée pendant les noces, mais aussi à l’occasion de l’anniversaire des personnes âgées ou pour les bébés âgés d’un mois.5 Pour les habitants, il s’agit de mobiliser leurs mémoires des lieux et les lieux des mémoires afin d’imaginer une vie collective.

19À Tongli et Zhenze, l’enchâssement des mémoires et des lieux dans la vie sociale et quotidienne se construit dans les usages multiples des temporalités (assurer le domicile, interagir avec d’autres personnes, célébrer les cycles de vie, etc.) des villes d’eau.

Mémoires et lieux dans la vie religieuse

20Nous avons à évoquer un dernier aspect de la vie traditionnelle à Tongli et Zhenze : les pratiques religieuses. Le temple bouddhique Ciyun est situé dans l’est du vieux quartier à Zhenze ; sa construction date de la dynastie Song (1265-1274) et sa reconstruction date de la dynastie Ming (1436-1449). Les bouddhistes vont régulièrement brûler de l’encens (Shaoxiang) devant les autels et statues de divinités, soit à l’occasion des fêtes bouddhiques (par exemple l’anniversaire de tel ou tel bouddha), soit à des moments spécifiques pour solliciter les esprits. Curieusement, l’emplacement du temple est situé au bout de la rue principale de la ville de Zhenze et à l’entrée du canal ; un grand pont Yuji relie le temple à d’autres quartiers urbains, mais aussi aux périphéries de la ville. Le temple de Zhenze avec sa pagode d’une hauteur de quarante mètres, s’impose dans l’espace urbain et apparaît comme le cœur de diverses activités sociales.

21Le christianisme joue également un rôle important dans la vie religieuse des habitants des villes d’eau. Selon les historiens Shi Guoming et Song Bingliang :

« La diffusion du catholicisme dans la région du sud de Jiangsu a commencé il y a longtemps… D’après les registres, en janvier 1599 (27e année de l’Empereur Wanli de la dynastie Ming), Limadou (prêtre jésuite italien et missionnaire en Chine) ordonna la transformation du vieux bâtiment du ministère Hu situé devant le Palais Impérial Ming et à l’Ouest de Hongwugan. À Nankin a été construite la première église catholique… Pendant la période 1610-1630, le catholicisme a diffusé aux alentours de Shanghai et Hangzhou et a pénétré les villes adjacentes. Il existait déjà des croyants catholiques dans ces villes et villages… Entre 1630-1742, le développement du catholicisme fut rapide dans la région, jouissant de fondements solides et de nombreux adeptes vivant de la pêche. » (Shi Guoming et Song Bingliang, 1987)

22Aujourd’hui, il reste une église chrétienne à Zhenze et une église catholique à Tongli. L’église chrétienne représente en fait le cœur de la région pastorale de Zhenze ; elle fut construite en 1915, grâce au don d’un missionnaire américain à l’époque. Par rapport au temple Ciyun, l’église, située à l’Ouest de la ville, est reliée par un canal adjoint. Dans les discours des interviewés, il est souligné que le développement historique du catholicisme dans la région s’appuie largement sur les pratiques des pêcheurs locaux. Ces adeptes n’ont pas de domicile fixe, ils vivent, travaillent et voyagent dans des bateaux en bois, s’arrêtent sur les rives de temps à autre pour faire des affaires particulières, comme célébrer une messe dans l’église. Cependant, leurs conditions spécifiques de vie facilitent la diffusion et la stabilisation d’une religion « exotique » telle que le christianisme ou le catholicisme, dont les activités furent clandestines voire interdites pendant de longues périodes historiques. Par exemple, pendant 1742-1840, les gouvernements de la dynastie Qing persécutèrent dans tout le pays les chrétiens et les catholiques ; les missionnaires occidentaux se cachèrent chez les pêcheurs pour continuer leur travail et installer de petits « asiles » qui furent éventuellement transformés en églises (Shi Guoming et Song Bingliang, 1987). Si les pêcheurs forment un groupe social particulier qui ne possède guère d’espace fixe dans les villes d’eau, ils profitent de leur mode de vie nautique et tendent à être omniprésents dans la société grâce aux réseaux abondants des rivières, canaux, ponts, quais, rives, etc. Les « espaces fluides » comme les marchés de la rivière, signifient dévoilent les enchâssements marqués des lieux et mémoires dans les pratiques quotidiennes dans les villes d’eau.

23Dans la vie religieuse, les lieux (temples bouddhiques, églises catholiques) sont enchâssés dans les mémoires de différents groupes d’habitants locaux (adeptes, pêcheurs), dévoilant ainsi la diversification des « formes de manifestation de la diachronie » (Dubar, 2003). Comme nous l’avons vu, l’enchâssement profond des lieux et des mémoires à Tongli et Zhenze se manifeste dans les vies économique, sociale, quotidienne et religieuse, d’où les espaces et les temps hétérogènes dans les villes d’eau.

Dé-enchâssement et ré-enchâssement des lieux et mémoires à Tongli et Zhenze depuis 1980

24À partir de 1980, avec la réforme politique, la Chine a connu un développement rapide dans les domaines économique, culturel et social. Dans les villes d’eau comme Tongli et Zhenze, divers processus de modernisation ont entraîné des conséquences considérables, notamment la transformation de la relation des résidents aux espaces en question. Il s’agit, d’un point de vue général, de la ré-urbanisation des espaces sociaux, du développement du tourisme et de la patrimonialisation de la culture locale. On essaiera donc de distinguer les tendances complexes des dé-enchâssements (disembedding) et des ré-enchâssements (re-embedding) des lieux et des mémoires dans les dynamiques sociales au cours des trente dernières années.

Ré-urbanisation des espaces sociaux

25La structure économique locale a connu des changements majeurs : tandis que la sériciculture continue à occuper une place importante dans l’économie, d’autres industries (manufactures informatiques, technologiques, etc.) prospèrent à Tongli et Zhenze. À l’ouest de la vieille ville de Tongli fut construite la zone du développement économique et technologique de Wujiang, où sont maintenant installées plus de mille entreprises des industries informatiques, biotechnologiques et énergiques. À Zhenze, le « secteur secondaire » de l’économie jouit d’un développement abondant, notamment dans les domaines de la construction, métaux non ferreux, pièces auto, etc. Les usines qui firent partie de la ville ont presque complètement déménagé vers la nouvelle zone de développement qui a une surface de 133 hectares. Dans le Sud-Est, de nouveaux quartiers urbains sont construits à la périphérie pour les jeunes générations qui préfèrent les résidences modernes, les autoroutes et les grands centres commerciaux. En outre, les migrants qui viennent en grand nombre des autres régions du pays et travaillent dans les entreprises et les usines locales tendent aussi à habiter dans ces nouveaux quartiers.

Zhenze aujourd’hui, ©Shanghai Tongji Urban Planning and Design Institute

  • 6 Pour une étude portant sur les facteurs sociaux et culturels du mouvement d’embellissement urbain, (...)

26Tandis que l’urbanisation s’accélère constamment dans la région concernée, les espaces du centre-ville subissent des aménagements et des transformations importantes : beaucoup de ponts en arc ont été détruits pour faciliter la circulation des automobiles ; les cours d’eau sont comblés, rétrécis ou détournés en vue d’aider au transport routier ou de réaménager les espaces, sans parler des nombreuses rives, quais et autres espaces autrefois aquatiques. Pour en donner un exemple, le Grand Pont à Zhenze fut détruit au moment de la mise en place d’un hôpital au sein du centre-ville ; les ambulances circulaient difficilement parce que ce pont était le seul passage reliant l’hôpital aux autres parties de la ville. Un autre exemple concerne la rivière Shihe traversant le cœur de la ville de Zhenze qui fut réduite de moitié en vue d’arranger plus d’espaces verts sur les rives, au nom d’un mouvement d’ embellissement de la ville d’eau.6

La rivière Shihe à Zhenze en 2016 ©Deng Shib

Scène classique de la rivière Shihe à Zhenze dans le film Linjia Puzi (Shuihua, Beijing Film Studio, 1959), droits réservés

27Voici un témoignage des résidents :

« Les ponts, une bonne partie sont maintenant détruits ! D’autres sont transformés, complètement ! Par exemple, quand j’étais petit, il y avait le pont Bang, après c’est le pont Baoen, et beaucoup d’autres petits ponts, y compris les ponts jumeaux Yibuliangtiao. Et le pont Chitang… Deux grands ponts : Sifan et Yuji. Ils sont le symbole de la ville de Zhenze. Ce qui me dérange le plus, c’est la destruction du pont Guanyin et du Grand Pont. Vraiment ! Les deux ont marqué mon enfance… Il y avait un temple sur le pont Guanyin et tout le monde s’y rendait pendant le Nouvel An. » (Le 20 juillet 2016 à Diding, Zhenze, homme, 50 ans)

28Si l’on retrouve dans ce type de récit une mémoire personnelle enchâssée dans les lieux urbains (les ponts notamment), il est aussi clair que la transformation des espaces locaux provoque chez les habitants des ruptures avec la vie sociale routinière voire produit des vulnérabilités psychologiques.

29Nous avons désigné ci-dessus les pêcheurs qui constituent un groupe particulier dans la société des villes d’eau. Ils furent également impliqués dans le mouvement d’urbanisation à l’époque : les gouvernements locaux ont construit des résidences à la périphérie des villes pour eux, la pêche étant au début nationalisée, puis transférée au secteur privé dans les années quatre-vingt. Aujourd’hui, beaucoup de pêcheurs sont devenus ouvriers dans les usines ou employés, leur mode de vie aquatique n’existe plus.

30À partir de 2000, les gouvernements de Tongli et Zhenze ont lancé une série de projets qui consistent à désindustrialiser le centre-ville et à urbaniser les régions périphériques et rurales. Les villages et les champs ont ainsi été transformés en nouveaux quartiers ; les usines et les bureaux ont été en majorité déménagés dans la banlieue, ainsi que leurs employés qui ont quitté la vieille ville pour s’installer à proximité. La reconfiguration des espaces urbains aboutit finalement à augmenter l’échelle de la ville d’eau, facilitant le doublement voire le triplement de la population. En ce qui concerne les résidences dans les vieux quartiers, elles sont en général occupées par des personnes âgées, qui ne possèdent ni les moyens, ni la volonté de changer leur mode de vie traditionnel. Pour en donner un exemple :

« Ce que je trouve le plus gênant, c’est le marché. Auparavant, le marché était chez nous. Il est maintenant déménagé plus loin, on doit traverser plusieurs rues pour acheter des légumes. Tu sais, ceux qui habitent ici sont tous des vieux. Figure-toi que nous devons passer les grands boulevards, c’est dangereux ! Et les magasins qui étaient près du quai, ils sont aussi déménagés avec le marché. Ce n’est pas pratique ! Ils disent que le vieux marché est trop petit, il faut l’agrandir. Après, on est allé protester auprès du bureau municipal, c’est pourquoi il reste là-bas quelques stands… Mais les magasins sont toujours vides. On ne comprend plus. » (Le 30 juillet 2015 à Dongxin, Tongli, femme, 77 ans)

31Ainsi, le dé-enchâssement des lieux et des mémoires à Tongli et Zhenze fonctionne comme un révélateur de la modernisation des villes d’eau. Les espaces transformés engendrent des temporalités sociales neuves : le passé est remplacé par l’urbanité contemporaine universelle.

Développement du tourisme et crise environnementale

32Le tourisme n’a commencé à exister substantiellement dans la ville de Tongli qu’à la fin des années quatre-vingt-dix. Stimulé par le rapide développement du tourisme dans la ville proche de Zouzhuang et du fait de sa croissance économique importante, le gouvernement local s’est déterminé à consacrer des ressources aux projets touristiques, dont la médiatisation massive portant sur les images caractéristiques (ponts en arc, résidences vernaculaires, cours d’eau, etc.) et l’ancienneté des villes d’eau. On pouvait par exemple retrouver à l’époque les publicités de Tongli dans les médias nationaux, dans lesquels sont employées des formules comme « Ville d’eau authentique, région ancienne au sud du Fleuve Yangtze » ou « Tongli, ville ancienne de mille et ville mondiale ». D’autres projets consistent à inviter les producteurs et les réalisateurs de cinéma ou de la télévision pour filmer des scènes à Tongli afin de la faire connaître au monde. (En 1999, la ville est reconnue par l’Association des films en Chine comme leur studio officiel.) Aujourd’hui, Tongli est devenu un des plus célèbres sites touristiques en Chine.

33Les touristes qui arrivent en grand nombre contribuent énormément au développement économique local, mais ils changent aussi brutalement le paysage de la vieille ville. De nombreux hôtels et auberges de jeunesse ont été rapidement construits, ainsi que des bars, cafés, restaurants, magasins, etc. Ces espaces nouveaux ne sont pas fréquentés par les habitants qui n’ont pas l’habitude de se rendre dans des bars d’autant plus que ces derniers sont rendus pratiquement « invisibles » par les activités touristiques : en raison de l’augmentation aiguë du loyer, les habitants dans les résidences qui donnent sur la rue commerciale souvent les louent et déménagent dans celles qui sont plus cachées ; leur vie quotidienne se déroule dans d’autres espaces (marchés, hôpitaux, parcs, etc.) de la ville d’eau.

Carte des sites touristiques à Tongli en 2014, ©Tongli Tourism Office

34Le développement du tourisme provoque des problèmes environnementaux graves. Par exemple, les habitants s’inquiètent généralement de la pollution de l’eau :

« Tu vois l’eau dans la rivière ? À la télévision, tout est beau, mais en réalité ? C’est puant ! Complètement ! Dans mon enfance, je nageai dans la rivière, on pouvait pêcher de grands poissons. Maintenant ils sont où ?.… Tout le monde jette les déchets dans les rivières, et le système de drainage fonctionne mal, les eaux sont sales. Aujourd’hui, les commerçants des rives déversent les déchets dans la rivière, polluant l’environnement. » (Le 29 juillet 2015 à Dongxin, Tongli, femme, 38 ans)

35L’interviewé évoque de nouveau la relation étroite entre la vie quotidienne et les lieux traditionnels de la ville d’eau ; il est clair que la pollution sévère de l’environnement provoque chez les habitants un sentiment amer vis-à-vis du développement du tourisme. Selon eux, les commerçants, le gouvernement local et les touristes sont tous responsables de la dégradation des conditions fondamentales de la vie : les comportements inappropriés des étrangers et la mauvaise gestion administrative aboutissent ensemble à dé-enchâsser les lieux des mémoires du passé. Autrement dit, ces villes d’eau perdent brusquement et ironiquement leurs fondements écologiques.

36La municipalité locale de Tongli a réagi à partir de 2010 aux problèmes causés par le développement fort du tourisme, en mettant en place une série de projets visant à faire évoluer les activités touristiques traditionnelles. Parmi les stratégies réformatrices, la transformation des « visites guidées » en « visites écologiques » est soulignée. Par exemple, a été construit un grand jardin botanique, reliant les vieux quartiers, le lac Xiaodian et les canaux ; progressivement ont été installées de nombreuses fermes touristiques en vue d’accueillir ceux qui aspirent à des vacances « vertes » ; dans le Nord, la zone d’agriculture moderne avec une surface de 665 hectares a transformé les champs cultivés jadis, les villages et le paysage rural, qui font partie des sites touristiques de la ville d’eau.

37Par contraste, la municipalité de Zhenze n’a jusqu’à présent que peu développé le tourisme, pour une raison simple : contrairement à de nombreuses villes d’eau dans la région dont l’économie dépend largement du tourisme, Zhenze jouit depuis longtemps d’une compétence économique forte fondée sur la sériciculture, l’agriculture, les industries manufacturières, etc. Ceci dit, plusieurs projets ont progressivement été mis en place à partir de 2010, visant à transformer des vieux quartiers situés au centre-ville en sites touristiques. Par exemple, la rue principale qui débouche sur le temple Ciyun est maintenant achevée, elle s’appelle désormais Baotajie qui signifie littéralement « rue de la Pagode » pour rappeler le symbole de la vieille ville ; les boutiques ont été complètement refaites à neuf pour satisfaire les besoins des touristes : cafés, bistrots, bars, magasins, etc. De plus, le gouvernement local a lancé comme dans le cas de Tongli diverses campagnes publicitaires dans les médias, y compris sur la plate-forme populaire WeChat sur internet. Ces politiques de développement du tourisme dans la vieille ville de Zhenze reflètent pleinement les processus de la restructuration des vieux quartiers et de l’expansion des espaces urbains à la campagne. Il s’agit d’un aspect important des changements sociaux et culturels dont les influences portent principalement sur la transformation des rapports des résidents et des lieux : c’est la tendance à la patrimonialisation complète des villes d’eau et la réinvention des Shuixiang Guzhen (villes anciennes du pays d’eau).

38Bref, les re-enchâssements et les dé-enchâssements des mémoires et des lieux dans les villes d’eau se sont intensifiés tout au long du développement du tourisme, provoquant des crises environnementales. Les temporalités à Tongli et Zhenze passent à un autre niveau d’hybridité, liées à une compressed modernity.

Patrimonialisation et gentrification des villes d’eau

39La protection officielle du patrimoine culturel dans les villes d’eau date de 1982, où le gouvernement de la province Jiangsu a décidé de considérer toute la vieille ville de Tongli comme un objet culturel important et de la protéger dans son intégralité. Ainsi, les édifices locaux, y compris leurs détails comme les fenêtres et les portes, sont restés principalement inchangés, à l’exception de certains rénovés par des architectes. En 2000, le célèbre jardin de la retraite et de la réflexion (Tuisiyuan) qui constitue le cœur du paysage de Tongli est entré dans le classement patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), et Tongli est devenu la première ville d’eau classée en Chine. En 2001, le gouvernement central chinois a sélectionné ce même jardin comme objet culturel à protéger, et la ville fut nommée site national touristique à quatre étoiles puis élevée à cinq étoiles en 2010. En 2003, le Ministère de l’habitat et du développement urbain et rural et le Bureau national des objets de culture l’ont classée parmi les dix « villes célèbres d’histoire et de culture de Chine ».

40En fait, le cas de Tongli révèle un mouvement social émergeant visant à développer la patrimonialisation et la promotion des objets culturels régionaux et nationaux au niveau mondial. Par exemple, en 1996, le Bureau national d’objets culturels a sélectionné six villes d’eau des provinces Jiangsu et Zhejiang, incluant Zhouzhuang, Luzhi, Tongli, Wuzhen, Nanxun et Xitang, en vue de constituer une liste préparatoire du patrimoine mondial de Chine ; en 2015, les représentants des municipalités de treize villes d’eau au sud du Fleuve Yangtze se sont regroupés à Suzhou, en vue de créer un partenariat dans le projet national ayant pour but d’entrer dans le classement du patrimoine mondial de l’UNESCO.

41Au niveau municipal, les programmes officiels consistent à intégrer divers objets culturels tangibles et intangibles locaux et à les classer, les étudier et les représenter constamment au nom de la protection du patrimoine local. Par exemple, des activités sociales traditionnelles, telles que le passage cérémoniel aux trois ponts à Tongli, sont organisées systématiquement sous la forme d’événements culturels ayant lieu pendant les saisons touristiques pour plaire aux visiteurs ; en ce qui concerne les fêtes originales folkloriques correspondant aux périodes solaires (Jieqi en mandarin) et liées au mode de vie local. En 2016, la fête Canhua qui met en scène des cérémonies traditionnelles consacrées à la sériciculture a été organisée à Zhenze : outre les activités cérémonielles, était présentée une pièce théâtrale intitulée Amour à Zhenze qui raconte essentiellement quatre histoires d’amour ayant lieu dans différents sites célèbres du centre-ville ; beaucoup d’acteurs et actrices habillés traditionnellement se retrouvaient ainsi aux défilés organisés le long des rues dans les vieux quartiers ; les performances consistaient également à montrer aux touristes les processus techniques de la fabrication des produits en soie ; enfin, un marché de produits locaux fut installé pendant la durée de toute la fête.7

42Bien évidemment, ces dispositions adoptées par le gouvernement mais aussi par les commerçants et les agences du tourisme impliquent des processus approfondis de patrimonialisation de la culture locale réalisés à travers une série d’opérations fondées sur la restructuration spatiale et temporelle des villes d’eau. Curieusement, les objets culturels intangibles (notamment les techniques artisanales et artistiques) sont souvent choisis : des produits du terroir, de nouvelles pièces littérales, musicales et théâtrales (Xiqu) sont constamment inventées pour protéger la culture locale, etc. D’un point de vue général, l’accent mis sur les valeurs culturelles reflète une tendance primordiale à la réification (Berger et Luckmann, 1966) à l’égard des lieux et des mémoires des villes d’eau, qui peut redéfinir le rapport des habitants aux objets culturels. Dans les musées les éléments caractéristiques de la culture locale sont le plus souvent détachés de la vie quotidienne et n’ont plus à voir avec les sujets eux-mêmes ; ici les histoires et les espaces donnent lieu à une mise en scène du patrimoine mondial.

43Le dernier point concerne le développement du processus de gentrification urbaine dans les villes d’eau (Zukin, 1987). Les résidences historiques à Tongli, par exemple, sont de plus en plus contrôlées et occupées par les classes moyennes qui proviennent des villes proches comme Suzhou, Hangzhou et Shanghai. Ces « nouveaux venus » représentent en fait des forces sociales importantes : ils s’installent au cœur du centre-ville en accédant à la propriété tout en jouissant d’une grande mobilité, ils sont souvent impliqués dans la vie économique des galeries d’arts, restaurants chics, cafés, etc.

44Voici le témoignage d’une nouvelle résidente originaire de Shanghai :

« Je suis venue pour la première fois en hiver de 2012, en tant que visiteur. J’ai commencé à habiter ici à partir de mai 2013… J’ai déménagé parce que je trouve Tongli très calme, avec les ponts et les cours d’eaux, et j’adore lire tranquillement… Après, j’ai ouvert un café bistrot avec deux objectifs : l’un est évident, c’est-à-dire économique, je dois gagner de l’argent ; l’autre, c’est spirituel. Quand tu es conscient de ces deux objectifs, tu sais où faire du business… Le prix n’est pas cher ici à Tongli, et tu deviens familier avec les lieux. » (Le 29 juillet 2015 à Dongxin, Tongli, femme, 32 ans.)

45Les facteurs gentrifiant portent ainsi sur le développement économique du tourisme et la dimension spirituelle de la ville d’eau, attractive par la beauté des lieux et leur tranquillité… La fabrication des « villes anciennes du pays d’eau » s’achève alors à travers des processus dans lesquels l’esprit urbain des nouveaux résidents s’enchâsse graduellement dans les lieux transfigurés.

46La patrimonialisation et la gentrification marquent le statu quo des lieux et des mémoires des villes d’eau comme Tongli et Zhenze. La construction de l’identité culturelle locale (« villes anciennes du pays d’eau ») et de l’ambiance spécifique (« spirituelle ») nous permet de discerner dans les processus de l’enchâssement, du dé-enchâssement et du re-enchâssement des mémoires et des lieux les différentes figures et les multiples usages des temporalités traditionnelles, moderne et postmoderne.

Conclusion

47La situation de Tongli et Zhenze que nous avons décrite ci-dessus révèle parfaitement une compressed modernity dans ces villes d’eau : d’une part, les mémoires des résidents du vieux quartier sont enchâssées dans les lieux spécifiques tels que les ponts d’arc, les canaux et les temples ou églises, créant ainsi une continuité des temporalités et des spatialités locales ; d’autre part, une telle continuité coexiste avec des processus complexes de dé-enchâssement et re-enchâssement des mémoires et des lieux, processus qui sont déclenchés par des forces économique, sociale, politique, culturelle, etc. Ainsi, de nouvelles configurations spatiales et temporelles transforment au fur et à mesure les quartiers mais aussi les rapports des résidents vis-à-vis de l’habitat aux niveaux émotionnel (par exemple une nostalgie partagée de l’environnement écologique), pratique (les activités quotidiennes) et sociologique (la composition des nouveaux résidents). L’influence capitaliste du tourisme, la restructuration du centre-ville et l’urbanisation des régions rurales, ainsi que la transformation des lieux en patrimoines nationaux et mondiaux, sont les facteurs majeurs qui compriment divers éléments spatiaux et temporels à Tongli et Zhenze. Enfin, se construit une imagination collective de la spiritualité des anciennes villes d’eau. On peut aussi parler d’ ambiance urbaine qui se réfère à la dimension matérielle de la ville mais aussi à sa dimension morale.

  • 8 Malgré la terminologie, la définition du concept reste relativement vague chez Ma Jiewei. Pour lui, (...)
  • 9 La continuité et la discontinuité temporelles et spatiales dans les processus cognitifs (mémoire, i (...)

48Ma Jiewei, en s’appuyant sur ses enquêtes portant sur les travailleurs migrants originaires de régions rurales qui travaillent dans les usines de Zhusanjiao (delta de la rivière des Perles), constate que le mixte entre l’agriculture traditionnelle, la production industrielle et la consommation métropolitaine et postmoderne constitue une forme unique de modernité, la compressed modernity.8 (Ma, 2006) En examinant les façons de mobiliser divers éléments visuels dans les activités culturelles à Hong Kong et dans la province Guangdong, il met en lumière les efforts des travailleurs et des cols blancs dans leur vie quotidienne pour construire une identité de l’État-nation chinois. La combinaison, le raccourcissement et la compression de diverses spatialités et temporalités dans les villes d’eau, comme dans d’autres cas, servent à fournir une base de réflexion sociologique et anthropologique des concepts équivoques tels que la modernité et la postmodernité. Pour reprendre la formule classique de Park (1925), en vue de disposer d’ « attitudes organisées et de sentiments » urbanisés, il faut avant toute chose penser la discontinuité entre les espaces et les temps sociaux.9

Haut de page

Bibliographie

Berger P. L., Luckmann T., 1966. The Social Construction of Reality : A Treatise in the Sociology of Knowledge, Garden City, NY, Anchor Books.

Certeau M. de., 1990. L’Invention du quotidien I, Arts de faire. Nouv. éd. ét́ablie et présentée par Luce Giard, Paris, Gallimard.

Goffman E., Berger B.M., 1986. Frame analysis : an essay on the organization of experience, Boston, Northeastern University Press.

施国铭, 宋炳良(Shi Guoming and Song Bingliang), 1987. « 苏南地区渔民信仰天主教问题初探 » (Study on the catholic belief among the fishmen in the south of Jiangsu), 宗教学研究 (Religious Studies), p. 79‑84.

Halbwachs M., 1925. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, F. Alcan.

Halbwachs M., 1941. La topographie légendaire des Evangiles en Terre Sainte  : étude de mémoire collective, Paris, Presses Universitaires de France.

Herzfeld M., 2017. “The blight of beautification : Bangkok and the pursuit of class-based urban purity”, Journal of Urban Design, 22, 3, p. 291‑307.

马杰伟(Ma Jiewei), 2006. 酒吧工厂:南中国城市文化研究(Bar-factories : studies on urban culture in south China),南京(Nanjing) : 江苏人民出版社 (Jiangsu People’s Publishing).

陈晋(Chen Jin), 2016. « “惹弥”与“惹撇” :纳人达巴仪式中的时空认知逻辑 » (“jemi” and “jepié” : cognitive logic of space and time in the Daba rituals of the Na), 民族研究 (Ethno-Studies), 04, p. 53-60 et p. 123-124.

Kyung-Sup C., 1999. “Compressed modernity and its discontents: South Korean society in transition”, Economy and Society, 28, 1, p. 30‑55.

Kyung-Sup C., 2010. “The second modern condition ? Compressed modernity as internalized reflexive cosmopolitization”, The British Journal of Sociology, 61, 3, p. 444‑464.

Lallement Michel, 2017. « Du temps aux régimes de temporalités sociales », Temporalités [En ligne], 25 | 2017, mis en ligne le 20 septembre 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://temporalites.revues.org/3745 ; DOI : 10.4000/temporalites.3745

Park R. E., Burgess E. W., McKenzie R. D., 1925. The City, Chicago, University of Chicago Press.

Truc G., 2011. “Memory of places and places of memory : for a Halbwachsian socio-ethnography of collective memory”, International Social Science Journal, 62, 203‑204, p. 147‑159.

Zukin S., 1987. “Gentrification : Culture and Capital in the Urban Core”, Annual Review of Sociology, 13, 1, p. 129‑147.

Haut de page

Notes

1 Ces enquêtes ont été principalement réalisées par des chercheurs et élèves du département de sociologie du Tongji University, dans le cadre du projet Satisfaction de la vie et reconnaissance des patrimoines des résidents dans les anciennes villes de Tongli et Zhenze, en collaboration avec le Shanghai Tongji Urban Planning and Design Institute.

2 Ces statistiques nous sont communiquées au cours des enquêtes auprès des commissions locales de résidents.

3 Une autre pratique habituelle parmi les résidents des rives du canal consiste à pendre un seau en bois par la fenêtre, les vendeurs mettent des marchandises dedans et reprennent de l’argent dans le seau.

4 Dans le cadre de la présente étude, la plupart des entretiens semi-directifs ont été réalisés chez les habitants : les enquêteurs ont interrogé, pendant 45-90 minutes, les interviewés sur leur vie quotidienne, les relations communautaires, la mémoire du quartier, ainsi que sur le développement social et la protection du patrimoine culturel. Tous les entretiens ont été enregistrés, transcrits et indexés.

5 Un interviewé insiste pour dire que la cérémonie était originellement organisée pendant les funérailles. Nous n’avons pas pu, cependant, vérifier cette information.

6 Pour une étude portant sur les facteurs sociaux et culturels du mouvement d’embellissement urbain, voir Herzfeld, 2017.

7 http://travel.people.com.cn/n1/2016/0530/c402028-28389542.html (visité le 3 mars 2017).

8 Malgré la terminologie, la définition du concept reste relativement vague chez Ma Jiewei. Pour lui, la modernité compressée représente une « hybridité de la modernité primaire et la supra-modernité ». (Ma, 2006)

9 La continuité et la discontinuité temporelles et spatiales dans les processus cognitifs (mémoire, imagination, perception, etc.) constituent un sujet important en anthropologie. Pour une étude ethnographique portant sur les actions rituelles consacrées aux ancêtres et aux esprits maléfiques, voir Chen, 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Situation des localités Tongli et Zhenze, Tianditu Map Services – www.tianditu.cn
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-1.png
Fichier image/png, 920k
Légende L’environnement aquatique de Tongli, Tongli Zhi (Annales de Tongli), ©Shanghai Library
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende Carte de Zhenze au début du 20e siècle, Zhenze Zhenzhi (Annales de Zhenze), ©Shanghai Library
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Zhenze aujourd’hui, ©Shanghai Tongji Urban Planning and Design Institute
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende La rivière Shihe à Zhenze en 2016 ©Deng Shib
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Scène classique de la rivière Shihe à Zhenze dans le film Linjia Puzi (Shuihua, Beijing Film Studio, 1959), droits réservés
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-6.png
Fichier image/png, 1,7M
Légende Carte des sites touristiques à Tongli en 2014, ©Tongli Tourism Office
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3802/img-7.png
Fichier image/png, 4,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chen Jin, « Modernité compressée, mémoires et lieux dans deux villes d’eau : Tongli et Zhenze », Temporalités [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 14 mars 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3802 ; DOI : 10.4000/temporalites.3802

Haut de page

Auteur

Chen Jin

Assistant Professor, Department of sociology, Tongji University
1239 Siping Road Shanghai China 200092
jinchen@tongji.edu.cn

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page